Massimo Osanna : "Nous vendons les lapilli de Pompéi comme des gadgets aux touristes : c'est de la valorisation".


Provocation de Massimo Osanna, directeur général des musées : vendre les lapilli de Pompéi comme gadgets aux touristes dans le cadre d'un projet de valorisation.

Vendre les lapilli de Pompéi comme gadgets aux touristes: ce n’est pas une boutade, mais une idée de Massimo Osanna, ancien directeur du parc archéologique de Pompéi, et aujourd’hui directeur général des musées italiens. Il a tenu ces propos lors de la conférence qu’il a donnée mercredi à l’occasion de l’inauguration de l’année académique de l’école de spécialisation en patrimoine architectural et paysager de l’université Federico II de Naples.

Mon nouveau défi“, a déclaré Osanna, ”est d’apporter les meilleures pratiques de Pompéi à tous les musées et sites archéologiques italiens, avec des projets d’entretien planifiés étendus à chaque site". Parmi les idées qu’Osanna estime réalisables, il y a la vente des lapilli du Vésuve aux touristes: il l’a dit à la fin de son discours, en réponse à une question sur d’éventuels projets de mise en valeur du matériel dans les gisements.

Dans les gisements, a déclaré Osanna, “il y a des quintaux et des quintaux de lapilli, qui sont maintenant entassés dans la zone non fouillée. J’aimerais (je n’ai pas encore réussi) en faire un projet de valorisation : je voudrais les vendre, comme des gadgets. Des petites bouteilles avec des lapilli dedans et les vendre. Je n’ai pas réussi parce que je n’ai pas eu le temps matériel de m’y consacrer, parce que c’est un problème assez complexe, à tel point qu’à un moment donné il y a même eu un épisode où on devait emmener ces lapilli en Bulgarie où il y avait le décor de notre film qui était en train de se faire, mais avec les fonctionnaires on s’est retrouvé bloqué parce qu’on pensait qu’ils allaient les bloquer à la douane. Nous avons donc renoncé. Les lapilli, poursuit M. Osanna, ”étaient laissés aux entreprises qui, je pense, en tiraient également un certain profit, car il s’agit d’un matériau important pour la construction, mais il serait bon de les valoriser également de cette manière".

Sur la photo : Massimo Osanna

Massimo Osanna :
Massimo Osanna : "Nous vendons les lapilli de Pompéi comme des gadgets aux touristes : c'est de la valorisation".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.