Moscou, le directeur du Bolchoï démissionne. Nous, musiciens, sommes des ambassadeurs de la paix


Le chef d'orchestre Tugan Sokhiev a démissionné de son poste de directeur du Bolchoï de Moscou et de l'Orchestre national du Capitole de Toulouse. Les raisons sont dues à des pressions liées à la situation en Ukraine.

Le directeur du théâtre Bolchoï de Moscou, Tugan Sokhiev, a démissionné. Les agences de presse russes ont rapporté la nouvelle. Sokhiev, né à Vladikavkaz en 1977, était chef d’orchestre du théâtre russe depuis 2014, après avoir été directeur du Welsh National Opera et, de 2012 à 2016, directeur du Deutsche Symphonie-Orchester. Dans le même temps, Sokhiev a également démissionné de son poste de chef de l’Orchestre national du Capitole à Toulouse. Les raisons ont été données par le désormais ancien chef d’orchestre dans une lettre publiée par le site spécialisé russe ClassicalMusicNews: cette démission est liée aux pressions subies par Sokhiev dans le cadre de la guerre en Ukraine.

“Je sais que beaucoup de gens voulaient connaître ma position sur ce qui se passe en ce moment et attendaient que je m’exprime”, a-t-il déclaré. “Il m’a fallu un certain temps pour comprendre ce qui se passait et pour exprimer les sentiments complexes que les événements actuels suscitaient en moi. Tout d’abord, je dois dire la chose la plus importante : je n’ai jamais soutenu aucun conflit. Je ne les accepte pas sous quelque forme ou manifestation que ce soit. Le fait que quelqu’un puisse mettre en doute mon engagement pour la paix et penser qu’en tant que musicien je puisse soutenir autre chose que la paix sur notre planète est choquant et offensant. Au cours des divers événements géopolitiques catastrophiques auxquels l’humanité a été confrontée au cours des deux dernières décennies, alors que ma carrière professionnelle se développait, j’ai toujours été aux côtés de mes collègues musiciens et nous avons toujours partagé et exprimé notre soutien et notre sympathie à l’égard de toutes les victimes de ces conflits”.

“C’est ce que nous, musiciens, faisons”, poursuit la lettre de M. Sokhiev, “nous exprimons nos pensées par la musique, nous disons des choses émouvantes par la musique, nous réconfortons ceux qui sont dans le besoin par la musique. Nous, musiciens, avons la chance de pouvoir parler cette langue internationale, qui peut parfois exprimer plus que tous les mots connus de la civilisation. Je suis toujours très fier d’être chef d’orchestre dans un pays aussi riche en culture que la Russie, et je suis aussi très fier de faire partie de la vie musicale française depuis 2003. C’est ce que fait la musique. Elle relie des personnes et des artistes de continents différents et de cultures opposées, guérit l’âme des gens et donne l’espoir d’une existence pacifique sur cette planète. La musique peut être dramatique, lyrique, drôle, triste, mais jamais offensante ! J’en ai été convaincu grâce à la collaboration fructueuse avec le merveilleux orchestre de Toulouse. Ma fantastique équipe du Théâtre Bolchoï me le prouve à chaque fois que je dirige des représentations en Russie ou que nous partons en tournée avec eux en Europe. Tant à Toulouse qu’au théâtre Bolchoï, j’ai régulièrement invité des chanteurs et des chefs d’orchestre ukrainiens. Nous ne pensions même pas à notre nationalité. Nous aimions faire de la musique ensemble et faire partie du monde musical. Et aujourd’hui, notre position reste inchangée. C’est pourquoi j’ai créé le Festival franco-russe de Toulouse : pour montrer à tous que les peuples français et russe sont liés historiquement, culturellement, spirituellement et musicalement, et que je suis fier de ce lien entre nos deux grands pays que j’aime. Aujourd’hui, ce festival est combattu par les autorités de la ville de Toulouse. Quelle honte ! Je crois que ce festival a plus à gagner dans l’établissement de relations amicales que dans des déclarations politiques”.

Je ne supporte pas que mes collègues - chefs d’orchestre, acteurs, chanteurs, danseurs, metteurs en scène - soient menacés, traités de manière irrespectueuse et deviennent les victimes de la “culture de l’annulation”“, conclut M. Sokhiev. ”Nous, musiciens, avons une chance exceptionnelle, en jouant et en interprétant les grands compositeurs, d’aider à préserver l’humanité, à la garder aimable et dans le respect mutuel des gens. [Nous, musiciens, sommes des ambassadeurs de la paix. Au lieu de nous utiliser, nous et notre musique, pour unir les nations et les peuples, ils essaient de nous diviser et de nous ostraciser en Europe. En raison de tout ce qui précède, et contraint de faire un choix impossible entre mes musiciens russes et français préférés, j’ai décidé de démissionner de mon poste de directeur musical et de chef principal du théâtre Bolchoï à Moscou et de démissionner de mon poste de directeur musical de l’Orchestre national du Capitole à Toulouse. Ce fut et ce sera toujours un grand honneur pour moi de rencontrer, de travailler et de jouer avec les artistes et les musiciens de ces deux fantastiques orchestres. Je suis fier d’eux".

Sur la photo : Tugan Sokhiev

Moscou, le directeur du Bolchoï démissionne. Nous, musiciens, sommes des ambassadeurs de la paix
Moscou, le directeur du Bolchoï démissionne. Nous, musiciens, sommes des ambassadeurs de la paix


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.