Selon Italia Nostra, la Soprintendenza Unica donnera le coup de grâce à la protection


Selon Italia Nostra, la superintendance unique prévue par le décret de simplification pour accélérer les interventions de "transition écologique" du plan de relance portera le coup de grâce à la protection de la culture et du paysage. Voici pourquoi.

La Surintendance unique que le Décret de simplification s’apprête à créer sera, selon Italia Nostra, le coup de grâce à la protection. Nous avons consacré à ce sujet une longue étude approfondie sur ces pages (à laquelle nous nous référons pour encadrer les arguments), et la discussion s’est poursuivie ces derniers jours. En résumé, la superintendance unique servira, selon la logique du décret, à accélérer les procédures des interventions de “transition écologique” prévues par le Plan de relance, mais selon Italia Nostra, ce nouvel organisme, qui sera responsable de ce qui se passe dans tout le pays, dévastera la nature, la culture et l’histoire. La diffusion capillaire des “énergies renouvelables”, telle qu’elle est envisagée, selon l’association, n’est en fait pas durable pour notre pays : “il n’est pas possible de répandre sur le territoire de nouvelles plantes dix fois plus grandes que ce qui a déjà été horriblement planté au cours des quinze dernières années. Ce sera un massacre et l’ultime insulte au paysage”, affirme Italia Nostra.

Selon l’association, la pire intervention sera celle de la surintendance unique. L’aménagement du paysage“, dit Italia Nostra, rappelant ce que disait Antonio Cederna (”la priorité est la sauvegarde du patrimoine culturel, paysager et naturel. Tout le reste vient après et toute hypothèse de changement ou de développement doit être rigoureusement subordonnée à ces valeurs“), se fait en amont et non en aval afin de l’adapter aux dérogations, ”en prévoyant qui sait quand des plans qui se transformeront en véritables cadastres des transformations déjà effectuées“. Depuis plus de dix ans, le Ministère des Biens Culturels est inactif vis-à-vis des Régions, qui n’ont pas approuvé les plans de paysage prescrits par le Code, ni adapté ceux existants, ni même élaboré les lignes directrices pour l’aménagement du paysage, prévues par l’article 145 du Code”.

En outre, l’article 5 de la loi 22 avril 2021 no. 53 établit que l’installation de centrales de sources renouvelables pour la réalisation des objectifs du PNIEC doit se faire dans “le respect des exigences de protection du patrimoine culturel et du paysage, des zones agricoles et forestières, de la qualité de l’air et des masses d’eau, ainsi que des compétences spécifiques des ministères du patrimoine et des activités culturelles et des politiques touristiques, agricoles, alimentaires et forestières et du ministère de l’environnement et de la protection du territoire et de l’environnement, ainsi que des compétences spécifiques des ministères du patrimoine et des activités culturelles et des politiques touristiques, agricoles, alimentaires et forestières.l’environnement et la protection du territoire et de la mer, en favorisant l’utilisation des structures bâties, telles que les hangars industriels et les parkings, et des zones qui ne peuvent être utilisées à d’autres fins, de manière compatible avec les caractéristiques et la disponibilité des ressources renouvelables, les infrastructures de réseau et la demande d’électricité, ainsi qu’en tenant compte de la localisation de la demande, des éventuelles contraintes du réseau et du potentiel de développement du réseau lui-même”. Italia Nostra souligne donc que les principes de minimisation des impacts sur l’environnement, le territoire et le paysage devront être respectés en identifiant les zones appropriées et non appropriées pour l’installation de centrales avec des sources renouvelables, avec une procédure à définir par les Régions dans un délai de 6 mois.

Enfin, Italia Nostra se demande “quel engagement le gouvernement de Draghi et le Parlement prévoient aujourd’hui pour assurer l’application concrète de l’article 9 de la Constitution”, et quand il y aura “le renforcement adéquat des structures périphériques du Ministère et l’activation concrète de la planification du paysage, dans laquelle seulement tous les espaces possibles pour satisfaire les besoins réels de la Nation peuvent être identifiés, conciliés avec l’intérêt primaire de la protection”. Italia Nostra, conclut l’association, “dit non à ces mécanismes de simplification superficielle qui rendront au monde un pays dont le tissu économique et social a été de plus en plus détruit et dont le paysage extraordinaire a été violé”.

Sur la photo : panneaux photovoltaïques dans la région de Viterbe.

Selon Italia Nostra, la Soprintendenza Unica donnera le coup de grâce à la protection
Selon Italia Nostra, la Soprintendenza Unica donnera le coup de grâce à la protection


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.