Pompéi, un char de parade retrouvé en excellent état : "unicum" en Italie


À Pompéi, un char d'apparat en excellent état est sorti des fouilles de Civita Giuliana. Selon les experts du parc, il est unique en Italie.

À Pompéi, les fouilles de la villa suburbaine de la localité de Civita Giuliana (menées dans le cadre de l’activité conjointe entre le Parc archéologique de Pompéi et le Parquet de Torre Annunziata, commencée en 2017 et à la lumière du protocole d’accord signé en 2019, visant à lutter contre les activités illégales des immigrés clandestins dans la zone) ont permis de récupérer un char de défilé à quatre roues en excellent état.d’accord signé en 2019, visant à lutter contre les activités illégales des immigrés clandestins dans la zone) a restitué un char de parade à quatre roues en excellent état. Il s’agit d’un char de cérémonie avec des éléments en fer, des décorations en bronze et en étain, des restes de bois minéralisés, des empreintes d’éléments organiques (des cordes aux restes de décorations végétales), et qui a été trouvé dans le porche où les restes de trois équidés avaient déjà fait surface en 2018.

Selon les experts du Parc, il s’agit d’une “découverte exceptionnelle, non seulement parce qu’elle ajoute un élément de plus à l’histoire de cette demeure, à l’histoire des derniers moments de vie de ceux qui ont vécu dans la villa, et plus généralement à la connaissance du monde antique, mais surtout parce qu’elle restitue une pièce unique (jamais trouvée en Italie) dans un excellent état de conservation”.

Le char : un “unicum” selon les experts

La couverture de cinérite qui a scellé le char a permis de préserver ses dimensions originales et les différentes parties qui composent sa structure. Il s’agit d’un char à quatre roues, probablement identifiable, sur la base des informations transmises par les sources et des quelques découvertes archéologiques connues à ce jour, à un pilentum, véhicule de transport utilisé dans le monde romain par les élites dans des contextes cérémoniels. Sur de hautes roues en fer, reliées par un système mécanique évolué, se dresse le caisson léger (90 x 140 cm), partie principale du char, sur lequel le siège, entouré d’accoudoirs et de dossiers métalliques, était prévu pour un ou deux individus. Le caisson est richement décoré sur les deux longs côtés d’une alternance de feuilles de bronze sculptées et de panneaux de bois peints en rouge et noir, tandis que le dossier se termine par un système décoratif complexe et articulé comprenant trois registres distincts avec une succession de médaillons en bronze et en étain avec des scènes figuratives. Ceux-ci, enchâssés dans les feuilles de bronze et entourés de motifs décoratifs sculptés, représentent des figures masculines et féminines en relief dans des scènes de satyres et de nymphes.

La feuille de bronze est également ornée, dans sa partie supérieure, de petits médaillons, également en étain, représentant des cupidons se livrant à diverses activités. Un petit hermès féminin en bronze portant une couronne est conservé dans la partie inférieure du char. Dans ce cas également, des analyses archéobotaniques ont été effectuées et ont montré que le bois utilisé pour la réalisation des structures latérales et du dossier du char sur lequel sont fixés les éléments décoratifs en bronze à l’aide de petits clous et de grappins est du hêtre, qui se prête particulièrement bien à ce type de travail.

Selon les archéologues du Parc, ce char est unique en Italie, non seulement en raison de son niveau de conservation, puisqu’il ne s’agit pas seulement de décorations individuelles mais de l’ensemble du véhicule, mais aussi parce qu’il ne s’agit pas d’un char utilisé pour le transport de produits agricoles ou pour les activités de la vie quotidienne, déjà attestés à Pompéi et à Stabia. Dans l’écurie adjacente déjà étudiée, il a été possible de réaliser, en plus du moulage de la mangeoire, un moulage d’un grand cheval avec de riches parures en bronze. Dans la même salle, on a trouvé deux autres chevaux, l’un couché sur le côté droit et l’autre sur le côté gauche, dont il n’a pas été possible de faire un moulage, en raison des dommages causés par les tunnels des pilleurs de tombes et le cimentage consécutif des cavités, qui ont détruit le contexte dans lequel ils ont été trouvés. Cependant, d’autres objets en bronze ont été retrouvés, comme une selle et d’autres éléments de parade, qui sont certainement en relation avec le char retrouvé.

Jamais sorti du sol italien, le type de char trouve des comparaisons avec des artefacts trouvés il y a une quinzaine d’années dans un tumulus de Thrace (au nord de la Grèce, à la frontière avec la Bulgarie). L’un des chars thraces est particulièrement proche du nôtre, même s’il est dépourvu de l’extraordinaire décoration figurative qui accompagne la découverte pompéienne.

Les fouilles

Les fouilles qui ont conduit à la découverte du char font partie d’un projet dont l’objectif est double : collaborer aux enquêtes du parquet de Torre Annunziata, afin de mettre un terme au pillage du patrimoine culturel par des criminels clandestins qui avaient percé plusieurs tunnels dans la zone pour intercepter des trésors archéologiques ; et mettre au jour et sauver des fouilles clandestines l’une des villas les plus significatives de la zone vésuvienne. En particulier, la fouille d’où est sorti le char s’est avérée particulièrement complexe en raison de la fragilité des matériaux et des conditions de travail difficiles ; il a donc fallu procéder à ce que les archéologues du Parc appellent des “micro-excavations”, menées par les restaurateurs du Parc spécialisés dans le traitement du bois et du métal. Parallèlement, chaque fois qu’un vide était constaté, du plâtre était coulé pour tenter de conserver l’empreinte de la matière organique disparue. C’est ainsi qu’il a été possible de conserver le timon et le banc du char, mais aussi des empreintes de cordes et de cordages, restituant ainsi le char dans sa complexité.

Compte tenu de l’extrême fragilité du chariot et du risque d’intervention et de dégradation par des clandestins, l’équipe a également travaillé tous les week-ends depuis la mi-janvier, à la fois pour assurer sa préservation et pour donner un signe fort de l’action de protection du patrimoine menée par le Parc.l’action de protection du patrimoine menée par le Parc en synergie avec le Parquet de Torre Annunziata et les carabiniers de l’Unité de Protection des Biens Culturels de Naples, assistés par les enquêteurs du Commandement du Groupement des Carabiniers de Torre Annunziata. Cette collaboration a également conduit à la participation des techniciens du parc au procès en cours contre les présumés creuseurs illégaux qui ont si lourdement affecté cette villa ces dernières années. Après la micro-fouille in situ, les différents éléments du char sont actuellement transportés dans un laboratoire à l’intérieur du Parc archéologique de Pompéi, où les restaurateurs procèdent à l’élimination des matériaux volcaniques qui recouvrent encore certains éléments métalliques et commencent les longs travaux de restauration et de reconstruction du char.

Les déclarations

“Pompéi continue d’étonner par ses découvertes”, a déclaré le ministre de la culture Dario Franceschini, “et continuera de le faire pendant de nombreuses années encore, avec vingt hectares encore à fouiller. Mais cela montre surtout qu’il est possible d’en tirer le meilleur parti, d’attirer des touristes du monde entier tout en menant des activités de recherche, de formation et d’étude, et un jeune réalisateur comme Zuchtriegel renforcera cet engagement. Ce qui est annoncé aujourd’hui est une découverte d’une grande valeur scientifique. Je voudrais féliciter et remercier le Parc archéologique de Pompéi, le parquet de Torre Annunziata et les carabiniers du Noyau de protection des biens culturels pour leur coopération qui a permis d’éviter que des découvertes aussi extraordinaires ne soient volées et mises sur le marché de manière illicite”.

“Il s’agit d’une découverte extraordinaire pour l’avancement des connaissances sur le monde antique”, a déclaré Massimo Osanna, directeur sortant du parc archéologique. "Des véhicules de transport ont été trouvés à Pompéi dans le passé, comme celui de la Maison de Ménandre, ou les deux chars trouvés à Villa Arianna (dont l’un peut être admiré dans le nouvel Antiquarium Stabien), mais rien de tel que le char de Civita Giuliana.

“Ces dernières années, le parquet du tribunal de Torre Annunziata a accordé une attention constante à la protection de l’immense patrimoine archéologique de la zone relevant de sa compétence”, explique le procureur général de Torre Annunziata, Nunzio Fragliasso.

Pompéi, un char de parade retrouvé en excellent état :
Pompéi, un char de parade retrouvé en excellent état : "unicum" en Italie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.