Le plâtre de la Paix de Kiev d'Antonio Canova exposé à Florence


Du 11 mai au 18 septembre, le plâtre de la Paix de Kiev d'Antonio Canova, sculpture conservée au musée Khanenko de la capitale ukrainienne, sera exposé au Salone dei Cinquecento du Palazzo Vecchio de Florence. Le plâtre est prêté par le musée de la Gypsothèque de Possagno.

À partir d’aujourd’hui, 11 mai, le plâtre de la Paix, le chef-d’œuvre d’Antonio Canova (Possagno, 1757 - Venise, 1822) conservé au musée Khanenko de Kiev et désormais caché pour éviter qu’il ne soit endommagé pendant la guerre entre la Russie et l’Ukraine, est exposé à Florence, dans le Salone dei Cinquecento du Palazzo Vecchio. L’exposition se veut un moyen d’assurer la contemplation du chef-d’œuvre du sculpteur, autrement privé par le conflit. En outre, l’œuvre est exposée au Salone en même temps que le Quarto Stato de Giuseppe Pellizza da Volpedo. Le plâtre de La Paix de Kiev restera à Florence jusqu’au 18 septembre.

L’exposition, sous la direction de Vittorio Sgarbi, réalisée grâce à la collaboration entre le Museo Novecento et le Museo Gypsotheca Antonio Canova de Possagno, organisée par MUS.E avec Contemplazioni, voit la sculpture installée au centre de la Sala di Leone X du Palazzo Vecchio. Ce cadre, qui présente des fresques retraçant les étapes de l’ascension au pouvoir de Giovanni de’ Medici, fils de Lorenzo le Magnifique, devenu pape sous le nom de Léon X, agit comme un contrepoids au message véhiculé par la sculpture de Canova, qui raconte l’histoire des guerres et de la paix. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’effigie de Cosimo I de’ Medici sous les traits de Mars, symbole manifeste de la domination du duc et de sa politique expansionniste.

Nikolai Petrovič Rumjancev (Saint-Pétersbourg, 1754 - 1826) était un homme politique et diplomate russe, également mentionné par Lev Tolstoï dans Guerre et Paix. Malgré une carrière militaire derrière lui, il est pacifiste, pro-français, admirateur de Napoléon et amoureux de l’Europe, pour laquelle il voyage de 1774 à 1776 (notamment en Italie), étudiant et rencontrant notamment Voltaire. En 1811, Rumjancev commande à Canova une sculpture en marbre blanc destinée à être placée dans le salon de son palais de Saint-Pétersbourg. Cette sculpture devait rendre hommage aux traités de paix qui avaient mis fin à trois guerres et que la famille Rumjancev avait contribué à signer: la paix d’Åbo en 1743 (mettant fin à la guerre avec la Suède), la paix de Küçük Kaynarca en 1774 (avec l’Empire ottoman), et enfin la paix de Hamina en 1809 (toujours avec la Suède). De 1808 à 1814, Roumjancev est ministre des Affaires étrangères et entretient des relations amicales avec Napoléon Bonaparte. Ce dernier menace cependant la Russie et, lors de son invasion, l’homme politique russe est victime d’une attaque cérébrale qui lui fait perdre l’ouïe. Roumjancev se le fit faire car il avait une grande admiration pour Napoléon. Et Napoléon a attaqué la Russie.

Canova est chargé de réaliser l’œuvre à l’aube de l’invasion de la Russie par Napoléon, à tel point que le sculpteur lui-même écrit à Quatremère de Quincy le 11 février 1812: “La statue de la Paix sera faite: la guerre viendra, elle ne pourra pas l’empêcher. Mais je crains que la paix générale ne soit pas faite en statue pour le moment. Elle pourrait donc être érigée, car je l’élèverais à mes propres frais”. À la mort de Nikolai Petrovič Rumyancev, sa collection est donnée à l’État et va former le premier musée public russe en 1831, d’abord à Saint-Pétersbourg, puis, en 1861, transféré à Moscou. Krušëv, secrétaire du parti communiste de l’Union soviétique, d’origine ukrainienne, décide en 1953 de transférer la sculpture de Saint-Pétersbourg à Kiev, au musée national Khanenko. L’Ukraine a redécouvert la grande valeur de l’œuvre il y a un peu moins de vingt ans, lorsque Irina Artemieva, conservateur de l’art vénitien au musée de l’Ermitage, a découvert une correspondance, conservée dans la section des manuscrits de la bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, entre Antonio Canova et l’ambassadeur de Vienne, qui avait servi d’intermédiaire pour la commande. La redécouverte de cette correspondance a permis de reconstituer l’histoire et les événements qui ont entouré la réalisation de l’œuvre.

L’iconographie de la Paix rappelle Némésis, la déesse grecque de la “distribution de la justice”. Le serpent rappelle les médailles romaines, où il était symbole de guerre. Le fait que les inscriptions commémoratives soient en latin est le résultat d’une négociation entre Canova et l’ambassadeur de Vienne: l’hypothèse initiale de la langue russe a été écartée au profit du latin, langue véhiculaire et symbole de l’union entre les nations européennes, renforçant ainsi le message de paix de l’œuvre.

“Cette sculpture, commente Vittorio Sgarbi, résume une série de formidables intrigues du passé et du présent. Il y a un admirateur de la paix, qui demande la paix pour lui-même, et il la demande en pensant à Napoléon, mais alors qu’il la demande, Napoléon arrive aux portes de la Russie. La guerre n’apporte que du mal et de la violence de tous les côtés, tant pour ceux qui l’exercent en premier que pour ceux qui l’exercent en réaction. Il est donc très mélancolique de penser que quelque chose se passe aussi contre des œuvres d’art et des personnes. La Paix de Kiev est maintenant exposée à Florence, où elle attend temporairement les temps de paix. Canova, le dernier grand artiste qui a fermé l’art de l’Occident, a tout uni, il n’a pas divisé. Canova est un grand conciliateur de tous les conflits, de toutes les différences, et au nom de sa Paix, je vous demande de l’invoquer tous ensemble sur le plan de l’esprit du monde, pour que le monde soit sauvé. Je n’ai jamais cru à la phrase de Dostoïevski: ” la beauté sauvera le monde “: on ne peut pas dire que la beauté sauve le monde, si le monde ne sauve pas la beauté, au nom de l’humanité et de la civilisation dont l’art témoigne ”.

“L’art et la culture gagneront contre la violence et l’abomination de la guerre”, a souligné Dario Nardella, maire de Florence. “En ces temps troublés, nous accueillons au Palazzo Vecchio une œuvre hautement symbolique. La Paix de Kiev, aujourd’hui cachée à cause de la guerre et qui sait pour combien de temps encore inaccessible, est évoquée avec sa seule copie existante dans la salle Léon X. Elle nous incite à réfléchir sur la violence et l’abomination de la guerre. Elle nous incite à réfléchir sur l’extrême fragilité matérielle de l’art face aux forces destructrices, mais aussi sur la puissance de l’art qui devient forme, mémoire, message de paix d’un courage hors du commun”.

“Quelques jours après la présentation du quatrième pouvoir par Pellizza da Volpedo, un deuxième chef-d’œuvre de l’art italien entre au Palazzo Vecchio, la maquette de la soi-disant Paix de Kiev moulée en plâtre par Antonio Canova”, explique Sergio Risaliti, directeur du Museo Novecento de Florence. “Ici, le passé, le présent et l’avenir se rencontrent et se croisent, et l’art se charge de représenter le destin de l’humanité. Il est incroyable que les œuvres de deux artistes de culture et de style si différents, voire antithétiques, puissent s’immerger dans le présent et se régénérer à nos yeux. Preuve que les grands chefs-d’œuvre transcendent leur époque, même lorsqu’ils surgissent de la chronique, parce qu’ils deviennent les porte-parole de valeurs universelles. En nous tournant vers le quatrième pouvoir, en nous arrêtant pour admirer les formes classiques de la Paix, il est immédiat de rappeler deux principes fondamentaux de notre constitution. Le premier, qui place le travail au centre, et le onzième, qui rejette la guerre. Il n’est pas évident que l’art devienne le porte-parole de ces idéaux et de ces valeurs d’une manière aussi sublime et attrayante pour nos yeux et notre âme. Lorsque cela se produit, nous reconnaissons dans les œuvres des grands artistes des points d’ancrage pour la vie ainsi que des avertissements à agir pour le bien de l’homme et le progrès de la civilisation. En regardant les formes blanches immaculées de la Paix de Kiev, nous ne pouvons que penser au sang qui coule en Ukraine, au drame des réfugiés, aux horreurs perpétrées parmi les civils. Et nous ne pouvons pas ne pas penser au sort de tant de chefs-d’œuvre artistiques mis en péril par la fureur destructrice des armées. La Paix de Canova nous demande de donner un sens à la beauté, en nous faisant porteurs de fraternité et de solidarité entre les peuples et les hommes”.

Sur la photo, le moulage en plâtre de la Paix de Kiev à Florence. Photo: Alessandra Cinquemani

Le plâtre de la Paix de Kiev d'Antonio Canova exposé à Florence
Le plâtre de la Paix de Kiev d'Antonio Canova exposé à Florence


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.