Abandonnez vos yeux" : l'exposition de Patrick Tuttofuoco à Bologne


Un projet spécial de Patrick Tuttofuoco (Milan, 1974) à Bologne : du 30 janvier au 18 février 2024, la Sala Convegni Banca di Bologna accueille "Abbandona gli occhi", une exposition dans laquelle le public trouvera une série de nouvelles productions et deux œuvres récentes de l'artiste.

Un projet spécial de Patrick Tuttofuoco (Milan, 1974) à Bologne à l’occasion d’Art City Bologna 2024 : du 30 janvier au 18 février 2024, la Sala Convegni Banca di Bologna au Palazzo De’ Toschi accueille Abbandona gli occhi, une exposition organisée par Davide Ferri dans laquelle le public trouvera une série de nouvelles productions et deux œuvres récentes de l’artiste. Abbandona gli occhi présente des formes et des modalités qui sont emblématiques de la pratique de Tuttofuoco depuis ses débuts : l’utilisation de matériaux industriels et synthétiques tels que le néon, le fer et le plastique ; l’inclination à impliquer le spectateur dans l’habitation de l’exposition, plutôt que d’agir en tant qu’observateur détaché. En même temps, le projet développe des aspects qui font partie du travail récent de l’artiste: l’accent mis sur la sculpture, réalisée avec des matériaux industriels/synthétiques comme le méthacrylate et des matériaux classiques comme le marbre ; l’inclination à traduire la forme en figure, qui, dans Abbandona gli occhi, répète la figure du corps en différents points de l’espace.

Les œuvres de Tuttofuoco donnent forme à un thème qui traverse l’œuvre de l’artiste depuis quelques années, celui de la transcendance, d’un état de semi-conscience et d’abandon capable de libérer des suggestions et de nouveaux points de vue pour regarder la vie quotidienne et le présent. L’exposition entend donc répéter, en la variant en différents points de l’espace du Palazzo De’ Toschi, la figure d’un corps mou qui, de différentes manières, revient dans l’histoire de la sculpture : comme un corps affaissé ou couché, un corps sans tête, dans une nouvelle œuvre de sculpture en marbre, qui devient le barycentre énergétique de l’exposition, et dans une grande œuvre en néon, Drop the body, qui agit idéalement comme une toile de fond pour l’ensemble de l’exposition. Et comme le visage d’un dormeur, un visage sans corps, dans deux œuvres au néon créées pour l’occasion, qui s’adressent à deux faces du spectateur : d’une part le visage, une tête sans corps et avec les yeux fermés ; d’autre part le mot, avec des phrases qui renferment des pensées que l’éblouissement de la lumière transforme en “signifiants”.

Le titre, Surrender the eyes, se veut une indication pour le spectateur d’habiter le champ énergétique tracé par les œuvres, plutôt que de les regarder, comme l’artiste entend le faire avec l’œuvre Surrender the eyes, dans laquelle une paire de mains tend deux petits globes qui rappellent les yeux. L’exposition se déroule également dans la petite salle du Palazzo De’ Toschi, où est exposée une autre œuvre sculpturale, No space, no time (2019) : réalisée en méthacrylate, elle représente deux corps, ceux d’une mère et d’un enfant enfermés dans une étreinte dans le sommeil, unis dans un contact qui reformule des iconographies classiques comme la Pieta, et soulève une fois de plus l’image de l’abandon au centre du projet.

La Banca di Bologna, partenaire de l’exposition, confirme ainsi son soutien à l’art contemporain, poursuivant le chemin des projets d’exposition de grande envergure, italiens et internationaux, entamé en 2016 avec Simone Menegoi (LA CAMERA, Sulla materialità of Photography, 2016 ; Peter Buggenhout, 2017 ; Erin Shireff, 2018 ; Geer Goiris, 2019) et poursuivis avec Davide Ferri, commissaire de l’exposition collective internationale de peinture Le realtà ordinarie (2020) et des expositions personnelles d’Italo Zuffi (2022), de Bettina Buck (2023) et de Patrick Tuttofuoco (2024).

Patrick Tuttofuoco, Like They Were Eternal (2021 ; encre sur papier et acier, 56 × 43 × 13 cm). Photo Andrea Rossetti, avec l'autorisation de l'artiste et de la galerie Federica Schiavo.
Patrick Tuttofuoco, Like They Were Eternal (2021 ; encre sur papier et acier, 56 × 43 × 13 cm). Photo Andrea Rossetti, avec l’autorisation de l’artiste et de la galerie Federica Schiavo
.
Patrick Tuttofuoco, Elevatio Corupus (2021 ; marbre blanc de Carrare et acier ; Ghizzano, Pise). Photo Andrea Testi, avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Federica Schiavo.
Patrick Tuttofuoco, Elevatio Corupus (2021 ; marbre blanc de Carrare et acier ; Ghizzano, Pise). Photo Andrea Testi, avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la galerie Federica Schiavo
Patrick Tuttofuoco, Elevatio Corupus (2021 ; Néon et structure en acier ; Ghizzano, Pise). Photo Andrea Testi, avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Federica Schiavo.
Patrick Tuttofuoco, Elevatio Corupus (2021 ; Néon et structure en acier ; Ghizzano, Pise). Photo Andrea Testi, avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la galerie Federica Schiavo
.
Patrick Tuttofuoco, Tutto Infinito (2017). Vue de l'installation OGR - Officine Grandi Riparazioni, Turin. Photo Andrea Rossetti, avec l'autorisation de l'artiste et de la galerie Federica Schiavo.
Patrick Tuttofuoco, Tutto Infinito (2017). Vue de l’installation OGR - Officine Grandi Riparazioni, Turin. Photo Andrea Rossetti, avec l’autorisation de l’artiste et de la galerie Federica Schiavo
.
Patrick Tuttofuoco, Pas d'espace, pas de temps (2019 ; méthacrylate et fer). Vue de l'installation, galerie Schiavo Zoppelli.
Patrick Tuttofuoco, No Space, No Time (2019 ; méthacrylate et fer). Vue de l’installation, galerie Schiavo Zoppelli
.

À propos de l’artiste

Patrick Tuttofuoco est un artiste visuel et maître de conférences à la faculté des arts visuels et des études curatoriales de la NABA à Milan. Sa pratique, qui mêle modernisme et pop, est conçue comme un dialogue entre l’individu et sa capacité à transformer son environnement, explorant les notions de communauté et d’intégration sociale. L’artiste pousse la figuration vers l’abstraction en utilisant l’homme comme paradigme de l’existence, comme matrice et unité de mesure de la réalité. Ce processus cognitif et interprétatif génère des versions infinies de l’être humain et de son contexte d’existence, qui sont traduites en formes capables d’animer des sculptures.

Ses principales expositions personnelles comprennent : Tutto Infinito, OGR, Turin (2017) ; Welcome, Hangar Bicocca, Milan (2015) ; Focus On His Eyes, Istituto Italiano di Cultura, Madrid, en collaboration avec la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin (2013) ; Patrick Tuttofuoco. Those Ghosts (avec John Kleckner), Peres Project, Berlin (2011) ; Mirror and Windows, Pilar Corrias, Londres (2009) ; Revolving Landscape, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin (2006) ; Chindia, Haunch of Venison, Londres (2006).

Parmi les expositions collectives, citons : Fuori Tutto, Collezione MAXXI, Rome (2023) ; REAL ITALY, MAXXI, Rome (2020) ; La strada. Dove il mondo si crea, MAXXI, Rome (2018) ; Buoni come il pane, Triennale, Milan (2018) ; Io sono qui !, MACRO, Rome (2017) ; Super Superstudio, PAC, Milan (2015) ; La Grande Magia, MAMbo, Bologne (2013) ; Fuoriclasse, GAM, Milan (2012) ; Plus Ultra. Works from the Sandretto Re Rebaudengo’s Collection, MACRO, Rome (2010) ; La scultura italiana del XXI secolo, Fondazione Arnaldo Pomodoro, Milan (2010) ; Sindrome Italiana, Magasin, Grenoble (2010) ; Il Museo Privato, GAMeC, Bergame (2010) ; Languages and Experimentations, MART, Rovereto (2010) ; Quali cose siamo, III Triennale Design Museum, Milan (2010) ; 21 x 21. 21 artistes pour le 21e siècle, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin (2010) ; Ibrido. Génétique des formes d’art, PAC, Milan (2010) ; 10e Biennale de La Havane (2009) ; Italics, Palazzo Grassi, Venise (2008) ; Tarantula, Fondazione Nicola Trussardi, Milan (2008) ; Tales of Time and Space, Folkestone Triennial, Kent, CT (2008) ; Focus sur l’art contemporain italien, MAMbo, Bologne (2008) ; Il futuro del futurismo, GAMeC, Bergame (2007) ; Space for your future, Museum of contemporary art, Tokyo (2007) ; Luce di Pietra, Villa Medici, Rome (2007) ; Apocalittici e integrati, MAXXI, Rome (2007) ; Ou ? Scènes du sud : Espagne, Italie, Portugal, Musée d’art contemporain de Nîmes (2007) ; Camera con vista, Palazzo Reale, Milan (2007) ; On Mobility, De Appel Foundation, Amsterdam (2006) ; HyperDesign, Shanghai Biennale (2006) ; Bidibidobidiboo, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin / Guarene d’Alba (2005) ; La Scultura Italiana del XX Secolo, Fondazione Arnaldo Pomodoro, Milan (2005) ; The Encounters in the 21st Century, 21st Century Museum of Contemporary Art, Kanazawa (2004) ; Spazi Atti/Fitting Spaces, PAC, Milan (2004) ; Paradiso e Inferno, Fondazione Bevilacqua La Masa, Venise (2004) ; Manifesta 5, San Sebastian (2004) ; 50e Biennale de Venise (2003) ; Exit, Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, Turin (2002) ; Nuovo Spazio Italiano, MART, Trento et Rovereto (2002) ; Boom, Manifattura Tabacchi, Florence (2001) ; Le Rire d’Echo, Centre d’Art Contemporain, Genève (2001) ; Quadriennale d’Art Contemporain, SMAK, Gand (2001) ; Fuori Uso, Pescara (2000) ; Casa Masaccio, Arezzo (1999).

Abandonnez vos yeux
Abandonnez vos yeux" : l'exposition de Patrick Tuttofuoco à Bologne


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.