Au MAC de Lissone, l'exposition de Maurizio Galimberti relit l'histoire récente avec ses mosaïques.


Du 11 février au 30 avril, le MAC de Lissone inaugure "Istanti di Storia" (Instants d'histoire), une exposition personnelle de Maurizio Galimberti avec laquelle le célèbre photographe lombard relit les cent dernières années de l'histoire avec ses mosaïques.

Du 11 février au 30 avril, le MAC Museo d’Arte Contemporanea de Lissone inaugure Istanbul di Storia, une exposition personnelle de Maurizio Galimberti (Côme, 1956) organisée par Francesca Guerisoli et Denis Curti. L’exposition présente le cycle inspiré par l’histoire du XXe siècle et ses protagonistes: soixante œuvres de grand format constituées d’instantanés photographiques qui re-proposent certaines des images les plus “iconiques” des dernières décennies, à travers lesquelles l’artiste relit la mémoire collective.

Galimberti choisit des photographies d’autres auteurs - parmi les plus représentatives des événements qui ont caractérisé notre passé le plus récent -, les photographie plusieurs fois sous différents angles, les décompose et les recompose “en mosaïque”, réitérant ainsi leur valeur symbolique, comme pour souligner la force de ces mêmes images, dont le pouvoir évocateur “vaut mille mots”.

“Ces mosaïques n’expliquent pas les faits, ni ne prétendent donner des réponses précises sur le cours de l’histoire, mais, vues dans leur ensemble, elles apparaissent comme un échantillon d’événements mémorables qui, grâce à l’intervention artistique, se libèrent de la documentation historicisée pour prendre l’aspect éthéré de reliques contemporaines”, commente Denis Curti.

“Chacune des œuvres de Galimberti devient le dispositif d’une double action. D’une part, il s’agit pour l’artiste d’un mécanisme de réélaboration qui, en réitérant le geste de sélection, de décomposition, d’agrandissement et de réassemblage, se confronte à des événements historiques majeurs et à des traumatismes collectifs. D’autre part, en re-présentant des images-icônes renouvelées par son geste artistique, il réaffirme la capacité d’une photographie à devenir une image monumentale”, souligne Francesca Guerisoli.

L’exposition trace un itinéraire en présentant des réélaborations d’images iconiques tirées de l’actualité, du cinéma et du show-business (l’image iconique du film Easy Rider, Anna Magnani dans Roma città aperta, Sofia Loren pleurant dans La Ciociara, Jimi Hendrix avec sa guitare, la tragédie de la Grande Torino) ; plonge dans les ténèbres de l’histoire (la bataille d’Iwo Jima, la bombe atomique sur Hiroshima, l’entrée de l’Armée rouge à Berlin en 1945, l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, la crise du Moyen-Orient et le terrorisme dans les années 1970, Mani Pulite, l’attaque des Twin Towers) ; retrace les traumatismes douloureux de l’enfance (l’enfant du ghetto de Varsovie, les enfants de Mengele, la célèbre photo de la petite fille vietnamienne brûlée au napalm) ; s’attarde sur les grandes personnalités du XXe siècle (Che Guevara et son célèbre cigare, Martin Luther King, le pape Jean-Paul II, Aldo Moro, Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, Michail Gorbačëv et Boris Eltsine, Nelson Mandela) jusqu’à la pandémie de Covid-19. Le parcours de l’exposition se clôt sur une relecture émouvante de la tragédie de Marcinelle, lorsque par la chaude journée d’été du 8 août 1956, à la sortie de la ville belge, se produisit l’un des plus graves accidents miniers de l’histoire: 262 personnes périrent, dont 136 immigrés italiens. Le cycle sur l’histoire de Maurizio Galimberti a été réalisé sur une idée de Paolo Ludovici et les œuvres font partie de la collection LUCHI.

L’exposition, dont l’entrée est gratuite, est ouverte le mercredi et le vendredi de 10 à 13 heures, le jeudi de 16 à 19 heures, le samedi et le dimanche de 10 à 12 heures et de 15 à 19 heures. Pour plus d’informations: www.museolissone.it

L’artiste

Maurizio Galimberti est né à Côme en 1956, il vit et travaille à Monza. Il a abordé le monde de la photographie analogique en utilisant un appareil photo à objectif rotatif Wideluxm, puis s’est concentré sur le Polaroid en 1983. En 1991, il commence à travailler avec Polaroid Italia, dont il devient le témoin officiel, en produisant le livre Polaroid Pro Art (1995), qui est devenu un objet culte pour les fans du film Polaroid intégral. Il est nommé “Instant Artist” et est le créateur de la “Polaroid Collection Italiana”. En 1992, il a reçu le prestigieux “Gran Prix Kodak Pubblicità Italia”. En 2000, pour Kodak Italia, il crée une exposition itinérante de la série I Maestri. Il poursuit ses recherches avec Polaroid et réinvente la technique de la “mosaïque photographique”, qu’il a d’abord adaptée aux portraits. La première expérience remonte à 1989, lorsqu’il fait le portrait de son fils Giorgio. Suivent les portraits de Michele Trussardi, Carla Fracci et Mimmo Rotella, d’où ressortent la référence au photo-dynamisme des Bragaglia et la recherche du rythme et du mouvement.

Il exécute de nombreux portraits du monde du cinéma, de l’art et de la culture et la popularité qu’ils acquièrent le conduit à participer en tant que portraitiste officiel au Festival du film de Venise. La “mosaïque” est rapidement devenue la technique pour représenter non seulement les visages, mais aussi les paysages, l’architecture et les villes. Entre 1997 et 1999, il réalise deux œuvres importantes pour les villes de Paris et de Lisbonne, à partir desquelles il commence à réfléchir à l’importance de pouvoir raconter l’histoire, la musique, l’expérience d’un lieu à travers des images. En 2003, il produit le volume Viaggio in Italia, édité par Denis Curti, un récit de certains lieux de notre pays à travers des polaroïds individuels.

En 2006, lors de son premier voyage à New York, il commence ses recherches sur la lumière, sur l’énergie inspirée par la ville qui devient la représentation idéale du monde contemporain. En 2010, il consacre un autre travail à New York, créant un corpus de polaroïds individuels et de mosaïques, alternant des histoires de détails, des images d’intimité humaine avec des prises de vue qui se prêtent à l’étude, menée avec une rigueur mathématique, de différentes harmonies de composition. Suivent des travaux monographiques sur d’autres villes comme Berlin, Venise et Naples. De nouveaux projets artistiques et créatifs voient le jour, également en collaboration avec de grandes entreprises italiennes. En 2013, il a présenté le projet Paesaggio Italia / Italyscapes à Venise, sous la direction de Benedetta Donato, la première exposition anthologique consacrée à la recherche de l’auteur sur le paysage, d’où est tirée la publication du même nom publiée par Marsilio Editori.

À l’occasion de l’EXPO 2015, il a présenté la publication Milano de Maurizio Galimberti (MBP Gruppo Editoriale) et l’exposition Metamorfosi. La città che sale. En 2017, il a participé au pavillon de Venise, sous la direction de Stefano Zecchi, lors de la 57e Biennale d’art de Venise, tandis qu’entre 2019 et 2020, ses images sur la Cène de Léonard de Vinci ont été exposées à la Gallerie D’Italia di Intesa San Paolo à Milan. En 2021, il a exposé son projet Forest Frame au Muse / Palazzo delle Albere à Trente. Ses œuvres font partie de prestigieuses collections de photographies.

Image: Maurizio Galimberti, Disinfestation in Wuhan, (2020-2021 ; Fujifilm Instax mosaic, 91 x 147 cm ; LUCHI Collection)

Au MAC de Lissone, l'exposition de Maurizio Galimberti relit l'histoire récente avec ses mosaïques.
Au MAC de Lissone, l'exposition de Maurizio Galimberti relit l'histoire récente avec ses mosaïques.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.