Le NFT sera également présent à la Biennale de Venise : il sera au pavillon du Cameroun.


Il y aura une double entrée à la Biennale de Venise de cette année : la première du Cameroun et la première du NFT. Tous ensemble : le Cameroun organisera une exposition NFT.

La 59e édition de la Biennale de Venise, qui se tiendra du 23 avril au 27 novembre 2022, sera marquée par une double entrée très spéciale : la première fois pour le Cameroun, qui aura son propre pavillon national (une partie au Liceo Artistico Guggenheim et une autre au Palazzo Ca’ Bernardo Molon), intitulé Le temps des chimères. son propre pavillon national (une partie au Liceo Artistico Guggenheim et une autre au Palazzo Ca’ Bernardo Molon), intitulé Le temps des chimères, et les débuts du NFT dans la grande exposition vénitienne, qui fera son apparition dans le pavillon du pays africain, avec Armand Abanda Maye comme commissaire et Paul Emmanuel Loga Mahop et Sandro Orlandi Stagl comme curateurs. Plusieurs artistes du monde entier exposent (vingt-sept au total), dont certains Italiens (Umberto Mariani, Matteo Mezzadri, Marco Bertin, Alessandro Zannier).

Au Palazzo Ca’ Bernardo, dans le cadre du pavillon du Cameroun, il y aura une exposition NFT organisée par le collectif Global Crypto Art DAO, qui présentera vingt artistes de différents pays (mais pas du Cameroun). Le collectif DAO, qui a été formé en décembre 2021 avec divers acteurs du système artistique, y compris des membres de la communauté NFT, des artistes et des professionnels, garantira les ressources du pavillon (qui proviendront de sponsors privés et d’acheteurs investissant dans les NFT), étant donné que le gouvernement camerounais n’a pas mis de ressources à disposition pour le pavillon (bien que le commissaire Armand Abanda Maye soit une figure institutionnelle, étant le directeur de la promotion et du développement des arts au ministère camerounais de l’Art et de la Culture). Le temps des chimères, lit-on dans une note publiée par la DAO, “est une exposition d’art numérique, cryptographique et NFT et de créativité du Metaverse ouverte à l’ensemble du monde de l’art cryptographique, ainsi qu’aux professionnels et aux amateurs d’art du monde physique. Cette exposition a été fondée par la DAO Global Crypto Art (GCA) et créée par des artistes, des collectionneurs, des conservateurs, des professionnels et des experts de l’art, ainsi que des investisseurs dans la blockchain et les NFT. Avec l’approbation officielle du Comité de la Biennale de Venise et du Pavillon du Cameroun, GCA aura une meilleure présence et une plus grande influence dans le monde qu’une méthode décentralisée pure qui attirera l’attention des gens qui sont maintenant dans et hors du monde du cryptoart.”

Pour l’exposition au pavillon du Cameroun, le commissaire italien Sandro Orlandi Stagl, afin de rester en phase avec les thèmes généraux, a voulu mettre l’accent sur l’un des aspects les plus significatifs de la création artistique : l’imagination, qui a toujours été à la base des mythes. Ainsi, le titre Il tempo delle chimere (Le temps de la chimère ) entend remettre au goût du jour l’animal mythologique qui symbolise les illusions, les fantasmes risqués, les rêves irréalisables et les visions dystopiques. “Poursuivre une chimère semble être une folie”, souligne Orlandi Stagl, “mais c’est le seul moyen de réaliser ses rêves impossibles et les artistes ont le pouvoir de défier cette folie et de nous faire rêver”. Outre l’exposition de cryptoart au Palazzo Ca’ Bernardo, il y aura également une exposition d’œuvres numériques au Liceo Guggenheim où huit artistes interviendront : quatre camerounais (Francis Nathan Abiamba, Angéle Etoundi Essamba, Justine Gaga, Salifou Lindou) et quatre internationaux (Shay Frisch, Umberto Mariani, Matteo Mezzadri et Jorge R. Pombo).

Le pavillon est également ouvert aux dons : La DAO a fait savoir qu’une série de NFT sera mise en vente et que les recettes serviront à financer le projet ( les acheteurs bénéficieront de billets pour la Biennale, de dîners, de la participation à des événements, etc.) Les artistes participant à l’exposition ont été invités à offrir au moins une œuvre qui sera vendue sous forme de NFT à la fin de l’exposition. Les recettes seront utilisées pour soutenir le collectif. L’exposition suscite déjà la curiosité.

Sur la photo, le lycée Guggenheim de Venise.

Le NFT sera également présent à la Biennale de Venise : il sera au pavillon du Cameroun.
Le NFT sera également présent à la Biennale de Venise : il sera au pavillon du Cameroun.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.