Importante découverte à Savone : six tapis d'Arturo Martini ont été retrouvés. Présentés lors d'une exposition


Trouvaille exceptionnelle à Savone : découverte de six tapis d'Arturo Martini, inédits et connus uniquement par des dessins. Ils seront exposés au Musée de la céramique de Savone du 22 mars au 15 juillet 2024.

Une découverte importante a été faite à Savone: six œuvres textiles inédites d’Arturo Martini (Trévise, 1889 - Milan, 1947) ont été retrouvées. Jusqu’à présent, ces œuvres n’étaient connues que sous la forme de dessins mentionnés dans la littérature critique: leur exécution réelle était inconnue. Ophelia, Il Veglione et Il Circo/I saltimbanchi (trois sujets, chacun développé en deux variantes différentes, soit un total de six œuvres) sont des tapis conçus à la fin des années 1920 par Martini et produits par MITA - Manifattura italiana tappeti artistici à Gênes Nervi pour la toute nouvelle entreprise de meubles DIANA - Decorazioni Industrie Artistiche Nuovi Arredamenti de l’architecte Mario Labò.

Cette découverte, qualifiée d’“inattendue” et d’“exceptionnelle” par les experts du musée de la céramique de Savone, sera exposée au musée de Savone dans le cadre de l’exposition Arturo Martini. La trama dei sogni. Tissus, peintures, céramiques, prévue du 22 mars au 15 juillet 2024, avec un approfondissement également dans les espaces de la Pinacoteca Civica de la ville. Le projet est conçu et promu par l’Associazione Lino Berzoini, Centro per lo studio e lo sviluppo dell’arte, et par la Fondazione Museo della Ceramica di Savona, sous la direction de Carla Bracco, avec la collaboration de Magda Tassinari et Donatella Ventura, la contribution scientifique de Wolfsoniana - Palazzo Ducale Fondazione per la Cultura de Gênes et du Museo Luigi Bailo de Trévise, avec le soutien de la Fondazione A. De Mari et de la municipalité de Savone.

Manifattura MITA, Genova Nervi, d'après un dessin d'Arturo Martini, Ofelia (1929-1930 ; tapis de laine, 85 x 110 cm)
Manifattura MITA, Genova Nervi, d’après un dessin d’Arturo Martini, Ofelia (1929-1930 ; tapis de laine, 85 x 110 cm)
Manifattura MITA, Genova Nervi, d'après un dessin d'Arturo Martini, Il Veglione (1929-1930 ; tapis de laine, 87 x 110 cm) Manifattura MITA, Gênes
Nervi, d’après un dessin d’Arturo Martini, Il Veglione (1929-1930 ; tapis de laine, 87 x 110 cm)
Manifattura MITA, Genova Nervi, d'après un dessin d'Arturo Martini, Il Veglione (1929-1930 ; tapis de laine, 87 x 110 cm) Manifattura
MITA, Gênes Nervi, d’après un dessin d’Arturo Martini, Il Veglione (1929-1930 ; tapis de laine, 87 x 110 cm)
Manifattura MITA, Genova Nervi, d'après un dessin d'Arturo Martini, Il circo equestre ou I saltimbanchi (1929-1930 ; tapis de laine, 83 x 119 cm)
Manifattura MITA, Gênes Nervi, d’après un dessin d’Arturo Martini, Il circo equestre ou I saltimbanchi (1929-1930 ; tapis de laine, 83 x 119 cm)

L’exposition part d’une découverte exceptionnelle et documente le rapport entre Martini et l’art textile, cultivé entre Albisola, Gênes et Vado Ligure, où l’artiste trévisan a vécu entre 1920 et 1932, créant nombre de ses chefs-d’œuvre les plus connus. Grâce à la collaboration avec le Wolfsoniana - Palazzo Ducale Fondazione per la Cultura de Gênes, le Bailo Museum de Trévise et le Museo del Paesaggio de Verbania, les trois esquisses exécutives des tapis exposés et un quatrième sujet - Bagnanti - actuellement sans contrepartie textile, seront présentés, ainsi que les œuvres graphiques également consacrées aux personnages de Il Circo/I saltimbanchi et Il Veglione.

Arturo Martini. La trama dei sogni se propose d’exposer l’ensemble du processus d’élaboration des œuvres textiles par l’artiste et la manufacture ligure: du dessin, parfois repris dans des exécutions imprimées et ensuite développé dans la “messa in carta”, base graphique du tissage, à l’analyse technique des matériaux, du processus de nouage du fil de laine à l’aboutissement formel de l’œuvre. Le corpus de tapis exposés au Museo della Ceramica sera accompagné d’œuvres plastiques (en céramique, terre cuite, plâtre et bronze) et de réalisations picturales et graphiques (peintures en particulier, mais aussi dessins, kéramographies et lithographies), pour un total d’environ 50 œuvres exposées, dont une petite partie sera également présentée dans les espaces de la Pinacoteca Civica di Savona. Toutes les œuvres abordent des thèmes similaires avec des techniques différentes : le rêve, le conte de fées, l’enfance (sujets récurrents surtout après la naissance de la première fille de Martini en 1921), jusqu’au jeu à l’âge adulte, entre cirque, théâtre et mélodrame.

Martini affirme que “toutes les œuvres d’art ont le même droit de se tenir au balcon de l’univers” et, convaincu que “la forme existe dans la matière”, il choisit les plus robustes et les plus solides pour les grands thèmes de son œuvre. Pour les grands thèmes de l’homme et de la société, il choisit les plus robustes et les plus solides, pour les fables et les rêves, les plus souples et les plus flexibles, ces derniers étant souvent confiés à la céramique, mais aussi, comme le montrent les découvertes de Savona, au tissu de laine nouée. À travers des textes, des documents et des photographies, l’exposition se penche également sur l’histoire de la MITA - Manifattura italiana tappeti artistici. Fondée en 1926 à Nervi par Mario Alberto Ponis et liée à des personnalités telles que Fortunato Depero et Gio Ponti, l’usine a su allier pendant cinquante ans la tradition des tapis noués à la main à l’innovation mécanique visant une production industrielle de qualité. La manifestation de Savone vise donc à mettre en lumière la saison des arts appliqués de la Première Guerre mondiale, qui a connu en Ligurie un développement particulièrement vif, grâce également à la figure de l’architecte Mario Labò, qui, parmi les nombreuses activités qu’il a promues, a favorisé la naissance de DIANA et d’ILCA - Industria Ligure Ceramiche Artistiche - pour laquelle Martini a créé de nombreuses céramiques, y compris des monotypes.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par Sagep et sera complétée par une série de conférences, de visites guidées, de rencontres thématiques, d’ateliers, de spectacles et de lectures organisés entre Savone et Vado Ligure. L’exposition est la suite logique du projet Arturo Martini, organisé par l’Association Lino Berzoini, Carla Bracco, Magda Tassinari et Donatella Ventura, au printemps-été 2021. Pendant la durée de l’exposition, le premier étage du Museo della Ceramica accueillera également une exposition de textiles et de céramiques inspirés de Martini, créés par l’artiste Alessandro Teoldi (Milan, 1987), en partenariat avec la galerie Capsule de Shanghai.

“Nous sommes très fiers de porter à l’attention du public cette importante découverte, qui nous donne également l’occasion d’étudier certains aspects de l’œuvre d’Arturo Martini qui sont encore peu ou pas connus”, a déclaré Luciano Pasquale, président de la Fondation du musée de la céramique de Savone. “Un artiste qui a en partie fait de cette terre sa maison. Cette exposition, la première à étendre nos recherches au-delà de l’art céramique, souligne le rôle de plus en plus actif du musée de la céramique de Savone sur la scène culturelle locale, nationale et internationale”.

Horaires d’exposition : lundi 9h30-13h ; vendredi et samedi 9h30-13h et 15h30-18h30 ; dimanche 9h30-17h.

Importante découverte à Savone : six tapis d'Arturo Martini ont été retrouvés. Présentés lors d'une exposition
Importante découverte à Savone : six tapis d'Arturo Martini ont été retrouvés. Présentés lors d'une exposition


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.