À Novara, une grande exposition sur le divisionnisme avec tous les protagonistes, de Morbelli à Pellizza da Volpedo.


Du 23 novembre 2019 au 5 avril 2020 au Castello Visconteo Sforzesco de Novara se tient l'exposition Divisionnisme. La révolution de la lumière.

Du 23 novembre 2019 au 5 avril 2020 au Castello Visconteo Sforzesco de Novara se tient l’exposition Divisionnisme. La révolution de la lumière, qui s’est fixé un objectif ambitieux : “ être la plus importante exposition consacrée au divisionnisme de ces dernières années ”, comme l’indique la présentation. Organisée par Annie-Paule Quinsac, qui se consacre à l’étude de l’art divisionniste depuis les années 1960 (elle est notamment spécialiste d’artistes tels que Giovanni Segantini, Carlo Fornara et Vittore Grubicy de Dragon), elle vise à retracer l’histoire du divisionnisme et en particulier celle de la Lombardie-Piémont, où le rapport des artistes avec le territoire a déterminé les choix et la démarche d’ensemble.

Le divisionnisme est né à Milan, sur le même principe que le pointillisme, né en France, mais sans influence directe. Il part de l’idée que l’étude des traités d’optique, qui ont révolutionné la notion de couleur, doit déterminer la technique du peintre moderne. Il se développe en Italie du Nord, grâce notamment au soutien de Vittore Grubicy de Dragon, marchand d’art, critique, publiciste et lui-même peintre, qui dirige avec son frère Alberto une galerie d’art à Milan à partir de 1876. C’est Vittore qui a répandu parmi les peintres de son écurie le principe de remplacer le mélange chimique des couleurs traditionnellement obtenu sur la palette, par une approche directe de la combinaison de tons complémentaires sur la toile. D’une donnée chimique, la couleur devient un phénomène optique et, à la bonne distance, l’œil du spectateur peut recomposer les coups de pinceau détachés en une synthèse tonale, percevant ainsi une plus grande luminosité dans le tableau. Bientôt, le divisionnisme de Milan et de Lombardie se répand dans le Piémont : la touche divisée est destinée à devenir un outil privilégié dans la traduction d’une poétique de la nature ou d’une focalisation sur des thèmes sociaux. Seul Gaetano Previati, irréductiblement antiréaliste dès le début, élabore une vision symboliste qui naît du mythe, d’une interprétation visionnaire de l’histoire ou de l’iconographie chrétienne, aux antipodes de celle de Segantini, toujours liée à la racine naturaliste d’une perception panique de la haute altitude.

L’exposition se compose de huit sections thématiques: la première explore les artistes de la galerie Grubicy, avec des œuvres de Tranquillo Cremona, Daniele Ranzoni, Giuseppe Pellizza da Volpedo, Angelo Morbelli, Gaetano Previati, Emilio Longoni, Giovanni Segantini et, bien sûr, Vittore Grubicy lui-même. La deuxième section est consacrée à la première Triennale de Brera, qui s’est tenue à Milan en 1891, année à laquelle on date généralement la naissance “officielle” du mouvement : le public pourra admirer la grandiose Maternité de Previati, peinte entre 1890 et 1891 (étant donné le caractère exceptionnel du prêt, elle a été placée dans une salle où elle peut être admirée gratuitement). Des œuvres de Segantini, Morbelli, Pellizza, Longoni, Grubicy et Sottocornola complètent la section. La troisième section est consacrée au triomphe du divisionnisme et à ses principaux interprètes (Plinio Nomellini et Carlo Fornara s’ajoutent à ceux mentionnés ci-dessus), tandis que la quatrième présentera une étude approfondie entièrement consacrée à Pellizza da Volpedo, avec cinq de ses œuvres, dont le chef-d’œuvre Sul fienile (Sur l’étable), réalisé au cours de l’été 1892. La cinquième section propose un autre approfondissement thématique sur la neige (les protagonistes sont Segantini, Fornara, Morbelli et d’autres), tandis que la sixième introduit un focus sur Gaetano Previati. La septième salle est également consacrée à un seul protagoniste, Segantini, dont sept dessins sont exposés. Enfin, la dernière salle présente les développements du divisionnisme dans les premières décennies du XXe siècle.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue scientifique comprenant un essai du commissaire, des fiches biographiques des artistes, des fiches critiques des œuvres individuelles confiées aux spécialistes de référence et des appareils bibliographiques et d’exposition. L’exposition est promue et organisée par la municipalité de Novara, la Fondation Castello Visconteo et l’association METS Percorsi d’arte, en collaboration avec l’ATL de la province de Novara, sous le patronage de la Commission européenne, de la région du Piémont et de la province de Novara, et avec le soutien du Banco BPM (sponsor principal), de la Fondazione CRT et d’Esseco s.r.l.. Pour plus d’informations, visitez le site web du château de Novara.

Photo : Gaetano Previati, Maternité (1890-91 ; huile sur toile, 175,5 x 412 cm ; Collection Banco BPM)

À Novara, une grande exposition sur le divisionnisme avec tous les protagonistes, de Morbelli à Pellizza da Volpedo.
À Novara, une grande exposition sur le divisionnisme avec tous les protagonistes, de Morbelli à Pellizza da Volpedo.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.