Le divisionnisme en Italie. Origine et développement de la technique picturale


Les peintres divisionnistes ont adopté une technique consistant à poser sur la toile des couleurs pures, divisées et non mélangées. Origine et développement.

Le divisionnisme est un phénomène pictural italien au tournant de l’avant-dernière décennie du XIXe siècle et de la première décennie du XXe siècle, qui s’inscrit plus largement dans le courant international du néo-impressionnisme, qui a suivi et renouvelé l’expérimentation et la recherche techniques de l’impressionnisme.Comme en France, en Italie, à la fin du XIXe siècle, la connaissance des théories et des études scientifiques sur la couleur conduit à des procédés picturaux visant à accroître la sensation visuelle de l’image et à dépasser la peinture historico-naturaliste.

Partant de la pratique impressionniste de la division des couleurs et de la juxtaposition des complémentaires, les néo-impressionnistes s’intéressent principalement à la représentation des effets de la lumière et à l’obtention d’une luminosité maximale en juxtaposant des couleurs pures sur la toile et en ne les mélangeant pas sur la palette, afin d’obtenir une fusion dans l’œil de l’observateur. Les couleurs étant utilisées de manière divisée, ce courant des peintres italiens est appelé “divisionnisme”.

Comme en France avec le pointillisme, théorisé et adopté par Georges Seurat (Paris, 1859 - Gravelines, 1891), repris et diffusé par Paul Signac (Paris, 1863 - 1935) et ses suiveurs, lepointillisme consiste à mélanger les couleurs sur la palette afin d’obtenir une fusion de l’œil de l’observateur. 1935) et ses disciples, selon laquelle de minuscules points de couleurs sélectionnées et juxtaposées se fondent à distance dans une couleur dominante, les divisionnistes appliquent une méthode de composition consistant à juxtaposer de petites touches ou des filaments de couleur. Cependant, contrairement à l’expérience française, particulièrement attentive aux aspects scientifiques de la technique, le divisionnisme italien est chargé de significations symboliques visant à produire des correspondances entre des états émotionnels et des formes qui parlent de la modernité à l’ère de l’industrialisation.

Avec la croissance des centres urbains et le progrès technologique, les artistes cherchent à rendre compte de l’évolution du rapport de l’homme à la ville et à la campagne, et se tournent vers des sujets naturalistes et des thèmes sociaux, interprétés avec un sentiment spécifique par chacun des peintres. Le pointillisme se répand dans plusieurs régions d’Italie, mais son principal centre artistique se trouve à Milan, où il se manifeste officiellement en 1891, lorsque les premières œuvres pointillistes sont exposées lors de la première triennale de cette année-là, qui se tient à Brera. Les théories divisionnistes sont affirmées par Gaetano Previati (Ferrare, 1852 - Lavagna, Gênes, 1920) dans certains écrits du début du siècle, mais le courant émerge depuis quelques décennies avec des œuvres de Previati lui-même, de Giovanni Segantini (Arco, 15 janvier 1858 - Schafberg, Suisse, 28 septembre 1890) et d’autres artistes. Schafberg, Suisse 28 septembre 1899), Angelo Morbelli (Alessandria, 1853 - Milan, 1919), Giuseppe Pellizza da Volpedo (Volpedo, 1868 -1907) et Vittore Grubicy de Dragon (Milan, 1851 - 1920), qui en fut le premier instigateur, auxquels s’ajouta Plinio Nomellini (Livourne, 1866 - Florence, 1943).

Giovanni Segantini, Les deux mères (1889-1890 ; huile sur toile, 157 x 280 cm ; Milan, Galleria d'Arte Moderna)
Giovanni Segantini, Les deux mères (1889-1890 ; huile sur toile, 157 x 280 cm ; Milan, Galleria d’Arte Moderna)
Gaetano Previati, Maternité (1890-1891 ; huile sur toile, 175,5 x 412 cm ; Collection Banco BPM)
Gaetano Previati, Maternité (1890-1891 ; huile sur toile, 175,5 x 412 cm ; Collection Banco BPM)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Le quatrième pouvoir (1901 ; huile sur toile, 293 x 545 cm ; Milan, Museo del Novecento)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Le quatrième pouvoir (1901 ; huile sur toile, 293 x 545 cm ; Milan, Museo del Novecento)
Vittore Grubicy de Dragon, Tutto candore ! o Neve o In Albis (1897 ; huile sur toile, 58 x 97,5 cm ; Milan, GAM, inv. 1719)
Vittore Grubicy de Dragon, Tutto candore ! o Neve o In Albis (1897 ; huile sur toile, 58 x 97,5 cm ; Milan, GAM, inv. 1719)
<img class="lazy" src="https://www.finestresullarte.info/Grafica/placeholder.jpg" data-src=“https://cdn.finestresullarte.info/rivista/immagini/2022/fn/gaetano-previati-sul-prato.jpg ” alt=“Gaetano Previati, Sur le pré (1889-1890 ; huile sur toile ; Florence, <a href=”https://www.finestresullarte.info/musei/palazzo-pitti-storia-capolavori-museo-firenze“>Palazzo Pitti</a>, Galleria d’Arte Moderna) ” title="Gaetano Previati, Sur le pré
(1889-1890
; huile sur toile ; Florence, Palazzo Pitti, Galleria d’Arte Moderna) " />
Gaetano Previati, Sur le pré (1889-1890 ; huile sur toile, 56 x 62 cm ; Florence, Palazzo Pitti, Galleria d’Arte Moderna)

Origines et développement italien du divisionnisme

L’année 1886 marque un tournant dans le monde de l’art européen, car la huitième et dernière exposition impressionniste marque également l’avènement du néo-impressionnisme avec l’exposition du tableau récemment achevé de Seurat, Un dimanche après-midi sur l’île de la Grande-Jatte (1884-86), dans lequel le peintre français applique la couleur dans des champs denses de points individuels pour imiter l’aspect vibrant de la lumière naturelle. Il s’agit de l’un des premiers exemples de réaction artistique au mouvement impressionniste.

Seurat a développé un style de peinture scientifique d’avant-garde qui a attiré l’attention et celle du critique d’art Félix Fénéon, qui a inventé le terme “néo-impressionnisme”. Les peintres néo-impressionnistes se fiaient à l’œil du spectateur pour mélanger les couleurs qui apparaissaient sur la toile. Les découvertes scientifiques du XIXe siècle suggèrent que la luminosité n’est pas un produit objectif mais subjectif, car chaque œil humain réunit les longueurs d’onde lumineuses reçues de l’extérieur grâce à ses propres capacités de perception. Les découvertes ont montré que la lumière n’est pas blanche, mais composée dans l’œil des sept couleurs de l’iris. En 1890, le néo-impressionnisme est devenu un mouvement international, adopté par de nombreux artistes européens, lié à la théorie des couleurs et à l’utilisation de petits points ou de coups de pinceau. Le divisionnisme est né de ces influences, centrées sur l’Italie du Nord. Il s’est surtout répandu à Milan, dans le prolongement historique du mouvement Scapigliatura qui avait vu le jour dans cette ville entre les années 1860 et la fin des années 1870.

L’artiste et critique d’art Vittore Grubicy de Dragon a introduit le pointillisme auprès des artistes italiens à la fin des années 1880 et a ensuite diffusé leurs œuvres à l’étranger, notamment par le biais des activités de la galerie Grubicy gérée avec son frère Alberto. Il avait passé les années 1882-1885 aux Pays-Bas, où il avait rencontré et subi l’influence de l’artiste Anton Mauve, cousin de Vincent Van Gogh et partisan des recherches néo-impressionnistes. C’est lors de la première Triennale de Brera, en 1891, que deux œuvres considérées comme divisionnistes ont reçu la plus grande attention. Giovanni Segantini expose Les deux mères (1889-1890) et Maternité (1890-1891) de Gaetano Previati, considérée aujourd’hui comme la première œuvre du néo-impressionnisme italien et comme un tournant pour l’art moderne en Italie, en raison de l’utilisation de thèmes symbolistes et de son influence sur l’Art nouveau et l’expressionnisme italien. Previati connaissait la perception de la couleur dans l’œil du spectateur et prônait sa résonance émotionnelle et spirituelle. Il expose ses théories sur la peinture dans divers écrits: des Memorie sulla tecnica dei dipinti de 1896, à La tecnica della pittura de 1905 et Principi scientifici del divisionismo de 1906, jusqu’en 1913 avec Della pittura. Technique et art.

Avec lui, Segantini, Pelizza, Morbelli et d’autres, appréciés comme les principaux représentants du divisionnisme, étaient tous sous contrat avec la galerie des frères Grubicy. Comme nous l’avons vu plus haut, Vittore fut l’un des premiers théoriciens et partisans de la technique, promouvant ses œuvres par le biais d’expositions et de salons nationaux et parisiens, comme le “Salon des peintres divisionnistes italiens” en 1907, qui attira des peintres d’autres régions d’Italie, du Piémont, de Ligurie et de Toscane. Après avoir abandonné l’activité commerciale, il se consacra à la peinture divisionniste.

Umberto Boccioni et Giacomo Balla, dont l’œuvre Journée ouvrière de 1904 est exemplaire, se joignent également aux recherches du groupe pour expérimenter des modes de décomposition de la lumière et de la forme avant d’en venir au futurisme. On peut donc situer la période des peintres divisionnistes dans la période pré-futuriste. En désaccord avec le réalisme pictural et l’expérience des Macchiaioli, qui travaillent à partir du milieu du XIXe siècle à partir de la composition par taches et des effets de réel, ils prônent la nécessité d’une s-composition en filaments de couleurs pour donner aux œuvres une atmosphère suspendue et une impression de dynamisme.

Segantini affirme que l’art “n’a rien à voir avec l’imitation de la réalité, car la création n’est possible que par l’impulsion de l’esprit et de l’âme humaine”. Il en va de même pour Previati, qui écrit que la tâche de l’artiste “n’est pas de copier littéralement tout ce qu’il voit, mais qu’il s’agit d’une fonction intellectuelle sur les formes et les couleurs du réel...”. Le divisionnisme s’est concentré sur la représentation du paysage et sur desvisions inspirées de la vie quotidienne et en même temps symbolistes, en tant qu’interprétations des conditions sociales, concernant les idées parfois politiques de ses représentants. L’œuvre la plus célèbre et la plus représentative du phénomène divisionniste est celle de Pelizza, issue d’une expérience de jeunesse dans la Scapigliatura milanaise, intitulée Il Quarto Stato de 1901. Une marche de travailleurs du prolétariat en grève, se dirigeant vers leur émancipation sociale.

Gaetano Previati, Danse des heures (1899 ; huile et tempera sur toile, 134 x 200 cm ; Milan, Collection Fondazione Cariplo, Gallerie d'Italia, Piazza Scala)
Gaetano Previati, Danse des heures (1899 ; huile et tempera sur toile, 134 x 200 cm ; Milan, Collection Fondazione Cariplo, Gallerie d’Italia, Piazza Scala)
Giovanni Segantini, Alla stanga (1886 ; huile sur toile, 170 x 390 cm ; Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna)
Giovanni Segantini, Alla stanga (1886 ; huile sur toile, 170 x 390 cm ; Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna)
Giovanni Segantini, Vache brune à l'auge (1887 ; huile sur toile, 88 x 70 cm ; Milan, Galleria d'Arte Moderna, Inv. GAM 7595)
Giovanni Segantini, Vache brune à l’auge (1887 ; huile sur toile, 88 x 70 cm ; Milan, Galleria d’Arte Moderna, Inv. GAM 7595)
Angelo Morbelli, Pour quatre-vingts centimes ! (1895-1897 ; huile sur toile, 67,5 x 121,5 cm ; Vercelli, Museo Borgogna)
Angelo Morbelli, Pour quatre-vingts centimes ! (1895-1897 ; huile sur toile, 67,5 x 121,5 cm ; Vercelli, Museo Borgogna)
Angelo Morbelli, Un Noël au Pio Albergo Trivulzio (1909 ; huile sur toile, 99 x 173,5 cm ; Turin, GAM - Galleria Civica d'Arte Moderna e Contemporanea)
Angelo Morbelli, Un Natale al Pio Albergo Trivulzio (1909 ; huile sur toile, 99 x 173,5 cm ; Turin, GAM - Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Speranze deluse (1893 ; huile sur toile, 110 x 170 cm ; collection privée)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Espoirs déçus (1893 ; huile sur toile, 110 x 170 cm ; Collection privée)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Sur la grange (huile sur toile, 133 x 243,5 cm ; collection privée)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Sur la grange (1893 ; huile sur toile, 133 x 243,5 cm ; Collection privée)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Le soleil levant (1903-1904 ; huile sur toile, 150 x 150 cm ; Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Le soleil levant (1903-1904 ; huile sur toile, 150 x 150 cm ; Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea)
Plinio Nomellini, Soleil et givre (1896 ; huile sur toile, 125 x 125 cm ; Novara, Galleria d'Arte Moderna Paolo e Adele Giannoni)
Plinio Nomellini, Soleil et givre (1896 ; huile sur toile, 125 x 125 cm ; Novara, Galleria d’Arte Moderna Paolo e Adele Giannoni)

La personnalisation de la technique divisionniste des principaux représentants

La technique de décomposition chromatique adoptée par les divisionnistes visait à créer des peintures lumineuses de la vie moderne, dans ses aspects à la fois rêveurs et brûlants, liés au rapport avec la nature et les animaux comparés à la frénésie de la ville, aux travaux des champs et aux conditions des travailleurs eux-mêmes, tout en renonçant à la crudité du réalisme. Le procédé pictural, qui impliquait la représentation de la lumière comme fondement de la vision, était novateur et voyait chaque artiste affirmer un coup de pinceau différent et une approche symbolique qui lui était propre. Un procédé qui, selon Previati, auteur de textes théoriques tardifs, “reproduit les ajouts de lumière par une séparation méthodiquement minutieuse des couleurs complémentaires”.

L’une des caractéristiques, favorisée par la commercialisation de couleurs industrielles et de pigments jusqu’alors inconnus, est l’introduction du jaune de chrome, du vert viridien, du bleu de cobalt ou du violet. Les peintres ont en commun une composante sentimentale qui se traduit par un coup de pinceau filamenteux chez Previati, plus matériel chez Segantini, attentif au clair-obscur chez Morbelli. Chez ces représentants majeurs du mouvement, la technique divisionniste est utilisée à la fois comme un outil d’interprétation de la réalité et pour élaborer des thèmes allégoriques, en relation avec les développements du symbolisme européen.

Grubicy, contrairement aux autres divisionnistes, a adopté des coups de pinceau plus définis et plus corsés, appliquant de manière moins rigoureuse les principes scientifiques qui sous-tendent la décomposition des couleurs.Ses tableaux présentent des lumières douces et crépusculaires, comme dans L’hiver dans les montagnes (1895), titre que l’artiste avait donné à l’origine à son œuvre aujourd’hui connue sous le nom de Poème d’hiver, qui fait partie d’un cycle de huit toiles peintes entre 1894 et 1911(pour en savoir plus sur ce cycle, cliquez ici). Grubicy avait l’habitude de peindre avec une technique d’empâtement, divisant l’image en plans et en zones d’ombre et de lumière ; ce n’est que plus tard, parfois même des années plus tard, qu’il revenait à la première ébauche avec un réseau dense de petits coups de pinceau de couleur pure. Les résultats de ce processus de véritable identification avec le paysage sont ensuite assemblés par l’artiste en triptyques ou polyptyques, considérés comme les mouvements d’une pièce symphonique ou les cantos d’un grand poème.

Previati, considéré comme le plus lyrique et le plus visionnaire, utilise la technique divisionniste pour donner un effet de suspension à des représentations de thèmes historiques(Le Roi Soleil, 1890-1893) ainsi qu’à de vibrantes scènes rurales(Dans la prairie , 1889-1890). La Danse des heures (1899, en savoir plus sur l’œuvre ici) est l’un de ses chefs-d’œuvre, tant pour sa haute signification symbolique que pour la qualité de sa peinture de lumière pure: les douze heures de la mythologie romaine, personnifications des différents moments de la journée, dansent en se tenant par la main en survolant la terre tandis que le soleil baigne l’ensemble de la composition d’une lumière dorée.

Chez Segantini , la lumière prédomine dans les scènes de nature vierge avec un style identitaire, des couleurs pleines et des plans larges, comme dans Alla stanga de 1886 ou La mucca all’abbeveratoio de 1887 par exemple, transformant les théories divisionnistes en visions et s’immergeant complètement dans la vie naturelle: “Je commence à assaillir ma toile avec des coups de pinceau minces, secs ou gras, en laissant toujours un espace, un interstice, entre un coup de pinceau et le suivant, que je remplis avec des couleurs complémentaires, si possible lorsque la couleur fondamentale est encore fraîche [...] Le mélange des couleurs sur la palette est un chemin qui mène vers le noir: plus nous jetons de couleurs pures sur la toile, mieux nous menons notre peinture vers la lumière, l’air, la vérité”.

Comme ses collègues divisionnistes, surtout dans la dernière phase de sa production, une composante mystico-symbolique est accentuée dans ses œuvres(La vita, 1896-1899) jusqu’à La morte, du Trittico delle Alpi, interrompue par sa fin soudaine en 1899. Segantini, comme les autres, démontre que les valeurs universelles peuvent être illustrées par la représentation de la nature et l’adhésion à la vie. Pellizza , quant à lui, bien qu’il ait également abordé des sujets naturels, est parmi les divisionnistes le partisan le plus convaincu des thèmes sociaux avec Angelo Morbelli (connu pour des œuvres telles que Per 80 centesimi, 1895-1897 et Un Natale al Pio Albergo Trivulzio, 1909: pour en savoir plus sur les œuvres du Pio Albergo Trivulzio, cliquez ici).

Il présente ses premières œuvres pointillistes d’inspiration paysanne Speranze deluse et Sul fienile (1893) à la deuxième Triennale de Brera en 1894, puis affirme ses recherches chromatiques dans Quarto stato (1898-1901), sa peinture la plus connue, à laquelle il est parvenu après une décennie d’élaboration théorique et conceptuelle. Dans cette grande toile de plus de 5 mètres de long, il entend représenter non seulement une scène de protestation sociale, mais aussi une véritable allégorie du peuple avançant vers un avenir radieux, où les personnages se dirigent vers la lumière, laissant derrière eux un coucher de soleil. C’est ensuite avec Le Soleil levant (1903-1904) que sa vision universelle de la lumière va exploser. Comprenant toute la gamme des couleurs de l’iris sous forme de tirets, il décrit bien l’effet sur la vue d’un observateur d’un lever de soleil.

Nomellini est également venu au pointillisme en abordant le thème de la lumière, comme dans Soleil et givre (1896), contribuant à confirmer que la technique pointilliste était un moyen d’expression à la fois stylistique et émotionnel.

Le divisionnisme en Italie. Origine et développement de la technique picturale
Le divisionnisme en Italie. Origine et développement de la technique picturale


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.