À Padoue, ombres et lumières des États-Unis à travers 120 artistes et 130 œuvres


Le Centro Culturale Altinate San Gaetano de Padoue présente l'exposition "American Beauty" du 13 septembre 2023 au 21 janvier 2024. L'exposition présente 130 œuvres qui illustrent les ombres et les lumières des États-Unis.

Du 13 septembre 2023 au 21 janvier 2024, le Centro Culturale Altinate San Gaetano de Padoue présente l’exposition American Beauty, sous la direction de Daniel Buso et organisée par ARTIKA en collaboration avec Kr8te et la ville de Padoue.

Une sélection de 130 œuvres sera exposée, à travers lesquelles les ombres et les lumières des États-Unis seront racontées. American Beauty est le nom d’une merveilleuse rose rouge créée en France qui, exportée aux États-Unis, est devenue la rose la plus répandue sur le continent nord-américain, ainsi que la fleur symbolique de la ville de Washington. Ce sont les pétales de cette rose qui ont accueilli le corps nu d’Angela Hayes dans le film très populaire du même nom. American Beauty est une rose magnifique mais fragile. Ses pétales résistent longtemps avant de se faner, tandis que la tige pourrit rapidement : une métaphore efficace de la société américaine et de ses contradictions évidentes et cachées.

Ce portrait des Etats-Unis est proposé par 120 artistes, américains mais pas seulement, avec 130 oeuvres.

C’est la photographie qui introduit le visiteur dans l’univers américain triomphant et décadent. Elle commence en noir et blanc, avec des maîtres comme Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, Diane Arbus et Elliott Erwitt, et se poursuit avec les images en couleur de Steve McCurry, Vanessa Beecroft et Annie Leibovitz.

De salle en salle, le parcours passe par des œuvres des maîtres du Pop Art (James Rosenquist, Robert Indiana et Andy Warhol), aux protagonistes du Street Art: Keith Haring, Mr Brainwash, Obey et Banksy. De la célèbre image de propagande de Joe Rosenthal (vantant la victoire américaine d’Iwo Jima sur le Japon en 1945) aux émeutes anarchistes des peintures murales de Banksy.

Les sections, identifiées par le conservateur Daniel Buso, abordent certains des thèmes les plus importants afin d’approfondir l’analyse de la culture et de la société américaines. Le début de l’exposition est consacré au patriotisme, le drapeau américain étant le symbole par excellence appelé à représenter l’attachement nationaliste typiquement américain. Un florilège de couleurs et d’images en noir et blanc prises par de grands photographes internationaux, tous occupés à immortaliser les centaines de manifestations publiques ou privées du patriotisme américain. L’exposition se poursuit en tentant d’esquisser les relations internationales complexes tissées au cours des cent dernières années par les États-Unis. Depuis la participation à la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux expériences plus récentes en Afghanistan et en Iran.

L’exposition s’intéresse également aux États-Unis et aux conflits qui se déroulent non seulement à des milliers de kilomètres, mais aussi chez eux. De nombreux artistes, dont Banksy et Paul Insect, immortalisent une Amérique en ébullition, secouée par la guérilla urbaine et l’utilisation aveugle des armes à feu ; Steve McCurry raconte le jour le plus tragique pour les Américains : le 11 septembre 2001. L’exposition réserve également un espace à la question la plus actuelle du débat social : Black Lives Matter.

American Beauty explore des aspects essentiels pour comprendre les contradictions qui traversent la superpuissance américaine. Un récit serré qui entend donner la parole à certains des protagonistes absolus de l’art international.

“Nous avons choisi de commencer par l’image qui, peut-être plus que toute autre, exprime l’esprit américain”, explique le commissaire, "à savoir le moment où un groupe de marines lève le drapeau à Iwo Jima, dans la photographie de Joe Rosenthal. L’image a connu un grand succès mondial, même si certaines personnes en coulisses ont mis en doute son authenticité. La photographie est rapidement utilisée à des fins de propagande, tandis que Rosenthal reçoit le prestigieux prix Pulitzer.

Image : Keith Haring, American Music Festival (1988)

À Padoue, ombres et lumières des États-Unis à travers 120 artistes et 130 œuvres
À Padoue, ombres et lumières des États-Unis à travers 120 artistes et 130 œuvres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.