Au MAXXI de Rome, l'exposition retrace la pluralité des recherches artistiques italiennes et internationales.


Au MAXXI de Rome, l'exposition Fuori Tutto témoigne de la vitalité et de la pluralité de la recherche artistique italienne et internationale entre peinture, sculpture, architecture, photographie, vidéo, installation, performance et expérimentation sonore.

Du 28 juin au 25 février 2023, l’exposition Fuori Tutto, organisée par Bartolomeo Pietromarchi ; section architecture organisée par Pippo Ciorra, Laura Felci, Elena Tinacci, et section photographie organisée par Simona Antonacci ; Videogallery organisée par Irene de Vico Fallani, Giulia Lopalco, Archive Wall organisée par Centro Archivi MAXXI Arte, sera présentée au MAXXI à Rome, dans la Galerie 1 et la Galerie 3.

L’exposition a pour but de raconter la vitalité et la pluralité de la recherche artistique italienne et internationale entre la peinture, la sculpture, l’architecture, la photographie, la vidéo, l’installation, la performance et l’expérimentation sonore. Parmi les artistes présents figurent Rosa Barba, Elisabetta Di Maggio, MASBEDO, Jannis Kounellis, Michelangelo Pistoletto, Pedro Reyes et Patrick Tuttofuoco. Parmi les architectes, les projets de Giorgio Grassi, Matilde Cassani, Francesca Torzo et DEMOGO ont été sélectionnés pour créer un dialogue à distance entre des auteurs de générations différentes, unis par la dimension internationale de leurs activités de conception.

L’exposition devient également le lieu de narration du processus de travail derrière les commandes photographiques du MAXXI, telles que le projet photographique collectif Atlante Sapienza, en collaboration avec l’Université Sapienza de Rome, impliquant Iwan Baan, Antonio Biasiucci, Silvia Camporesi, Marina Caneve et Carlo Valsecchi sur la Città Universitaria, et La Processione de Valentina Vannicola, une transposition photographique du XXIXe canto du Purgatorio de Dante.

Conçue comme un dépôt ouvert, Fuori Tutto présente l’expérimentation de la scène créative la plus actuelle, y compris les acquisitions les plus récentes, les grands maîtres et les jeunes générations. L’exposition se déroule dans différents espaces du musée: la galerie 1, la galerie 3, la vidéothèque, le mur d’archives et la salle Claudia Gianferrari, qui abrite le site de restauration ouvert au public.

La galerie 1 présente la sculpture lumineuse de Marcello Maloberti intitulée Senza saperlo la notte immaginava il giorno (Sans le savoir, la nuit a imaginé le jour), l’œuvre d’ Elisabetta Benassi La città sale créée pour Maxxi L’Aquila et la grande tapisserie Ocean, Mother and Life d’ Abdoulaye Konaté. Et encore, l’installation vidéo Protocol no. 90/6 de MASBEDO, produite par In Between Art Film pour Manifesta 12 à Palerme (2018) et remontée ici pour la première fois grâce à la collaboration de la même Fondation. Dans l’exposition, des œuvres iconiques qui ont contribué au succès de certaines des expositions les plus appréciées du MAXXI alternent avec de nouvelles acquisitions qui n’ont jamais été exposées auparavant, et les œuvres des grands maîtres de l’art contemporain dialoguent avec celles des jeunes générations. Comme Incontri in luoghi straordinari de Giulia Crispiani, lauréate du prix des jeunes collectionneurs de la Quadriennale d’arte 2020, deux grandes toiles de Mario Schifano, Inventario (1973 - 74) et Veduta con segnale animale (1986), les installations Produttivo de Giorgio Andreotta Calò et On the corner where we stand de Patrick Tuttofuoco, accompagnées d’œuvres de Jannis Kounellis, Fabio Mauri et Michelangelo Pistoletto. Le Piccolo Sistema de Gianfranco Baruchello est également exposé. Sont également exposés Where Angels Fear to Tread (2007), l’étoile à cinq branches réalisée à partir de gyrophares de voitures de police par Kendell Geers, et les cordes de piano suspendues de l’installation NO - Orchestra con nastro de Rosa Barba, fruit d’une recherche approfondie à l’Archivio Storico Ricordi de Milan. La section est clôturée par l’œuvre L’Osservatore Nascosto (2022) de Carola Bonfili, réalisée avec le soutien de Meta, qui, grâce à une visière VR, permet au visiteur de s’immerger dans un corps externe virtuel.

La galerie 3 s’ouvre plutôt sur une série de projets de Giorgio Grassi, dont les archives complètes, exposées pour la première fois au public, feront partie des collections d’architecture du Maxxi en 2021, et sur des photographies de la série I Travestiti de Lisetta Carmi. Viennent ensuite Greetings from Venice d’Elisabetta Di Maggio, une mosaïque de plus de 100 000 timbres évoquant le sol de Saint-Marc de Venise, l’œuvre Mare Vostrum (2017) de Nicolò Degiorgis, lauréate de la première édition du prix Piero Siena Preis, et Disarm (Mechanized) II (2014) de Pedro Reyes, un orchestre d’instruments de musique réalisés à partir de divers composants d’armes à feu. Vient ensuite l’espace dédié au projet Atlante Sapienza: une importante commande photographique sur la ville universitaire de la capitale, réalisée en collaboration avec l’Université Sapienza de Rome, qui a impliqué les photographes Iwan Baan, Antonio Biasiucci, Silvia Camporesi, Marina Caneve et Carlo Valsecchi. Cette deuxième section se termine par un espace entièrement consacré aux nouvelles acquisitions de la collection d’architecture, avec des projets de DEMOGO, Matilde Cassani et Francesca Torzo, cette dernière ayant remporté la première édition du Prix italien d’architecture organisé par Maxxi et la Triennale de Milan.

Pendant plus de trois mois, la vidéothèque du MAXXI accompagnera l’exposition en passant en revue les œuvres vidéo de la collection. Des artistes italiens et internationaux de premier plan, parmi lesquels Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla, Yuri Ancarani, Ila Bêka et Louise Lemoîne, Cao Fei et Tomaso De Luca, nous invitent à un voyage dans le temps, des mythes du passé aux grandes transformations du présent, dans la perspective d’un avenir plus inclusif et durable, caractérisé par un nouvel équilibre entre l’homme et la nature.

À l’occasion de l’exposition, la Sala Claudia Gian Ferrari accueillera le premier rendez-vous d’In Restauro, qui comprendra la restauration de la grande œuvre Sternenfall d’Anselm Kiefer, par les enseignants et les étudiants de la Scuola di Alta Formazione de l’Istituto Centrale per il Restauro (ICR) de Rome, suivie de la restauration d’ Il processo de Rossella Biscotti.

Pour plus d’informations : https://www.maxxi.art

Horaires : du mardi au dimanche de 11 h à 19 h. Fermé le lundi.

Photo : Fondation MAXXI

Au MAXXI de Rome, l'exposition retrace la pluralité des recherches artistiques italiennes et internationales.
Au MAXXI de Rome, l'exposition retrace la pluralité des recherches artistiques italiennes et internationales.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.