De Nan Goldin à Andres Serrano, Carrara présente une exposition brute sur le caractère éphémère du corps humain. Les photos


Du 6 septembre au 30 octobre 2019, l'espace Vôtre du Palazzo Del Medico à Carrare accueille l'exposition Corporale.

Du 6 septembre au 30 octobre 2019, l’espace Vôtre du Palazzo Del Medico à Carrare accueillera l’exposition Corporale, un projet photographique d’auteurs internationaux dédié au thème de la fugacité du corps et, par conséquent, aux nouvelles valeurs humaines et esthétiques incarnées par les changements que subit le corps, ses faiblesses, ses imperfections. Le titre de l’exposition veut rendre hommage au livre du même nom de l’écrivain et poète Paolo Volponi (Urbino, 1924 - Ancône, 1994), qui écrivait dans Corporale que “tout est plus profond et plus riche de sens quand on n’est pas en sécurité” : C’est sur cette réflexion que l’exposition, organisée par Chiara Guidi, a rassemblé les œuvres de neuf artistes, à savoir Jacopo Benassi, Edo Bertoglio, Lisetta Carmi, Mario Giacomelli, Andres Serrano, Masbedo, Erwin Olaf, Matteo Basilè et Nan Goldin.

Jacopo Benassi (La Spezia, 1970), photographe issu de la scène underground et solidement lié au monde de la musique, photographie naturellement le corps humain, en le dépouillant de tout glamour et en faisant l’éloge de l’imperfection, qui devient un élément de rupture. Edo Bertoglio (Lugano, 1951), photographe et cinéaste, est présent dans l’exposition avec ses photographies documentant le New York des années 1980, et en particulier le New York de la musique et du graffiti (Bertoglio a tourné un documentaire, intitulé Downtown 81, consacré à la vie de Jean-Michel Basquiat, qu’il a également représenté dans de nombreuses photos, dont certaines sont exposées chez Vôtre). Lisetta Carmi (Gênes, 1924) a réalisé au début des années 1960 une série de photographies dans le centre historique de sa chère Gênes, documentant et représentant le monde de la prostitution et du travestissement : son reportage a provoqué un grand scandale à l’époque et a ensuite été présenté dans un livre, intitulé Travestiti et publié en 1972 (l’œuvre était un précurseur des problèmes quotidiens d’aujourd’hui liés à l’identité de genre). Mario Giacomelli (Senigallia, 1925 - 2000), connu pour ses photographies représentant une Italie paysanne en noir et blanc, a consacré un cycle de photographies à Cesare Pavese: intitulé Verrà la morte e avrà i tuoi occhi (La mort viendra et aura tes yeux), il comprend des images prises dans des maisons de retraite (que Giacomelli lui-même considérait comme les antichambres de la mort) dans lesquelles se succèdent des portraits de visages abandonnés, usés par le temps, la maladie et la solitude.

Depuis les années 1990,Andres Serrano (New York, 1950) n’a cessé de susciter le scandale avec ses photographies, car ces images sont souvent accusées de blasphème, mêlant le sacré et la mort, insistant sur les humeurs et les fluides du corps humain et se plaçant en relation constante avec les iconographies de l’histoire de l’art transmises depuis des siècles par la religion catholique. Le duo Masbedo (Niccolò Massazza, 1973 ; Iacopo Bedigoni, 1970) a marqué l’art contemporain italien avec ses œuvres d’art vidéo et ses photographies : les œuvres de Masbedo confrontent la nature et l’histoire de l’art dans des dialogues toujours nouveaux (par exemple dans une grande installation de 2007, intitulée Una costante perdita di magia, présentée dans l’exposition : ici, le corps féminin prend des connotations monumentales et établit une relation directe avec la nature). Erwin Olaf (Hilversum, 1959), artiste néerlandais célèbre pour ses photographies publicitaires, est présent dans l’exposition avec une œuvre tirée du cycle monochrome intitulé Black: ici, la figure humaine est immergée dans la couleur dans laquelle l’œuvre s’inscrit, comme c’est le cas dans Desirée, qui représente une femme vêtue de bleu et immergée dans un fond bleu. Matteo Basilè (Rome, 1974) travaille avec le numérique, plaçant la figure humaine dans des paysages toujours suspendus entre le naturel et l’artificiel, l’Orient et l’Occident. Enfin, Nan Goldin (Washington, 1953), l’une des artistes les plus célèbres de la scène contemporaine, issue du groupe des Boston Five, activiste LGBT, décrit depuis les années 1980 la vie quotidienne de la communauté homosexuelle, raconte son intimité, son rapport à la maladie, et devient célèbre en 1986 avec son œuvre The ballad of sexual dependency (La ballade de la dépendance sexuelle).

Corporale est organisée par la Galleria Nicola Ricci de Carrara en collaboration avec la Galleria Pack de Milan et la Galleria Francesca Minini de Milan. L’exposition est gratuite. Horaires : tous les jours de 10h30 à 12h30 et de 17h à 20h. Informations : 338 4417145, e-mail associazionevotre@gmail.com, site web www.votrespazicontemporanei.it. Vous trouverez ci-dessous des photos de certaines œuvres de l’exposition.

Nan Goldin, Chiclet se maquillant (1991 ; tirage cibachrome, 100 x 70 cm)
Nan Goldin, Chiclet faisant son maquillage (1991 ; tirage cibachrome, 100 x 70 cm)



Andres Serrano, Cabeza de vaca (1984 ; c-print, 114,8 x 165,1 cm)
Andres Serrano, Cabeza de vaca (1984 ; c-print, 114,8 x 165,1 cm)



Erwin Olaf, Désirée (1990-2002 ; impression lambda, 134,5 x 100 cm)
Erwin Olaf, Désirée (1990-2002 ; impression lambda, 134,5 x 100 cm)



Masbedo, Une perte constante de magie (2007 ; impression lambda, 220 x 150 cm)
Masbedo, A Constant Loss of Magic (2007 ; impression lambda, 220 x 150 cm)



Matteo Basilè, Thisoriented #1 (2009 ; impression lambda sur papier monté sur aluminium, 177 x 125 cm)
Matteo Basilè, Thisoriented #1 (2009 ; tirage lambda sur papier monté sur aluminium, 177 x 125 cm)



Edo Bertoglio, Snooky Tate (1979 ; impression à la gélatine argentique sur papier baryté, 45 x 45 cm)
Edo Bertoglio, Snooky Tate (1979 ; tirage à la gélatine argentée sur papier baryté, 45 x 45 cm)

De Nan Goldin à Andres Serrano, Carrara présente une exposition brute sur le caractère éphémère du corps humain. Les photos
De Nan Goldin à Andres Serrano, Carrara présente une exposition brute sur le caractère éphémère du corps humain. Les photos


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.