Des dessins qui ont le goût de l'antiquité. A Rome, l'exposition de Ciprian Mureşan (exposé avec Botticelli)


L'Institut central de graphisme de Rome consacre une exposition à l'artiste roumain Ciprian Mureşan : des œuvres sur papier, des photographies et une sculpture de l'artiste sont exposées. Des dessins de Sandro Botticelli sont également exposés.

Du 13 mars au 1er mai 2024, l’Institut central de graphisme de Rome inaugure l’exposition Doppia Ombra (Double ombre), une exposition personnelle de Ciprian Mureşan, organisée par Pier Paolo Pancotto et Maura Picciau, directrice de l’Institut central de graphisme, et réalisée en collaboration avec l’Académie de Roumanie - Institut culturel roumain et sous le patronage de l’ambassade de Roumanie.

Quelque 24 œuvres sur papier de différents formats seront exposées, ainsi que 9 œuvres photographiques et une sculpture. À l’occasion de l’exposition, il y aura également une exposition exceptionnelle de certains des dessins originaux dont l’artiste s’est inspiré, dont deux très précieuses Têtes de jeunes hommes de Sandro Botticelli qui n’ont pas été exposées au public depuis plus de vingt ans, des torses d’hommes de Jacopo Pontormo et un fusain de Jacopo Tintoretto. Les dessins font partie d’une série, commencée en 2013 avec un livre sur Bas Jan Ader, et liée au mythe de l’artiste néerlandais qui a dessiné pendant quatre ans sur la même feuille de papier, effaçant à chaque fois le dessin précédent avant d’en commencer un nouveau. Mureşan, inspiré par ce travail, a dessiné sur la même feuille de papier sans effacer les dessins précédents, copiant des images de livres d’art et les superposant pour créer une image totalement nouvelle. Les photographies exposées ont été réalisées à l’aide d’un sténopé, en utilisant la chambre noire pour créer des images indéfinies avec de longs temps d’exposition.

Conception par Ciprian Mureşan
Dessin de Ciprian Mureşan

Artiste roumain aux multiples facettes,Ciprian Mureşan (Dej, 1977) travaille dans une variété de médias, de la vidéo à la sculpture, en passant par le dessin, la photographie et les installations, et a de nombreuses expositions à son actif, notamment des expositions personnelles au Centre Pompidou à Paris (2019, avec Șerban Savu), au SMAK à Gand (2019) et à la Tate Modern à Londres (2012, avec Anna Molska). Le projet de Chalcography représente la troisième exposition personnelle à Rome pour l’artiste, après celles de l’Académie de France, Villa Médicis (2018), du Musée Pietro Canonica (2016) et l’exposition à La Fondazione (2019, avec Geta Bratescu, Adrian Ghenie, Șerban Savu), consolidant ainsi sa relation personnelle avec la ville. En outre, en 2009, Mureşan a représenté sa nation à la Biennale de Venise (il a également exposé en 2017), tandis que pour l’édition 2024, il a été choisi comme curateur du projet avec Șerban Savu pour le pavillon roumain.

“Selon différentes techniques partant de l’art ancien, qu’il soumet à un examen critique et visuel aussi ponctuel et respectueux que conscient et autonome. Ainsi, en regardant Mureşan travailler, on se demande dans quelle mesure notre patrimoine historique nous parle encore aujourd’hui, s’il nous guide, nous trouble profondément, nous implique au-delà de son histoire éminente, parfois menaçante. On se demande si et dans quelle mesure l’image d’une œuvre d’art célèbre et historicisée est porteuse de vérité, liée au présent”, Maura Picciau, directrice de l’Institut central du graphisme explique comment Mureşan est un artiste qui aime travailler.

“La reproduction de l’art à travers les livres a conduit à la popularisation de l’art en général, mais paradoxalement, l’accès aux catalogues d’art, ainsi que l’accès aux originaux dans les musées d’Europe occidentale, étaient limités dans mon pays en raison du ”mur“ qui séparait le bloc de l’Est du reste du monde. Jusqu’en 1989 (année de la chute du régime communiste), la reproduction en Roumanie représentait un lien avec l’universel, et c’est à partir de ce concept que je me suis concentrée sur la copie de livres d’art en tant que processus d’étude et de création. Dans le cas de la collaboration avec l’Institut central de graphisme, grâce à un accès privilégié aux dessins originaux de la Renaissance et du Baroque, mon travail acquiert une nouvelle perspective”, explique l’artiste.

“Le résultat est une exposition qui part du dessin pour devenir de l’art conceptuel pur”, explique le commissaire Pier Paolo Pancotto. “Mureşan en effet ne copie pas de l’antique, il s’interroge plutôt sur la valeur de l’image et sur le fait que la répétition de la même risque de lui faire perdre la valeur sémantique qu’elle devrait porter. Une sorte de ”vidange“ de l’image due à sa multiplication excessive.”

Des dessins qui ont le goût de l'antiquité. A Rome, l'exposition de Ciprian Mureşan (exposé avec Botticelli)
Des dessins qui ont le goût de l'antiquité. A Rome, l'exposition de Ciprian Mureşan (exposé avec Botticelli)


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.