Florence, l'aura sacrée des Fêtes romaines de Giulio Aristide Sartorio. Elles seront ensuite vendues


Du 8 au 31 mai 2024, les 32 images de Giulio Aristide Sartorio pour Le feste romane de Ruggero Bonghi seront exposées à la maison de vente aux enchères Gonnelli à Florence et vendues aux enchères les 14-15-16 mai.

Du 8 au 31 mai 2024, les dessins à la détrempe exécutés par le peintre romain Giulio Aristide Sartorio (Rome, 1860-1932) pour illustrer Le feste romane de Ruggero Bonghi, publié à Milan par Hoepli en 1891, seront exposés à la Libreria-Casa d’Aste-Casa d’Arte Gonnelli à Florence. Le noyau de 32 dessins sera mis aux enchères lors de la vente de printemps de graphisme ancien, moderne et contemporain prévue les 14-15-16 mai. Le livre de Bonghi, éminent homme politique et homme de lettres italien, député et ministre de l’éducation sous le gouvernement Minghetti, offre une description détaillée, divisée en mois de l’année, des anciennes fêtes romaines et des célébrations religieuses telles que les Saturnales, les Lupercali, la Calende et bien d’autres, depuis la fondation de Rome jusqu’à la fin de l’Empire romain. La page de titre indique que les illustrations ont été exécutées par Ugo Fleres et Giulio Aristide Sartorio. Cependant, cette œuvre de Sartorio semble avoir échappé jusqu’à présent aux meilleurs experts, peut-être parce qu’elle était considérée comme moins importante que sa contribution “byzantine” antérieure à l’Editio picta dell’Isaotta Guttadauro de D’Annunzio (1886) et que d’autres œuvres plus mûres et plus significatives telles que Christus et Sibilla, réalisées quelques années plus tard.

En 1889, l’artiste avait entrepris un voyage à Paris en compagnie de Francesco Paolo Michetti qui l’avait initié à la peinture de paysage de l’école de Barbizon, dans le but de lui ouvrir de nouveaux horizons pour dépasser le formalisme de la culture académique et pompière à laquelle il était encore en partie conditionné. L’année suivante, alors qu’il séjourne dans les Abruzzes chez Michetti à Francavilla a Mare, Sartorio est incité par son ami à représenter des vues de la campagne sur le vif et c’est ainsi que naît une série de pastels longs et étroits avec un horizon bas, dont la coupe caractéristique se retrouve également dans certaines illustrations des têtes des Feste Romane. Deux des illustrations des grandes planches se trouvent au verso de fragments de l’affiche publicitaire pour l’amer Corfinium à base d’herbes du Gran Sasso et de la Maiella. Michetti avait conçu le dessin des figures vasculaires grecques pour l’étiquette de la bouteille et a probablement aussi exécuté l’affiche, bien qu’elle ne soit pas signée. Cette coïncidence suggère donc que les illustrations de Le feste romane ont été réalisées par Sartorio à Francavilla, à proximité du peintre des Abruzzes. Les illustrations hors texte contiennent également des éléments particulièrement importants, comme le panneau représentant les flammes du Quirinal et les vierges de la Vierge, où apparaît, peut-être pour la première fois, la statue d’Artémis Ephésia, conservée auMusée archéologique national de Naples, un topos symbolique particulièrement significatif que Sartorio a placé au centre du tableau intitulé Hommes et chimères, une grande toile de plus de huit mètres de long, sur le modèle de l’œuvre antérieure Les enfants de Caïn, qui a été primée à Paris en 1889. Selon la description qu’en fit Ugo Fleres en 1890, cette première version représentait la Diane d’Éphèse comme une idole primitive entourée d’hommes et de femmes nus plongés dans le sommeil.

Sartorio a ensuite refait à Weimar le célèbre tableau Diane d’Éphèse et les esclaves, achevé en 1899 et aujourd’hui conservé à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna de Rome. Dans le panneau des femmes latines accomplissant le rite du lavage de la statue de Vénus, la figure féminine de gauche avec un vase dans les mains se retrouve de manière presque palpable, toujours à l’extrême gauche, dans le triptyque Les vierges sages et les vierges folles commandé à Sartorio par le comte Primoli en 1890 et pourrait en être l’antécédent. La théorie de la procession des vierges portant des guirlandes pour la fête de Flore, décrite dans un autre panneau du livre, présente également des similitudes avec le triptyque susmentionné. Les Fêtes romaines sont particulièrement imprégnées de l’aura sacrée de l’ancien monde classique, ce qui correspond à la passion antiquaire de l’artiste qui fréquentait les musées et se passionnait pour l’histoire et l’archéologie gréco-romaines. À l’époque, Ugo Fleres définit également son ami artiste comme un “assimilateur savant et heureux, riche d’un patrimoine d’images et de notions qui le font peindre plutôt avec une délectation aristocratique qu’avec une émotion franche” (U. Fleres, Prima esposizione della città di Roma, in “Archivio Storico dell’Arte”, V-VI, 1890, p. 243). La même technique de grisaille des illustrations originales à la détrempe prélude à un choix esthétique que Sartorio appliquera quelques années plus tard aux grands panneaux décoratifs tels que la frise de la salle du Latium, exécutée en 1906 pour l’exposition internationale du Simplon.

Collection de dessins originaux pour Le feste romane de Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo Fleres
Collection de dessins originaux pour Le feste romane de Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo Fleres
Collection de dessins originaux pour Le feste romane de Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo Fleres Collection de dessins originaux pour Le feste romane
de Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo Fleres
Collection de dessins originaux pour Le feste romane de Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo Fleres Collection de dessins originaux pour Le feste romane
di Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo
Fleres
Collection de dessins originaux pour Le feste romane de Ruggero Bonghi illustré par Giulio Aristide Sartorio et Ugo Fleres Collection de
dessins originaux pour Le feste romane di Ruggero Bonghi illustré par Giulio Ar
istide Sartorio et Ugo Fleres

De rares épreuves de Christus, publiées plus tard dans le volume du même nom de Fausto Salvadori publié dans une édition de luxe en 1932, seront également exposées. Deux grandes planches appartenant à ce noyau (également présentées aux enchères) sont datées de 1912 et montrent qu’à cette date Sartorio travaillait déjà sur le projet d’illustration, parallèlement à celui du drame Sibylle. Dans les deux œuvres, Sartorio adopte la même technique, à savoir des gravures en relief sur zinc qui, une fois imprimées, donnent l’effet de gravures sur bois. La transposition en relief sur zinc avec un effet de gravure sur bois des contours de la plume a permis à l’artiste de simplifier les images dans le rapport bidimensionnel du noir et blanc et sa passion pour la photographie a contribué à la nouvelle coupe compositionnelle de nombreuses représentations, ce qui a été utile pour renforcer le caractère dramatique des scènes. Le volume complet de Sibilla publié par “L’Eroica” en 1922 et les deux numéros de la revue La Spezia où les premiers essais des illustrations ont été publiés pour la première fois (1912-1913) seront également exposés. Des gravures et des ex-libris créés par l’artiste pour Gabriele d’Annunzio et pour lui-même seront également exposés.

Florence, l'aura sacrée des Fêtes romaines de Giulio Aristide Sartorio. Elles seront ensuite vendues
Florence, l'aura sacrée des Fêtes romaines de Giulio Aristide Sartorio. Elles seront ensuite vendues


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.