La colère de Renata Rampazzi contre la discrimination à l'égard des femmes. L'exposition à Rome


Du 17 septembre 2020 au 10 janvier 2021, le Museo Carlo Bilotti à Rome accueille "Cruor", l'exposition personnelle de Renata Rampazzi contre la violence à l'égard des femmes.

Du 17 septembre 2020 au 10 janvier 2021, le Museo Carlo Bilotti à Rome accueille l’exposition CRUOR, une exposition personnelle de Renata Rampazzi (Turin, 1948), sous le commissariat de Claudio Strinati: l’exposition retrace la bataille que l’artiste mène depuis les années 1970 pour l’égalité des femmes et leur émancipation. Promue par Roma Capitale, Assessorato alla Crescita culturale - Sovrintendenza Capitolina ai Beni Culturali, l’exposition est organisée par Renata Rampazzi et son studio. L’initiative fait partie de Romarama, le programme d’événements culturels de Roma Capitale. Les services muséographiques sont assurés par Zètema Progetto Cultura.

Le thème de l’exposition est le sang, lié à la violence contre les femmes. L’exposition présente 14 peintures, 46 petites toiles, des études préparatoires pour la grande installation composée de 36 gazes et une vidéo : des œuvres qui, comme l’écrit Claudio Strinati dans le catalogue, sont d’une part étroitement liées à une tradition très ancienne et très riche, mais d’autre part totalement indépendantes de tout conditionnement historique ; au contraire, elles s’imposent à notre contemporanéité avec une force et un pouvoir de communication considérables pour devenir un instrument de véritable lutte intellectuelle et morale en soi.

Jeune artiste dans l’Italie des années 1970, Renata Rampazzi a toujours ressenti le besoin de traduire dans ses tableaux la force de sa dénonciation de la discrimination sexuelle. Poussée par l’impatience de l’hypocrisie bourgeoise et le besoin de s’exprimer, l’artiste a déversé sa colère, son malaise et son impatience sur ses toiles sans jamais frôler l’obscénité ou l’évidence, mais en trouvant une force palpitante et vivante dans la couleur la plus provocante qui soit : le rouge. En quelques traits, mais riches de sens et de signification, l’artiste parvient à suggérer, évoquer, représenter tout en restant abstraite. Ses œuvres, qui couvrent une période allant de 1977 à 2020, sont divisées en Compositions, Blessures, Suspensions rouges, Lacérations jusqu’à l’installation Cruor de 2018, réalisée avec la collaboration de la scénographe Leila Fteita et exposée pour la première fois à la Fondation Cini à Venise, qui résume visuellement et expérimentalement les autres. Mélangeant terres et pigments, Renata Rampazzi a peint une trentaine de gazes, symbolisant le pansement des blessures subies par les femmes, dans une variation de rouges, du plus doux au plus vif.

Suspendues au plafond sur des plans décalés, comme une sorte de rideau de scène, ces longues tentures de 4 x 1 mètre invitent le visiteur à entrer dans un labyrinthe émotionnel, où l’on pénètre la souffrance et la privation d’identité dues à la violence, grâce aussi à l’atmosphère envoûtante créée par la musique de Minassian, Ligeti et Gerbarec. Selon les intentions de l’artiste, l’exposition se veut un voyage dans lequel le visiteur doit se sentir physiquement impliqué, un voyage émotionnel qui n’illustre pas tant qu’il n’évoque dans une haute tension morale et intellectuelle le formidable phénomène de la violence à l’égard des femmes, raconté de manière non ostensible mais néanmoins évidente et urgente, grâce à la couleur rouge présente sur toutes les œuvres exposées.

Il y aura également une table ronde qui abordera le thème de la violence à l’égard des femmes à partir de différents points de vue et expériences. Dacia Maraini, écrivain, Luciana Castellina, femme politique, Chiara Valentini, journaliste et essayiste, Margarethe Von Trotta, réalisatrice, Francesca Medioli, historienne, Massimo Ammanniti, psychanalyste, et Renata Rampazzi elle-même discuteront de ce sujet. L’exposition est accompagnée d’un catalogue (Edizioni Sabinae, bilingue italien, anglais) avec des textes de Dacia Maraini, Maria Vittoria Marini Clarelli et Claudio Strinati et un témoignage de l’artiste. Une partie des recettes de la vente du catalogue sera reversée à l’association Differenza Donna.

Voici les horaires d’ouverture. De juin à septembre, du mardi au vendredi de 13h à 19h, samedi et dimanche de 10h à 19h. D’octobre à mai, du mardi au vendredi et jours fériés de 10h à 16h, samedi et dimanche de 10h à 19h. Entrée libre sur réservation obligatoire et gratuite au 060608. Pour plus d’informations, visitez le site du Museo Bilotti.

Image : Renata Rampazzi, Composition (1978 ; huile sur toile, 100 x 120 cm)

La colère de Renata Rampazzi contre la discrimination à l'égard des femmes. L'exposition à Rome
La colère de Renata Rampazzi contre la discrimination à l'égard des femmes. L'exposition à Rome


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.