La Fondazione Trussardi organise la première anthologie institutionnelle du jeune Diego Marcon


Le talentueux Diego Marcon, en pleine ascension après la Biennale de Venise de l'année dernière, arrive à sa première exposition anthologique institutionnelle : la Fondazione Trussardi de Milan, dans les locaux du Teatro Gerolamo, accueille "Dramoletti", du 5 au 30 juin.

À Milan, la Fondazione Nicola Trussardi, pour célébrer son vingtième anniversaire (“ nomade ”, précise-t-elle : en effet, la Fondation n’a pas de siège permanent), propose une exposition du 5 au 30 juin, avec laquelle elle poursuit son projet de “ musée mobile ” réalisé par Beatrice Trussardi et Massimiliano Gioni, et dans laquelle elle revient sur le lieu où tout a commencé. Du 5 au 30 juin 2023, la Fondazione Nicola Trussardi présentera donc Dramoletti, la première exposition anthologique institutionnelle en Italie de Diego Marcon (Busto Arsizio, 1985), l’un des artistes italiens les plus intéressants et les plus appréciés de la dernière génération, qui connaît une ascension constante, surtout depuis sa participation à la Biennale de Venise de l’année dernière. Pour cette nouvelle incursion, la Fondazione Nicola Trussardi a choisi le Teatro Gerolamo, un théâtre de marionnettes devenu célèbre sous le nom de “ la piccola Scala ” pour ses dimensions miniatures et la finesse de ses détails architecturaux, conçu au XIXe siècle par Giuseppe Mengoni, le même architecte que la Galleria Vittorio Emanuele, et le même lieu où le voyage itinérant de la Fondazione Nicola Trussardi a commencé il y a vingt ans, avec l’installation Short Cut (2003) d’Elmgreen et Dragset. Rendu célèbre par les spectacles de marionnettes des frères Colla, redécouvert dans l’après-guerre par Paolo Grassi et relancé dans les années 1970 par Umberto Simonetta, le Teatro Gerolamo conserve des souvenirs de contes de fées et d’atmosphères enchantées qui trouvent une étrange symétrie dans les œuvres de Diego Marcon.

Avec ses films, ses vidéos et ses installations, Marcon construit de mystérieux drames de chambre dans lesquels évoluent des marionnettes, des enfants et des créatures suspendues entre l’humain et le post-humain. Mêlant mélodrame et effets spéciaux, Marcon imagine une nouvelle humanité secouée par de profonds doutes moraux et prisonnière d’actions angoissantes répétées à l’infini. Installées dans ce théâtre-cabine, les œuvres de Marcon tournent sur elles-mêmes comme des danseurs dans une boîte à musique hypnotique, évoquant les micromondes de Joseph Cornell, les fantasmes de Carlo Collodi et Lewis Carroll, et les “dramoletti” de Thomas Bernhard, à qui l’exposition emprunte son titre.

L’exposition s’ouvre dans la salle centrale du théâtre avec une nouvelle présentation de Ludwig (2018), une animation numérique dans laquelle un enfant - à bord d’un navire à la merci d’une tempête - chante l’un des airs d’opéra typiques de Marcon, dans ce cas interprété avec la collaboration du Children’s Voices Choir de l’Accademia Teatro alla Scala. Éclairé par la lumière d’une allumette et enveloppé dans l’obscurité de la cale illuminée par de soudains éclairs, Ludwig récite une étrange berceuse dans laquelle il déclare sa lassitude et son désir de disparaître à jamais. Le titre, la bande sonore et la scénographie saisissante du théâtre semblent évoquer la figure de Louis II de Bavière, dit le Roi fou, qui consacra sa vie et ses finances à la construction de châteaux et à des fantaisies architecturales téméraires, et soutint les rêves de Richard Wagner, pour lequel il finança également le théâtre de Bayreuth. Déclaré fou et destitué en raison de son excentricité et de ses folles dépenses, Ludwig mourut noyé mais finit par incarner le mythe d’une existence consacrée à l’art au-delà de toute raison. Incarné par Luchino Visconti dans son film du même nom et admiré par Walt Disney, qui a choisi le château de Louis comme modèle pour Disneyland, Louis de Bavière n’a peut-être rien en commun avec l’enfant de Marcon, mais sa vidéo évoque des atmosphères où la réalité et le délire se mêlent dans des intrigues complexes et dangereuses, dignes de la folie du Roi fou.

Une tension similaire - suspendue entre réalité et hallucination, entre sincérité et simulation - revient dans l’œuvre Il malatino (2017), installée à l’étage inférieur du Teatro Gerolamo. Dans cette courte animation, un enfant fiévreux lutte pour respirer dans son lit. Le titre et le visage émacié du protagoniste rappellent les personnages de la littérature victorienne ou du Libro Cuore, plongés dans les souvenirs de pandémies récentes ou lointaines.

Dans les espaces des galeries et de la galerie, Marcon a installé Untitled (Head falling) (2015), une série de projections de films de 16 millimètres sur lesquels il a dessiné - en colorant et en gravant directement le film - des portraits de visages et de têtes qui semblent s’endormir.

Dans la pièce en haut de l’escalier, Marcon met en scène le drame de The Parents’ Room (2021), une œuvre présentée à la Biennale de Venise dans laquelle les acteurs portent des masques à leur effigie, mais rendus monstrueux par l’absence d’expression. L’impassibilité des personnages contraste avec la violence de la narration et la mélodie de la bande sonore qui rend encore plus aliénant ce mystérieux fragment de théâtre de la cruauté à la sauce grand-guignol. Un peu plus loin, à côté des marionnettes qui jouent dans le théâtre, une série de croquis de lits vides évoque peut-être une autre perte ou la fin de l’enfance.

De ces œuvres et des autres œuvres de l’exposition émerge un monde peuplé de créatures qui mêlent le naturel et l’artificiel dans des combinaisons complexes, toutes aussi troublantes les unes que les autres. Les nouveaux monstres de Marcon sont des substituts, des réplicants, des intelligences plus ou moins artificielles, qui ne sont pas très différents de ceux qui peuplent l’histoire de la littérature depuis des siècles - marionnettes, poupées, golems, Frankenstein, robots... Les marionnettes informatiques, les têtes en celluloïd et les masques en latex de Marcon sont les nouveaux avatars d’un génie post-humain qui cherche désespérément dans le plastique et le numérique une trace de vérité. Dans cette recherche, Marcon découvre que l’humain se cache dans le défectueux, l’obscur, l’excès, le pathologique et même le mal, et que l’art a peut-être la tâche ingrate de faire plier la technologie vers la bassesse de l’humanité.

L’exposition de Diego Marcon au Teatro Gerolamo fait partie d’une série d’importants projets d’exposition réalisés depuis 2003 par la Fondazione Nicola Trussardi, sous la présidence de Beatrice Trussardi et la direction artistique de Massimiliano Gioni. Pour plus d’informations, visitez le site de la Fondazione Nicola Trussardi.

Image : Diego Marcon, Ludwig, 2018. Installation au Teatro Girolamo. Photo de Marco De Scalzi. Avec l’aimable autorisation de la Fondazione Nicola Trussardi, Milan.

La Fondazione Trussardi organise la première anthologie institutionnelle du jeune Diego Marcon
La Fondazione Trussardi organise la première anthologie institutionnelle du jeune Diego Marcon


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.