La métaphysique continue de Giorgio De Chirico exposée à Conegliano


Du 11 octobre 2023 au 25 février 2024, le Palazzo Sarcinelli de Conegliano anticipe le centenaire du surréalisme avec une exposition consacrée à Giorgio de Chirico, qu'André Breton a élu à son insu comme le précurseur du mouvement.

Intitulée Giorgio de Chirico. Métaphysique poursuit l’exposition avec laquelle le Palazzo Sarcinelli de Conegliano (Trévise), du 11 octobre 2023 au 25 février 2024, anticipe les célébrations du centenaire du Surréalisme (1924-2024), mouvement dont De Chirico a été élu, à son insu, fondateur André Breton. Pour lui, comme pour d’autres surréalistes tels que Max Ernst, René Magritte, Yves Tanguy et Salvador Dalì, les premières peintures métaphysiques de De Chirico (1910-1918) ont joué un rôle fondamental dans la naissance et le développement du mouvement à partir du début des années 1920.

L’exposition, dont la commissaire est Victoria Noel-Johnson, est organisée par ARTIKA di Daniel Buso et Elena Zannoni, en collaboration avec la Fondazione Giorgio e Isa de Chirico et la municipalité de Conegliano.

L’exposition présente 71 œuvres de l’artiste, dont une sélection importante des principaux sujets de De Chirico, parmi lesquels Mannequins sans visage et Troubadours, Piazzas et tours italiennes, Intérieurs de Ferrare, Trophées, Gladiateurs, Archéologues, Soleils allumés et non allumés et Baigneuses mystérieuses ( série Mythologie de 1934).

L’exposition réserve une large place à la période néo-métaphysique (vers 1965-1978), dont la Fondation de Chirico possède la collection la plus importante et la plus complète au monde, dans laquelle l’artiste revient à l’élaboration des thèmes qui ont peuplé les œuvres de la première période métaphysique (1910-1918). Outre la présentation des motifs les plus connus, les prêts sélectionnés mettront en évidence l’éventail des techniques expérimentées par le maître : peinture, dessin, aquarelle, sculpture et lithographie. Comme le reconnaît la critique actuelle, toutes ces œuvres peuvent être considérées comme métaphysiques, car elles sont sous-tendues par l’intérêt constant de De Chirico pour les concepts nietzschéens de l’éternel retour et du dualisme apollinien-dionysien.

Considéré comme l’une des figures majeures de l’art du début du XXe siècle, De Chirico a profondément influencé non seulement le surréalisme, mais aussi une série de mouvements très divers, tels que le dadaïsme, le réalisme magique, la Neue Sachlichkeit (Nouvelle Objectivité), le Pop Art, la Transavantgarde et certains aspects du postmodernisme. La volonté constante d’expérimentation de l’artiste, qui, en soixante-dix ans de carrière (1908-1978), n’a cessé de développer différents styles, techniques, sujets et couleurs, à l’instar de son contemporain et ami Picasso, a largement contribué à cette évolution. La nature apparemment paradoxale de l’œuvre de de Chirico est précisément ce qui la rend encore - plus d’un siècle après la découverte de l’art métaphysique - si fraîche et pertinente pour les artistes et le public d’aujourd’hui.

Promues pour la première fois en 1913 par Apollinaire et Picasso (les deux grands médiateurs entre le modernisme et la tradition), les premières peintures de de Chirico entonnent un “nouveau chant” qui fascine et, en partie, galvanise l’avant-garde parisienne des années 1910, suivie par les surréalistes dans les années 1920.

“Élaborant un système pictural d’une précision mathématique qui déforme la réalité (par l’utilisation illogique de la perspective et de la lumière, combinée à la juxtaposition irrationnelle d’objets ordinaires et fantastiques dans des décors altérés et insolites), l’artiste produit des scènes d’isolement énigmatique ou de constriction inquiétante”, souligne Victoria Noel-Johnson, commissaire de l’exposition. “Imprégnée d’un pressentiment angoissant, l’atmosphère (ou Stimmung, selon le philosophe allemand du XIXe siècle Nietzsche) de sa peinture vise à susciter un sentiment de surprise, de découverte et de révélation”.

Le maire Fabio Chies a déclaré : “Il s’agit d’une exposition spéciale, dédiée à un artiste qui a consacré sa vie à l’art. L’accueil de l’exposition au Palazzo Sarcinelli est une occasion importante, une opportunité pour les habitants de Conegliano et pour les nombreux touristes. Se plonger dans le monde de Giorgio de Chirico et se laisser séduire par la fascination de ses images ouvrira une saison culturelle importante. Un grand merci à ARTIKA pour l’organisation de l’exposition et pour la valorisation et la diffusion de la culture dans notre commune”.

Image : Giorgio De Chirico, Les Muses inquiétantes, détail (1974 ; huile sur toile, 50 x 65 cm ; Fondazione Giorgio e Isa de Chirico)

La métaphysique continue de Giorgio De Chirico exposée à Conegliano
La métaphysique continue de Giorgio De Chirico exposée à Conegliano


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.