Lancement de la grande exposition du Palazzo dei Diamanti consacrée à la Renaissance de Ferrare


Du 18 février au 19 juin 2023, le Palazzo dei Diamanti présente la grande exposition "Renaissance à Ferrare, Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa". Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa", qui présentera plus d'une centaine d'œuvres provenant de musées et de collections du monde entier.

LePalazzo dei Diamanti rouvre ses portes le 18 février 2023 après un projet complexe de restauration et de réaménagement. Il accueille une exposition consacrée à deux grands maîtres de la Renaissance de Ferrare: Ercole de’ Roberti (Ferrare, vers 1450 - 1496) et Lorenzo Costa (Ferrare, 1460 - Mantoue, 1535). Intitulée Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa et ouverte jusqu’au 19 juin 2023, l’exposition est organisée par la Fondazione Ferrara Arte et le Servizio Musei d’Arte de la municipalité de Ferrare, en collaboration avec la Direzione Generale Musei et la Direzione Generale Archeologia, Belle Arti e Paesaggio du ministère de la Culture et sous le patronage du ministère de la Culture et de la région d’Émilie-Romagne, et bénéficie du soutien de Versalis Spa et de BPER Banca. Il s’agit de la première étape d’un projet plus vaste et plus ambitieux intitulé Renaissance à Ferrare 1471-1598, de Borso à Alphonse II d’Este, qui vise à étudier les événements historico-artistiques de la période comprise entre l’élévation de la ville au rang de duché et son passage de la dynastie des Este au contrôle direct de l’État pontifical. Les autres parties de l’itinéraire, idéalement inaugurées par l’expositionCosmè Tura e Francesco del Cossa. L’arte a Ferrara nell’età di Borso d’Este, qui s’est tenue au Palazzo dei Diamanti en 2007, sera consacrée aux grands protagonistes de cette période: Mazzolino et Ortolano, Dosso et Garofalo, Girolamo da Carpi et Bastianino.

L’exposition présente plus d’une centaine d’œuvres, provenant de musées et de collections du monde entier, pour faire découvrir (ou redécouvrir) au public l’art de deux grands interprètes de la Renaissance italienne: Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa. Doté d’un incroyable talent de composition, extraordinaire par sa qualité et son expressivité émotionnelle, Ercole de’ Roberti était l’héritier de l’atelier de Ferrare, le plus jeune et le plus intelligent de ceux qui participaient au climat culturel du Palazzo Schifanoia, dans les dernières années du règne de Borso d’Este. Il travailla à plusieurs reprises à Bologne, où il laissa une profonde impression, mais c’est sans aucun doute à Ferrare qu’il trouva le cadre le plus approprié pour s’exprimer au cours de la dernière décennie de sa vie, passée au service de la cour. C’est Lorenzo Costa, de dix ans son cadet, qui reprit son héritage et poursuivit son style dans ses premières œuvres. Cependant, au cours d’un long séjour à Bologne, sa peinture évolue vers une plus grande douceur, un classicisme calme et détendu. Léonard et Pérugin imposent une nouvelle “manière”, que Costa adopte immédiatement et dont il est l’un des principaux interprètes, même après s’être installé à Mantoue, à la cour des Gonzague.

À travers plus de vingt œuvres, de loin les plus nombreuses jamais réunies, le public pourra retracer la carrière d’Ercole de’ Roberti, de ses débuts à sa maturité. Parmi les œuvres de jeunesse, citons les compartiments du polyptyque Griffoni, exécuté aux côtés de Francesco del Cossa, et les Portraits de Giovanni II et Ginevra Bentivoglio de Washington, une commande qui confirme le prestige qu’il a acquis dans la ville voisine de Bologne. Les salles consacrées aux dernières années d’Ercole, qui, après son retour dans sa patrie, devint peintre de la cour des Este, sont embellies par quatre tableaux d’un rare raffinement, grâce au prêt exceptionnel de la National Gallery de Londres: outre le diptyque ayant appartenu à la duchesse Eléonore d’Aragon, la Collection de la Manne et l’Institution de l’Eucharistie, provenant peut-être d’une église de Ferrare. Du Kimbell Art Museum de Forth Worth provient le panneau avec Portia et Brutus qui sera réuni avec le compagnon avec Lucrèce, Brutus et Collatinus de la Galleria Estense de Modène. Non moins riche sera la sélection des œuvres de Costa, à partir de sa période de jeunesse, durant laquelle le peintre s’engage dans une confrontation active avec Hercule, comme le démontrent les Histoires des Argonautes réunies ici pour la première fois. Cette phase, qui passe par des chefs-d’œuvre comme l’Adoration de l’enfant du musée des Beaux-Arts de Lyon, trouve son aboutissement et sa synthèse dans une succession serrée de retables des années 1590. Pour illustrer la Côte d’Azur, plus classique et calme, une Sainte Famille du Toledo Museum de l’Ohio est exposée, tandis que pour documenter la période mantouane, jusqu’ici moins fréquentée par les études, on trouve la Véronique du Louvre, le Portrait de cardinal du Minneapolis Institute of Art, jusqu’à la dernière œuvre connue, la Madone et les Saints de l’église Sant’Andrea de Mantoue, datée de 1525.

Les deux protagonistes sont entourés d’artistes tels que Mantegna, Cosmè Tura, Niccolò dell’Arca, Marco Zoppo, mais aussi Antonio da Crevalcore, Guido Mazzoni, Boccaccio Boccaccino, Francesco Francia et Perugino.

L’exposition a son prologue idéal au Palazzo Schifanoia, où le jeune Ercole de’ Roberti a fait ses débuts au Salone dei Mesi au mois de septembre, et une suite naturelle dans les salles de la Pinacothèque Nationale sur le piano nobile du Palazzo dei Diamanti où, pour l’occasion, un itinéraire thématique est proposé qui entend approfondir le contexte artistique dans lequel de’ Roberti et Costa ont travaillé. Pour cette raison, un billet combiné a été mis en place qui permet d’accéder à l’exposition et à la Pinacothèque à un prix préférentiel, de même qu’un accord a été signé avec le Musée Casa Romei et le Musée archéologique national de Ferrare, appartenant à la Direction régionale des musées d’Émilie-Romagne, pour une promotion réciproque et une réduction sur le billet d’entrée.

Pour plus d’informations: www.palazzodiamanti.it

Heures d’ouverture: Tous les jours de 10h à 20h.

Cosmè Tura, Madone du Zodiaque, vers 1470-75 ; tempera et huile sur panneau, vers 22,3 x 13,8 ; Rome, Galleria Colonna)
Cosmè Tura, Madone du Zodiaque, vers 1470-75 ; tempera et huile sur panneau, 22,3 x 13,8 ; Rome, Galleria Colonna)
Cosmè Tura, Pietà (vers 1460 ; tempera et huile sur panneau, 47,7 x 33,5 cm ; Venise, Fondazione Musei Civici, Museo Correr) © 2023 Fondazione Musei Civici di Venezia Cosmè
Tura, Pietà (vers 1460 ; tempera et huile sur panneau, 47,7 x 33,5 cm ; Venise, Fondazione Musei Civici, Museo Correr) © 2023 Fondazione Musei Civici di Venezia
Ercole de' Roberti, Pleurer le visage de Marie-Madeleine, vers 1482-85 ; fresque détachée, 39,3 x 39,3 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale) Octroyé par le ministère de la Culture. Photo de Luca Gavagna
Ercole de’ Roberti, Le visage de Marie-Madeleine en deuil, vers 1482-85 ; fresque détachée, 39,3 x 39,3 cm ; Bologne, Pinacoteca Nazionale) © 2023 Fondazione Musei Civici di Venezia © 2023 Fondazione Musei Civici di Venezia
Photo de Luca Gavagna
Ercole de' Roberti, Cueillette de la manne (1493-96 ; tempera sur panneau transférée sur toile, 28,9 x 63,5 cm ; Londres, National Gallery. Acheté en 1886. National Gallery
Ercole de’ Roberti, Récolte de la Manne (1493-96 ; tempera sur panneau transférée sur toile, 28,9 x 63,5 cm ; Londres, National Gallery. Acheté en 1886. National Gallery
Ercole de' Roberti, Portia et Brutus (vers 1490-93 ; tempera sur panneau, 48,7 x 34,3 cm ; Fort Worth, Kimbell Art Museum) Ercole
de’ Roberti, Portia et Brutus (vers 1490-93 ; tempera sur panneau, 48,7 x 34,3 cm ; Fort Worth, Kimbell Art Museum)
Ercole de' Roberti, Giovanni II Bentivoglio et Ginevra Sforza (1473-74 ; tempera sur panneau, 54 x 38,1 cm et 53,7 x 38,7 cm respectivement ; Washington, National Gallery of Art, Samuel H. Kress Collection)
Ercole de’ Roberti, Giovanni II Bentivoglio et Ginevra Sforza (1473-74 ; tempera sur panneau, 54 x 38,1 cm et 53,7 x 38,7 cm respectivement ; Washington, National Gallery of Art, Samuel H. Kress Collection)
Lorenzo Costa, Saint Sébastien, vers 1492 ; tempera et huile sur panneau, 55 x 49 cm ; Florence, Galeries des Offices) Octroyé par le ministère de la Culture
Lorenzo Costa, Saint Sébastien, vers 1492 ; tempera et huile sur panneau, 55 x 49 cm ; Florence, Galeries des Offices) Sur concession du ministère de la Culture
Lorenzo Costa, Vierge à l'enfant avec les saints Augustin, Jean l'évangéliste, François et Possidius (retable Ghedini) (1497 ; tempera et huile sur panneau, 268 x 221 cm ; Bologne, San Giovanni in Monte) Photo de Luca Gavagna
Lorenzo Costa, Vierge à l’enfant avec les saints Augustin, Jean l’évangéliste, François et Possidius (retable Ghedini) (1497 ; tempera et huile sur panneau, 268 x 221 cm ; Bologne, San Giovanni in Monte) Photo de Luca Gavagna
Lorenzo Costa, Adoration de l'enfant (1494 ; tempera et huile sur panneau, 64,5 x 85,8 cm ; Lyon, Musée des Beaux-Arts) © MBA. Photo d'Alain Basset
Lorenzo Costa, Adoration de l’enfant (1494 ; tempera et huile sur panneau, 64,5 x 85,8 cm ; Lyon, Musée des Beaux-Arts) © MBA. Photo d’Alain Basset
Lorenzo Costa, Vénus (1505-1510 ; huile sur panneau, 156 x 65 cm ; collection privée) Photo de Luca Carrà
Lorenzo Costa, Vénus (1505-1510 ; huile sur panneau, 156 x 65 cm ; collection privée) Photo de Luca Carrà

Lancement de la grande exposition du Palazzo dei Diamanti consacrée à la Renaissance de Ferrare
Lancement de la grande exposition du Palazzo dei Diamanti consacrée à la Renaissance de Ferrare


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.