Le Moyen Âge à Pistoia, pour la première fois une grande exposition sur l'art médiéval dans la région de Pistoia


Du 27 novembre 2021 au 8 mai 2022, l'Antico Palazzo dei Vescovi et le Museo Civico di Pistoia accueilleront "Medioevo a Pistoia", la première grande exposition sur l'art médiéval à Pistoia.

La première grande exposition sur l’art médiéval à Pistoia: c’est Medioevo a Pistoia. Un carrefour d’artistes entre le roman et le gothique, une exposition organisée par Angelo Tartuferi, Enrica Neri Lusanna et Ada Labriola qui se tiendra du 27 novembre 2021 au 8 mai 2022 dans l’Antico Palazzo dei Vescovi et le Museo Civico de la ville toscane. Avec plus de 60 œuvres, dont des peintures, des sculptures, des chefs-d’œuvre de la miniature et de l’orfèvrerie, l’exposition emmène le public à la découverte du tissu artistique et culturel de l’un des centres les plus vivants du Moyen Âge européen.

Pistoia devint un centre d’importance internationale lorsque, sur l’ordre de l’évêque Atto, la relique de saint Jacob arriva dans la ville en 1140, plaçant la commune toscane parmi les plus importantes routes de pèlerinage européennes. L’exposition, organisée à l’occasion de l’année jacobine, illustre pour la première fois l’extraordinaire panorama des arts à Pistoia du XIIe au début du XVe siècle, en révélant le rôle de premier plan que la ville a joué au Moyen Âge dans le domaine des arts figuratifs. Composé de six sections, Le Moyen Âge à Pistoia suit une progression chronologique qui commence avec l’arrivée de la relique de saint Jacob dans la ville, passe au XIIIe siècle lorsque Pistoia conquiert un rôle de premier plan dans le panorama des arts figuratifs internationaux, puis au XIVe siècle avec d’illustres présences dans la ville et le début d’une forte identité figurative. Même à la fin de la période gothique, malgré la perte d’autonomie politique et la soumission définitive à Florence, la ville a conservé ses caractéristiques distinctives dans le panorama de la peinture toscane. En outre, l’exposition dépasse idéalement les limites des espaces muséaux qui l’accueillent grâce à une vision diffuse du mobilier des églises de la ville.

À l’époque médiévale, Pistoia se compare aux grands centres de la Toscane, grâce à l’importance de ses monuments, au mécénat ostensible de leur mobilier et à une vocation culturelle d’envergure internationale. Un précurseur fut l’évêque Atto qui, en accueillant la relique de l’apôtre Jacopo da Compostela en 1140, intégra Pistoia dans le réseau européen des chemins de pèlerinage. À cette époque, la ville bénéficie de la présence de mécènes éclairés, qui attirent des personnages tels que les sculpteurs Guglielmo, Guido da Como, Nicola et Giovanni Pisano, qui laissent à Pistoia des chefs-d’œuvre fondamentaux de l’histoire de l’art italien. Les œuvres de ces sculpteurs sont accompagnées de la plus imposante des orfèvreries, sceau idéal de l’exposition : l’autel d’argent de San Jacopo, qui fait de Pistoia un centre névralgique pour le travail des métaux précieux.

La peinture miniature (grâce à l’activité de l’atelier du Maître de Sant’Alessio à Bigiano, et au XVe siècle par l’élégance des illustrations du Maître de la Chapelle Bracciolini dans la Divine Comédie conservées à la Bibliothèque nationale de Naples) a également connu une période de grande vivacité à Pistoia. À la fin du XIIe siècle, deux personnalités majeures de la peinture se trouvent également dans la ville : le Maître du Crucifix n° 434 des Offices(cliquez ici pour en savoir plus sur cet artiste), sur l’œuvre duquel Coppo di Marcovaldo a été formé, et le Maître de Santa Maria Primerana. Au XIVe siècle, Pistoia offre un panorama varié de personnalités et de courants culturels dans le domaine de la peinture, avec des artistes de la trempe de Lippo di Benivieni, Taddeo Gaddi et Niccolò di Tommaso, qui placent Pistoia dans une position de premier plan, réaffirmée par la Majesté et les anges des Offices de Pietro Lorenzetti (l’un des prêts les plus prestigieux de l’exposition), restaurée pour l’occasion.

Les œuvres réunies à l’occasion de Medioevo a Pistoia sont d’autant plus intéressantes qu’elles sont liées aux chefs-d’œuvre conservés dans les églises et les musées de Pistoia. L’exposition, dont le noyau se trouve dans les salles de l’ancien palais des évêques et dont une partie se trouve au musée civique d’art ancien, devient ainsi le point d’appui d’un dialogue à plusieurs voix qui concerne tous les monuments médiévaux de la ville et de son vaste territoire. Avec “Medioevo a Pistoia”, Pistoia Musei propose à ses visiteurs un itinéraire de découverte de la Pistoia médiévale qui, à travers les églises de Sant’Andrea et de San Giovanni Fuorcivitas (entrée gratuite avec le billet de l’exposition), la cathédrale de San Zeno (où l’on peut accéder à l’Altare Argenteo di San Jacenteo) et le musée de l’art ancien de Pistoia, permet de découvrir l’ensemble des monuments médiévaux de la ville et de son vaste territoire.Altare Argenteo di San Jacopo), ainsi que les églises de San Bartolomeo in Pantano, San Paolo, San Domenico, San Francesco, l’église du Tau et le baptistère, permet de redécouvrir le tissu figuratif d’un des centres les plus importants du Moyen Âge italien, caractérisé par des choix culturels et cultuels d’envergure européenne. En outre, les Musées de Pistoia élargissent leur offre, pendant toute la durée de l’exposition, en prolongeant les horaires de visite le jeudi jusqu’à 22 heures et en organisant des visites guidées, des activités pour les écoles, des rencontres avec les conservateurs, des ateliers éducatifs pour les enfants et les adultes, et en accompagnant l’exposition d’un cycle de conférences avec des chercheurs de niveau international, ainsi que d’une série d’événements et d’activités culturelles. Afin de permettre à différents publics de visiter l’exposition en toute autonomie, celle-ci a été équipée d’une application spécifique (téléchargeable sur iOS et Android), qui permet aux visiteurs de suivre différents parcours en fonction de leurs besoins.

À l’occasion de l’exposition, les musées de Pistoia ont procédé à la restauration des œuvres suivantes, seize au total, dont des sculptures, des peintures et des miniatures, prêtées par d’importantes institutions toscanes et nationales : Peintre giottesque, Vierge à l’Enfant avec le Sauveur dans la Cimasa, 1360-65 (Musei Civici, Pavie) ; Pietro Lorenzetti, Vierge à l’Enfant trônant avec des anges, vers 1343 (Uffizi Galleries, Florence) ; Maître de 1336, Vierge à l’Enfant entre les saints François, Jean-Baptiste, André et Antoine Abbé, 1345-50 (Museo della Collegiata di Sant’Andrea, Empoli) ; Giovanni di Bartolomeo Cristiani, Vierge à l’enfant trônant entre saint Nicolas de Bari et saint Jean-Baptiste, 1390 (collection Intesa Sanpaolo) ; Giroldo da Como, Trois dalles de monument sépulcral, dernier quart du XIIIe siècle (Museo Civico d’’ Arte antica, Pistoia) ; Giroldo da Como, Trois dalles de monument sépulcral, dernier quart du XIIIe siècle (Museo Civico d’’ Arte antica, Pistoia).Arte antica, Pistoia) ; Matteo Torelli, Graduel B di San Benedetto, 1403-04 (Biblioteca Leoniana, Pistoia) ; Maestro di Sant’Alessio in Bigiano, Graduel Sant’Alessio in Bigiano CXXV. 15, 1285-90 (Archives diocésaines, Pistoia) ; Maître de Saint-Alexis à Bigiano, Antiphonaire Saint Paul CXIV.84, 1280-85 (Archives diocésaines, Pistoia) ; miniaturiste florentin proche de Pacino di Bonaguida, Graduel de Spazzavento, 1320-30 (Archives diocésaines, Pistoia) ; Don Simone Camaldolese, Graduel 487/100, vers 1405 (Archives capitulaires, Pistoia) ; Maître de l’Antiphonaire de San Giovanni Fuorcivitas, Antiphonaire 488/100, vers 1340 (Archives capitulaires, Pistoia) ; Maître de la chapelle Bracciolini, Crucifixion et saints, 1424 (église cathédrale, Pistoia) ; Taddeo Gaddi, Polyptyque, vers 1353 (église de San Giovanni Fuorcivitas, Pistoia) ; Giovanni di Bartolomeo Cristiani, Saint Jean l’Évangéliste et huit récits de sa vie, 1370 (église de San Giovanni Fuorcivitas, Pistoia) ; Guido Bigarelli, Saint Michel, 2e quart du 13e siècle (église de San Michele in Cioncio, Pistoia).

L’exposition est organisée par Pistoia Musei, un système muséal promu par Pistoia Musei & Cultura scrl, une société instrumentale de la Fondazione Caript. Sponsor principal : Conad Nord Ovest, partenaire : Municipalité de Pistoia et Diocèse de Pistoia. Ouvert : du mercredi au dimanche de 10h à 20h, le jeudi de 10h à 22h, fermé le lundi et le mardi. Billets : plein tarif 10 euros, tarif réduit 7 euros. Pour plus d’informations : www.pistoiamusei.it.

Coupe lacunaire de Guglielmo Pluteo avec têtes diaboliques (VIIe décennie du XIIe siècle ; marbre et serpentine noire de Valdibrana ; Pistoia, cathédrale de San Zeno, crypte)
Taglia di Guglielmo, Pluteo a lacunare avec des têtes diaboliques (7e décennie du 12e siècle ; marbre de Valdibrana et serpentine noire ; Pistoia, Cathédrale de San Zeno, crypte)
.
Maître de Sant'Alessio in Bigiano, Jugement dernier (vers 1280-1285 ; antiphonaire, Pistoia, Biblioteca Comunale Forteguerriana, Museo Civico 126, f. 2v. )
Maître de Sant’Alessio in Bigiano, Jugement
dernier
(vers 1280-1285 ; antiphonaire, Pistoia, Biblioteca Comunale Forteguerriana, Museo Civico 126, f. 2v.)
Guglielmo, Visitation et Annonce à Zacharie (VIIe décennie du XIIe siècle ; marbre et mastic noir ; Pistoia, cathédrale San Zeno, crypte)
Guglielmo, Visitation et Annonce à Zacharie (7e décennie du 12e siècle ; marbre et mastic noir ; Pistoia, Cathédrale de San Zeno, crypte)
Giovanni Pisano et collaborateur, Ange présentant la tête de saint Jean-Baptiste (fin XIIIe-début XIVe siècle ; noyer sculpté peint et doré ; Pistoia, Antico Palazzo dei Vescovi)
Giovanni Pisano et collaborateurs, Ange exposant la tête de saint Jean-Baptiste (fin XIIIe-début XIVe siècle ; noyer sculpté peint et doré ; Pistoia, ancien palais épiscopal)
Giovanni Pisano, Crucifix (vers 1300-1305 ; bois de noyer sculpté et peint ; Pistoia, église de Sant'Andrea)
Giovanni Pisano, Crucifix (vers 1300-1305 ; bois de noyer sculpté et peint ; Pistoia, église de Sant’Andrea)
Pacino di Bonaguida, Saint Barthélemy (vers 1330-1335 ; Graduel ; Popiglio, Musée d'art sacré, inv. 62, f. 181v).
Pacino di Bonaguida, Saint Barthélemy (v. 1330-1335 ; Graduel ; Popiglio, Musée d’art sacré, inv. 62, f. 181v)

L’itinéraire de l’exposition

Parmi les grandes villes toscanes riches en œuvres d’art, Pistoia a été l’une des principales protagonistes de la culture figurative de la fin du Moyen Âge, mais aucune exposition critique n’a été consacrée à son patrimoine artistique au cours des dernières décennies, peut-être en raison de l’absence d’un artiste d’origine locale qui aurait pu être la gloire de la ville. Tous les grands maîtres qui ont travaillé à Pistoia entre la fin du XIIe siècle et le début du XVe siècle étaient des artistes importés, parfois parmi les plus remarquables de leur époque. Deux raisons les ont poussés à laisser à la ville des chefs-d’œuvre fondateurs de l’histoire de l’art : honorer le culte de la relique de saint Jacob, acquise à Saint-Jacques-de-Compostelle dans la cinquième décennie du XIIe siècle, et répondre à la nécessité, dictée par l’orgueil civique, d’affirmer par les arts figuratifs le prestige de la ville face à d’autres centres, comme Florence, qui, dès la fin du XIIIe siècle, représentaient déjà une menace pour son autonomie. Pour répondre à ces besoins culturels et politiques, Pistoia a exploré tous les aspects de la production artistique, atteignant des niveaux très élevés : de l’architecture à la peinture, en passant par la miniature, la sculpture et l’orfèvrerie, créant son image figurative sur la base d’un dialogue constant.L’exposition présente soixante-huit œuvres comparées, réalisées dans des techniques différentes, dont l’étude actualisée vise à offrir un essai du concert des arts qui, sur la toile de fond d’un chef-d’œuvre identitaire comme l’autel d’argent de San Jacopo, a caractérisé Pistoia, la projetant dans une dimension européenne au Moyen-Âge.

L’exposition commence avec l’arrivée de la relique de saint Jacopo, qui a fait de Pistoia une étape obligatoire du plus important voyage de dévotion de l’époque, en commençant par la rénovation des principales églises, à commencer par la cathédrale de San Zeno. La première section expose des œuvres du XIIe siècle, une période où la région de Pistoia était déjà prédisposée à croiser des langages très différents. Par rapport aux peintures contemporaines d’une gravité iconique(Vierge à l’Enfant du Musée Civique, de San Matteo), le fragment exposé ici (Fuite en Egypte), qui appartient à l’ancienne décoration à fresque de la crypte de la cathédrale, se distingue par son timbre narratif et ses couleurs lumineuses. Des affinités expressives avec la fresque de la Fuite en Egypte caractérisent les miniatures de la spectaculaire Bible de la Cathédrale (Rome, Biblioteca Casanatense), témoignage de la richesse et du prestige des chanoines de San Zeno. Nous passons ensuite au XIIIe siècle, le siècle d’or de la ville, au cours duquel Pistoia a acquis un rôle de premier plan dans le panorama des arts figuratifs au niveau international. Bien que politiquement faible, notamment en raison de la taille modeste de son territoire, la ville entretenait des relations avec les principaux centres commerciaux européens. C’est l’époque des grands artistes : le Maître de la Croix 434 des Offices, qui, avec la collaboration du Maître de Santa Maria Primerana, a peint l’un des premiers panneaux hagiographiques de saint François (Pistoia, Museo Civico), Andrea di Jacopo d’Ognabene, auteur probable d’un tableau de l’époque, qui a été peint par le Maître de la Croix 434 des Offices, avec la collaboration du Maître de Santa Maria Primerana.Ognabene, auteur probable en 1287 du premier noyau de l’autel d’argent de Saint Jacopo, et aussi Nicola Pisano, peut-être appelé à Pistoia par les Frères Mineurs immédiatement après 1270 pour ériger la tombe d’un important prélat, Filippo, archevêque de Ravenne. Et encore Fra Guglielmo, et le Florentin Coppo di Marcovaldo, qui s’occupa de la décoration de la chapelle de San Jacopo, et qui trouva un disciple pistois valable en Manfredino di Alberto, l’auteur présumé des fresques de l’abside de Santa Maria a Ripalta et de San Bartolomeo in Pantano, influencées par Cimabue et établies à Gênes dans la dernière décennie du XIIIe siècle.

Nous passons ensuite au début du XIVe siècle, lorsque Giovanni Pisano réalise la chaire de l’église de Sant’Andrea, un chef-d’œuvre absolu du Moyen Âge européen dans lequel il met en œuvre la synthèse de la conception doctrinale, de la structure compositionnelle et du style. À Pistoia, Giovanni Pisano a également laissé deux crucifix “in piccolo” (Sant’Andrea, Santa Maria a Ripalta), comme sceau de sa présence, et l’Ange à la tête du Baptiste (anciennement dans le Baptistère), tous présentés dans l’exposition. En peinture, le panorama artistique très diversifié est peuplé de personnalités d’un niveau et d’une originalité remarquables. La figure autochtone qui se distingue est le Maître de 1310, qui est comparé au peintre de fresques tout aussi original du presbytère de San Giovanni Fuorcivitas. Un écho de l’assujettissement politique à Florence est la présence de Lippo di Benivieni qui, interprète très personnel du giottisme, a laissé dans la ville la Lamentation sur le Christ mort, l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la Florence du début du XIVe siècle, exposé dans la section Museo Civico de l’itinéraire de l’exposition. Même dans le domaine de la peinture miniature, les preuves convergent vers Florence. Un point de référence privilégié est l’atelier de l’artiste phare de la production florentine de livres, Pacino di Bonaguida, qui offre au Graduale di Popiglio (Musée d’art sacré) une version élégante de son classicisme figuratif composé. Dans le sillage des développements florentins se trouve également l’important Maître de la Majesté Civique de Pistoia, présent avec le polyptyque de jeunesse à la Pinacothèque d’Empoli. La sculpture connaît sa décennie d’or entre 1330 et 1340 ; la construction en cours du Baptistère et la découverte du corps de l’évêque Atto y contribuent.

Le processus de soumission politique, commerciale et culturelle de la ville à Florence est arrivé à maturité à la fin du XIIIe siècle : il est sanctionné de manière hautement symbolique en 1296 par le nouveau Statuto del Podestà élaboré directement par le gouvernement florentin. Mais c’est à partir du deuxième quart du XIVe siècle que la peinture florentine affirme sa prééminence dans le panorama artistique de la ville. Giovanni di Bartolomeo Cristiani lui-même, le principal protagoniste local, avait non seulement, selon les documents d’archives dont nous disposons, une relation de collaboration avec Nardo di Cione, mais il exerçait aussi son activité en se référant principalement aux événements artistiques florentins. La présence dans l’exposition de la Madone et l’Enfant trônant avec les anges de Pietro Lorenzetti des Offices, provenant de l’église de San Francesco à Pistoia, semble maintenir l’intérêt pour les artistes siennois, mais en réalité la scène artistique est désormais dominée par les Florentins, en raison de l’intense activité dans la décoration à fresque des disciples directs de Maso di Banco, Alesso di Andrea et Bonaccorso di Cino. Peu après le milieu du siècle, Taddeo Gaddi (polyptyque de San Giovanni Fuorcivitas, exposé) affirme définitivement la domination culturelle florentine, diffusée ensuite dans la ville par l’activité de Niccolò di Tommaso, et qui s’étend également au domaine de l’illustration de livres. La perte de l’autonomie politique et la soumission définitive à Florence en 1402 constituent la toile de fond de la saison du gothique tardif qui, à Pistoia, s’affirme avec des caractéristiques distinctives dans le panorama de la peinture toscane entre le XIVe et le XVe siècle. Le protagoniste de la scène artistique de la ville dans la seconde moitié du XIVe siècle, Giovanni di Bartolomeo Cristiani, repropose son langage délicat dans la dernière décennie du siècle dans le triptyque conservé au Musée diocésain de Milan et présenté dans l’exposition, exécuté en collaboration avec Nanni di Jacopo, qui fut probablement son élève. Si la juxtaposition des suggestions du gothique tardif chez Nanni di Jacopo se manifeste surtout dans l’éclat chromatique ou dans la préciosité des tissus qui ornent ses tableaux, le renouveau pictural est promu avec plus de conviction par Antonio Vite. Auteur de représentations très expressives, Antonio Vite ouvre dans les années 1390 la voie à la pleine affirmation des ferments du gothique tardif, dont le plus grand interprète est un artiste d’une génération plus jeune, le maître de la chapelle Bracciolini.

L’exposition se poursuit au Palazzo Comunale, avec une attention particulière pour la Maestà Civica, la grande fresque du rez-de-chaussée du palais, avec la Vierge à l’enfant trônant parmi six anges et les saints Jean-Baptiste, Jacques le Majeur (ou saint Barthélemy), Zénon et Jean l’Évangéliste ( ?), l’un des témoignages les plus importants du gothique tardif.), l’un des témoignages les plus importants de la peinture monumentale à Pistoia dans la première moitié du XIVe siècle, et avec la section du premier étage, dans laquelle nous pouvons admirer certaines des œuvres fondamentales pour les développements artistiques à Pistoia du XIIIe au XVe siècle, comme le splendide panneau sculpté par Nicola Pisano avec les stigmates de saint François, probablement pour le monument funéraire de l’évêque Filippo da Pistoia dans l’église franciscaine primitive de la ville.Il y a aussi le retable cuspidé avec saint François et huit récits de sa vie, peint pour la même église par le Maître de la Croix 434 des Offices, et la Lamentation sur le Christ mort de Lippo di Benivieni, un chef-d’œuvre de ce grand peintre giottesque florentin très original, peint pour l’église des Umiliati, déjà citée.

Pietro Lorenzetti, Madone trônant avec l'enfant et huit anges, détails (1340 ; tempera sur panneau ; Florence, Galerie des Offices, Galerie des Statues et des Peintures)
Pietro Lorenzetti, Madone trônant avec l’enfant et huit anges, détails (1340 ; tempera sur panneau ; Florence, Galerie des Offices, Galerie des Statues et des Peintures)
Taddeo Gaddi, Polyptyque de San Giovanni Fuorcivitas : Vierge à l'enfant avec chérubins ; saint Jacques le Majeur, saint Jean l'Évangéliste, saint Pierre, saint Jean-Baptiste ; Annonciation et bénédiction du Christ ; saints apôtres (vers 1350-1353 ; or et détrempe sur panneau ; Pistoia, église de San Giovanni Fuorcivitas)
Taddeo Gaddi, Polyptyque de San Giovanni Fuorcivitas : Vierge à l’enfant avec chérubins ; saint Jacques le Majeur, saint Jean l’Évangéliste, saint Pierre, saint Jean-Baptiste ; Annonciation et bénédiction du Christ ; saints apôtres (vers 1350-1353 ; or et détrempe sur panneau ; Pistoia, église de San Giovanni Fuorcivitas)
.
Romolo di Senuccio Salvi, Reliquaire de la Croix (puis de la Vierge) (1379-1383 ; argent repoussé, gravé, ciselé et doré, avec des pièces moulées, cristal de roche ; Pistoia, Antico Palazzo dei Vescovi)
Romolo di Senuccio Salvi, Reliquaire de la Croix (puis de la Vierge) (1379-1383 ; argent repoussé, gravé, ciselé et doré, avec des pièces moulées, cristal de roche ; Pistoia, Antico Palazzo dei Vescovi)
Maître de la Croix n° 434, Saint François et huit récits de sa vie (vers 1250-1260 ; tempera sur panneau ; Pistoia, Museo Civico)
Maître de la Croix n° 434, Saint François et huit récits de sa vie (vers 1250-1260 ; tempera sur panneau ; Pistoia, Museo Civico)
Nicola Pisano, Saint François recevant les stigmates (début de la huitième décennie du XIIIe siècle ; marbre ; Pistoia, Museo Civico, inv. 1975, n° 9)
Nicola Pisano, Saint François recevant les stigmates (début de la huitième décennie du XIIIe siècle ; marbre ; Pistoia, Museo Civico, inv. 1975, no. 9)
Lippo di Benivieni, Lamentation sur le Christ mort (vers 1310 ; tempera sur panneau ; Pistoia, Museo Civico)
Lippo di Benivieni, Lamentation sur le Christ mort (vers 1310 ; tempera sur panneau ; Pistoia, Museo Civico)

Les déclarations

“La conservation, la valorisation et la promotion du patrimoine artistique et culturel local, ainsi que de son identité et de ses éléments distinctifs, figurent parmi les principaux objectifs qui caractérisent les actions de la Fondazione Cassa di Risparmio di Pistoia e Pescia ”, déclare le président Lorenzo Zogheri. “Et c’est aussi à travers les activités de son système muséal (géré par la société instrumentale Pistoia Musei & Cultura scrl et dirigé par Monica Preti) que notre organisation poursuit ces objectifs.C’est également à travers les activités de son système muséal (géré par la société instrumentale Pistoia Musei & Cultura scrl et dirigé par Monica Preti) que notre organisation poursuit ces objectifs, en soutenant avec conviction un projet important et stimulant, né du désir d’offrir à la ville, à ses habitants et à ses visiteurs un programme articulé et attrayant d’initiatives culturelles, afin que Pistoia puisse mettre en valeur et faire connaître son extraordinaire patrimoine artistique. Dans le sillon de cet itinéraire se trouve Medioevo a Pistoia. Carrefour d’artistes entre roman et gothique, une importante exposition qui, pour la première fois, fait connaître au public le contexte artistique exceptionnel qui a caractérisé la ville entre le XIIIe et le XIVe siècle : une période de grande splendeur due également à l’important choix stratégique de l’évêque Atto au siècle précédent, qui, en décidant d’apporter la relique de saint Jacopo à Pistoia, a réussi à établir l’équilibre et l’alliance entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux, augmentant la prospérité économique de la ville grâce à l’afflux considérable de pèlerins venus vénérer le saint”.

"L’objectif des commissaires de l’exposition, souligne Monica Preti, directrice des Pistoia Musei, était de présenter un tableau critique de l’histoire des arts à Pistoia du XIIe au début du XVe siècle, avec pour toile de fond le culte rendu à saint Jacopo. Pour ce faire, ils se sont appuyés sur une historiographie qui s’est beaucoup enrichie ces dernières années, bien qu’elle n’ait jamais été traduite dans une entreprise d’exposition telle que celle dont témoigne ce catalogue. Pourtant, Pistoia avait assumé au Moyen Âge un rôle de premier plan dans le domaine des arts figuratifs, au point de permettre à la ville de se comparer dignement dès la seconde moitié du XIIIe siècle - pour l’importance de ses monuments et la qualité de leur mobilier - aux grands centres de la Toscane, dans un contexte très concurrentiel. En outre, dans une dimension extra-locale, s’était fortement projetée toute la politique de l’évêque Atto qui, en 1140, pour recomposer les conflits qui minaient son autorité, n’hésita pas à apporter à Pistoia une relique du corps de l’apôtre Jacopo de Compostela, sceau de la dévotion civique et première impulsion de l’inclusion de la ville dans le réseau des principales routes de pèlerinage, avec toutes les conséquences religieuses, économiques et artistiques que cela comportait. Les œuvres réunies à cette occasion, grâce également à d’importants prêts nationaux et internationaux, sont d’autant plus intéressantes qu’elles sont liées par un réseau dense de relations (par affiliation ou affinités diverses) aux chefs-d’œuvre conservés dans les églises et les musées de Pistoia. L’exposition (dont le noyau se trouve dans les salles de l’ancien palais des évêques, flanquée d’une section au musée civique d’art ancien) devient ainsi le point d’appui d’un dialogue à plusieurs voix qui concerne tous les monuments médiévaux de la ville et de son vaste territoire, en se projetant sur plusieurs parcours qui, nous l’espérons, contribueront à redécouvrir le tissu figuratif de l’un des centres les plus importants du Moyen Âge italien, caractérisé par des choix culturels et cultuels d’envergure européenne".

L’administration municipale", déclare le maire Alessandro Tomasi, “ne pouvait qu’accueillir avec une grande satisfaction et un esprit concret de collaboration un événement aussi important, réalisé par Pistoia Musei et visant également à mettre en évidence le rôle de premier plan que la ville a assumé au Moyen-Âge dans le domaine des arts figuratifs”. Outre le prêt de six œuvres, transférées temporairement du Musée Civique et de la Bibliothèque Forteguerriana dans les salles de l’Ancien Palais Episcopal, par le biais d’un accord de collaboration spécifique, l’intention était de contribuer à l’organisation et à la promotion de l’exposition en idéalisant les activités de l’exposition.l’organisation et la promotion de l’exposition en reliant idéalement les chefs-d’œuvre de la première salle du Musée Civique au lieu principal de l’exposition (du panneau de Nicola Pisano avec les Stigmates de Saint François au majestueux retable franciscain, des fonds d’or de Lippo di Benivieni et du Maître de 1310 aux deux panneaux de Mariotto di Nardo et Rossello di Jacopo Franchi de Giaccherino, qui sont tous des miroirs fidèles et visibles de l’histoire artistique de la ville). L’exposition a été réalisée en collaboration avec le musée de l’art médiéval de Pistoia (en particulier dans la période couverte par l’exposition) et la salle du rez-de-chaussée du Palazzo Comunale, où se trouve la grande fresque du Maître de la Majesté Civique de Pistoia ; mais aussi en participant à la réalisation de l’agile publication qui illustre quelques itinéraires pour découvrir l’art médiéval de Pistoia disséminé dans la ville".

"Cette exposition, souligne Monseigneur Fausto Tardelli, évêque de Pistoia, vise précisément à commémorer ce Moyen Âge artistique et culturel pistois, où la splendeur des fonds d’or, le travail méticuleux et raffiné des orfèvres, le modelage des sculptures et la richesse décorative imaginative des manuscrits sont mis au service de la foi et de sa vérité avant tout. Et ce, en partie dans le cadre architectural admirable offert par les splendides églises construites dans ce “moyen-temps” et qui font encore aujourd’hui la splendeur de la ville".

"Valoriser le patrimoine artistique et culturel de notre pays est la meilleure façon d’être proche de la communauté. Pour nous, à Conad Nord Ovest, souligne Adamo Ascari, directeur général, être une entreprise de proximité, ancrée dans le territoire où elle opère quotidiennement avec ses membres, signifie créer de la valeur, partager et promouvoir l’excellence de notre territoire et protéger nos traditions. C’est avec conviction que nous soutenons cet important projet qui est né avec l’idée de faire vivre et de valoriser l’extraordinaire patrimoine artistique et culturel de Pistoia par des initiatives de participation et d’enrichissement personnel, en offrant des expériences pertinentes à toute la communauté. Le panorama des arts à Pistoia du XIIe au début du XVe siècle représente un patrimoine précieux qui, pour la première fois, racontera au public, comme dans un seul concert, le rôle de premier plan que la ville a assumé au Moyen Âge dans le domaine des arts figuratifs".

“Parmi les grandes villes toscanes riches en œuvres d’art, Pistoia a joué un rôle de premier plan dans la culture figurative de la fin du Moyen Âge”, expliquent les conservateurs. "Dans une période historique comme celle dans laquelle les expositions font rage, aucune exposition depuis celle de 1950 n’avait été organisée pour reconsidérer le patrimoine artistique dans ses différents aspects, à la lumière du bilan critique d’études fondamentales qui n’ont jamais cessé. Le besoin de la ville de comparer visuellement ses œuvres d’art ne s’est jamais manifesté, peut-être parce que Pistoia n’a pas eu d’artiste local dans lequel elle aurait pu se reconnaître, en le célébrant avec un regard sur son passé et un autre sur son héritage. Ou peut-être parce que la ville elle-même s’est présentée au fil des siècles, et surtout au Moyen Âge, comme un laboratoire d’expériences artistiques dans tous les domaines de l’histoire de l’art, profondément motivé par des raisons cultuelles et politiques. Tous les grands maîtres qui ont travaillé à Pistoia entre la fin du XIIe siècle et le début du XVe siècle étaient des artistes importés, parfois parmi les plus remarquables de leur époque. Deux raisons les ont poussés à quitter la ville fondatrice des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art : honorer le culte de la relique de Saint-Jacques-de-Compostelle, acquise dans la cinquième décennie du XIIe siècle, et répondre au besoin, dicté par l’orgueil civique, d’affirmer par les arts figuratifs le prestige de la ville face à d’autres centres, comme Florence, qui représentaient déjà à la fin du XIIIe siècle une menace pour son autonomie. Malgré la présence de grandes personnalités de la sculpture, de la peinture, de la miniature et de l’orfèvrerie, qui ont créé individuellement des chefs-d’œuvre absolus, paradigmatiques dans les manuels d’histoire de l’art, Pistoia se caractérise par le fait qu’elle a valorisé toutes les expressions artistiques au même degré. Le catalogue de l’exposition et l’exposition elle-même révèlent le concert des arts que la ville a poursuivi, puisque chaque artefact artistique semble avoir été créé principalement pour deux raisons : la conscience d’acquérir du prestige avec l’œuvre d’art et le désir de créer le chef-d’œuvre en fonction de la célébration des signes tangibles du culte de la ville à saint Jacques, qui est devenu un signe distinctif de l’identité de Pistoia. Les commissaires, ayant perçu cette particularité, se sont fixé pour objectif de faire dialoguer les arts de manière égale, en parvenant à une évaluation historique critique actualisée sur la base d’une recherche menée en synchronie entre la méthode philologique de précision des attributions, pour la compréhension correcte des œuvres, et la méthode historique pour leur cadrage interprétatif.

Le Moyen Âge à Pistoia, pour la première fois une grande exposition sur l'art médiéval dans la région de Pistoia
Le Moyen Âge à Pistoia, pour la première fois une grande exposition sur l'art médiéval dans la région de Pistoia


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.