Le photographe Maurizio Frullani à l'honneur dans l'exposition "Iter in Fabula" à Trieste


À Trieste, du 31 mai au 31 août 2019, l’AIM - Alinari Image Museum présente l’exposition photographique Maurizio Frullani - Iter in fabula, promue par Fratelli Alinari. Fondation pour l’histoire de la photographie, organisée par Annamaria Castellan et Giacomo Frullani.

L’exposition est un hommage au photographe de l’Isonzo Maurizio Frullani (Ronchi dei Legionari, 1942 - 2015), et à son âme de grand voyageur qui a fait de la photographie “un instrument pour la recherche de la connaissance”. Timide, réservé et silencieux, mais avec un regard limpide et discret, Maurizio Frullani enquête sur les personnes qu’il photographie avec une empathie tout à fait particulière. De sa passion pour la musique, il a tiré d’infinies variations pour écrire et réécrire ses histoires et celles des hommes qu’il a rencontrés au cours de ses longs voyages, notamment en Orient, le long de la route de la soie. Ses récits de voyage parlent de pays préservés comme l’Afghanistan, le Yémen et l’Inde, où l’auteur recueille les regards et les histoires des hommes qu’il a rencontrés et avec lesquels il a toujours cherché à entrer en contact.

En Inde, il aborde la musique classique indienne, s’initie à l’étude du sitar et, de cette expérience, naissent les portraits de maîtres indiens, musiciens et luthiers. À Venise, il reprend l’étude de cet instrument et poursuit en Italie le projet photographique qu’il avait commencé en Inde, en faisant le portrait de musiciens locaux aux côtés d’artistes contemporains du Frioul-Vénétie Julienne. Ses archives comptent plus de trois cents portraits de peintres, sculpteurs, photographes, écrivains et metteurs en scène, réalisés en près de quarante ans de travail continu et constant.

Aujourd’hui, les portraits de Maurizio Frullani sont considérés comme l’une des plus importantes documentations historiques de la vie culturelle du territoire frioulan, une géographie photographique qui ne se contente pas de documenter des visages et des environnements, mais qui capture également dans l’image l’âme et la pensée que chacune de ces personnalités incarne.

Pendant les années qu’il a passées à Massawa (1993-2000), Frullani a photographié la condition humaine de l’Érythrée ravagée par la guerre, s’approchant des hommes, des femmes et des enfants avec respect, entrant dans leurs maisons, leurs cours et leurs ateliers imprégnés d’une pauvreté raréfiée, jamais dégradante, où les sujets regardent directement l’appareil photo, créant ce moment de suspension qui renferme la magie du médium photographique, le fondement de l’œuvre de Frullani. De retour dans sa ville natale de Ronchi dei Legionari, Frullani réalise le grand projet photographique Santi, Miti e Leggende (Saints, Mythes et Légendes), une œuvre dans laquelle l’artiste réinterprète les mythes et légendes de différents peuples, avec une ironie subtile et intelligente, en créant de grands tableaux et de fantastiques visions post-modernes et esthétisantes. La rétrospective consacrée à Maurizio Frullani présente au grand public les thèmes photographiques qui lui sont chers tels que Sherazade, On the Raga Road, Massawa, Saints, Mythes et Légendes, et Portraits d’artistes du Frioul-Vénétie Julienne.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel de l’AIM.

Source : communiqué de presse

Le photographe Maurizio Frullani à l'honneur dans l'exposition
Le photographe Maurizio Frullani à l'honneur dans l'exposition "Iter in Fabula" à Trieste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.