Les érudits byzantins et les étudiants grecs dans la Padoue de la Renaissance: manuscrits et codex exposés


Du 23 août au 11 septembre 2022, le Palazzo Zuckermann consacre une exposition aux érudits byzantins et aux étudiants grecs venus à Padoue entre le XVe et le XVIe siècle. Les livres en témoignent.

Du 23 août au 11 septembre 2022, le Palazzo Zuckermann de Padoue présente l’exposition Tra Oriente e Occidente. Byzantine and Greek Scholars in the Paduan Renaissance, organisée par Niccolò Zorzi et née de la collaboration entre les Musées Civiques de Padoue et le Département d’Études Linguistiques et Littéraires - DiSLL de l’Université de Padoue, avec la contribution de la Fondation Cariparo. L’exposition fait partie des événements organisés à l’occasion du 24e Congrès international d’études byzantines, qui réunira à Padoue plus d’un millier de chercheurs actifs dans le domaine des études byzantines, et des célébrations du 800e anniversaire de l’Université de Padoue (1222-2022).

L’exposition est consacrée au passage d’Orient en Occident, c’est-à-dire de Byzance à l’Italie et à l’Europe, des textes grecs et des savants byzantins entre le XVe et le début du XVIe siècle: un phénomène historique et culturel d’une importance capitale, car c’est à ce moment-là que l’Occident a retrouvé la connaissance de l’héritage de la Grèce antique. Les humanistes occidentaux ont abordé pour la première fois de nombreux textes grecs par l’intermédiaire des érudits byzantins qui ont quitté Byzance et Constantinople au cours du XVe siècle pour devenir maîtres et professeurs, copistes et imprimeurs dans de nombreuses villes de la péninsule italienne. Cet échange culturel a connu l’un de ses moments les plus forts entre Padoue et Venise, où la vivante communauté grecque accueillait également des étudiants de la Méditerranée orientale qui venaient suivre des cours au Studio. Pendant des siècles, Padoue a joué un rôle décisif en tant que lieu d’enseignement pour les étudiants grecs. Les livres en sont les témoins privilégiés: manuscrits, incunables et cinquecentins, rassemblés ici pour la première fois à partir des collections de Padoue. L’exposition présente vingt-neuf pièces, dont dix-neuf codex grecs, deux pièces d’archives et huit livres imprimés, répartis en six sections. Tous les documents exposés proviennent de bibliothèques de Padoue, dont cinq sont les institutions prêteuses: Biblioteca Antica del Seminario Vescovile di Padova, Biblioteca Civica di Padova - Sezione Storica, Biblioteca Universitaria di Padova, Museo Bottacin - Musei Civici di Padova, Università degli Studi di Padova - Archivio Generale di Ateneo.

Les documents exposés comprennent des codex grecs produits en Orient, à Constantinople, par des érudits et des copistes byzantins, et des codex produits en Occident, notamment à Padoue et en Vénétie, par des humanistes italiens qui avaient appris le grec. Les pièces exposées comprennent le célèbre herbier de Dioscoride, avec des miniatures de plantes, réalisé à Constantinople au XIVe siècle, une copie d’un manuscrit de l’Antiquité tardive conservé à Vienne ; l’Isolario de Cristoforo Bueno, un manuscrit de l’Antiquité tardive conservé à Vienne.Isolario de Cristoforo Buondelmonti, avec une vue de Constantinople et des images de nombreuses îles de la mer Égée ; l’édition imprimée d’Homère éditée par Demetrio Calcondila, premier professeur de grec à Padoue de 1463 à 1475, avec des miniatures exquises, y compris un portrait d’Homère. Parmi les codex illustrés, citons le magnifique album des conseillers de la natio ultramarina du XVIIe siècle, les registres d’archives du XVe siècle où sont consignés les diplômes d’étudiants célèbres et inconnus, dont le byzantin Giovanni Argiropulo, étudiant à Padoue de 1441 à 1444 ; le"codicetto Bottacin", avec des représentations vivantes de personnalités padouanes et vénitiennes, y compris le recteur des étudiants. D’autres pièces sont importantes en raison des textes qu’elles contiennent et des personnes qui les ont copiés et annotés: dans l’ensemble, elles nous permettent de reconstituer la manière dont les humanistes apprenaient le grec (de nombreuses grammaires et textes scolaires sont exposés) et abordaient les textes anciens, les lisant, les traduisant et les commentant.

Horaires: Tous les jours de 10 h à 19 h. Fermé les lundis non fériés.

Entrée gratuite.

Les érudits byzantins et les étudiants grecs dans la Padoue de la Renaissance: manuscrits et codex exposés
Les érudits byzantins et les étudiants grecs dans la Padoue de la Renaissance: manuscrits et codex exposés


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.