Lugano, la collection Olgiati offre un affichage centré sur le rouge


La collection Giancarlo et Danna Olgiati de Lugano se teinte de rouge : "Vedo Rosso" est le titre de la nouvelle exposition qui sera ouverte du 26 mars au 12 juin 2022.

La collection Giancarlo et Danna Olgiati de Lugano se teinte de rouge avec l’exposition Vedo Rosso (Je vois rouge), une nouvelle exposition thématique que le public pourra visiter du 26 mars au 12 juin 2022. L’exposition rassemble des œuvres de trente-cinq artistes de différentes générations, nationalités et cultures dans un parcours immersif qui étudie le thème du rouge dans sa variété de significations et de qualités expressives. Trente-neuf œuvres sont exposées, dont des peintures, des photographies, des sculptures et des installations.

L’exposition présente une sélection d’œuvres de la collection Olgiati, principalement des années 1960 à nos jours, dont beaucoup sont présentées pour la première fois à cette occasion. La Collection Giancarlo et Danna Olgiati a choisi ce thème pour proposer une comparaison exemplaire entre des artistes et des créateurs chronologiquement et stylistiquement éloignés les uns des autres, en mettant l’accent sur la multiplicité des interprétations de la couleur rouge. L’exposition prend ainsi la forme d’une enquête sur la signification symbolique du rouge, articulée selon des associations visuelles et sémantiques qui ne sont que partiellement fidèles à la chronologie et aux distinctions historiographiques. C’est précisément à travers cette perspective inédite sur les thèmes fondateurs et les grandes tendances qui composent la Collection que l’on peut saisir de nouvelles correspondances entre des langages apparemment inconciliables, où le dialogue entre les avant-gardes historiques du XXe siècle et le contemporain est un élément fondateur.

L’exposition s’ouvre sur une réflexion métaphysique sur la couleur rouge. Des plâtres peints de Claudio Parmiggiani, juxtaposés à des peintures de deux protagonistes de la Transavantgarde italienne, Mimmo Paladino et Francesco Clemente, accueillent le visiteur, l’entraînant dans une atmosphère de suspension énigmatique et évoquant un symbolisme obscur qui puise dans les iconographies du passé, parfois entremêlées de souvenirs personnels.

Dans l’horizon symbolique du rouge, la relation rouge-vitesse est également saisie : l’exubérance du rouge est accompagnée par l’iconographie de l’automobile dans une variété d’œuvres allant d’un collage de papiers colorés de 1929 par le futuriste Fortunato Depero, à un exemple significatif des peintures de miroir les plus récentes de Michelangelo Pistoletto, en passant par un hommage au sculpteur Jimmie Durham, récemment décédé, lauréat du Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise 2019.

Suit un chapitre consacré à l’un des noyaux fondateurs de la collection Olgiati, le Nouveau Réalisme: les artistes français Arman et Martial Raysse exaltent le pouvoir attractif du rouge pour célébrer les objets quotidiens en les élevant au rang de nouveau matériau artistique. L’utilisation du rouge distingue également les recherches des artistes abstraits italiens Ettore Colla et Piero Dorazio; si ce dernier se contente de réduire la couleur à sa fonction expressive la plus “simple, péremptoire et incisive”, les collages originaux de l’Américain Conrad Marca-Relli et les célèbres gravures au pinceau de l’artiste tessinois Niele Toroni constituent d’autres recherches sur la couleur rouge selon des codes abstraits très personnels.

Un espace autonome est consacré à un noyau de trois œuvres de l’Anglo-Indien Anish Kapoor, qui transporte le public dans la dimension existentielle et philosophique du rouge à travers l’image poétique de la “fleur” - la sculpture 1000 Names, 1982 - entièrement recouverte de pigment pur, une substance vivante qui devient l’essence même de l’acte créatif.

Dans la section suivante, un monochrome rouge de 1956 d’Yves Klein - l’un des représentants les plus importants du Nouveau Réalisme - est emblématique du choix d’une simplicité chromatique absolue qui caractérise tout le parcours créatif de l’artiste, dans la tension vers l’immatérialité du vide. Un espace immatériel, cosmique et spirituel est également évoqué dans les surfaces monochromes trouées de Lucio Fontana. Son Concetto spaziale (Théâtre), 1965, est présenté en relation avec deux autres œuvres importantes du XXe siècle, un autoportrait de 1969 de Gino De Dominicis et un igloo d’environ 1988 de Mario Merz, dans un dialogue idéal sur le thème de l’immortalité de l’œuvre d’art, ainsi que sur la dialectique entre l’individu et l’univers. Vient ensuite un hommage à l’art conceptuel de Giulio Paolini, présent dans l’exposition avec un collage iconique de 1969, où le choix du rouge est totalement arbitraire et subordonné à la réflexion sur l’espace de représentation. Dans les œuvres de Tano Festa et Mario Schifano, protagonistes de la scène artistique romaine du début des années 1960, le rouge coexiste avec l’expérimentation picturale et la recherche consciente du langage de l’art. L’imposant paysage de Schifano, intitulé Palma, 1973, est exposé dans la salle suivante et suscite une correspondance surprenante avec le ciel rougeoyant de l’Aurora boreale, 1938, de Luigi Russolo.

La dernière section présente des œuvres très contemporaines, où le rouge est associé à des thèmes d’une actualité brûlante. À travers des sculptures inspirées de la couleur et de la forme de gouttes de sang, l’Italienne Chiara Dynys et la Palestinienne Mona Hatoum, bien qu’avec des significations et des modalités différentes, font métaphoriquement allusion à des thèmes tels que la fragilité humaine, l’oppression et la marginalité de la condition féminine, tandis que les Américains Kelley Walker et Wade Guyton, protagonistes de la nouvelle scène pop, posent un regard tout aussi profond sur le symbolisme du rouge en tant que représentation et évocation de la violence, qu’elle soit physique ou psychique.

Artistes de l’exposition Arman (Nice, 1928 - New York, 2005) / Alighiero Boetti (Turin, 1940 - Rome, 1994) / Francesco Clemente (Naples, 1952) / Ettore Colla (Parma, 1896 - Rome, 1968) / Gino De Dominicis (Ancône, 1947 - Rome, 1998) / Fortunato Depero (Fondo, 1892 - Rovereto, 1960) / Piero Dorazio (Rome, 1927 - Pérouse, 2005) / Jimmie Durham (Houston, 1940 - Berlin, 2021) / Chiara Dynys (Mantoue, 1958) / Tano Festa (Rome, 1938-1988) / Lucio Fontana (Rosario, Santa Fé, 1899 - Comabbio, 1968) / Marco Gastini (Turin, 1938-2018) / Wade Guyton (Hammond, 1972) / Mona Hatoum (Beyrouth, 1952) / Anish Kapoor (Bombay, 1954) / Yves Klein (Nice, 1928 - Paris, 1962) / Conrad Marca-Relli (Boston, 1913 - Parme, 2000) / Mario Merz (Milan, 1925-2003) / Gabriel Orozco (Xalapa, 1962) / Mimmo Paladino (Paduli, 1948) / Giulio Paolini (Gênes, 1940) / Claudio Parmiggiani (Luzzara, 1943) / Michelangelo Pistoletto (Biella, 1933) / Walid Raad (Chbanieh, 1967) / Martial Raysse (Golfe Juan, 1936) / Sterling Ruby (Bitburg, 1972) / Ed Ruscha (Omaha, 1937) / Luigi Russolo (Portogruaro, 1885 - Cerro di Laveno, 1947) / Salvatore Scarpitta (New York, 1919-2007) / Mario Schifano (Homs, 1934 - Rome, 1998) / Sacha Sosno (Marseille, 1937 - Munich, 2013) / Wolfgang Tillmans (Remscheid, 1968) / Niele Toroni (Muralto, 1937) / Kelley Walker (Columbus, 1969) / Aaron Young (San Francisco, 1972).

Lugano, la collection Olgiati offre un affichage centré sur le rouge
Lugano, la collection Olgiati offre un affichage centré sur le rouge


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.