Pise célèbre l'un de ses plus grands maîtres : Orazio Riminaldi, entre Gentileschi et Caravaggio


Du 28 mai au 5 septembre 2021, le Palazzo dell'Opera de Pise accueille une exposition consacrée au maître pisan du XVIIe siècle Orazio Riminaldi.

Le 28 mai 2021 s’ouvrira à Pise, au Palazzo dell’Opera, sur la Piazza dei Miracoli, l’exposition Orazio Riminaldi. Un maestro pisano tra Caravaggio e Gentileschi, ouverte au public jusqu’au 5 septembre 2021.

Conçue par Pierluigi Carofano et Riccardo Lattuada et organisée par l’Opera della Primaziale Pisana, l’exposition a été conçue à l’occasion de la récente restauration des peintures de la coupole de la cathédrale pisane, un chef-d’œuvre magistral et évocateur d’Orazio Riminaldi réalisé entre 1627 et 1630. Il s’agit d’uneœuvre monumentale, entièrement peinte à l’huile et non à la fresque, qui représente l’Assomption portée au ciel par des anges et une théorie de saints. La restauration était nécessaire car la lisibilité de l’œuvre depuis le bas était précaire, en raison de la saleté qui s’était progressivement accumulée sur les murs au fil des décennies.

Pour lapremière fois, grâce à cette exposition, le parcours humain et artistique du maître pisan Orazio Riminaldi (Pise 1593 - 1630), élève d’Orazio Gentileschi et fasciné par la peinture du Caravage dans sa jeunesse, est mis en lumière.

Arrivé à Rome vers 1615, il devient académicien de San Luca et fait partie de la troisième saison des maîtres caravagesques. Il s’exprime dans un langage pictural très élégant, qui combine magnifiquement le style d’Orazio Gentileschi et celui de Guido Reni. Il mourut d’un coup de batte alors qu’il n’avait que trente-sept ans, mais au cours de sa courte vie et de sa production, il réalisa de véritables chefs-d’œuvre, dont le plus monumental est conservé à Pise, la coupole du Dôme.

Les peintures de Riminaldi provenant de prestigieuses collections publiques, son Autoportrait, les modèles préparatoires de la coupole, en particulier la splendide étude du visage de la Vierge et le modèle de l’Assomption de la Vierge, ainsi que le Portrait de l’ouvrier primatial Curzio Ceuli, responsable du chef-d’œuvre de Riminaldi à Pise, sont exposés dans une mise en scène soignée.

L’exposition est divisée en neuf sections, commençant par une contextualisation du milieu pisan dans lequel Orazio Riminaldi a été formé, puis passant au milieu romain (avec des œuvres de Guido Reni, Giovanni Baglione, Agostino Tassi), sans négliger ses premiers maîtres, Ranieri Borghetti et Aurelio et Orazio Lomi Gentileschi. De Orazio Gentileschi, le public pourra admirer la Vierge à l’enfant des Galeries nationales d’art ancien du Palais Corsini et Judith avec la tête d’Holopherne de la collection Lemme à Rome. Sont également exposées d’importantes œuvres de maîtres qui lui sont apparentés, comme la Sainte Cécile avec un orgue portatif de Giuseppe Cesari dit Cavalier d’Arpino, le Saint Pierre pénitent de Guido Reni et la Sainte Cécile de Guercino, provenant de la Fondation du groupe Sorgente.

Parmi les autres raretés présentées dans les premières salles de l’exposition, citons Saint-André et Saint-Barthélemy, provenant de l’Accademia di San Luca de Rome : fragments d’un grand retable de Bronzino qui se trouvait à l’origine dans la cathédrale de Pise, mais qui a été dispersé dans l’Antiquité.

De sa formation au goût typiquement toscan à sa rencontre avec le naturalisme du Caravage, décliné ensuite vers un classicisme plus mature, l’exposition retrace ensuite la production d’Orazio Riminaldi à travers plus d’une vingtaine d’œuvres. Parmi celles-ci, le Sacrifice d’Isaac et le Martyre des saints Nérée et Achillée (provenant des Galeries nationales d’art ancien du Palazzo Barberini et du Palazzo Corsini à Rome), Caïn et Abel (provenant des Galeries des Offices), l’Habillage de sainte Bona (provenant de l’église de San Martino à Pise), ou encore Hercule et Achéloos provenant de la Galerie Giovanni Sarti à Paris.

À la fin du parcours de l’exposition, il sera possible d’entrer dans la cathédrale pour admirer la coupole peinte par Riminaldi, ainsi que deux de ses toiles de la Tribune : Samson et Moïse et le Serpent de bronze.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue, publié par EDIFIR, qui vise à illustrer les sections de l’exposition à travers des essais historico-critiques pour chaque partie. En outre, chaque œuvre exposée fera l’objet d’une fiche scientifique contenant les informations philologiques et critiques essentielles, ainsi qu’une bibliographie finale.

Informations et réservations : www.opapisa.it

La photo représente une salle de l’exposition.

Pise célèbre l'un de ses plus grands maîtres : Orazio Riminaldi, entre Gentileschi et Caravaggio
Pise célèbre l'un de ses plus grands maîtres : Orazio Riminaldi, entre Gentileschi et Caravaggio


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.