Rome, la Domus Aurea rouvre avec une nouvelle entrée et une exposition sur la découverte des grotesques


À Rome, la Domus Aurea rouvre ses portes avec une nouvelle entrée conçue par Stefano Boeri, un nouveau système d'éclairage et une exposition consacrée à Raphaël et à la découverte des grotesques.

À Rome, la Domus Aurea rouvre ses portes le 23 juin, avec un nouveau système d’éclairage et une nouvelle entrée pour le public conçue par l’architecte Stefano Boeri, mais surtout avec la première exposition installée dans la Sala Ottagona. Il s’agit de Raphaël et la Domus Aurea. L’invenzione delle grottesche (jusqu’au 7 janvier 2022), organisée par Vincenzo Farinella et Alfonsina Russo avec Stefano Borghini et Alessandro D’Alessio, une exposition conçue pour le 500e anniversaire de Raphaël en 2020 : est une exposition immersive consacrée à la redécouverte de la peinture ancienne et des grotesques de la Domus Aurea à la fin du XVe siècle : la découverte de ces ruines oubliées a été l’un des événements les plus importants de l’époque, car les grotesques allaient devenir un motif décoratif courant dans l’art du XVIe siècle.

L’histoire de la redécouverte des “grotesques” commence vers 1480, lorsque des peintres (parmi les premiers, Pinturicchio, Filippino Lippi et Signorelli) descendent dans les creux de la colline de l’Oppio pour admirer les décorations picturales d’anciennes habitations romaines : ils pensaient se trouver devant les fresques des thermes de Titus, mais ils découvraient sans le savoir les ruines du palais de Néron, la Domus Aurea que l’empereur avait fait construire après l’incendie de 64 après J.-C.. Le terme “grotesques” (dérivé du fait que les peintures trouvées décoraient les “grottes” de la Domus Aurea) est apparu pour la première fois en 1496. Et c’est Raphaël lui-même qui diffusera ce motif décoratif, en l’utilisant pour la première fois dans la Stufetta du cardinal Bibbiena (1516), puis, toujours dans l’appartement de Bibbiena au Palais apostolique du Vatican, dans la Loggetta (1516-17), avant le grand cycle des Loggias vaticanes (1517-1519).

Le projet Raphaël et la Domus Aurea. L’invention des grottes, promue par le Parc archéologique du Colisée et produite par Electa, se propose de raconter précisément l’histoire exceptionnelle de la redécouverte de l’ancienne peinture enfouie dans les “grottes” de l’originale Domus Aurea de Néron, en retraçant l’histoire et l’art de l’un des complexes architecturaux les plus célèbres au monde, qui a marqué et influencé l’iconographie de la Renaissance avec sa découverte. L’exposition interactive et multimédia est conçue par le studio milanais Dotdotdot, spécialisé dans la conception d’expositions et d’interactions. L’exposition se développe, comme indiqué, dans la salle octogonale, chef-d’œuvre de l’architecture romaine impériale, mais aussi dans les cinq salles adjacentes, ainsi que dans les salles d’Achille à Scyrus et d’Hector et Andromaque, qui sont encore précieusement décorées de fresques et où l’on peut admirer des traces de grotesques antiques. Le langage multimédia alterne entre vidéomapping immersif reconstituant les œuvres de Raphaël, animations, décors numériques racontant des anecdotes sur les artistes du XVIe siècle, art génératif et morphing, archives et collages numériques d’éléments décoratifs grotesques et d’inspiration surréaliste.

Dans la Sala Ottagona, des images astrologiques déduites du globe supporté par l’Atlante Farnese, prêt exceptionnel du Musée archéologique national de Naples, sont projetées sur la coupole. Suétone, dans la Vie de Néron, rappelle que dans la Domus Aurea, la salle de banquet la plus mémorable “était ronde et tournait sur elle-même toute la journée, continuellement, comme la terre”. Pour évoquer cette rotonde coenatio (qui, selon toute probabilité, ne se trouvait pas dans le pavillon du Colle Oppio et dont l’emplacement exact est encore débattu par les archéologues) , une projection rotative d’images astrologiques inspirée du globe du célèbre Atlas Farnèse a été réalisée sur la voûte de la Sala Ottagona. En alternance avec ces images, la projection d’une chute de pétales de roses telle que décrite par Suétone se produisait lors des banquets de l’empereur. À certaines heures, le vidéomapping se dissout tandis que des effets de lumière naturelle provenant de l’oculus central simulent le passage du jour à la nuit. Quelques minutes suffisent pour apprécier les extraordinaires effets de lumière du jour imaginés et réalisés par les architectes de Nero Severus et Celerus.

Dans la première salle, on trouve des animaux fantastiques mi-humains, mi-végétaux, des motifs phytomorphes, des harpies et des instruments de musique, des vases perlés, des palmettes, qui font partie des motifs décoratifs retrouvés dans la Domus Aurea et découverts par certains artistes à Rome vers 1480. Le visiteur lui-même déclenche ce récit en bougeant son corps, simulant ainsi la réverbération de la flamme des torches utilisées à l’époque de Raphaël pour éclairer les salles souterraines de la Domus Aurea. D’un seul geste, le grotesque antique se transforme, par morphing, en un motif de la Renaissance typique de ces artistes qui, les premiers, ont découvert un monde d’images fantastiques et inconnues. La deuxième salle est consacrée à l’étude et à la réinterprétation des grotesques par Raphaël. Accompagné de ses élèves et de ses collaborateurs, Raphaël réalise, vers le milieu de la deuxième décennie du XVIe siècle, la première véritable étude systématique de ces décorations murales antiques, ce qui lui permet de les reproposer organiquement en tant que “décorations globales” de salles spécialement conçues dans une perspective antiquaire. La pièce maîtresse spectaculaire de ce noyau (et grâce à un accord du Parc archéologique du Colisée avec les Musées du Vatican) est la reproduction multimédia de la Stufetta del Bibbiena : la minuscule salle de bain privée de l’appartement du cardinal, construite en 1516 d’après un projet de Raphaël. Sur chaque mur, les grotesques de la Stufetta (non visibles par le public car ne faisant pas partie du parcours de visite des Musées du Vatican) sont agrandis et réduits, générant des effets d’échelle inhabituels et mettant en évidence les détails les plus significatifs de l’ensemble du cycle décoratif. Dans la troisième salle, une narration audio raconte la découverte mémorable du Laocoon, le groupe sculptural trouvé en 1506 dans un espace souterrain, situé dans la même zone que le palais de Néron. Dans une boucle vidéo, les copies et les déclinaisons dans le temps de cette sculpture se succèdent en morphing sur fond de moulage en plâtre du Laocoon, prêté par le musée Palazzo Albani d’Urbino, qui restitue toute la grandeur de l’original. Un jeu de lumière recrée ensuite la destination première de cette salle, ornée d’une fontaine en cascade.

Dans la quatrième salle, une console interactive (une fenêtre métaphorique sur le monde) permet d’admirer et d’explorer de nombreux lieux d’Italie et d’Europe décorés de grotesques du XVIe au XIXe siècle. Des galeries des Offices, avec leurs kilomètres de fresques aux variations infinies et la mise à jour des modèles archéologiques romains, à la résidence du duc de Bavière Louis X à Landshut, construite à partir de 1536 sur le modèle du Palazzo Te de Mantoue ; du Peinador de la Reina, érigé vers 1537 à la demande de Charles Quint à l’Alhambra de Grenade, à la galerie de François Ier à Fontainebleau (vers 1532-1539), en s’inspirant de Rosso Fiorentino et de Primaticcio. La cinquième salle est consacrée aux déclinaisons modernes des grotesques, qui ont également fasciné les grands artistes du XXe siècle, en particulier les principaux représentants du surréalisme tels que Victor Brauner, Salvador Dali, Max Ernst, Joan Miró et Yves Tanguy. Un hémisphère, contenant des décors animés par des êtres “monstrueux” également créés par ces représentants de l’art moderne, permet aux visiteurs de jouer et de créer des collages numériques oniriques toujours nouveaux. L’expérience est enrichie par une conception sonore créée en synchronisation avec le projet visuel et interactif, qui est également sensible au mouvement et à l’intensité du public. Le fond musical est enrichi de sons et de bruits qui soulignent le contenu et les caractéristiques architecturales de chaque pièce. Des chants de muses et des voix magiques accompagnent les projections vidéo de la voûte céleste, tandis que des bruits caverneux, des réverbérations, des chuchotements, des gouttes et des échos lointains contribuent à augmenter le potentiel évocateur du palais de Néron. Les projections vidéo et le son se fondent ainsi dans une fascinante performance d’ombre et de lumière qui, toutes les 30 minutes, simule le passage entre le jour et la nuit, dématérialisant le décor et révélant la beauté scénographique et la puissance architecturale de la Sala Ottagona et des espaces qui l’entourent.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par Electa, qui retrace la redécouverte de la Domus Aurea et l’invention des grotesques grâce à l’extraordinaire impulsion de Raphaël.

"La Domus Aurea, commente le ministre de la Culture Dario Franceschini, s’enrichit aujourd’hui d’une intervention d’architecture contemporaine, réalisée par Stefano Boeri, qui démontre qu’il est possible de réaliser des interventions contemporaines de qualité qui remplissent une fonction et sont parfaitement compatibles avec la protection et la conservation du patrimoine du passé. C’est une nouvelle occasion d’enrichir notre patrimoine culturel dans un lieu symbolique pour toute l’Italie et le monde. Dans un peu plus d’un mois, la réunion des ministres de la culture du G20 se tiendra au Colisée. C’est une façon de montrer que l’Italie investit dans l’avenir en s’appuyant également sur la grandeur de ce qu’ont fait les générations qui nous ont précédés. La Domus Aurea est un endroit merveilleux, nous devons maintenant le rendre merveilleux à l’extérieur aussi, il y a un problème appelé le parc de Colle Oppio. Nous sommes également prêts, en tant que Parc archéologique du Colisée, à reprendre la gestion du parc de Colle Oppio à l’intérieur du Parc archéologique du Colisée, parce que ce serait le moyen d’en faire, comme il se doit, l’un des lieux les plus liés au Colisée dans toute sa splendeur, et non pas dans la dégradation qui, dans certaines parties, est vraiment gênante et mal conciliée avec la splendeur de la Domus Aurea et du Colisée".

“Après plus d’un an de fermeture, nous rouvrons la Domus Aurea”, déclare Alfonsina Russo, directrice du parc archéologique du Colisée. “Grâce à des fonds spécifiques du ministère, nous surmontons certains problèmes critiques, tels que les infiltrations d’eau. Dans le parcours, on peut voir des éléments sculpturaux et architecturaux mis en valeur par le nouvel éclairage réalisé par Erco, qui repropose les expédients utilisés par les architectes néroniens pour capter la lumière même dans les endroits les plus sombres”.

Exposition Raphaël et la Domus Aurea. L'invention des grotesques Crédits : Conception de l'exposition et design d'interaction par Dotdotdot.  Photo par Andrea Martiradonna. Tous droits réservés Dotdotdot
Exposition Raphaël et la Domus Aurea. L’invention des grotesques. Crédits : Conception d’exposition et design d’interaction par Dotdotdot. Photo par Andrea Martiradonna. Tous droits réservés Dotdotdot


Exposition Raphaël et la Domus Aurea. L'invention des grotesques Crédits : Conception de l'exposition et design d'interaction par Dotdotdot.  Photo par Andrea Martiradonna. Tous droits réservés Dotdotdot
Exposition Raphaël et la Domus Aurea. L’invention des grotesques. Crédits : Exhibition Design and Interaction Design by Dotdotdotdot. Photo par Andrea Martiradonna. Tous droits réservés Dotdotdotdot


Rome, Domus Aurea. Pavillon du Colle Oppio. Salle 53. Crédits : ©ph ERCO lighting
Rome, Domus Aurea. Pavillon de Colle Oppio. Salle 53. Crédits : ©ph ERCO lighting


Rome, Domus Aurea. Sala Ottagona aménagée avec la sculpture de l'Atlas Farnèse. Crédits : ©ph ERCO lighting
Rome, Sala Ottagona aménagée avec la sculpture de l’Atlas Farnèse. Domus Aurea. Crédits : ©ph ERCO illuminazione


Rome, Domus Aurea. Pavillon de Colle Oppio. Salle 45. Crédits : ©ph ERCO lighting
Rome, Domus Aurea. Pavillon Colle Oppio. Salle 45. Crédits : ©ph ERCO illuminazione


Rome, Domus Aurea. Pavillon de la colline de l'Opium. Grand Cryptoportique 92. Crédits : ©ph ERCO lighting
Rome, Domus Aurea. Pavillon de la colline de l’Opium. Grand Cryptoportique 92. Crédits : ©ph ERCO lighting


Nouvelle entrée de la Domus Aurea, Rome. Stefano Boeri Architects. Crédits : ph. Lorenzo Masotto
Nouvelle entrée de la Domus Aurea, Rome. Stefano Boeri Architects. Crédits : ph. Lorenzo Masotto

Rome, la Domus Aurea rouvre avec une nouvelle entrée et une exposition sur la découverte des grotesques
Rome, la Domus Aurea rouvre avec une nouvelle entrée et une exposition sur la découverte des grotesques


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.