Une exposition de six "kaléidoramas" inédits d'Olafur Eliasson au Rivoli


Du 3 novembre 2022 au 26 mars 2023, une nouvelle exposition d'Olafur Eliasson est prévue au Castello di Rivoli: l'artiste apporte six nouvelles œuvres à Turin, six nouveaux "kaléidoramas".

Encore une exposition Olafur Eliasson en Italie. En effet, du 3 novembre 2022 au 26 mars 2023, le Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea accueillera Olafur Eliasson: Orizzonti tremanti, une exposition sous la direction de Marcella Beccaria , issue d’un projet lauréat du PAC2021 - Piano per l’Arte Contemporanea promu par la Direction générale de la création contemporaine du ministère de la Culture. L’artiste transforme la Manica Lunga du Castello di Rivoli en présentant une nouvelle série de six œuvres d’art immersives semblables à des dispositifs optiques cunéiformes. Dans chaque installation, on voit des formes fluides complexes en mouvement qui traversent un espace panoramique de 360 degrés, qui semble plus grand que ce qui est physiquement possible. Il s’agit d’illusions d’optique produites par des miroirs et des projections lumineuses.

Depuis la fin des années 1990, la pratique d’Eliasson associe la mémoire de ses rencontres avec la nature aux vastes ramifications de la science et de la pensée écologique, proposant des œuvres qui invitent à la participation active de ceux qui les rencontrent. Trembling Horizons présente de nouvelles œuvres issues d’expériences menées par l’artiste dans son atelier de Berlin. Eliasson s’est inspiré des instruments de mesure scientifiques, considérant le rôle ambivalent qu’ils ont joué tout au long de l’histoire. Réalisées au cours de l’année écoulée, les nouvelles œuvres de l’exposition proposent une relation plus étroite entre le corps et l’esprit, soulignant la valeur de l’expérience subjective et sensorielle.

Dans la Manica Lunga du château, l’exposition s’ouvre sur Navigation star for utopia (2022), une œuvre lumineuse suspendue qui accueille les visiteurs. Ses faisceaux de lumière colorée traversent la pièce et dessinent des effets de lumière, suggérant presque l’idée d’un futur outil d’orientation. Vient ensuite la série d’œuvres que l’artiste a créée pour l’espace Manica Lunga: Your curious kaleidorama (“Votre kaleidorama curieux”), Your power kaleidorama (“Votre kaleidorama puissant”), Your self-reflective kaleidorama (“Votre kaleidorama auto-réfléchissant”), Your hesitant kaleidorama (“Votre kaleidorama hésitant”).), Votre kaléidorama hésitant, Votre mémoire du kaléidorama et Votre kaléidorama vivant. Chacune de ces structures est fixée au mur et orientée selon un angle différent. Les visiteurs accèdent aux structures en entrant par le bas ou en regardant directement à l’intérieur pour voir des projections lumineuses de lignes, de formes et de motifs. Ces projections sont générées en temps réel à l’aide de faisceaux de lumière électrique se reflétant dans des bassins d’eau ou passant à travers un système de lentilles. Eliasson appelle ces œuvres des kaléidoramas, combinant les mots kaléidoscope et panorama.

"D’une certaine manière, ils sont les deux: ils utilisent l’effet miroir du kaléidoscope pour évoquer des espaces panoramiques ou paysagers qui semblent plus grands que le lieu physique où ils sont montrés, un environnement dans lequel on peut se tenir. Ils ouvrent de nouveaux horizons grâce à leurs surfaces miroitantes, des espaces dans lesquels vous rencontrez des vagues, des lignes d’horizon, des reflets, des bandes de lumière diffractées dans les couleurs du spectre visible et des ombres démultipliées, les vôtres et celles des autres visiteurs. Dans ces kaléidoramas, vous avez l’impression d’être face au temps qui s’écoule. C’est l’occasion de reconsidérer votre sens des proportions et du temps, comme lorsque vous regardez les images du télescope de l’espace lointain depuis les limites de notre imagination.

Dans tous les kaléidoramas, le public observe des motifs complexes de formes en mouvement qui interagissent pour créer un environnement visuel et spatial en constante évolution. Les compositions visuelles s’intensifient et diminuent en fréquence et en rythme, produisant de douces vagues comme de violentes secousses, en fonction du comportement de l’eau ou de l’influence des instruments optiques.

L’exposition culmine avec Your non-human friend and navigator (2022), articulé en parties suspendues et d’autres posées au sol. Cette nouvelle œuvre est réalisée à partir de deux morceaux de bois flotté, des rondins transportés par la mer, usés par l’action des éléments. Eliasson les a collectés sur les plages d’Islande, où les restes de bois atterrissent souvent après avoir parcouru de nombreux kilomètres depuis des pays lointains. La présence d’un aimant oriente la partie suspendue de l’œuvre selon l’axe nord-sud, tandis que les subtils glacis aquarellés appliqués sur le bois posé au sol évoquent l’action de l’eau et des courants marins qui l’ont poussé sur des milliers de kilomètres.

"L’œuvre d’Olafur Eliasson, explique Carolyn Christov-Bakargiev, directrice du musée, contient des échos de l’Arte Povera, en particulier de Giuseppe Penone, Pier Paolo Calzolari, Giovanni Anselmo et Marisa Merz. À travers son art, la pensée processuelle et écologique des années 1960 est reliée à la vision contemporaine par un développement organique".

"Avec Trembling Horizons, explique Marcella Beccaria, Olafur Eliasson nous invite à ouvrir notre regard au-delà des limites du visible, du vertige de l’espace profond à l’émotion de la rencontre avec nous-mêmes et nos paysages intérieurs. Impliquant le corps et l’esprit, ses œuvres contribuent à rendre perceptible le rôle de chacun dans la production de la réalité et dans la construction de ce présent instable".

À l’occasion de Shivering Horizons, une salle de lecture spéciale consacrée à Olafur Eliasson est ouverte au public dans les espaces de la bibliothèque et du CRRI du Castello di Rivoli. La salle rassemble une sélection de près de cent catalogues monographiques couvrant la production de l’artiste, depuis ses premières expositions personnelles dans les années 1990 jusqu’à aujourd’hui.

Olafur Eliasson a déjà exposé au Castello di Rivoli en 1999, à l’occasion de sa première exposition muséale en dehors de sa Scandinavie natale, et en 2008, lors de la deuxième Triennale de Turin, lorsqu’il a créé The sun has no money (Le soleil n’a pas d’argent). Les œuvres de ces deux expositions font partie des collections du Castello di Rivoli. À l’occasion de l’exposition, l’installation Your circumspection disclosed, 1999, est installée dans la mezzanine de la Manica Lunga, la salle pour laquelle elle a été conçue à l’origine par l’artiste. En décembre, pour coïncider avec le 38e anniversaire du musée, The sun has no money, 2008, sera installée dans la salle voûtée du XVIIIe siècle pour laquelle elle a été conçue par Eliasson.

Enfin, le Studio Olafur Eliasson déclare qu’il s’engage à atteindre la durabilité et la neutralité carbone dans tous les aspects de sa production et de ses activités artistiques. Le studio se dit “conscient que la neutralité carbone commence par la réduction des émissions, tandis que la compensation des émissions est une solution de dernier recours”. Le rapport complet sur les émissions de carbone pour Olafur Eliasson: Trembling Horizons au Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea sera disponible après la fermeture de l’exposition. Les résultats finaux et les projets de compensation seront publiés sur les sites www.castellodirivoli.org et www.olafureliasson.net.

Une exposition de six
Une exposition de six "kaléidoramas" inédits d'Olafur Eliasson au Rivoli


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.