Venise, Antonia Di Giulio et Ralph Gibson dans l'exposition "1988-2018


Du 6 février au 12 mars 2019, Antonia Di Giulio et Ralph Gibson font l'objet d'une double exposition personnelle à Venise.

Deux artistes en comparaison, deux sensibilités qui se rencontrent pour créer un dialogue profond à travers les formes et les contours des corps représentés. Du 6 février au 12 mars 2019, l’île de San Servolo à Venise accueillera l’exposition 1988-2018, dans laquelle Antonia Di Giulio, l’une des peintres les plus importantes de la scène artistique italienne, juxtaposera ses peintures aux clichés du talentueux photographe américain Ralph Gibson, sous le signe de l’évocation d’une expérience ancrée dans un passé commun, ressurgissant de la juxtaposition d’images photographiques avec des coups de pinceau sur la toile.

Organisée par Achille Bonito Oliva, sous le patronage de l’Université internationale de Venise et avec la collaboration et la volonté de la société San Servolo Servizi Metropolitani, qui a mis à disposition les espaces d’exposition, l’exposition, à travers 14 photographies et 14 peintures, construit une dialectique entre des regards artistiques, des langages expressifs différents, mais aussi entre des époques éloignées, comme le rappelle le titre même de l’exposition. Antonia Di Giulio se concentre sur une sélection de portraits en noir et blanc d’elle-même, pris en 1988 par Gibson lors d’une séance photo à New York, pour les placer à côté d’une série de ses œuvres récentes de même taille, des peintures abstraites dans des tons de noir, de blanc et de gris.

L’exposition est complétée par un catalogue, édité par Achille Bonito Oliva, avec des contributions de Phyllis Braff, critique d’art au New York Times, de Diego Mantoan, professeur d’histoire contemporaine à Ca’ Foscari, ainsi que de Bonito Oliva lui-même, de Ralph Gibson et de l’ambassadeur Umberto Vattani.

Dans son travail artistique, Antonia Di Giulio crée des combinaisons et des couplages qui déterminent la transition entre la “vraie” réalité de la photographie et le signe pictural dépouillé et austère, d’où jaillissent une énergie visuelle, des dialogues et des connexions d’une grande complexité qui révèlent des souvenirs et des allusions familières, mais qui, en même temps, réalisent des contrastes de motivations, des dissonances esthétiques et conceptuelles : si, d’une part, dans les œuvres photographiques de Gibson, il y a une représentation du corps faite de sensualité, de féminité et de beauté, d’autre part, dans la peinture de Di Giulio, la raréfaction et l’évanouissement de toute présence suggestive sont imposés, ce qui conduit à un style extrêmement rigoureux et sévère, qui, cependant, n’annule pas sa source d’inspiration.

Alors que les images de Gibson racontent un conte de fées, révèlent l’origine d’un rêve qui naît de poses évocatrices, les tableaux du peintre abolissent toute allusion“, souligne l’ambassadeur Umberto Vattani, président du VIU, ”C’est en effet une rencontre importante qu’Antonella Vattani a eue avec l’artiste“. La rencontre d’Antonia Di Giulio avec un photographe d’une sensibilité aussi extraordinaire que Gibson a en effet été importante, si son point d’arrivée réside précisément dans la raréfaction, dans l’abandon de toute trace chromatique, de toute nuance délicate”.

Peinture et photographie, dans le jeu du noir et blanc, tel est le binôme de cette exposition que nous accueillons avec enthousiasme et intérêt dans les espaces d’exposition de l’île de San Servolo", déclare Andrea Berro, directeur unique de San Servolo srl, “valorisant ainsi pleinement la vocation de l’île en tant que centre culturel de la ville métropolitaine de Venise”.

Des images qui deviennent les narrateurs d’un échange d’auteurs, d’histoires et de représentations, tissant un discours sur la pérennité de l’art et la force du signe artistique, et animant le mystère vivant sur le chemin qui mène de la contemplation de la photo à l’œuvre picturale.

Pour en savoir plus sur les deux protagonistes de l’exposition, vous pouvez cliquer ici pour visiter le site d’Antonia di Giulio et ici pour celui de Ralph Gibson.

Venise, Antonia Di Giulio et Ralph Gibson dans l'exposition
Venise, Antonia Di Giulio et Ralph Gibson dans l'exposition "1988-2018


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.