Venise, l'exposition sur Edmondo Bacci et la puissance de sa couleur à la Collection Guggenheim


Jusqu'au 18 septembre 2023, la Collection Guggenheim de Venise consacre une exposition à l'un des plus grands coloristes du XXe siècle, Edmondo Bacci : l'exposition célèbre un grand protagoniste de l'art de l'après-guerre.

Du 1er avril au 18 septembre 2023, la Peggy Guggenheim Collection présente Edmondo Bacci. L’énergie de la lumière, sous la direction de Chiara Bertola, responsable du programme d’art contemporain de la Fondazione Querini Stampalia, Venise. Avec environ quatre-vingts œuvres, dont beaucoup n’ont jamais été exposées auparavant, y compris des peintures et des dessins inédits provenant desarchives Edmondo Bacci, de collections privées et de musées internationaux, notamment le Museum of Modern Art de New York et l’Art Museum de Palm Springs, il s’agit de la première et de la plus complète exposition personnelle consacrée à l’artiste vénitien Edmondo Bacci (Venise, 1913 - 1978). L’exposition s’inscrit dans la tradition d’exposition du musée qui, depuis des années, accueille, à côté d’expositions de portée internationale, des expositions célébrant les protagonistes de la scène artistique nationale après la Seconde Guerre mondiale, tels que Lucio Fontana, Giuseppe Capogrossi, Tancredi Parmeggiani, Osvaldo Licini, et aujourd’hui Bacci.

Edmondo Bacci. L’énergie de la lumière entend explorer le côté plus lyrique de l’œuvre de Bacci au moment le plus international de sa carrière, les années 1950, lorsque, déjà établi dans les cercles d’exposition liés au Spatialisme et parmi les artistes contemporains les plus novateurs au niveau national, il se fait remarquer par des artistes de renommée internationale. novateurs au niveau national, il est remarqué par Peggy Guggenheim et toute la nouveauté de sa peinture, la force générative de la couleur, la rupture des plans spatiaux et le rythme circulaire de la touche deviennent évidents aux yeux de la critique.

Bacci fait partie du petit cercle d’excellence artistique de la Vénétie, qui comprend également Tancredi et Emilio Vedova, qui obtiennent un succès et une reconnaissance internationale dans les mêmes années, et il est sans aucun doute l’un des rares artistes de la scène italienne à métaboliser rapidement les possibilités d’une nouvelle abstraction, en associant les tendances contemporaines d’Europe et des États-Unis à un style unique et à une vision personnelle. En suivant ce parcours critique, l’exposition propose une série d’œuvres fondamentales pour comprendre l’évolution de ce langage couleur-lumière qui a tant impressionné le mécène américain Alfred Barr, alors directeur du Museum of Modern Art de New York, qui a acheté à l’artiste 13 R, 1953. La toile, qui fait désormais partie de la collection du musée new-yorkais, revient exceptionnellement en Italie pour être exposée pour la première fois au public.

Edmondo Bacci, Event #247 (1956 ; tempera grassa et sable sur toile, 140,2 x 140 cm ; Venise, collection Peggy Guggenheim)
Edmondo Bacci, Event #247 (1956 ; tempera grassa et sable sur toile, 140,2 x 140 cm ; Venise, collection Peggy Guggenheim)
Edmondo Bacci en studio avec Avvenimento #372 (1961), Venise, début des années 1960. Archives Edmondo Bacci, Venise
Edmondo Bacci dans son atelier avec Avvenimento #372 (1961), Venise, début des années 1960. Archives Edmondo Bacci, Venise
Edmondo Bacci, Événement n° 292 (Réunion) (vers 1961 ; tempera grassa sur toile, 83,5 x 138 cm ; Venise, collection Peggy Guggenheim) Edmondo
Bacci, Événement #292 (Réunion) (vers 1961 ; tempera grassa sur toile, 83,5 x 138 cm ; Venise, Collection Peggy Guggenheim)
Edmondo Bacci, Peggy Guggenheim et Tancredi Parmeggiani (de gauche à droite) à la Galleria del Cavallino, Venise, vers 1957. Derrière eux, à partir de la gauche, l'événement n° 242 (vers 1957) et l'événement n° 235 (vers 1957). Archives Edmondo Bacci, Venise
Edmondo Bacci, Peggy Guggenheim et Tancredi Parmeggiani (à partir de la gauche) à la Galleria del Cavallino, Venise, vers 1957. Derrière eux, à partir de la gauche, l’événement n° 242 (vers 1957) et l’événement n° 235 (vers 1957). Archives Edmondo Bacci, Venise
Edmondo Bacci, Event #27 (1954 ; tempera grassa sur toile, 76,5 x 90,8 cm ; New York, Solomon R. Guggenheim Foundation)
Edmondo Bacci, Event #27 (1954 ; tempera grassa sur toile, 76,5 x 90,8 cm ; New York, Solomon R. Guggenheim Foundation)

L’exposition

L’exposition commence par le noyau de toiles en noir et blanc intitulé Cantieri e Fabbriche (Chantiers navals et usines), que l’artiste a réalisé entre 1945 et 1953, inspiré par les hauts-fourneaux de la zone industrielle de Marghera, toute proche, et influencé par ses contacts avec les artistes du Fronte Nuovo delle Arti, en particulier Vedova et Armando Pizzinato. Bacci exclut ici la couleur : les sujets sont résolus picturalement par la juxtaposition du seul noir et du seul blanc qui tissent une géométrie imprévisible de mouvements heurtés, rendus par l’alternance dynamique des masses lumineuses blanches avec celles de l’obscurité absolue. Entre 1952 et 1953, l’espace frontal en noir et blanc de la première Fabbriche subit un changement structurel important, s’ouvrant de plus en plus vers des valeurs chromatiques significatives. C’est ici que commencent à se comprendre et à se former les caractéristiques linguistiques de la peinture de Bacci : une peinture abstraite qui élimine progressivement le signe pour s’appuyer de plus en plus sur la fonction spatiale de la couleur. Suivent les Albe, toiles de 1954, caractérisées par une rupture définitive des plans chromatiques, témoignage du délicat et fascinant parcours de recherche qui a conduit l’artiste des Fabbriche aux célèbres Avvenimenti, réalisés au cours des années 1950 et des années 1960 suivantes, protagonistes des salles suivantes. Les Avents représentent le noyau le plus poétique, créatif et heureux de l’œuvre de l’artiste et le cœur battant de l’exposition elle-même, des œuvres où l’espace n’est plus soutenu par une grille géométrique mais est généré uniquement par les relations des événements de la couleur. La couleur devient espace absolu et abolit toutes les limites entre surface et volume, entre dimension et trajectoire ; la couleur devient pure matière de lumière dans son processus graduel d’affranchissement de la matière plus lourde de l’Informel. L’exposition offre l’opportunité d’admirer une série de Happenings qui ont été acquis dans les années 50 par différents collectionneurs américains grâce à la médiation de Guggenheim et Barr, et qui reviennent aujourd’hui en Italie pour la première fois. Vers 1956, en effet, de nombreuses toiles du jeune Bacci ont traversé l’océan, ouvrant ainsi une importante période d’exposition américaine qui a culminé avec son exposition personnelle à l’historique Seventy-Five Gallery de New York la même année.

L’exposition fait ensuite place à un autre aspect intéressant et moins connu du langage de l’artiste : l’expérimentalisme des années 1960-1970 vers lequel Bacci a orienté ses recherches au cours de ses dernières années de travail. C’est ici que l’on trouve ses Gessi, Sagome et Teatrini, des œuvres qui reflètent la recherche artistique incessante de Bacci qui, dans ces années-là, s’est orienté vers de nouvelles investigations extra-picturales axées sur la matière. À côté de ces œuvres, une section importante est consacrée à un groupe inédit de dessins et de “Papiers brûlés”, provenant de diverses collections italiennes et surtout des Archives Edmondo Bacci, où l’artiste interprète sur le papier les potentialités du signe graphique et de la couleur, en approfondissant sa recherche à travers une série d’œuvres apparemment dissemblables mais qui partagent toutes une force évocatrice et créative.

L’exposition se termine par un hommage à la participation de Bacci à la XXIXe Biennale internationale d’art de Venise en 1958. Depuis sa première participation en 1948, l’artiste a été régulièrement invité à exposer à la célèbre manifestation, mais à cette occasion, une salle entière lui a été consacrée, aujourd’hui recréée en partie dans l’exposition au Palazzo Venier dei Leoni avec les Avvenimenti les plus célèbres de l’époque, parmi lesquels l’Avvenimento #299, de 1958, provenant du Palm Springs Art Museum. Dans la préface du catalogue réalisé pour la Biennale, Peggy Guggenheim écrivait : “il y a une vision dans la couleur, qui explose dans toute sa joyeuse exaltation... Je pourrais suggérer Kandinsky pour une puissance poétique égale” (Catalogue de la XXIXe Biennale internationale d’art de Venise, 1958). La salle sera clôturée par une étonnante huile sur toile de Giambattista Tiepolo, Le Jugement dernier (vers 1730-35), provenant de la collection Intesa Sanpaolo, à la Fondazione Querini Stampalia, à Venise, qui montre que, depuis sa formation artistique à l’Accademia di Belle Arti de Venise, Bacci a été fortement influencé par les grandes toiles du passé, en particulier par le colorisme luministe de Giovanni Bellini, Giorgione, et surtout par la spatialité des grandes fresques et des ciels de Tiepolo.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue richement illustré, publié par Marsilio Arte, avec des essais de la commissaire Chiara Bertola, Martina Manganello, Barry Schwabsky, Toni Toniato et Riccardo Venturi. Edmondo Bacci. L’exposition L’énergie de la lumière est réalisée grâce au soutien du groupe Lavazza en tant que mécène institutionnel de la collection Peggy Guggenheim.

À l’occasion de l’exposition, la Peggy Guggenheim Collection propose des programmes publics, un calendrier articulé d’événements collatéraux pour divulguer, approfondir et interpréter à différents niveaux le langage pictural d’Edmondo Bacci et sa façon de faire de l’art. Chaque jour d’ouverture de l’exposition, le public pourra mieux comprendre l’œuvre d’Edmondo Bacci au musée grâce à une présentation gratuite de l’exposition (tous les jours à 15 heures) ou en réservant une visite guidée privée. Des événements spéciaux sont également prévus : plusieurs rendez-vous exclusifs et gratuits liés à l’exposition monographique Edmondo Bacci. Pour le jeune public, de 16 à 25 ans, trois itinéraires sont prévus - à Porto Marghera, à Dorsoduro et sur le Lido - qui plongeront le public dans trois paysages qui ont inspiré Edmondo Bacci ou qui ont simplement un lien étroit avec ses œuvres, pour revivre l’artiste et sa poétique avec une fraîcheur nouvelle.l’artiste et sa poétique avec un regard neuf et actuel (18 mai dans la zone industrielle de Porto Marghera ; 15 juin itinéraire dédié à la contemplation de la lumière à Dorsoduro ; 5 juillet itinéraire dédié à l’espace cosmique et aux ultramondes, à partir du Planétarium du Lido). Le premier dimanche de chaque mois, des ateliers artistiques gratuits sont organisés pour les enfants de 4 à 10 ans, inspirés par les œuvres de Bacci. Des parcours tactiles permettront aux visiteurs de toucher des reproductions d’une sélection de tableaux exposés.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel de la Peggy Guggenheim Collection.

Venise, l'exposition sur Edmondo Bacci et la puissance de sa couleur à la Collection Guggenheim
Venise, l'exposition sur Edmondo Bacci et la puissance de sa couleur à la Collection Guggenheim


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.