Venise, une exposition consacrée à Paolo Gioli à la Galleria in Corte


Venise rend hommage à Paolo Gioli, peintre, photographe et cinéaste décédé au début de l'année, en organisant une exposition sur ses débuts vénitiens dans les années 1960, du 14 avril au 17 septembre, à la Galleria in Corte de Venise.

Galleria in Corte, nouvel espace d’exposition dédié à l’art contemporain à Venise, propose du 14 avril au 17 septembre 2022 l’exposition Paolo Gioli. The Venice Years (1960 - 1969), organisée par Nico Stringa, consacrée aux premières expériences créatives de Paolo Gioli (Rovigo, 1942 - Lendinara, 2022), un artiste important aux multiples facettes, peintre, photographe et cinéaste expérimental.L’exposition est née du désir d’amis et de collectionneurs, vénitiens ou non, d’organiser une anthologie des œuvres picturales et graphiques du futur cinéaste et photographe, en mettant à la disposition de tous des dessins et des peintures réalisés dans les années 1960 dans la lagune, œuvres qui, aujourd’hui encore, plus d’un demi-siècle plus tard, ne cessent d’enchanter et d’étonner.

L’exposition a pour but de mieux faire comprendre la période de formation qui coïncide avec le début de sa maturité ; en effet, on peut considérer qu’il s’agit de la période allant de 1960 à 1969, au cours de laquelle, par un travail incessant, Gioli s’est confirmé, à travers des œuvres de plus en plus conséquentes, qu’il était un artiste à part entière. Il se confirme à lui-même, à travers des œuvres de plus en plus conséquentes, la centralité du mouvement de l’image, compris non pas tant comme un progrès intentionnel, mais plutôt comme une stratégie visant à débusquer les potentialités originelles du regard de l’oubli de l’habitude. Les chocs auxquels l’artiste nous soumet avec la plasticité dramatique du Ciclo delle Creature et immédiatement après avec l’itinéraire articulé des sections kaléidoscopiques appelées aussi Scomponibili, sont autant de dispositifs développés par Gioli dans l’élaboration de sa poétique depuis la période vénitienne: l’image est en danger, les artistes la sauveront avec la peinture, avec une photographie “primordiale”, avec le cinéma expérimental.

L’exposition propose une sélection de dessins et de peintures de moyen et grand format réalisés à Venise dans les années 1960 et se termine par une œuvre finale achevée à New York en 1969, une œuvre symptomatique d’un tournant mûri au contact du scénario américain que Gioli a vécu directement lors de son long séjour à Manhattan.

Nico Stringa parle des œuvres exposées: "L’homogénéité fondamentale des premières et des dernières œuvres de Gioli, la persistance et la récurrence des grands thèmes qu’il a fait siens, l’intersection entre la tension de l’image consciente et les grands tournants des années 60 construits sur la banalisation des mass-media et le bombardement publicitaire, l’ont amené à abandonner temporairement l’investigation du torse (traitée dans Créatures, qu’il reprendra sous de nouvelles formes avec la photographie Polaroïd et la photographie d’art). sous de nouvelles formes avec la photographie Polaroïd et la technique sténoscopique) et à développer ce patrimoine d’images-actions que nous possédons et recréons, conscientes et inconscientes, sédimentées en nous, que les arts visuels et la littérature nous aident à déchiffrer, éclairant en “instantanés” l’obscurité de l’origine, l’énigme de l’empreinte visuelle, le cheminement pas toujours conscient vers l’autonomie de la forme. Ces œuvres, qui ont déjà été examinées par les critiques les plus avisés et les plus sensibles, ne sont pas les inventions originales d’un débutant, mais les documents d’une expérience menée dans le climat effervescent des années 1960, dans une Venise ouverte aux expériences les plus diverses qui se déroulaient en Europe et aux États-Unis ".

Né à Sarzano di Rovigo en 1942, Paolo Gioli entre en contact très jeune avec le sculpteur Virgilio Milani, avec lequel il noue une profonde complicité, et commence à fréquenter, à l’âge de dix-huit ans, le milieu artistique vénitien qui s’articule autour de la Scuola Libera del Nudo de l’Accademia di Belle Arti et de la Fondazione Bevilacqua La Masa pour les jeunes artistes. Paolo Gioli assiste ainsi aux derniers feux de la saison artistique informelle, rencontre Giuseppe Santomaso qui s’oriente vers une forme originale de “minimalisme”, voit l’émergence des groupements néo-avant-gardistes à Padoue et à Venise, visite les Biennales à partir de la XXXe édition en 1960 et les grandes expositions organisées au Palazzo Grassi par Paolo Marinotti.

Le travail solitaire et parfois secret de Gioli est immédiatement compris par Cesare Misserotti qui accueille le jeune artiste dans sa Galleria dell’Elefante d’abord à Mestre puis à Venise à partir de 1964 et imprime son premier portfolio ; à la Bevilacqua La Masa, il obtient également d’importantes reconnaissances, comme le Prix de peinture et l’achat de la Figura Figura de 1966 conservée au musée Ca’ Pesaro. En 1967, il s’installe à New York où, grâce à l’intérêt de Ruth Friedlich, il obtient une bourse du John Cabot Fund; c’est à cette époque qu’il rencontre Paolo Vampa, alors étudiant en licence, qui deviendra par la suite un animateur culturel soucieux de valoriser son travail. À partir de 1969, il se consacre au cinéma expérimental et à la photographie à Rome et à Milan, se qualifiant comme l’un des créateurs les plus originaux dans ce domaine, avec une reconnaissance constante sur la scène internationale.

En 1991, le musée Fortuny de Venise lui consacre une grande exposition sous la direction de Paolo Costantini, Sandro Mescola, Silvio Fuso et Italo Zannier; en 1996, Roberta Valtorta organise une grande exposition anthologique au Palazzo delle Esposizioni de Rome; en 2008, son œuvre graphique et picturale est au centre de l’exposition Arte al bivio. Venise dans les années 1960, en dialogue avec des œuvres d’Eulisse, Soccol, Anselmi, Plessi, Giorgi, Lodi, Armano, organisée au Palazzo Giustinian dei Vescovi par les diplômés et les doctorants du cours d’histoire de l’art contemporain de l’université Ca’ Foscari. Lors de la Biennale LVI de Venise en 2015, il a présenté une exposition individuelle dans le pavillon italien. Les auteurs suivants ont écrit sur son travail: R. Valtorta, P. Costantini, M. Dalai Emiliani, I. Zannier, S. Fuso, M. Senaldi, G. D. Fragapane, F. Dolzani, N. Stringa, E. Bullot, G. M. Bouhours, D. Bordwell, Ph. Dubois, C. Cherouz, B. Di Marino, P. Rumble.

Les photographies, les films et les vidéos se trouvent dans les principales collections publiques d’Italie, d’Europe et d’Amérique. Parmi les principales institutions: laHarvard University Film Archive (HFA), le Centre Georges Pompidou à Paris, l’Art Institute of Chicago, le MoMA à New York.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel de la Gallery in Court.

Photo: Paolo Gioli, Hommage à Ionesco (1965 ; huile sur toile, 200 x 140 cm)

Venise, une exposition consacrée à Paolo Gioli à la Galleria in Corte
Venise, une exposition consacrée à Paolo Gioli à la Galleria in Corte


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.