Volterra consacre deux expositions à Mino Trafeli l'année de son centenaire


Il y a cent ans naissait à Volterra l'un des sculpteurs les plus intéressants de la seconde moitié du XXe siècle, Mino Trafeli: sa ville natale lui consacre deux expositions, du 9 juillet 2022 au 8 janvier 2023.

À l’occasion du centenaire de Mino Trafeli (Volterra, 1922 - 2018), sculpteur, organisateur d’événements culturels importants tels que Volterra 73 et chercheur des réalités du territoire (notamment le graffiti NOF4), la ville de Volterra consacre deux expositions distinctes et complémentaires à l’artiste. Il s’agit de Mino Trafeli: la scultura impossibile 2018-1980 et Mino Trafeli: gli studi, la grafica, le sculture, toutes deux organisées par Marco Tonelli et le Comité pour la jouissance publique de l’œuvre de Mino Trafeli, et qui se tiennent respectivement au Palazzo dei Priori et au Centro Studi Espositivo Santa Maria Maddalena de la Fondazione Cassa di Risparmio di Volterra, toutes deux du 9 juillet 2022 au 8 janvier 2023.

Trafeli a touché avec son œuvre tous les domaines les plus sensibles de la culture volterrienne, du travail de l’albâtre à la folie de l’asile, de l’enseignement à l’Institut d’art à l’histoire étrusque, montrant pour sa ville Il a participé à deux éditions de la Biennale de Venise, à la Quadriennale de Rome et à de nombreuses autres expositions et manifestations importantes, sans compter que son intérêt pour la musique, la vidéo, la performance et l’expérimentation en général fait de lui un protagoniste de l’art contemporain miraculeusement immergé dans une ville aux origines aussi anciennes que Volterra.

Mino Trafeli: la scultura impossibile 2018-1980 fait suite à un accord de valorisation de trois ans conclu avec la municipalité de Volterra, qui a inclus l’événement dans le programme officiel de Volterra22 Prima Città Toscana della Cultura. Au deuxième étage du Palazzo dei Priori (que Trafeli avait déjà utilisé comme atelier entre 2001 et 2002), une trentaine d’œuvres seront exposées, parmi lesquelles de grandes sculptures au sol et murales et de grands dessins, ainsi qu’une revue des vidéos les plus importantes réalisées par l’artiste entre les années 1970 et 1980. L’exposition suit un critère chronologique, des œuvres les plus récentes aux plus anciennes, selon un programme triennal d’expositions qui se poursuivra jusqu’en 2024.

L’exposition Mino Trafeli: gli studi, la grafica, le sculture (Mino Trafeli: études, graphisme, sculptures ) présente des œuvres graphiques et des sculptures de petite taille, ainsi qu’une série de clichés inédits des différents ateliers de l’artiste à Volterra, pris pour l’occasion par le photographe Fabio Fiaschi, témoignant d’une relation très étroite entre production et lieux de travail, créativité et lien avec l’espace quotidien. L’œuvre graphique comprend une importante série d’œuvres (lithographies et gravures) réalisées par Trafeli entre 1963 et 1980, qui, avec des sculptures de petite taille en bronze, en albâtre et en bois, donnent une idée de l’ouverture linguistique de l’artiste. Elles donnent une idée de l’ouverture linguistique de l’œuvre de Trafeli à toutes sortes d’expérimentations tant sur sa propre poétique que sur l’histoire de l’art, que l’artiste de Volterra n’a cessé de repenser, comme en témoignent les hommages graphiques et plastiques qu’il a rendus à Duchamp, Brancusi, Braque, Klimt et Michel-Ange dans le cadre de l’exposition.

Montage de l'exposition au Palazzo dei Priori
Plan de l’exposition au Palazzo dei Priori

Biographie de Mino Trafeli

Mino Trafeli est né à Volterra le 29 décembre 1922. Entre 1957 et 1966, il rejoint la Galleria delle Ore à Milan, où il réalise plusieurs expositions personnelles. En 1955, il est invité pour la première fois à la Quadriennale de Rome, tandis qu’en 1957, il est présent à sa première Biennale internationale de sculpture à Carrare et qu’en 1960, il participe à l’exposition collective Scultura Italiana au Musée Rodin à Paris. En 1963, il est invité à la Biennale de São Paulo au Brésil. En 1964, le critique Franco Russoli édite la première monographie de l’artiste pour la Galleria delle Ore. En 1964, il est invité à la XXXIIe Biennale de Venise, sa première participation à la grande exposition internationale d’art, tandis qu’en 1965, il participe à sa deuxième Biennale internationale de sculpture à Carrare, suivie de sa participation à l’édition de 1969. En 1973, il réalise avec le critique Enrico Crispolti l’événement Volterra 73. La deuxième monographie consacrée à l’artiste, intitulée Mino Trafeli: Sculptures 1968 - 1973, est publiée en 1973 sous la direction de Crispolti. La même année, il est invité à la Quadriennale de Rome et à la Biennale du métal de Gubbio, tandis qu’en 1975, il présente son exposition personnelle A come arte come amore come Africa come Addio Rimbaud à la Galleria Corsini d’Intra. L’ironie, à partir de l’exposition Con impossibilità à la Galleria Antidogma de Turin en 1974, devient l’une des caractéristiques fondamentales de son travail, au même titre que le jeu et la déconstruction d’objets, de sculptures, de signes, de sons et d’images. C’est sur ce thème qu’il organise son exposition personnelle Provocation de l’objet au Museo Civico di Penne en 1975. En 1980, il est chargé d’aménager un environnement pour faire connaître la loi 180, qui supprime la condition répressive des asiles. C’est à cette époque qu’il découvre à l’asile de Volterra le graffito qu’Oreste Fernando Nannetti avait gravé sur le mur de la salle “Ferri”. Ce monumental “livre de vie” est devenu un volume intitulé NOF 4.

Dans les années 1980, il s’intéresse également à la relation entre l’art et le théâtre ou à des œuvres vidéo à caractère performatif. En 1983, il réalise les trois dernières commandes de la Tour de Pise pour le théâtre urbain Gioco Parallelo. En 1995, il est sélectionné par Gillo Dorfles pour la XLVIe Biennale de Venise, où il présente le grand espace environnemental intitulé Tempo sommerso: ritorno non ritorno di Ulisse. En 1998, il est invité pour la quatrième fois à la Biennale internationale de sculpture de Carrare et, en 1999, il publie la grande monographie Mino Trafeli. Ambiguità del Tempo, éditée par Marco Tonelli et publiée à l’occasion de l’exposition de sculptures au Palazzo dei Priori de Volterra. En 2003, le Museo Piaggio Giovanni Alberto Agnelli de Pontedera lui a consacré une exposition intitulée Trafeli 2003. Terra Fabbrica Terra, tandis qu’en 2005, il est invité pour la quatrième fois à la Quadriennale de Rome. En 2006, la région de Toscane, la province de Pise, la fondation Piaggio et les municipalités de Ponsacco, Lajatico et Pontedera lui confient l’organisation du Cantiere Trafeli. La même année, toujours avec le soutien de la région de Toscane, la publication Mino Trafeli imbalances a vu le jour. En 2012, la quatrième et dernière monographie de son œuvre est publiée sous le titre La scultura di Mino Trafeli ragionata da Marco Tonelli. En 2015, il a participé à l’événement Volterra 73.15, présentant ses œuvres les plus récentes et démontrant une fois de plus sa vivacité créative et son désir constant de recherche. Au fil des ans, Trafeli a entretenu une relation profonde avec le territoire, en créant des monuments d’engagement civique, tels que le Monument à la résistance pour la province de Pise et le Mémorial du 1er juillet à Volterra de 1966 ou l’Ensemble monumental pour la liberté à Pomarance de 1950 à 1997, et en concevant également des sculptures dans l’espace urbain, telles que Il pescatore à Livourne en 1956, Lunare attraversamento à Camugliano, Rotonda à Ponsacco et Origine Vespa à Pontedera en 2003. Il est décédé à Volterra le 9 août 2018.

Mino Trafeli
Mino Trafeli

Volterra consacre deux expositions à Mino Trafeli l'année de son centenaire
Volterra consacre deux expositions à Mino Trafeli l'année de son centenaire


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.