À Syracuse, les araignées de Tomás Saraceno nous parlent d'un avenir post-anthropocène.


À Syracuse, dans le parc archéologique de Neapolis, le nouveau projet artistique itinérant du visionnaire Tomás Saraceno: "AnarcoAracnoAnacro", dialogue de l'art contemporain avec la nature et le paysage, visible dans sa métamorphose, se poursuit jusqu'au 30 janvier 2022.

Tomás Saraceno fait ses débuts au parc archéologique de Neapolis à Syracuse, en Sicile.

Araignées, latomie et mondes parallèles. Il existe des expériences en contact étroit avec la nature et des informations qui ne sont pas dues à l’homme ; la coexistence est la seule accessibilité pour être dans le monde. Faire l’expérience de la marche, la faire dans un contexte sacré pour la mémoire grecque, la faire en dialogue avec le paysage et en contact étroit avec la nature est, depuis son existence, l’une des pratiques les plus primordiales pour l’homme. Saraceno expérimente, dialogue et respecte le monde des éléments naturels, de l’eau à l’air, envisageant le dépassement des ères néfastes de l’Anthropocène et du Capital-Cène, avec le début d’une nouvelle ère, basée sur le respect de l’atmosphère: l’Aérocène, comme l’affirme l’auteur du texte du même nom, Eva Horn.

Dans la présence artistique de l’expérimentateur Saraceno, il y a le sens d’une communauté interdisciplinaire qui travaille sur de nouvelles expressions de la sensibilité écologique, il y a l’innovation numérique (ou la transition) de la réalité augmentée: des visionneuses, des appareils et des smartphones encadrent des scénarios archéologiques dans lesquels les araignées font leur apparition, au point de rappeler leur existence atavique sur le podium des espèces vivantes qui existaient il y a jusqu’à cent millions d’années. Une araignée cyclopéenne surplombe l’amphithéâtre du parc de Neapolis à Syracuse, l’un des plus grands du début de l’ère impériale, apparaissant sur les écrans pour faire prendre conscience de l’impartialité entre l’homme et la nature, entre les citoyens cosmopolites et les araignées: de l’arachnophobie à l’idolâtrie de ces petits arachnides séculaires, survivants, adaptateurs, cohabitants du globe.

Le temps cesse de prendre une valeur historique limitée, jusqu’à déprécier les préexistences anthropiques: une scène, celle de l’expérience, corroborée par les lectures du mythe d’Arachné, en effet, qui raconte une dispute entre la protagoniste (Arachné), une habile tisseuse, et la déesse Athéna, cette dernière vaincue dans le défi, mais non perdante, qui punit la jeune fille mortelle en la transformant en une araignée géante obligée de tisser avec sa bouche pour le reste de son existence.

Mais celle de l’artiste Tomás Saraceno n’est pas seulement arachnophile, elle est aussi un hommage au Génie, dans la ville “de l’eau et de la lumière”, comme le dit le slogan de la candidate Syracuse comme Capitale italienne de la culture 2024: un corps d’air plane devant la “Tombe d’Archimède”, en souvenir de son principe, connu sous le nom de force de flottaison. Un pneumatikós, un corps d’air - précisément - pour habiter l’espace et expérimenter l’atmosphère.

Tout comme les mythes ont incarné et façonné les relations inter-espèces dans le passé, les récits alternatifs peuvent faire de même dans le présent. L’épée est devenue un insecticide ou une cheminée, mettant l’habitat naturel à l’épreuve.

Une autre installation, non moins importante, est Gli Stati dell’Acqua (Les États de l’eau), placée devant l’Intagliatella Latomia, près de la “Grotta dei Cordari”, qui célèbre la régénération pérenne de la nature: un filet d’eau entre des cubes empilés, des nids d’espèces, tous empilés sur le “fil de la vie”. Un thème nécessaire pour subvertir le système sauvage de l’anthropisation afin de se reconnecter à l’Art et de se reconnecter à la Beauté de la coexistence !

Tomás Saraceno, gouttes de toile d'araignée (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Gouttes de toile d’araignée (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, gouttes de toile d'araignée (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Gouttes de toile d’araignée (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, États de l'eau. Photo de Neoeco srls
Tomás Saraceno, États de l’eau. Photo de Neoeco srls
Tomás Saraceno, De l'arachnophobie à l'arachnophilie. Photo par Aurelia Nicolosi
Tomás Saraceno, De l’arachnophobie à l’arachnophilie. Photo d’Aurelia Nicolosi
Tomás Saraceno, Cartes d'arachnomancie (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d’arachnomancie (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Le théâtre grec de Syracuse. Photo de Giuseppe Mineo
Le théâtre grec de Syracuse. Photo de Giuseppe Mineo
L'amphithéâtre romain de Syracuse. Photo de Giuseppe Mineo
L’amphithéâtre romain de Syracuse. Photo de Giuseppe Mineo

L’exposition

AnarcoAracnoAnacro, un projet que Tomás Saraceno, artiste argentin d’origine italienne qui vit et travaille à Berlin, a conçu spécialement pour l’Espace Monumental de la Neapolis de Syracuse, se tiendra du 29 juillet 2021 au 30 janvier 2022 à la Neapolis de Syracuse: composée de différents chapitres, situés en de nombreux points éloignés les uns des autres, l’exposition construit son propre monde sensoriel et sémiotique, évoluant comme une forme de vie au fil des mois. L’archéologie, l’écologie, l’arachnomanie, l’art et l’activisme social dialoguent, tissant de nouvelles poétiques visuelles.

L’exposition, dont le commissaire est Paolo Falcone, est promue par le département du patrimoine culturel et de l’identité sicilienne de la région de Sicile, le parc archéologique et paysager de Syracuse, Eloro, Villa del Tellaro et Akrai. Elle est produite et organisée par Civita Sicilia en collaboration avec le Studio Tomás Saraceno, l’INDA Istituto Nazionale del Dramma Antico et l’Accademia d’Arte del Dramma Antico.

L’exposition est conçue comme un dispositif narratif visant à multiplier les histoires racontées par le site archéologique, et questionne la centralité de l’histoire humaine et en particulier celle de l’Occident, qui trouve son moment fondateur précisément dans l’ère classique. La toile d’araignée, l’arachnomancie, l’évocation et la réinterprétation des mythes, ainsi que le concept de métamorphose deviennent des concepts directeurs pour repenser et redécouvrir l’imbrication des formes de vie, des lignes temporelles et des réseaux symbiopoïétiques qui animent la zone, en attirant l’attention du public sur le fait qu’il s’agit d’un lieu de vie et non d’un lieu de travail.Area, en attirant l’attention du public sur ceux qui l’habitent depuis des millions d’années, comme la soixantaine d’espèces d’araignées qui s’y trouvent. Arachronies et anthropochronies, géo-histoires et hydro-histoires, mythologies hybrides et post-humaines racontent les urgences du présent à travers des langages oraculaires et des vibrations imperceptibles, invitant les visiteurs à prêter attention aux toiles de la vie qui nous relient aux écologies qui nous entourent et à reconnaître la responsabilité nécessaire pour arrêter le cycle destructeur du Capitalocène.

Tomás Saraceno, gouttes de toile d'araignée (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Spider web drops (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, gouttes de toile d'araignée (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Gouttes de toile d’araignée (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. Photo Studio Tomás Saraceno. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d'arachnomancie (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d’arachnomancie (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d'arachnomancie (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d’ arachnomancie (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d'arachnomancie (2018). Avec l'aimable autorisation de l'artiste et d'Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Tomás Saraceno, Cartes d’ arachnomancie (2018). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et d’Arachnophilia. © Tomás Saraceno
Grottes de Neapolis. Photo de Giuseppe Mineo
Grottes de Neapolis. Photo de Giuseppe Mineo
Tombe d'Archimède. Photo de Giuseppe Mineo
Tombe d’Archimède. Photo de Giuseppe Mineo
Latomie Paradiso. Photo de Giuseppe Mineo
Latomie Paradiso. Photo de Giuseppe Mineo

Le parcours de l’exposition

Le parcours du visiteur, divisé en cinq chapitres, commence par States of Water, une sculpture qui ressemble à la structure moléculaire de la mousse de Weaire Phelan, située dans la Latomia dell’Intagliatella, qui a été ouverte au public pour la première fois de l’histoire à l’occasion de l’inauguration de l’exposition de Tomás Saraceno. Plantes, arbustes et ronces du maquis méditerranéen se nichent dans les ruines d’une époque humaine lointaine, se réappropriant la latomie, rencontrant la sculpture et nous transportant dans un futur post-anthropocène. L’eau est l’un des éléments qui entretiennent la vie et se métamorphosent continuellement, et son approvisionnement, en Sicile comme ailleurs, est problématique. L’œuvre de Saraceno, au début, parle de métamorphose. Viola Castellano écrit: “comme une ruine dans une ligne de temps parallèle et alternative, un habitat ressemblant à un nuage devient un refuge sur la route de l’ailleurs, fournissant de l’eau fraîche aux voyageurs et devenant un lieu où les oiseaux, les araignées, les abeilles, les plantes et les humains peuvent interagir. States of Water offre un refuge pour un dialogue contemplatif et interspécifique, où l’eau redevient un bien commun et est appréciée par divers êtres sans être emprisonnée dans des bouteilles en plastique qui menacent l’équilibre des écosystèmes. Dans un monde où les catastrophes ”naturelles“ anthropogéniques sont omniprésentes et où l’eau est souvent un ennemi plutôt qu’un ami, nous devons nous demander, comme l’a suggéré Anna Tsing, ce qui peut encore vivre dans les ruines que nous avons créées. Il est temps d’expérimenter de nouveaux avenirs, de nouvelles façons de s’écouler et de s’abriter, de se réapproprier les hydrostories profondes qui façonnent la toile de la vie dans laquelle nous sommes enchevêtrés”.

Elle se poursuit avec la tombe d’Archimède et l’installation de réalité augmentée Floating at the bottom of ocean of air, qui dessine des aéroglyphes, une œuvre donc dessinée directement... sur l’atmosphère. Et une œuvre qui rend hommage à Archimède et à Evangelisa Torricelli: le premier a eu l’intuition du principe de la flottabilité du corps dans un fluide, la seconde a affirmé que “ nous vivons au fond d’un océan d’air ”. Chaque aéroglyphe crée un élan pour la réinvention de notre imagerie environnementale, nous rappelant que l’air appartient à tous et ne devrait dépendre d’aucune forme de souveraineté. Il y a ensuite From Aracnophobia to Aracnophilia, une expérience de biodiversité et de technodiversité (terme inventé par l’écrivain et philosophe Yuk Hui) vers une véritable réalité augmentée. Le protagoniste est Maratus speciosus, “l’araignée paon géante”, explique Viola Castellano, “qui danse dans les ruines de l’amphithéâtre de Syracuse”, et est “un esprit ancestral qui se métamorphose à partir des vestiges des foires, un filou qui condamne la violence passée et présente, tant dans les arènes des amphithéâtres que dans l’utilisation de pesticides et de produits agrochimiques qui exterminent les invertébrés, en remettant en question les peurs profondément ancrées des humains”. Subvertir le numérique pour renouer avec le physique et s’impliquer dans des sensibilités élargies de coexistence !

L’exposition se poursuit avec l’installation mobile et dispersée Arachnomancie, une cartographie de différentes espèces d’araignées qui fait référence à l’arachnomancie, la pratique divinatoire du peuple Mambila du Cameroun. Guidés par les suggestions de la communautéarachnophile (arachnophilia.net) et les cartes de l’arachnomancie, les visiteurs sont entraînés par l’installation dans une visite de la région, leur présentant les connaissances scientifiques et les récits divinatoires des araignées, qui ont habité la région avant l’humanité (en fait, une soixantaine d’espèces d’araignées ont été recensées dans la région de Neapolis). Les cartes de l’arachnomancie sont, explique Viola Castellano, “une invitation à se mettre à l’écoute de nos futurs simplistes, en célébrant l’interconnexion radicale de toutes les choses, vivantes et non vivantes”. Les toiles sont les bouches par lesquelles l’araignée mange et l’oracle parle. L’oracle est un messager entre les mondes perceptifs, transcendant la cécité mutuelle entre les formes de vie [...]. Ce guide arachnomantique suit les architectures organiques et leurs habitants qui, depuis des millions d’années, tissent des toiles de relations inter-espèces. L’arachnomancie fait allusion à la possibilité d’autres mythographies, dans lesquelles, au lieu d’Arachné et de sa capacité à tisser le monde à travers sa toile, c’est Athéna, l’incarnation de l’arrogance de la rationalité, qui est punie pour son envie. Des panneaux interactifs installés dans le parc guideront les visiteurs vers les espèces d’araignées locales, des oracles qui racontent des histoires de symbiose et d’extinction, de ruines et de nouveaux départs, de chemins cachés et de partitions cosmiques. Les visiteurs sont invités à scanner le code QR pour en savoir plus sur ces arachnophylactiques et sur les mondes et les mots qu’ils dévoilent sur le site web d’Arachnophilia. Arachnophilia est une initiative interdisciplinaire axée sur la recherche qui est le fruit de plus de dix ans de collaboration entre Saraceno et les humains, les araignées et leurs toiles: Grâce à cette communauté, Arachnophilia affine les concepts et les idées liés aux araignées et aux toiles à travers différentes formes de connaissance et de multiples disciplines artistiques, scientifiques et théoriques, y compris la divination, la communication vibratoire, la biomatériomique, l’architecture et l’ingénierie, l’éthologie animale, la philosophie non-humaine, l’anthropologie, la biodiversité/conservation, les études sonores et la musique.

Le dernier chapitre, qui relie l’ensemble du projet, est le parcours performatif réalisé en collaboration avec l’Accademia d’Arte del Dramma Antico, l’école d’excellence pour jeunes acteurs de l’INDA, qui rassemble des improvisations imaginatives, des histoires sonores de métamorphose et des propositions post-humanistes. Une narration nomade d’où émergent des dimensions temporelles non hiérarchiques et non linéaires, qui déconstruit les phobies et les logiques extractives et invite à tisser des relations interspécifiques.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.