Gênes, la découverte de deux importants bustes du XVIIe siècle grâce à un jeune chercheur


Deux bustes importants, une œuvre de Daniele Solaro de la fin du XVIIe siècle, que l'on croyait perdus pendant la Seconde Guerre mondiale, ont été retrouvés à Gênes. La découverte a été faite par le tout jeune historien de l'art Gabriele Langosco, âgé de 27 ans seulement.

Une découverte très importante pour l’art génois du XVIIe siècle et une donation exceptionnelle pour la municipalité de Gênes: le patrimoine municipal s’est en effet enrichi d’une importante paire de bustes en marbre du sculpteur Daniele Solaro (Gênes, 1649 - 1709), représentant les époux Tommaso Gentile et Ginetta Pinelli, qui ont été découverts grâce au travail du jeune historien de l’art Gabriele Langosco, né en 1994. Les deux bustes proviennent de la basilique de la Santissima Annunziata del Vastato, et la donation, rendue possible grâce à la générosité de la famille Lavarello, propriétaire de l’œuvre, permettra de reconstituer, après plus de soixante-dix ans, l’une des salles les plus précieuses de la basilique.

Les deux bustes, en effet, avaient été réalisés pour la chapelle de la famille Gentile dans la basilique, mais ils ont été perdus lors des bombardements qui ont frappé Gênes pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était presque certain", a déclaré Piero Boccardo, surintendant des collections d’art civique de la municipalité de Gênes, “que les œuvres avaient été détruites à la suite des bombardements, car en plus de la destruction immédiate par les bombes, il y avait également eu des dispersions liées à la situation générale de la ville sous l’effet des bombes”. C’est à Gabriele Langosco que revient le mérite de cette découverte et, en tant que représentant de la municipalité pour ce qui concerne son patrimoine artistique, puisque l’église de l’Annunziata est une propriété municipale, j’affirme qu’il s’agit d’un enrichissement pour le patrimoine de l’église".

Le buste de Tommaso Gentile et celui de Ginetta Pinelli, œuvres de Daniele Solaro
Le buste de Tommaso Gentile et celui de Ginetta Pinelli, œuvres de Daniele Solaro

Qui étaient Tommaso Gentile et Ginetta Pinelli: l’histoire de leur chapelle

TommasoGentile, membre d’une importante famille génoise dont on ne sait rien de la vie, avait ordonné dans son testament de 1625 (mais on ne connaît pas la date de sa mort) l’érection d’une chapelle dans l’église de la Santissima Annunziata del Vastato. Sa femme, Ginetta Pinelli, elle aussi un personnage pratiquement inconnu des érudits, a survécu à son mari d’une vingtaine d’années, et lorsqu’elle a rédigé son testament, elle a augmenté le legs destiné à la décoration de la chapelle voulue par son mari.

“La décoration des sacellums aristocratiques de l’église du Vastato”, explique Gabriele Langosco à Finestre sull’Arte, "est une affaire complexe et en même temps (par rapport à d’autres contextes) richement documentée. Si l’église franciscaine a dû prendre une nouvelle apparence dans les premières décennies du XVIIe siècle, ce n’est qu’à partir des années 1770 que les investissements des aristocrates pour donner une nouvelle forme aux chapelles latérales se sont accélérés. L’attitude de la famille Gentile s’aligne sur celle des autres familles et c’est ainsi que, contre le legs de 1625, les travaux de la chapelle ne débutent qu’en 1678.

Les travaux de la chapelle furent entrepris par les petits-enfants du couple et confiés à l’atelier du sculpteur Carlo Solaro, père de Daniele et artiste probablement originaire de Carona, dans la vallée de la Brembana. Carlo Solaro faisait partie de cette très importante communauté de marbriers actifs à Gênes mais originaires de la région des lacs lombards: c’était une communauté qui avait pratiquement monopolisé le travail de la pierre dans la ville depuis le Moyen-Âge. Carlo Solaro dirigeait un atelier capable de gérer plusieurs chantiers en même temps, et avait réussi à obtenir plusieurs contrats pour la décoration en marbre des chapelles du Vastato, y compris celles des familles Invrea et Gentile.

"Le projet (non conservé) que Carlo a dû suivre pour la réalisation de la chapelle Gentile, explique encore Langosco, était probablement l’œuvre de Domenico Piola, auteur du retable de la chapelle, représentant l’Annonciation et signé en 1679. L’Annonciation de Piola a d’ailleurs été récemment restaurée en vue de sa présentation à l’exposition A Superb Baroque: Art in Genoa, 1600-1750, la grande exposition sur l’art génois du XVIIe siècle qui était prévue pour l’automne-hiver 2021 à la National Gallery de Washington, mais qui a été annulée en raison de problèmes liés à la Covid.

La Santissima Annunziata del Vastato. Photographie de Joachim Kohler
La Santissima Annunziata del Vastato. Photographie de Joachim Kohler


L'Annonciation par Domenico Piola. Photographie de Francesco Bini
L’Annonciation de Domenico Piola. Photographie de Francesco Bini

Les deux bustes: style et histoire

“Parmi les éléments que Carlo s’est engagé à fournir en 1678 pour la chapelle, poursuit Langosco, figurent les deux bustes en marbre des fondateurs de la chapelle. Pendant quelques années, Carlo, dont nous ne connaissons aucune statuaire, a confié à son fils Daniele presque tous les éléments figuratifs de ses chantiers. Daniele Solaro est une figure intéressante du baroque génois, dont la formation suscite encore de nombreux doutes. L’artiste a su développer un langage qui, tout en restant ancré dans les éléments stylistiques figuratifs adoptés par les sculpteurs lombards-genevois du début du XVIIe siècle, se tourne consciemment vers la statuaire pugettienne et le portrait baroque. Je ne pense pas qu’il y ait de doute à reconnaître les deux bustes, bien que marqués par une légère disparité qualitative, comme étant l’œuvre de son ciseau. En outre, Carlo est mort dans les années 80 et lorsque Daniele a sous-traité une partie des travaux de la chapelle, qui ont duré au moins jusqu’en 1682, il n’a pas confié à d’autres artistes l’exécution de la statuaire (ce qui suggère peut-être qu’il s’en est occupé lui-même)”.

Le buste de Tommaso est d’une facture un peu plus grossière et d’une physionomie stéréotypée, tandis que celui de Ginetta est plus fin dans ses traits et mieux conduit. "Comme il s’agit de portraits posthumes, il me semble que les commanditaires ont fourni aux artistes un bon portrait de la femme (d’ailleurs représentée avec un voile de veuve) et quelques gribouillis représentant l’homme, mort depuis une cinquantaine d’années. Les bustes furent placés dans deux coquilles de marbre dans la chapelle et, en 1922, ils furent photographiés pour illustrer un article pionnier sur Daniele Solaro, signé par Mario Labò et publié dans la revue Rassegna d’Arte Antica e Moderna. Cet article a été étayé par de nombreuses découvertes d’archives. En 1942, comme nous l’avons déjà mentionné, la chapelle a été gravement endommagée par un bombardement: grâce à une photo prise au lendemain du raid aérien, il est possible d’établir que les bustes ont survécu à l’effondrement.

Cependant, à la fin de la guerre, ils ont disparu et nous ne savons pas ce qu’il est advenu d’eux, d’autant plus que les documents sont muets sur leur sort. Probablement, étant donné la perte du toit de la chapelle (qui était décorée de fresques de Giovanni Andrea Carlone), les œuvres du sacellum avaient été placées dans un entrepôt quelconque (la statue de Ginetta porte d’ailleurs encore un numéro d’inventaire inscrit sur sa poitrine). De là, les portraits ont pu être dispersés ou (selon le jeune historien de l’art, un tel scénario n’est pas à exclure) vendus pour financer la reconstruction de la chapelle. Autre hypothèse: ils auraient été volés et se seraient retrouvés quelques années plus tard sur le marché des antiquités. Puis, à une date indéterminée, probablement entre les années 1950 et 1960, elles sont entrées dans une collection privée. Et depuis cette date jusqu’à aujourd’hui, leur histoire se poursuit dans le domaine de la collection privée.

Détail des deux bustes
Détail des deux bustes

L’histoire de la découverte: "un coup de chance

“Il y a quelques mois, en vue d’un partage d’héritage, raconte Gabriele Langosco, les propriétaires actuels avaient demandé à Maurizio Romanengo, consultant en art, d’établir un rapport d’expertise sur la collection. La sensibilité du Dr Romanengo, historien de l’art talentueux et ami proche (qui avait su reconnaître la valeur artistique des œuvres), m’a conduit à m’impliquer dans l’affaire en tant qu’érudit de la sculpture génoise”.

"Cette reconnaissance, reconnaît le chercheur, n’était rien d’autre qu’un coup de chance. J’avais déjà eu l’honneur de rédiger la notice de Daniele Solaro pour le Dizionario Biografico degli Italiani et j’avais bien en tête les photographies publiées par Labò en 1922, ce qui m’a permis d’établir facilement l’origine des deux pièces. Lorsque j’ai informé les propriétaires de l’origine des bustes, ils se sont immédiatement mobilisés pour leur restitution". Bref, la chance, nous semble-t-il, compte un peu: c’est grâce aux connaissances de Gabriele Langosco que les deux portraits retrouvés dans une collection privée ont pu être identifiés comme les portraits perdus de Tommaso Gentile et Ginetta Pinelli. Un hasard fortuit qui n’aurait peut-être pas abouti à ce résultat sans l’étude et les compétences de Langosco.

La destination des bustes

Suite à la découverte, les deux bustes ont été pris en charge par la ville de Gênes, propriétaire de la basilique Santissima Annunziata del Vastato. Le surintendant des collections municipales, Piero Boccardo, cité plus haut, s’est chargé de la confiscation des biens, tandis que le lieutenant Carlo Ferro, de l’unité de protection des biens culturels des carabiniers, a ouvert une enquête pour déterminer si un délit avait été commis. “Nous sommes intervenus”, a déclaré M. Ferro, “après avoir retrouvé la trace des biens. Nous avons reconstitué les passages de ces biens pour nous assurer qu’il s’agissait bien de ceux qui ornaient la chapelle. Nous avons vérifié qu’il n’y avait pas de responsabilité pénale récente, ce qui ne s’est pas avéré être le cas, et nous avons vérifié la validité juridique de la donation”. Au terme de l’enquête, les bustes ont été (et seront) temporairement exposés au Palazzo Bianco, en attendant d’être réinstallés dans la chapelle.

Pour la ville, il s’agit donc d’uneacquisition très importante, qui a également été rendue possible grâce à la coopération entre la mairie, l’unité de protection des biens culturels des carabiniers et le parquet de Gênes, ainsi qu’à la clairvoyance de la famille Lavarello qui, après avoir appris l’histoire des deux bustes, s’est engagée dans un parcours qui a abouti à la restitution des œuvres à la ville de Gênes. Dans la chapelle Gentile, ils trouveront le retable de Domenico Piola, qui sera restitué peu après l’importante restauration conservatrice et après avoir été exposé aux Scuderie del Quirinale à Rome pour la partie italienne de l’exposition sur le baroque génois dont le prologue était prévu à Washington. “Nous nous réapproprions un bien, ces merveilleux bustes en marbre du XVIIe siècle, qui sont restitués et donnés à la ville”, a déclaré Barbara Grosso, conseillère pour la culture de la municipalité de Gênes. “Il s’agit d’une restitution, mais aussi d’une donation, ce qui est vraiment un beau geste. Ces bustes avaient été oubliés et seront replacés à l’endroit d’où ils viennent. Dans les mois à venir, nous travaillerons à leur repositionnement à l’intérieur de l’église de l’Annunziata”.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.