Un méga ascenseur panoramique adossé au Colisée. Science-fiction? Non, un effet possible du Madia DDL


Le décret Madia prévoit d'inclure le consentement silencieux dans l'octroi des autorisations relatives à l'environnement, au paysage, au patrimoine culturel et à la santé des citoyens. Cet institut est très dangereux et a déjà provoqué de nombreuses protestations.

Rome, fin 2016. La junte dirigée par Ignazio Marino, accablée par les énièmes suites de l’enquête Mafia Capitale, tombe de manière tonitruante. À sa place, un maire issu de la zone renzienne qui, pour relancer (selon lui) l’image globale de la Ville éternelle, lance un projet singulier: construire un méga ascenseur panoramique contre le Colisée. Depuis quelques mois, le credo de la politique italienne est devenu celui de la rapidité d’action et d’exécution: on n’a pas le temps de s’arrêter pour réfléchir, il faut tout faire dans l’urgence pour ne pas arrêter la machine de l’économie, des réformes, du marketing, de la relance. Le nouveau maire décide donc de ne pas écouter les protestations retentissantes de la quasi-totalité du monde du patrimoine culturel et des personnes soucieuses de la protection du patrimoine historique et artistique, et procède immédiatement à la transmission de la demande d’autorisation à la Surintendance spéciale pour le patrimoine archéologique de Rome. Cependant, en raison des énièmes coupes budgétaires au ministère de la culture, le personnel de la Surintendance manque cruellement et, malgré le tollé provoqué par l’initiative du maire, il n’arrive pas à trouver le temps de répondre à la demande, car le peu de personnel est tout entier concentré sur la lutte contre la dégradation du patrimoine culturel de Rome, ce qui allonge considérablement le temps de la bureaucratie. Trente jours s’écoulent donc sans que la Surintendance ne puisse répondre à la municipalité et, en vertu d’une loi votée en 2015, la demande est considérée comme approuvée. Le 21 avril 2017, jour anniversaire de la fondation de Rome, le maire coupe le ruban du chantier qui offrira au Colisée son nouvel ascenseur panoramique pharaonique.

Science-fiction? Pour l’instant, heureusement, oui. Mais les conditions sont réunies pour que l’histoire racontée ci-dessus devienne une formidable réalité. En effet, le Sénat débat actuellement du projet de loi sur l’administration publique, connu sous le nom de projet de loi Madia parce qu’il a été présenté par la ministre Marianna Madia (oui, c’est la même dont nous avons parlé à propos de l’amendement discriminatoire qui pourrait introduire la possibilité d’évaluer un candidat à un concours public en fonction de l’université dont il est issu). L’article 3 prévoit l’introduction du silence de l’avis conforme entre les administrations dans les cas où l’obtention de consentements, de concerts ou de nihil obstat est nécessaire pour l’adoption de mesures réglementaires ou administratives relevant de la compétence des administrations publiques: le délai est de 30 jours et peut être prolongé de 30 autres jours si l’administration qui doit donner l’avis conforme formule des modifications à la demande. C’est le paragraphe 2 qui le précise: “lorsque le délai visé au paragraphe 1 s’est écoulé sans que l’avis conforme, l’accord ou la nullité n’aient été communiqués, ceux-ci sont réputés acquis”. En résumé: si l’administration qui doit autoriser une demande ne répond pas dans le délai de 60 jours (porté à 90 par un amendement approuvé ces dernières heures), le principe de l’assentiment tacite s’applique et l’autorisation est automatiquement accordée. Le paragraphe 3 nous indique quels sont les domaines d’application: "les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent également aux cas dans lesquels l’obtention de consentements, de concerts ou de nullités, quelle que soit leur dénomination, des administrations chargées de la protection de l’environnement, du paysage et du territoire, du patrimoine culturel et de la santé des citoyens est nécessaire pour l’adoption de mesures réglementaires et administratives relevant de la compétence des administrations de l’État ou d’autres administrations publiques".

Foto restauro Colosseo
Ne vous inquiétez pas... il ne s’agit que de la photo de la récente restauration du Colisée, publiée sur Mo(n)stre

Il est clair que ce coup d’éclat seraitextrêmement dangereux pour la protection de l’environnement, du paysage, du patrimoine culturel et même de la santé des citoyens. Il s’agit d’une idée clairement berlusconienne qui risque de livrer le pays à la cimentation la plus sauvage, à la destruction des côtes et des montagnes, au non-respect des contraintes paysagères et architecturales et à la dénaturation du patrimoine historique et artistique. Selon Legambiente, “le Silenzio assenso sur les biens environnementaux est une vieille et mauvaise recette pour les problèmes de temps de réponse de l’administration publique”: si vieille et si mauvaise que même le ministre des Biens culturels, Dario Franceschini, en aurait demandé l’annulation. Bien entendu, aucun des initiés n’est favorable à ce projet: selon Raffaele Cantone, président de l’Autorité anti-corruption, le silence du consentement est une institution qui “est objectivement effrayante et devrait être utilisée compte tenu de ce sur quoi elle opère”. Le Consiglio Superiore dei Beni Culturali (Conseil supérieur des biens culturels), réuni le 14 juillet, a défini le silence de l’assentiment, en termes très clairs, comme"un instrument grossier et dangereux".

Nous comprenons tous la nécessité qui a conduit à la naissance de ce monstre: la nécessité de réduire la bureaucratie et d’accélérer le processus de délivrance des consentements et des nulla osta. Mais si la question est juste, la réponse est complètement fausse: il n’est pas possible de donner le feu vert potentiel aux pires abus contre l’art et le paysage simplement pour accélérer les relations entre les administrations. Comme l’a justement écrit Giuliano Volpe, président du Conseil supérieur des biens culturels, dans une lettre ouverte adressée le 30 juin au ministre Franceschini, “dans un domaine aussi délicat que la protection et la valorisation du patrimoine culturel et paysager, une évaluation technique explicite par les services compétents est absolument nécessaire, notamment en raison de la nécessité évidente de les responsabiliser dans des choix d’une telle importance”. N’est-il pas préférable de réfléchir à d’autres solutions pour surmonter le problème de la lenteur des relations avec les administrations publiques? Peut-être en mettant à pleine capacité les bureaux qui souffrent d’un manque chronique de personnel, investissant ainsi dans l’efficacité du service? Ou, si vous ne voulez vraiment pas investir, prévoyez au moins des sanctions pour les bureaux (et leurs responsables) qui ne répondent pas dans certains délais. C’est trop difficile: il faut alors supprimer l’environnement, le paysage et l’art. Paix à ceux qui pensent encore que l’Italie est le pays de la beauté et que ses administrateurs veulent la défendre.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.