Je ferai tout pour que le Guercino revienne à Modène le plus vite possible". Entretien avec Maria Grazia Gattari


Interview de Maria Grazia Gattari sur les dommages et les interventions sur le tableau de Guercino volé dans l'église de San Vincenzo à Modène en 2014.

La Madone avec les saints Jean l’Évangéliste et Grégoire le Merveilleux, le tableau de Guercino volé dans l’église San Vincenzo de Modène en 2014, retrouvé en février dernier au Maroc et restitué à l’Italie à la mi-juillet, va faire l’objet d’une restauration pour compenser les dégâts extrêmement importants subis par la toile à la suite du vol. Le31 juillet dernier, nous avons interviewé Maria Grazia Gattari, restauratrice-conservatrice officielle de la Soprintendenza archeologia belle arti e paesaggio pour la ville métropolitaine de Bologne et les provinces de Modène, Reggio Emilia et Ferrare (elle sera chargée d’évaluer le projet de restauration transmis par l’Istituto Superiore per la Conservazione e il Restauro, de préparer le dossier d’autorisation, de superviser les travaux et de diriger la restauration dans toutes ses phases), et nous nous sommes entretenus avec elle sur les dommages subis par l’œuvre et les interventions qu’elle subira dans les prochains mois.

Guercino, Madonna col Bambino e i santi Giovanni Evangelista e Gregorio Taumaturgo
Guercino, Vierge à l’enfant avec les saints Jean l’Évangéliste et Grégoire le Merveilleux (1629-1630 ; huile sur toile, 293 x 184,5 cm ; Modène, San Vincenzo)

Quels sont les dommages subis par la toile de Guercino?La peinture sur toile a été coupée de son cadre à l’aide d’un cutter, d’un scalpel ou d’un instrument tranchant similaire, en particulier sur le pourtour, au ras du cadre, qui n’a pas été retrouvé et qui a probablement été détruit. L’œuvre a ensuite été enroulée dans un tapis, la partie peinte vers l’intérieur, et cette opération, très préjudiciable à la bonne conservation de l’artefact, a provoqué de nombreuses fissures dans le film de peinture en plusieurs endroits, entraînant le détachement de morceaux de mestica(ndlr: couche de matériau, généralement du plâtre et du bois) :couche de matériau, généralement du plâtre et de la colle animale, appliquée sur le support - toile ou carton - pour obtenir une surface uniforme apte à recevoir les pigments selon la technique picturale adoptée) et de polychromie, d’extensions diverses, qui se sont produites au moment du déroulage. Une opération réalisée peut-être pour préserver l’œuvre de tout dommage tout en facilitant le transport des biens volés. En réalité, cette procédure a donné lieu à une action invasive et très destructrice, car elle a endommagé la préparation du film de peinture, avec la perte évidente d’une grande partie de la décoration, qui a été brisée. Les dégâts sont donc considérables, d’autant plus que le tableau a manifestement été laissé enroulé pendant longtemps et qu’il a été ouvert et rouvert à plusieurs reprises sans que l’on ait pris la peine de récupérer et de replacer les fragments détachés.

Onparle même de 30% de lasurface endommagée... Nous avons fait une estimation à l’œil: en réalité, la surface endommagée est peut-être encore plus importante que les 30% initialement indiqués. En effet, il s’agit de la polychromie, comme nous l’avons dit, mais aussi de la texture: si vous regardez le tableau, vous constaterez que les dégâts sont importants au point que, dans certaines parties, on peut discerner directement la toile de support d’origine. En bref, les lésions et les lacunes sont le résultat d’un soulèvement si profond et si étendu que le support d’origine est exposé. L’artefact, quant à lui, a déjà fait l’objet de travaux de restauration, précisément en 1965 et en 1990: en 1965, en particulier, il a été rechampi, avec une double doublure, comme c’était la pratique à l’époque pour presque toutes les peintures qui entraient dans les ateliers de restauration. Cette opération était effectuée automatiquement, que le support ait besoin d’être regarni parce que son état était précaire ou endommagé, mais surtout pour maintenir la toile plus tendue, simplement pour un effet esthétique: il s’agit d’un détail très important car ce type d’intervention, devenu obsolète sinon nécessaire en raison de l’état précaire du support, a fortement affecté la conservation de l’objet lors de son transport à la suite d’un vol. En effet, la rigidité accrue due à la double doublure a fait que le film de peinture et sa préparation, dans les zones les plus fragiles, peut-être dans les zones retouchées ou sur les bords du périmètre, se sont détachés plus facilement lorsque le tableau a été enroulé après avoir été retiré de l’église Saint-Vincent. Il est probable que si l’œuvre n’avait pas été recouverte d’un nouveau revêtement, qui plus est d’un double revêtement, les dommages auraient certainement été moins importants et étendus.

I danneggiamenti sul dipinto del Guercino. Foto su gentile concessione di Maria Grazia Gattari
Les dégâts subis par le tableau de Guercino. Avec l’aimable autorisation de Maria Grazia Gattari


I danneggiamenti sul dipinto del Guercino. Foto su gentile concessione di Maria Grazia Gattari
Les dégâts sur le tableau de Guercino. Avec l’aimable autorisation de Maria Grazia Gattari


I danneggiamenti sul dipinto del Guercino. Foto su gentile concessione di Maria Grazia Gattari
Les dégâts sur la peinture du Guercino. Avec l’aimable autorisation de Maria Grazia Gattari

Des analyses préliminaires ont-elles déjà été effectuées sur le tableau?Pour l’instant, nous n’en sommes qu’au stade exploratoire: le tableau est revenu du Maroc en juillet et j’ai effectué une inspection préliminaire pour vérifier uniquement l’état de conservation de l’œuvre, car le tableau provient de notre territoire et doit donc suivre le processus d’autorisation prévu à l’article 21 du code du patrimoine culturel. A ce jour, j’attends de recevoir le projet de restauration de l’Istituto Superiore per la Conservazione e il Restauro (Institut Supérieur pour la Conservation et la Restauration) de Rome, à qui la tâche a été confiée. Le projet passera ensuite à la phase d’investigation diagnostique: en particulier, les nombreux fragments de polychromie et les décollements de mortier trouvés à l’intérieur du tableau seront utilisés. Certains d’entre eux pourront être déplacés, bien qu’avec beaucoup de difficultés, tandis que les plus infimes seront optimisés afin de procéder à l’analyse et à l’étude approfondie des techniques picturales de Guercino, après quoi les phases de restauration technico-scientifiques se dérouleront. Les observations les plus importantes seront celles qui visent à comprendre comment reconstruire ce qui a été perdu grâce à la récupération de la documentation photographique d’archive de l’œuvre avant le vol. L’intervention que nous allons effectuer aujourd’hui consiste à récupérer et à reconstruire l’œuvre dans sa détérioration accidentelle, car elle a été bien conservée et a toujours été entretenue avec soin et ponctuellement au fil du temps, et a été récemment présentée lors d’une exposition à la Reggia di Venaria Reale en 2014. Je suis certain qu’à cette occasion, le tableau a été prêté après une évaluation minutieuse de son état de conservation. Une fois achevée la phase de recherche des matériaux constitutifs afin de recomposer les lacunes avec des produits similaires ou compatibles, on enlèvera le rentoilage qui a rigidifié la toile et provoqué des craquelures et un soulèvement considérable, en ayant préalablement effectué l’opération de cartographie et de voilage de la façade et en récupérant les fragments sélectionnés qui seront remplacés en même temps que la phase de consolidation de la pellicule picturale afin de procéder à la reconstitution du décor manquant avec des méthodes appropriées(nota: le voilage est une opération de protection qui est souvent effectuée avant la dépose d’un tableau à restaurer, afin d’éviter qu’une partie de la pellicule picturale ne se détache et ne soit perdue au cours des manipulations et des opérations ultérieures. L’intervention consiste à étaler sur la pellicule picturale un adhésif compatible avec l’original et facilement détachable, protégé par des papiers spéciaux, appelés papiers japonais ou papiers de riz, qui ne subissent pas de rétraction et ont un haut degré d’absorption).

A la fin de la restauration, quel sera l’aspect de l’œuvre? Les lacunes seront-elles rétablies? Bien sûr, il n’est pas question de laisser les lacunes vides. Une œuvre de grand talent comme celle-ci doit être reconstituée afin de donner une bonne lecture d’ensemble. Heureusement, les parties manquantes n’ont pas affecté les visages: aucun des visages des personnages de la peinture n’a été affecté par des lacérations ou des pertes de peinture. C’est un fait important car l’expressivité d’un visage correspond aux intentions de l’artiste, à une sorte de communication émotionnelle, et sa reconstitution génère une interprétation personnelle même en cas d’imitation pure et simple, même si nous disposons d’une vaste documentation photographique du tableau avant le vol et que l’on pourrait, si l’on voulait, tout reconstituer avec une grande précision. Mais là n’est pas la question: il est nécessaire de maintenir et de préserver l’original en appliquant la méthodologie de restauration technique et scientifique correcte, même si l’intervention ne concerne pas une restauration due à la détérioration de l’artefact par le temps mais à des dommages accidentels causés par l’action de l’homme.

Avez-vous déjà prévu un calendrier pour la fin des travaux?Mon souhait est de rendre le tableau à San Vincenzo dans un délai d’un an et j’espère que les travaux pourront être achevés d’ici là. Les propriétaires et la ville de Modène souhaitent vivement que leur “Madonna Enthroned” revienne rapidement à la maison. Il s’agit d’une communauté très attachée à son patrimoine culturel et profondément amoureuse de son territoire, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’œuvre revienne le plus rapidement possible. Évidemment, cela n’exclut pas que le travail soit effectué dans les règles de l’art dans une école de formation supérieure comme l’Istituto Superiore per la Conservazione e il Restauro (Institut supérieur pour la conservation et la restauration), et je ne manquerai pas de suivre pas à pas et en profondeur toutes les interventions approuvées par cette Surintendance, qui ne devront pas être opportunes simplement parce que l’œuvre doit être rendue à la maison dans les plus brefs délais. Au contraire, les interventions devront être méditées: nous ferons des évaluations précises et approfondies avec l’Istituto Superiore per la Conservazione e il Restauro (Institut supérieur pour la conservation et la restauration) pour comprendre comment mettre en place les travaux, qui en sont encore à leurs débuts, puisque je n’ai pas encore reçu le projet, raison pour laquelle nous n’avons pris aucune décision pour l’instant. Toutefois, je ferai preuve de diligence dans l’évaluation et l’approbation du projet: pour ma part, je garantis une coopération et une disponibilité maximales. Je ne peux pas donner de délai précis, mais je crois que d’ici un an, un an et demi, l’œuvre pourra retourner à la maison, mais ce sera un sujet qui sera abordé lors de la prochaine inspection. C’est un objectif que nous voulons nous donner et nous ferons de notre mieux pour qu’il soit réellement atteint.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.