Lorenzo Balbi, directeur confirmé du MAMbo: "nous allons le transformer en un organisme vivant".


Entretien avec Lorenzo Balbi, reconduit jusqu'en 2026 à la direction du MAMbo - Museo d'Arte Moderna di Bologna (Musée d'art moderne de Bologne): son objectif est de continuer à le transformer en une institution vivante, participative, écologique, numérique, "mixte" et décolonisée.

Lorenzo Balbi, né à Turin en 1982, après une expérience de dix ans à la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo de Turin en tant que conservateur, est depuis 2017 le directeur du MAMbo - Museo d’Arte Moderna di Bologna, en charge de l’ensemble du secteur d’art moderne et contemporain de l’Istituzione Bologna Musei et, depuis 2018, également du programme d’expositions et d’initiatives ART CITY, qui accompagne chaque édition d’Arte Fiera. Ces postes viennent d’être reconfirmés après la sélection publique à la fin de son premier mandat, et garantissent la continuité du programme du musée jusqu’en 2026. Cette nouvelle ne nous surprend pas, compte tenu de la qualité des actions et des expositions de la période quadriennale 2017-2021, et permet de surmonter les incertitudes et les interruptions causées par les fermetures pendant la pandémie, avec une proposition qui projette Bologne dans un avenir proche.

Lorenzo Balbi
Lorenzo Balbi

CP. Balbi s’attendait-il à cette reconduction ? Y avait-il un travail en cours qui devait être achevé ?

LB. Depuis mon entrée en fonction en 2017, j’ai travaillé avec l’idée de ne pas m’arrêter à un premier mandat. Après une première période de sédimentation et de formation - arrivant non pas comme un protagoniste de la scène sectorielle mais comme un jeune conservateur à sa première expérience de direction d’un musée public - j’ai raisonné en pensant à l’avenir et au long terme, à travers des projets qui pourraient dicter l’agenda au-delà de 2021. Dans toutes les décisions que j’ai prises et les initiatives que j’ai défendues, mon principe directeur a été de ne pas me considérer comme “expirant”. Cela dit, j’ai été sous contrat pendant quatre ans, au terme desquels je me suis présenté à nouveau, en suivant toutes les étapes du processus de sélection. Il est certain que le travail effectué jusqu’à présent avec le personnel du musée a été un test pour mon orientation et, lors du deuxième entretien, la conscience professionnelle acquise et la connaissance des particularités du MAMbo ont joué un rôle. Je considère cette reconduction comme une reconnaissance.

Outre le MAMbo, le secteur “Art moderne et contemporain” de l’Istituzione Bologna Musei, que vous présidez, comprend également le Museo et la Casa Morandi, la Villa delle Rose et le Museo per la Memoria di Ustica. Quels sont les projets les plus urgents ?

Les défis qui nous attendent avec le nouveau mandat sont le jumelage avec le musée Morandi, puis la création d’un musée monographique actualisé qui sera installé dans la Palazzina Magnani, et en 2025 le 50e anniversaire de la fondation de la GAM - Galleria d’Arte Moderna di Bologna (Galerie d’art moderne de Bologne) et donc le demi-siècle du musée. Mais avant cela, nous nous occuperons de la Villa delle Rose, qui doit être repensée en tant qu’espace d’exposition pour devenir un centre de formation et d’éducation dans lequel canaliser les nombreux projets éducatifs et de soutien pour les artistes, les conservateurs et les opérateurs du secteur.

Parmi les choses qui ont été réalisées au MAMbo depuis son inauguration en 2017, il y a l’inauguration de la Project Room et l’ouverture des fenêtres de la Sala delle Ciminiere au niveau de la rue vers l’extérieur, avec la conversion de cet espace en un espace d’atelier fluide pour les résidences d’artistes. Quelles sont, selon vous, les valeurs d’un musée civique contemporain ?

Parmi les thèmes identitaires de notre institution, il y a certainement la participation. À partir des actions déjà entreprises et à construire, nous jouons, en tant que musée public, un rôle de référence d’une part, et de connecteur entre les identités et les valeurs des centres de production locaux d’autre part. Un musée de proposition attentif à l’expérimentation, aux nouveaux projets, expositions et formats, et accessible, je veux dire inclusif, où les instances du territoire se sentent représentées, où certaines histoires qui semblent avoir été oubliées sont racontées, où il y a une réelle possibilité d’apporter des contenus de l’extérieur. Mais surtout, nous nous intéressons à un musée participatif, qui assume comme incipit de son action le rôle institutionnel public, le soutien de la communauté, l’ouverture. L’action du musée ne s’arrête pas à ses murs, l’idée est de le transformer d’un bâtiment conteneur en un “organisme vivant”.

Le MAMbo à Bologne. Photo de Matteo Monti
Le MAMbo à Bologne. Photo de Matteo Monti

Vous l’avez fait à la fois sur le plan architectural, en permettant un dialogue visuel entre l’intérieur et l’espace urbain, et avec des actions spécifiquement disséminées dans la ville

L’idée est de dépasser le cloisonnement. En termes de perception de l’espace, il n’y a pas de différence entre le portique extérieur et la galerie. Le musée en tant que musée public agit dans la ville, il sort de son périmètre.

Comment va-t-il évoluer maintenant ? Quelles seront les nouvelles “clés d’action” ?

Nous abordons quatre thèmes majeurs: le tournant écologique et l’attention portée à l’impact environnemental ; la numérisation, la dématérialisation et l’utilisation de la technologie ; l’équité entre les sexes, dans la communication comme dans la structure, trivialement avec des services “tous genres” ; et le thème majeur de la décolonisation, dans les collections et en relation avec les politiques de réduction des différences. Ce sont certainement nos objectifs qui rythmeront les propositions, à commencer par l’accessibilité.

Y a-t-il une direction de musée qui inspire votre travail actuel ?

Évidemment oui, nous avons tous nos modèles de référence, mais les noms que je citerai ne peuvent pas vraiment être liés au MAMbo, car comme je le répète souvent, “chaque musée a sa propre mesure”, composée de nombreux éléments, depuis l’aspect statutaire et l’impact sur la communauté jusqu’au type de rôle dans le contexte de l’institution.un musée similaire au MAMbo est impossible, son identité est donnée par le fait d’être le seul musée public d’art contemporain à Bologne. Mais pour en revenir aux noms, il est certain que je regarde avec grand intérêt les grands musées publics étrangers, depuis le Reina Sofia à Madrid, pour sa gouvernance et pour ce qu’il interprète en tant que musée, et j’admire le Palais de Tokio à Paris tout comme je suis les FRAC (Fondi Regionali d’Arte Contemporanea n.d.R.) et d’autres musées français, je pense à Bordeaux, à Marseille ou à Strasbourg. La Haus der Kunst de Munich avec Andrea Lissoni devient donc un point de référence pour les pratiques muséales et, compte tenu de la nature interdisciplinaire, la Haus der Kulturen der Welt de Berlin reste certainement un modèle à concevoir pour les conservateurs.

Le MAMbo à Bologne. Photo de Giorgio Bianchi
Le MAMbo à Bologne. Photo de Giorgio Bianchi

Peut-on déjà annoncer les prochaines expositions de 2022 au MAMbo ?

Après celle d’Italo Zuffi en cours dans la Sala delle Ciminiere, nous aurons deux autres expositions majeures, celle du peintre irlandais Sean Scully, suivie d’une exposition collective qui était prévue pour janvier dernier mais que nous avons reportée à l’automne 22 à cause du Covid, et qui, en travaillant avec de nouvelles productions d’artistes internationaux, réfléchira sur le sens et l’utilisation des collections aujourd’hui. La Project Room, un espace spécifiquement dédié au territoire, reprendra dans un mois avec une exposition consacrée à la galerie Neon de Bologne. Depuis 2017, dans cette section, nous avons réalisé plusieurs projets avec différents conservateurs sur des expériences significatives et fondamentales du passé récent de Bologne. Cela a créé un réseau intéressant et un centre de débat à travers lequel de nombreuses personnes se sont senties représentées au sein du musée et considérées dans leurs propres expériences.

Mais avant cela, elle coordonne les activités collatérales d’Art City à Arte Fiera en plein air. En attendant la prochaine édition, qui aura lieu du 13 au 15 mai 2022, que verrons-nous ?

En commençant par le projet spécial de Tino Sehgal sur la Piazza Maggiore, cette édition présentera une douzaine de projets principaux dans différents lieux, dont celui de Benni Bosetto avec une grande performance à la Pinacoteca Nazionale, et celui de Carlos Garaicoa à l’Oratorio San Filippo Fiera en plein air.Carlos Garaicoa à l’Oratorio San Filippo Neri, Pedro Neves Marques à l’Orto Botanico ou, entre autres, Giulia Niccolai au Padiglione de l’Esprit Nouveau ; ainsi que la deuxième partie du projet de Zuffi au siège de la Banca di Bologna au Palazzo De’ Toschi. Nous avons déjà distribué le programme.

Vous venez de Turin, quelle est la caractéristique suprême de l’expérience de l’art à Bologne ?

Bologne est un contexte extrêmement positif, en raison de la grande aptitude et du grand travail de sensibilisation du public bolonais réalisé au fil des ans par les institutions culturelles, qui les ont formées à l’expérimentation dans le domaine des arts visuels. En travaillant ici, on s’adresse à un interlocuteur avide d’un certain type de propositions audacieuses, dans la continuité de ce à quoi les institutions, les associations, les festivals et les centres de production culturelle se sont habitués. Le public est là, mais il faut le fortifier avec des contenus conformes aux attentes. Vivre Bologne est une question d’“application”, il est essentiel d’y être, de participer aux activités et de connaître ceux qui les réalisent ; je m’y suis installé dès le premier jour !


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.