Arcevia, le musée archéologique d'État, rouvre ses portes. Avec un nouvel aménagement


Après avoir été fermé pour rénovation, le Musée archéologique d'État d'Arcevia rouvre ses portes au public le 20 avril. La structure, qui rassemble des matériaux provenant du territoire municipal depuis la préhistoire jusqu'au seuil de l'ère romaine, se présente au public avec quelques nouveautés.

Le musée archéologique d’État d’Arcevia, dans la région des Marches, rouvre ses portes au public et se présente sous un nouveau jour. L’établissement, situé dans les locaux restaurés et modernisés adjacents au cloître de San Francesco, fait office de musée de district, rassemblant du matériel provenant du territoire communal et se rapportant à différentes époques, de la préhistoire au seuil de l’ère romaine.

Voici un échantillon du matériel provenant des sites paléolithiques de Ponte di Pietra et de Nidastore, du village fortifié néolithique de Conelle, de l’habitat stratifié de Cava Giacometti de la fin du Néolithique à l’âge du bronze, et de l’habitat d’altitude de Monte Croce Guardia de la fin de l’âge du bronze.

À partir du 20 avril, le musée sera ouvert tous les jours aux horaires suivants : lundi, mardi, vendredi et samedi matin de 8h30 à 13h, mercredi et jeudi de 14h à 19h. Les jours fériés, les heures d’ouverture sont les suivantes : le premier et le deuxième dimanche du mois de 14h00 à 19h00, les autres dimanches et jours fériés de 8h30 à 13h00 (infos et réservations : drm-mar.arcevia@cultura.gov.it ; tél. 07319622).

“Arcevia, située dans l’arrière-pays des Marches, est une réalité connue, depuis plus d’un siècle, de toute la communauté scientifique italienne et internationale”, souligne le directeur de la Direction régionale des musées des Marches, Luigi Gallo. “Pensons, par exemple, au casque de type Montefortino qui tire son nom des casques gaulois trouvés dans la nécropole d’Arcevia ; ou aux couronnes, conservées au MAN des Marches, exposées aux Scuderie del Quirinale à l’occasion de l’exposition Tota Italia en 2021, où elles ont attiré l’attention pour leur merveilleuse facture. Il y a aussi le fossé néolithique de Conelle, l’un des plus anciens ouvrages défensifs construits par l’homme ; le site de Monte Croce Guardia, datant de l’âge du bronze, qui fait encore aujourd’hui l’objet de fouilles et d’études. Le musée d’Arcevia ne raconte pas seulement l’histoire ancienne du territoire, il est aussi le symbole d’une culture locale vivante : installé dans l’ancien couvent de San Francesco du XIIIe siècle, avec des fresques du XVIe siècle dans le cloître, il présente une partie de la collection dans un cadre élégant qui, grâce à la restauration et à la restitution des couleurs originales du XVIIIe siècle, crée un environnement muséal en dialogue permanent avec le présent et le passé”.

“Un collègue m’a demandé il y a quelques jours de vous parler des travaux du musée. J’ai commencé par décrire les porte-légendes”, explique Claudia Casavecchia, directrice du musée. “Ils résument en fait l’idée qui sous-tend le nouvel aménagement : l’accessibilité et l’inclusion. Il s’agit de légendes en italien et en anglais, d’un espace permettant de fixer un objet (original ou copie) utile à la lecture tactile avec la légende correspondante en braille (italien et anglais), et d’une hauteur suffisante pour permettre la lecture tactile même aux utilisateurs de fauteuils roulants. La conception du nouvel aménagement, qui sera complété par la disposition des vitrines et l’exposition relative des pièces de Montefortino, part de la nécessité de faire connaître à un public plus large les richesses archéologiques de la région d’Arcevia exposées dans le musée. La première étape a été la création d’un graphisme plus accessible. La conclusion, grâce aux fonds du PNRR, sera un musée archéologique accessible à davantage de types de handicaps, tout en faisant de l’histoire du musée une expérience plus complète pour tout le monde”.

L’archéologue Amanda Zanone, conservatrice des collections, souligne également que “le musée rouvre au public avec un nouveau visage après d’importants travaux de révision des espaces et du parcours d’exposition, qui ont impliqué la réécriture du récit muséal sur le plan scientifique, graphique et populaire, avec un regard constant sur les besoins d’une accessibilité totale”ajoutant que “l’on a cherché, à travers une stratégie sélective et raisonnée, à construire un parcours archéologique fluide, caractérisé par une lecture intégrée entre la culture matérielle et l’environnement qui l’a produite, afin de restituer au territoire les composantes de son histoire. Le récit est enrichi par des mises à jour scientifiques et de nouvelles données. La documentation photographique restitue les moments de la recherche archéologique. Le dispositif graphique et les reconstitutions permettent de visualiser un paysage préhistorique de la dernière glaciation ou la vie dans un village de l’âge du bronze final, mais aussi l’archéologue au travail qui s’attache à recomposer la forme des choses. Parmi les nouveautés, pour la première fois, la précieuse parure d’or et une partie du mobilier funéraire de la tombe XXIII de l’extraordinaire nécropole de Montefortino sont exposées au musée Arcevia”.

Arcevia, le musée archéologique d'État, rouvre ses portes. Avec un nouvel aménagement
Arcevia, le musée archéologique d'État, rouvre ses portes. Avec un nouvel aménagement


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.