Trois jeunes chercheurs ont étudié la collection de bronzes de la Renaissance du musée Bargello


Trois jeunes chercheurs de la Scuola Normale Superiore de Pise ont étudié la collection de bronzes de la Renaissance du musée Bargello, la plus importante au monde. Ces travaux ont été présentés lors d'une réunion.

Une présentation en avant-première a été faite ce matin au Musée national du Bargello des résultats des recherches menées sur les bronzes de la Renaissance du musée par les trois chargés de recherche de la Scuola Normale Superiore de Pise, Davide Civettini, Marco Scansani et Teresa Bruni, lauréats de bourses de recherche de deux ans (2020-2022) dans le cadre du projet AnaGBar: Anatomie des bronzes du grand art: investigations matérielles, techniques et de conservation sur la statuaire métallique du musée national du Bargello à Florence, promu et financé par la région de Toscane, les musées du Bargello avec les Amis du Bargello et la Fondazione Il Bargello onlus.

Au cours de la réunion intitulée Renaissance Bronzetti del Bargello: ricerche in anteprima. The results of the AnaGBar 2020-2022 project, Davide Civettini a présenté la conférence I bronzetti rinascimentali del Bargello: Collection et approches historico-critiques, dans laquelle il a examiné l’unicité de la collection de petits bronzes du Bargello, qui non seulement offre la rare possibilité de reconstruire la provenance de certaines pièces jusqu’à des dates très anciennes, c’est-à-dire jusqu’au XVIe siècle, peu après leur fonte, mais se distingue également par sa variété typologique et l’énorme quantité d’objets qu’elle comprend (plus de sept cents). Marco Scansani a ensuite présenté au public les résultats de sa recherche Dall’antico: ispirazioni, copie e assemblaggi (De l’Antiquité: inspirations, copies et assemblages), qui confirme le lien indissoluble entre les bronzes de la Renaissance et l’Antiquité. À travers trois études de cas, sélectionnées parmi les objets du catalogue, Scansani a mis en évidence les rapports, réels ou supposés, établis ou inédits, entre les modèles anciens et les inventions modernes. Enfin, Teresa Bruni, spécialiste des diagnostics scientifiques sur les œuvres d’art, a traité de l’anatomie d’un groupe de statuettes en bronze conservées au musée du Bargello, en exposant les techniques d’investigation employées pour obtenir des informations sur la technique de production et les surfaces des quelque cent soixante statuettes en bronze étudiées. La microscopie, la vidéo-endoscopie, l’échographie, la thermographie, la réflectographie UV, la spectroscopie FT-IR et le scanner 3D sont les instruments utilisés pour étudier les objets du catalogue.

Il a été fondamental pour les musées du Bargello de faire partie du projet “Giovani sì” de la Regione Toscana qui, en réunissant différentes institutions, que je remercie toutes pour leur générosité, a permis d’accueillir au musée national du Bargello trois jeunes chercheurs qui ont étudié la collection de bronzes de la Renaissance, la plus importante au monde", a déclaré Paola D’Agostino, directrice des musées du Bargello. “La collaboration avec la Scuola Normale Superiore, avec le professeur Francesco Caglioti, coordinateur du projet, et avec le professeur Fabio Beltram, directeur du laboratoire Nest (National entreprise for nano science and technologies) de la Scuola, a favorisé une recherche interdisciplinaire et une confrontation quotidienne entre les trois chercheurs aux parcours différents et le personnel du musée national du Bargello. En effet, pendant plus d’un an, un laboratoire mobile d’investigation diagnostique a été installé à l’intérieur du musée, d’abord dans la salle des bronzes puis dans le medagliere, ce qui a permis une étude intense et quotidienne des œuvres sous différents points de vue. Cette contamination des connaissances a enfin permis d’entamer concrètement le catalogage scientifique de cette collection extrêmement précieuse”.

“La Fondazione Il Bargello Onlus est proche des activités du musée depuis 1982, année de la création de l’Associazione Amici del Bargello, devenue Fondation en 2015. Au cours de toutes ces années, l’Association puis la Fondation ont financé des études et des recherches sur les œuvres individuelles du Musée, sur leur catalogage et sur les aspects généraux des activités muséales ”, a commenté le président de la Fondazione Il Bargello onlus, Sergio Chiostri. “Une attention particulière a été accordée à l’engagement des jeunes chercheurs, qui représentent l’avenir des activités du musée et la connaissance des merveilleuses collections que l’on peut admirer en se promenant dans les salles de cet imposant édifice. C’est donc dans cet esprit que s’inscrit le cofinancement des bourses d’études sur les statuettes en bronze, dont les lauréats et les résultats de leurs études sont célébrés aujourd’hui. Je les félicite vivement et les encourage à poursuivre dans la voie qu’ils ont choisie et qui permettra d’enrichir les connaissances de tous les amateurs de ces œuvres d’art”.

“Aux trois chercheurs”, a ajouté Dimitrios Zikos, président des Amis du Bargello, “j’adresse mes remerciements pour avoir partagé cette expérience avec moi, en me permettant d’être à leurs côtés pendant qu’ils examinaient les pièces à cataloguer. Grâce à l’occasion unique d’étudier de très près les originaux, ces chercheurs ont acquis des compétences qui dépassent les connaissances génériques et répétitives de l’histoire de l’art, et la lecture des fiches qu’ils ont produites confirme la maturité de leur approche. Des compétences d’autant plus précieuses qu’il n’existe aucun chercheur vivant ou en activité dans ce domaine qui les aborde. Je les invite à ne pas abandonner la voie dans laquelle ils se sont engagés pour nous offrir un jour des contributions et des monographies attendues depuis longtemps et dignes d’être lues”.

“Les collections du Bargello comprennent un très grand nombre de sculptures en bronze, près d’un millier. Un catalogage partiel de ces bronzes existait et il était donc extrêmement important qu’une opération de couverture scientifiquement approfondie soit menée, un catalogage rendu possible grâce au projet PRIN 2017”, explique Ilaria Ciseri du Musée national du Bargello. "L’objectif du projet AnaGBar (2020-2022) était donc d’intégrer avec ce pool de ressources et ce financement exceptionnel le catalogage du noyau de bronzes qui avait déjà été entamé précédemment avec le projet PRIN, et il avait la valeur ajoutée de pouvoir flanquer le catalogage d’une recherche scientifique, menée avec beaucoup de zèle par Teresa Bruni qui, avec Davide Civettini et Marco Scansani, s’est relayée dans l’investigation en micro-laboratoire mise en place dans la Sala dei Bronzetti du Musée national du Bargello. Le résultat est un excellent travail, car outre l’étude approfondie du point de vue de l’histoire de l’art, il a été possible de retracer l’histoire de ces petits bronzes qui, au fil des siècles, ont meublé la Galerie des Offices, les villas des Médicis, le Palazzo Vecchio et le Palazzo Pitti, et ont été non seulement des objets de collection mais aussi, dans certains cas, des objets d’usage très raffinés tels que des encriers, des lampes à huile, des chandeliers et même des allumeurs de cheminée".

“AnaGBar a été une occasion importante de collaboration scientifique étroite et fructueuse dans le domaine de l’histoire de l’art entre une institution universitaire et une institution muséale”, a conclu Francesco Caglioti, professeur d’histoire de l’art médiéval à la Scuola Normale Superiore de Pise. "Pour cette formule de collaboration, très rare voire inédite il y a encore quelques années en Italie, nous sommes reconnaissants à la Région Toscane qui, en 2019, a promu de nombreux appels à cet effet, puis bien sûr à la Normale et au Bargello (ce dernier avec la Fondazione Il Bargello et les Amis du Bargello), qui ont spécifiquement cru en AnaGBar, en le cofinançant. Je voudrais également souligner que l’accord institutionnel entre le Bargello et le monde universitaire a pu compter sur un précédent dans un PRIN 2015 (en fait 2017) pour le catalogue du Musée, dont j’ai été le promoteur en accord avec sa directrice (Paola D’Agostino, Ilaria Ciseri). La spécificité pertinente d’AnaGBar réside dans l’opportunité qu’elle a offerte à la Normale elle-même pour une interpénétration inhabituelle entre la Classe des Humanités, dans son âme historico-artistique, et la Classe des Sciences, représentée par le NEST et son directeur, mon collègue Fabio Beltram. C’est de ce dernier que sont venues les contributions décisives pour qu’une partie du catalogue du Bargello, celle consacrée aux petits bronzes, puisse être mise en valeur grâce à des diagnostics avancés, ce qui, nous l’espérons, servira de modèle et d’inspiration pour d’autres initiatives similaires".

Trois jeunes chercheurs ont étudié la collection de bronzes de la Renaissance du musée Bargello
Trois jeunes chercheurs ont étudié la collection de bronzes de la Renaissance du musée Bargello


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.