Cesare Corte, peintre condamné par l'Inquisition au début du XVIIe siècle à Gênes


Nous retraçons, à travers une étude de Laura Stagno, l'histoire de Cesare Corte, peintre condamné par l'Inquisition à Gênes au début du XVIIe siècle.

Mais alors que Cesare, honoré et estimé de tous, jouissait d’une vie tranquille, un accident étrange et soudain survint qui, tel un violent tourbillon, le précipita du sommet du bonheur vers les profondeurs d’accidents insoupçonnés, et l’étouffa dans un abîme d’amères infortunes. Le passage est extrait des Vite de ’ pittori, scultori et architetti genovesi (Vies des peintres, sculpteurs et architectes génois ) de Raffaele Soprani (1612 - 1672) et fait référence à l’épisode qui a changé, de manière négative, l’existence de l’un des peintres les plus estimés de la fin du XVIe siècle à Gênes, Cesare Corte (1550 - après 1619). C’était un peintre cultivé et élégant, un excellent connaisseur de la philosophie et de la littérature, un fin poète, considéré par tous comme un gentilhomme aimable qui gagnait facilement le cœur de tout le monde. Sa nature raffinée, alliée à sa maîtrise des pinceaux, lui permit rapidement de devenir l’un des peintres les plus importants de Gênes à son époque: il travaillait sans relâche, ne se trouvait jamais sans la compagnie d’un noble chevalier et obtenait les commandes les plus prestigieuses, y compris celles du prince de Massa et de Carrare, le Génois Alberico I Cybo-Malaspina.

Cependant, à un certain moment de sa vie, un épisode vint mettre un terme tragique à sa carrière. Quel est donc cemalheureux accident qui a rendu le peintre malheureux? Laura Stagno, historienne de l’art à l’université de Gênes, a récemment consacré une étude à l’affaire Cesare Corte: l’étude est également disponible dans son intégralité sur le web et s’intitule “Uno strano, & improviso accidente”: la vicenda del pittore eretico Cesare Corte". L’épisode qui a bouleversé la vie de Cesare Corte est donc, comme on le devine au titre de la contribution de Laura Stagno, uneaccusation d’hérésie portée contre lui en 1612. Ce sont les deux plus grands biographes des peintres génois de l’époque, Soprani et Carlo Giuseppe Ratti (1737 - 1795), qui nous décrivent dans les grandes lignes comment les choses se sont passées. Ou du moins, comment elles semblent s’être déroulées. L’histoire raconte que Cesare Corte reçut une cassette d’un ami français qui devait retourner dans son pays et qui, nous dit Ratti, s’appelait Orlando Enrì: ce dernier arracha à Cesare la promesse de garder soigneusement l’objet jusqu’à son retour. Le hasard voulut que son ami ne revienne pas de France, car il mourut, et le peintre décida alors d’ouvrir le coffre: il le trouva rempli de livres qualifiés d’hérétiques par l’Église. Nous ne savons pas quels étaient ces livres, mais nous savons qu’ils étaient pour la plupart écrits en grec: ce n’était pas un obstacle pour César Corte, qui connaissait bien le grec et n’avait donc aucune difficulté à en comprendre le contenu. Les biographes nous disent qu’il les a lus avec avidité, bien qu’ils défendent des doctrines non conformes à l’orthodoxie catholique, et qu’il a ensuite commencé à écrire des concepts similaires: en particulier, nous dit Ratti, un commentaire sur l’Apocalypse de Jean totalement contraire à l’interprétation de l’Église.

Cesare Corte fut donc dénoncé à l’Inquisition. Il convient de souligner que non seulement il était évidemment interdit de diffuser des concepts considérés comme hérétiques, mais que la simple possession de livres mis à l’Index était également interdite, à tel point que, comme le note l’historien Mario Infelise, “après 1559”, année de publication de l’Index dit paulinien, le premier Index des livres interdits, “la possession de livres devint l’élément d’accusation le plus fréquent dans les procès pour hérésie”, même s’il n’était pas facile de poursuivre le coupable sur la base de la simple possession: il était cependant très fréquent que ce délit aggrave des situations déjà compromises, comme celle de César Corte. Après la dénonciation, il est en effet emprisonné: nous sommes le 30 décembre 1612 et, devant les risques qu’il est sur le point de courir, il décide d’abjurer publiquement, dans l’église de San Domenico, ses convictions. Il est alors condamné à la réclusion perpétuelle, avec l’obligation de rester au pain et à l’eau tous les vendredis, de réciter des prières tous les jours, de se confesser et de communier quatre fois par an. Les conditions difficiles auxquelles Cesare Corte a été soumis en prison ont miné son physique, à tel point qu’il est mort malade en prison, probablement après décembre 1619, date à laquelle il a été autorisé (nous le savons d’après les documents) à peindre en prison.

Laura Stagno pose la question suivante: est-il possible que Cesare Corte ait développé des idées considérées comme hérétiques en si peu de temps? La réponse est qu’il faut tenir compte de l’environnement dans lequel l’artiste a été formé et a vécu. Son père, Valerio, était un artiste originaire de Venise, et nous savons que la Sérénissime était, à l’époque, le protagoniste de violents affrontements avec l’Église: Valerio, lui aussi intellectuel cultivé, aurait continué à entretenir des relations avec sa ville d’origine, ce qui a conduit les spécialistes à penser, étant donné le vif intérêt de Valerio pour unart de la tapisserie comme l’alchimie (intérêt qui, selon Raffaele Soprani, lui a fait dilapider une grande partie de sa fortune), que l’artiste était orienté vers des pensées et des intérêts suspects à l’égard des autorités ecclésiastiques. En outre, Cesare Corte a voyagé en France (Laura Stagno suppose que c’est là qu’il a rencontré l’ami qui lui aurait donné les livres interdits) et en Angleterre, où il a travaillé pour la reine Élisabeth, qui a été excommuniée en 1570 par Pie V. Il ne fait donc aucun doute, selon Laura Stagno, que Cesare Corte a fréquenté des lieux et des milieux où la Réforme protestante avait trouvé une large diffusion: ces circonstances l’auraient donc prédisposé à accepter la pensée hérétique.

Il est cependant très difficile, voire presque impossible, de trouver des traces de l’hétérodoxie de Cesare Corte dans ses œuvres. Diverses conjectures ont été émises à ce sujet, mais elles se révèlent souvent être des souches qui peuvent facilement s’adapter soit à une vision qui considère César Corte comme un hérétique, soit à une vision qui le considère plutôt comme un observateur tranquille de l’orthodoxie. La peinture qui offre la plus grande possibilité de voir en Cesare Corte un artiste qui s’est écarté du moule du catholicisme est une Pieta conservée à l’Oratorio del Carmelo de Loano, dans la province de Savone, et dérivée d’un dessin de Michel-Ange aujourd’hui conservé à Boston.

Cesare Corte e Michelangelo, Pietà
À gauche: Cesare Corte, Pieta (vers 1610 ; Loano, Oratorio del Monte Carmelo). À droite: Michelangelo Buonarroti, Pieta pour Vittoria Colonna (vers 1540 ; Boston, Isabella Stewart Gardner Museum).

Il verso dantesco nella Pietà di Michelangelo
Le vers de Dante dans la Pietà de Michel-Ange
Michel-Ange a réalisé ce projet pour son amie Vittoria Colonna (1490 - 1547) qui, vers les années 1530, connaissait un profond renouveau spirituel, lequel connut une accélération décisive pendant les années de prédication à Naples de Juan de Valdés, théologien espagnol cultivé et raffiné, proche des milieux réformés, et qui fut présent à Naples entre 1536 et 1541. Autour de Juan de Valdés se réunit un important groupe d’intellectuels qui entretient des contacts avec Vittoria Colonna et comprend des personnalités telles que Giulia Gonzaga, Marcantonio Flaminio, Bernardino Ochino et Pietro Carnesecchi. Après la mort de Juan de Valdés en 1541, le groupe se déplace à Viterbe, ville où réside le cardinal Reginald Pole, autour duquel le cercle, reconstitué et enrichi de nouveaux éléments (dont Michel-Ange lui-même), continue à discuter de thèmes liés à la réforme de la foi. Le célèbre groupe, connu sous le nom d’Ecclesia Viterbiensis, avait particulièrement à cœur le thème du salut par la foi seule: en d’autres termes, Dieu accorderait aux hommes le salut non pas en vertu de leurs mérites, mais en vertu de la sincérité de leur foi en Dieu, dans les paroles du Christ et dans le sacrifice qu’il avait consenti pour sauver l’humanité. C’est précisément le sacrifice du Christ qui serait, selon cette interprétation de la foi, le seul moyen que Dieu ait donné à l’humanité pour se sauver. Sur la base de cette hypothèse, Michel-Ange a apposé sur le bois de la croix, dans le dessin, le vers de Non vi si pensa quanto sangue costa de Dante (extrait du XXIXe chant du Paradis), faisant référence au sacrifice (du Christ, des Apôtres, des martyrs et de ceux qui, en général, ont donné leur vie pour la foi) consenti pour la diffusion de l’Écriture.

L’iconographie de la Pietà pour Vittoria Colonna, inspirée des Pietà nordiques et vénitiennes, qui introduisent le motif des anges aidant la Madone à soutenir le corps du Christ, est fidèlement reproduite par Cesare Corte dans son tableau pour Loano. Le peintre a certainement pris connaissance de l’œuvre de Michel-Ange grâce à l’une des nombreuses copies qui circulaient à la fin du XVIe siècle: l’œuvre a en effet connu un grand succès, et pas seulement dans les milieux réformés. Même la commande à Cesare Corte du tableau de Loano a mûri dans la sphère de la stricte observance catholique: le commanditaire était en effet Andrea II Doria, membre de la célèbre famille génoise, marquis de Torriglia et comte de Loano sous le nom d’Andrea Ier. Les sources se souviennent de lui comme d’un homme pieux et très dévot: cependant, nous ne savons pas si le choix du sujet lui est dû, et s’il est dû à Cesare Corte, nous ne pouvons pas savoir si la reprise du dessin de Michel-Ange était destinée à faire allusion à des instances réformées. Il n’est pas possible d’arriver à une conclusion définitive, d’autant plus que le procès auquel Cesare Corte a été soumis ne mentionne pas ses œuvres: nous sommes donc convaincus qu’il reste encore beaucoup de choses à étudier dans ce domaine.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, et précisément sur ces questions, et précisément sur l’affaire Cesare Corte, Laura Stagno tiendra une conférence le jeudi 18 février 2016 à 17h30: le rendez-vous est à Gênes, au Palazzo Lomellino.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.