Christo et Jeanne-Claude. L'œuvre d'art comme expérience de vie


Le monde de l'art doit beaucoup à Christo et Jeanne-Claude. Grâce à eux, une nouvelle signification du mot "art" lui-même a commencé à prendre forme.

“Avec Christo et Jeanne-Claude, tout le monde avait l’impression de faire partie du travail, quel qu’il soit, et c’est une expérience qu’aucune somme d’argent ne peut acheter” (Adam Kaufman, directeur de l’organisation à but non lucratif “The Central Park Conservancy”, dans un entretien avec Zornitza Kratchmarova, The hidden art of Christo and Jeanne-Claude, 2016).

Par leurs efforts, Christo Vladimirov Yavachev (Gabrovo, 1935 - New York, 2020) et Jeanne-Claude Denat de Guillebon (Casablanca, 1935 - New York, 2009), plus connus sous le nom du duo artistique Christo et Jeanne-Claude, ont profondément révolutionné la manière de concevoir l’œuvre d’art et son processus de création. Dans les années 1960, alors que le marché de l’art et le système des galeries s’affirmaient de plus en plus fortement, ils avaient décidé de ne pas faire partie de ce monde, refusant d’être représentés par une galerie d’art, rejetant les financements extérieurs pour le compte de mécènes et autofinançant leurs projets, devenant ainsi de facto les seuls maîtres de leur création artistique.

Ce qui est encore plus frappant, c’est leur volonté de s’ouvrir au public, de l’impliquer dans la participation réelle de leurs projets, à une époque où, au milieu des années 60, les artistes devenaient de plus en plus hermétiques et conceptuels. Dans leurs “wrap-arounds”, terme par lequel nous connaissons leurs œuvres, Christo et Jeanne-Claude ont ôté le masque de l’artiste inaccessible, revêtu d’une aura sacrée, pour descendre au même niveau que les milliers et les milliers de personnes qui ont collaboré pendant plus de cinquante ans à la réalisation de leurs entreprises. Une utopie devenue réalité.

L’Italie a eu le plaisir d’accueillir leur dernier projet, TheFloatingPiers (18 juin au 3 juillet 2016), avec Germano Celant comme directeur. À lui seul, Christo (sa bien-aimée Jeanne-Claude était décédée en 2009) a réussi à donner à quelque six cent mille visiteurs l’illusion de marcher sur l’eau. Cette installation de 200 000 mètres cubes, recouverte de 70 000 mètres carrés de fibre jaune irisée, reliait les villages de Sulzano et Monte Isola à l’île de San Paolo sur le lac d’Iseo. Un projet qui n’a atterri en Italie qu’en 2014: en fait, il était déjà dans les esprits depuis 1970, mais conçu pour d’autres sites, comme le fleuve Rio de la Plata à Buenos Aires (Argentine) et, plus tard, pour la baie de Tokyo au Japon. Sur ces deux sites, comme c’est souvent le cas pour leurs œuvres, les négociations avaient abouti à un refus des autorisations nécessaires.

Christo et Jeanne-Claude en 1964
Christo et Jeanne-Claude en 1964


Christo et Jeanne-Claude en 1976
Christo et Jeanne-Claude en 1976


Christo et Jeanne-Claude en 1995
Christo et Jeanne-Claude en 1995


Christo et Jeanne-Claude en 2005
Christo et Jeanne-Claude en 2005. Ph. Crédit Wolfgang Volz


Christo sur le lac d'Iseo en 2016
Christo sur le lac Iseo en 2016. Ph. Crédit Wolfgang Volz


Christo et Jeanne-Claude, The Floating Piers (2014-2016 ; Lac d'Iseo). Ph. Crédit Wolfgang Volz
Christo et Jeanne-Claude, Les jetées flottantes (2014-2016 ; lac d’Iseo). Ph. Crédit Wolfgang Volz

Ce n’est pas la première fois que l’Italie accueille les installations de Christo et Jeanne-Claude. En effet, dans les années 1960, alors que le monde de l’art les considérait comme un phénomène transitoire d’une avant-garde artistique éphémère, l’Italie a été l’un des premiers pays à offrir aux projets du couple une chance de se développer. C’est ainsi que l’on peut citer la Fontaine enveloppée et la Tour médiévale enveloppée de Spolète en 1968, le Monumet enveloppé de Vittorio Emanuele et le Monument enveloppé de Léonard de Vinci, en 1971, à l’occasion du Festival du néoréalisme, mouvement artistique auquel Christo avait d’abord adhéré, aux côtés de Jean Tinguely, César, Daniel Spoerri, Arman et Raymon Hains ; et enfin, le majestueux “emballage” des murs d’Aurélien à Rome, en 1974.

À l’époque, de nombreux critiques ont accusé Christo d’“emballer” ses œuvres parce qu’il ne pouvait pas les dessiner. Au contraire, c’est son extrême précision et son dévouement au dessin qui ont rendu l’impossible possible. À la fin des années 1960, le grand critique d’art et conservateur Harald Szeemann a été l’un des rares à leur donner confiance. En 1968, il les avait invités à emballer la Kunsthalle de Berne, dont il était le directeur. Il a fallu des décennies, dans un système artistique fortement patriarcal, pour qu’ils soient tous deux acceptés en tant que couple artistique dans lequel sa compagne Jeanne-Claude était également considérée non seulement comme la gestionnaire financière de leurs projets, mais aussi comme leur créatrice attitrée. Christo, portraitiste sans le sou et réfugié politique en France de la Bulgarie communiste, avait rencontré Jeanne-Claude à Paris en 1958 à l’occasion d’un portrait de la jeune femme que sa mère avait demandé à l’artiste de réaliser. Avec elles deux, la perception de l’identité artistique traditionnelle a également changé en faveur de l’identification de la collaboration artistique comme une œuvre d’art en soi.

Depuis, elles sont devenues inséparables et ont contribué à changer à jamais la manière de concevoir l’œuvre d’art dans le paysage ouvert et l’espace urbain, mais aussi, si l’on veut, l’œuvre d’art en tant que telle. En emballant, puis en déballant (mais l’auteur préfère le terme de “voilage”), Christo et Jeanne-Claude ont rendu à l’homme l’aura poétique des objets du quotidien. En apparence, on pense à une simple intervention dans le tissu urbain ou le paysage qui conduit à changer le regard du spectateur. Leurs installations sont destinées à conduire à un moment de profonde prise de conscience et de réflexion sur la trivialité du quotidien, sur le détachement du regard répétitif porté sur la réalité et sur le facteur fondateur de la vie de l’être humain, le Temps. Nos projets attirent des gens qui veulent les voir pour pouvoir dire: “Je l’ai vu, et si vous ne le voyez pas, vous n’aurez pas d’autre chance. Demain, il pourrait disparaître, tout comme nos vies’” (extrait d’un entretien de Christo avec Megan O’Rourke pour le Wall Street Journal du 24 mars 2011). Une autre des particularités des œuvres de Christo et Jeanne-Claude est qu’elles sont temporaires, bien qu’elles survivent sous forme documentaire à travers des photographies, des films et des livres, ainsi que dans le nombre important d’esquisses , d’études et de dessins réalisés pour leur mise en œuvre. Cependant, la documentation photographique ne constitue certainement pas une mémoire appropriée (le couple ne l’a jamais autorisée en tant qu’art) et il faut donc tenir compte du caractère unique et non reproductible de leurs projets, comme l’artiste l’a déclaré précédemment.

Christo et Jeanne-Claude, Fontaine enveloppée (1968 ; Spoleto). Ph. Jeanne-Claude
Christo et Jeanne-Claude, Fontaine enveloppée (1968 ; Spoleto). Ph. Jeanne-Claude


Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Monument to Leonardo da Vinci (1970 ; Milan). Ph. Crédit Shunk-Kender
Christo et Jeanne-Claude, Monument à Léonard de Vinci emballé (1970 ; Milan). Ph. Crédit Shunk-Kender


Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Kunsthalle (1967-1968 ; Berne)
Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Kunsthalle (1967-1968 ; Berne)


Christo, Wrapped Monument to Leonardo, projet (1970 ; crayon et fusain sur papier, 71 x 56 cm ; Collection Paul Jolles-Berne). Ph. Crédit Shunk-Kender
Christo, Wrapped Monument to Leonardo, project (1970 ; crayon et fusain sur papier, 71 x 56 cm ; Collection Paul Jolles-Berne). Ph. Crédit Shunk-Kender


Christo, Kunsthalle Bern Packed, project (1968 ; crayon sur papier, 101,5 x 152,5 cm). Ph. Crédit André Grossmann
Christo, Kunsthalle Bern Packed, projet (1968 ; crayon sur papier, 101,5 x 152,5 cm). Ph. Crédit André Grossmann


Christo, Wrapped Reichstag, projet (1977 ; crayon, tissu, ficelle, crayon, fusain et pastel, 56 x 71 cm ; Bonn, Kunstmuseum)
Christo, Wrapped Reichstag, projet (1977 ; crayon, tissu, ficelle, fusain et pastel, 56 x 71 cm ; Bonn, Kunstmuseum)


Christo et Jeanne-Claude, The Floagint Piers (2014 ; crayon, fusain et pastel sur papier, 22,5 x 34,9 cm). Ph. Crédit André Grossmann
Christo et Jeanne-Claude, The Floating Piers, projet (2014 ; crayon, fusain et pastel sur papier, 22,5 x 34,9 cm). Ph. Crédit André Grossmann

Il est difficile de dire quelle est leur installation la plus aboutie. Chacune a été le résultat de négociations épuisantes pour sa réalisation, tant en ce qui concerne les aspects purement économiques que la bureaucratie et les autorisations. C’est la raison pour laquelle des décennies se sont souvent écoulées entre l’idée du projet et sa réalisation. Au début, leurs idées ont toujours été accueillies avec beaucoup de scepticisme par les critiques, les politiciens et les personnes ordinaires concernées, comme lorsqu’en 1984, Chirac (alors maire de Paris) et Mitterrand (président de la République française) se sont fortement opposés à la réalisation du Pont Neuf Enveloppé (1975-1984), à Paris.

Malgré toutes les difficultés, chaque fois qu’ils ont réussi à mener à bien ne serait-ce qu’une seule de leurs actions, ils ont changé le modus pensandi de ceux qui ont eu la chance et le privilège de collaborer avec eux. De Wrapped Coast (1968-1969) dans la Petite Baie de Nouvelle-Galles du Sud en Australie, à la poétique The Gates (1979-2005) dans Central Park à New York (la dernière œuvre qu’ils ont réalisée ensemble avant leur mort), le couple a toujours réussi à attirer non seulement des millions de visiteurs du monde entier, mais aussi des collaborateurs qui ont tout fait pour faire partie de ce qu’ils appelaient leur “famille”, c’est-à-dire l’équipe de travail de leur studio. Les témoignages que l’on peut lire dans les textes de ceux qui ont contribué à donner vie à leurs idées folles et sublimes sont ceux de personnes qui appréciaient vraiment leur travail. "Ils donnent aux gens la possibilité d’apporter leur pierre à l’édifice, de contribuer au projet, tout en sachant exactement où ces personnes auront l’occasion de briller. (Zornitza Kratchmarova, The hidden art of Christo and Jeanne-Claude, 2016).

Diverses intimidations ont été reçues au cours des négociations épuisantes ou des accusations de compromettre la stabilité du paysage où ils voulaient réaliser leurs installations. Cela n’a jamais été le cas. En effet, outre l’utilisation de fibres et de matériaux recyclables (autre caractéristique fondatrice de leur modus operandi), le duo a toujours été, si l’on peut dire, éthiquement correct tant dans la rémunération quotidienne de toutes les personnes impliquées dans leurs projets (et rappelons qu’ils en supportaient eux-mêmes toute la charge financière), que dans la présence constante de professionnels spécialisés: biologistes, océanographes, écologistes, experts animaliers, pour n’en citer que quelques-uns.

Christo et Jeanne-Claude, Le Pont Neuf emballé (1975-1985 ; Paris). Ph. Crédit Wolfgang Volz
Christo et Jeanne-Claude, Le Pont Neuf enveloppé (1975-1985 ; Paris). Ph. Crédit Wolfgang Volz


Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Coast (1968-1969 ; Little Bay, Sydney)
Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Coast (1968-1969 ; Little Bay, Sydney)


Christo et Jeanne-Claude, The Gates (1979-2005 ; New York, Central Park). Ph. Crédit Wolfgang Volz
Christo et Jeanne-Claude, The Gates (1979-2005 ; New York, Central Park). Ph. Crédit Wolfgang Volz

L’une de leurs œuvres les plus complexes en termes de négociations, de permis et de réalisation est certainement Wrapped Reichstag (1971-1995), l’emballage de plus de 100 000 mètres carrés de fibres textiles et de près de 16 km de corde du bâtiment du Reichstag (aujourd’hui le siège du Bundestag allemand) du 24 juin au 8 juillet 1995. L’installation a été vue par plus de cinq millions de visiteurs, pour un coût total de quinze millions de dollars. Avec Wrapped Reichstag, Christo et Jeanne-Claude ont écrit une page importante de l’histoire de l’art, atteignant une renommée internationale et réalisant la chose la plus impensable qui pouvait être faite, à savoir envelopper l’histoire elle-même, à la fois l’histoire personnelle de Christo et l’histoire de l’Allemagne d’aujourd’hui.

Ce monument revêt une importance particulière pour le peuple bulgare. En effet, l’histoire veut qu’en 1933, le Reichstag ait été incendié et qu’un certain Georgi Dimitrov (à l’époque fonctionnaire allemand et plus tard, sous le communisme soviétique, premier ministre bulgare) ait été arrêté sous l’inculpation d’avoir participé à l’incendie. Lors du procès à Leipzig, le fonctionnaire avait réussi à prouver son innocence et même à éveiller les soupçons de hauts responsables du parti nazi. Bien entendu, dans la Bulgarie communiste, cette histoire était devenue une légende et était étudiée dans les écoles comme un événement d’une grande importance pour l’histoire bulgare. Christo, réfugié politique depuis près de vingt ans, avait eu le désir d’embellir le symbole des relations Est-Ouest à l’époque de la guerre froide- le Reichstag à Berlin - avec son propre dessin. Cette fois encore, les deux artistes se sont heurtés à la figure politique la plus influente du pays, Helmut Kohl, qui avait déjà exprimé son mécontentement à propos de l’emballage de ce monument en 1985. L’installation a connu un tel succès qu’à la demande ultérieure de prolonger le projet, les artistes ont répondu par un refus catégorique, conformément à leur croyance dans le Père Temps.

Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Reichstag (1971-1975 ; Berlin). Ph. Crédit Wolfgang Volz
Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Reichstag (1971-1975 ; Berlin). Ph. Crédit Wolfgang Volz


Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Reichstag (1971-1975 ; Berlin). Ph. Crédit Wolfgang Volz
Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Reichstag (1971-1975 ; Berlin). Ph. Crédit Wolfgang Volz


Christo et Jeanne-Claude, Wrapped Reichstag (1971-1975 ; Berlin). Ph. Crédit Wolfgang Volz
Christo et Jeanne-Claude, Reichstag enveloppé (1971-1975 ; Berlin). Ph. Crédit Wolfgang Volz

Il y a plusieurs œuvres qu’ils n’ont malheureusement pas pu réaliser à ce jour. Il s’agit notamment du Mastaba à Abou Dhabi, qui aurait dû être la seule sculpture permanente parmi celles qu’ils ont créées, et de Over the River, un projet qu’ils auraient aimé réaliser en Arkansas et qui voit des panneaux de fibres suspendus au-dessus de l’eau sur une longueur de près de soixante-huit kilomètres, interrompus par des ponts, des rochers, des arbres, avec des variations en fonction du cours de l’eau. Enfin, rappelons leur installation Wrapped Arc de Triomphe à Paris qui était prévue pour cette fin d’été, mais qui, en raison de la pandémie actuelle, ne pourra être visitée qu’entre le 18 septembre et le 3 octobre 2021.

Le monde de l’art contemporain doit beaucoup à Christo et Jeanne-Claude. Grâce à eux, nous avons été confrontés à un nouveau sens du mot “art”, pour lequel “l’artiste” n’est pas seulement celui qui crée et rend visible ses œuvres entre quatre murs, une galerie, un appartement ou un atelier. Un artiste est aussi quelqu’un qui vit et travaille en dehors de tout espace tridimensionnel, et une œuvre d’art est tout ce qui implique le public de manière empathique, depuis son idéalisation jusqu’à sa réalisation.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.