Le pâturage de Serafino De Tivoli: plus qu'une peinture, "un morceau de réalité vu de la fenêtre".


"Un pezzo di vero visto dalla finestra" ("Un morceau de vérité vu de la fenêtre"): c'est ainsi qu'Adriano Cecioni décrivait en 1884 le "Pascolo" de Serafino De Tivoli. Cette œuvre de 1859, conservée à la Galleria d'Arte Moderna de Florence, est l'un des tableaux qui ont servi de base à la naissance du paysage moderne en Italie.

C’est l’aube d’un matin clair dans la campagne florentine, et dans le calme qui enveloppe les collines autour de la ville, un peintre s’arrête devant un petit ruisseau solitaire pour fixer rapidement la scène qu’il voit devant lui: un couple de vaches, l’une blanche et l’autre sombre, s’approchant prudemment de l’eau pour s’abreuver. L’artiste était un Livournais de 34 ans, Serafino De Tivoli, et de cette promenade dans la campagne florentine est née l’une des œuvres que la critique a toujours placée à l’origine de la peinture de Macchiaioli: connue sous le nom de Un pascolo ou Una pastura, elle a été peinte par l’artiste dans son atelier en 1859 et peut aujourd’hui être admirée à la Galleria d’Arte Moderna de Florence.

À l’époque où De Tivoli peint ses Vaches au pâturage, il est un habitué du Caffè Michelangelo de Florence, le café où un groupe de jeunes artistes se réunit depuis quelques années avec l’intention de subvertir la fortune de la peinture: Parmi eux, Cristiano Banti, Odoardo Borrani, Adriano Cecioni, Raffaello Sernesi, Telemaco Signorini, et plus tard d’autres comme Giovanni Fattori, ou des peintres non toscans, comme Vincenzo Cabianca de Vénétie ou Giuseppe Abbati de Campanie. Certains étaient passionnés par la peinture d’histoire et voulaient changer radicalement l’art célébratif ou anecdotique de l’académie. D’autres, en revanche, comme De Tivoli, sont sensibles à la nouveauté de la peinture en plein air et, à l’instar des Français de Barbizon, commencent à fréquenter les bois et les collines des environs de Florence à la recherche de l’inspiration.

Il s’agit d’une nouveauté pour l’art italien. De Tivoli avait étudié à Florence avec son frère Felice, en suivant les leçons d’un des plus grands paysagistes de l’époque, le Hongrois Károly Markó, qui s’était installé en Italie en 1832 (et n’en repartirait plus), puis, en 1853, sur le modèle de l’école de Barbizon, avait contribué à la formation d’un petit groupe d’artistes qui patrouillaient le long et le long de l’Italie, et dont les œuvres étaient exposées dans les jardins de la ville.d’artistes qui parcouraient la campagne siennoise dans l’intention de se laisser emporter par la réalité, de peindre des vues dépourvues de ces tons courtois, élégiaques et bucoliques qui, encore au milieu du XIXe siècle, transformaient tout paysage en une sorte d’idylle pastorale. De Tivoli, son frère Felice et d’autres trentenaires partageant les mêmes idées, pour la plupart des amis et des condisciples (Carlo Ademollo, Lorenzo Gelati, Francesco Saverio Altamura, Alessandro La Volpe et les deux fils de Károly Markó, Károly le Jeune et Andreas), avaient fondé ce qui allait entrer dans l’histoire sous le nom d’“École de Staggia”, du nom du village où ils s’installaient pour leurs sorties.

Serafino De Tivoli, Un pâturage, également appelé Un pâturage (1859 ; huile sur toile, 102 x 73 cm ; Florence, Galleria d'Arte Moderna di Palazzo Pitti - Uffizi Gallery)
Serafino De Tivoli, Un pâturage, également connu sous le nom de Pâturage (1859 ; huile sur toile, 102 x 73 cm ; Florence, Galleria d’Arte Moderna di Palazzo Pitti - Uffizi Gallery)

On ne soulignera jamais assez à quel point la Scuola di Staggia a été fondamentale pour le début de l’expérience des Macchiaioli. Pourtant, selon toute vraisemblance, la peinture macchia n’aurait jamais vu le jour sans l’impulsion vivifiante de Serafino De Tivoli et de ses collègues. Eux aussi, au début des années 1950, auraient obtenu les mêmes résultats que ceux que Nino Costa, indépendamment, obtenait à la même époque sur le littoral du Latium (lui-même s’installera plus tard en Toscane pour dialoguer avec eux et avec les futurs Macchiaioli), eux aussi réformaient la peinture de paysage, eux aussi doivent être considérés comme les pionniers italiens de la veduta moderne. De nombreux éléments ont pesé sur leur manque de fortune: le fait qu’ils soient peu représentés dans les musées, la dispersion de leurs œuvres dans les mille ruisseaux du collectionnisme, la très courte durée de leur expérience et le fait qu’elle ait été quelque peu écrasée par les innovations encore plus radicales des Macchiaioli. Pourtant, le caractère novateur de leur peinture reste là pour témoigner de l’importance loin d’être secondaire de leur activité, et le Pascolo de Serafino De Tivoli est l’un des produits qui le démontrent le mieux.

Un tableau “un peu plus grand qu’une vitre”, qui “consiste en un petit groupe d’arbres à gauche du spectateur: une colline forme l’horizon, un pré devant, avec deux vaches qui paissent”: C’est ainsi qu’Adriano Cecioni le décrit en 1884, en définissant le Pascolo de Serafino De Tivoli comme un tableau dont le sujet “ne pouvait être ni plus simple ni plus modeste” et qui “représente l’un des premiers essais d’un art naissant”, l’œuvre de Serafino De Tivoli.un art naissant“, l’œuvre d’un artiste ”doté de qualités bonnes mais non éminentes“, mais capable de faire passer cette vue pour ”un morceau de vérité vu de la fenêtre plutôt que peint sur une toile“. Cecioni ne reconnaissait pas à De Tivoli le caractère d’un profond innovateur, mais il le considérait comme un artiste très valable et, surtout, en affirmant avec certitude que ce pâturage de vaches pouvait facilement être un ”morceau de vérité vu de la fenêtre", il ne pouvait pas faire un meilleur compliment à son collègue de Leghorn. Car c’est précisément le résultat que recherchait De Tivoli: peindre un paysage crédible, un paysage réel.

Et c’est ce que nous observons dans le silence de cette campagne, sous un ciel que les premières lueurs du soleil commencent à éclaircir, avec à l’horizon des tons rosés qui colorent encore les nuages mais qui commencent à céder la place à une vague de bleu. Bien sûr, De Tivoli ne manque pas de se révéler comme un peintre qui, plus ou moins consciemment, même dans la recherche d’un vrai paysage, ne peut pas ne pas se soumettre à certaines règles de construction: Ainsi, les arbres à gauche servent de toile de fond et contribuent à encadrer la scène, les vaches occupent exactement le centre de la composition, les éléments célestes et terrestres occupent exactement les deux moitiés de la toile, les diagonales des ombres dialoguent avec les lignes verticales des plantes et des arbustes et avec les lignes horizontales des collines et du ruisseau (et notez le cadrage parfait des vaches dans ce schéma bien équilibré). Tout porte à réfléchir sur le raisonnement de l’artiste pour équilibrer correctement et élégamment sa composition. Il y a encore, comme l’écrit Francesca Dini, une “solennité ancienne” qui enveloppe ce tableau, et pourtant la nouveauté est partout, non seulement dans l’âme de ce paysage, mais aussi dans certains détails, à commencer par le mouvement des animaux eux-mêmes, puisque l’artiste, poursuit Francesca Dini, a toujours été à l’affût de ce qui se passait. l’artiste, écrit encore Dini, parvient à saisir “avec naturel le retournement de l’un d’entre eux vers la droite, dérangé peut-être par un bruit inattendu ou par la perception de la présence du peintre non loin de là”.

Sortir de l’atelier et peindre ce que l’on voit: telle est la leçon que Serafino De Tivoli et la Scuola di Staggia veulent transmettre aux peintres de l’époque. Ce Pascolo n’a pas manqué de faire parler de lui: il a été exposé au Promotrice Fiorentina de 1859, a reçu de nombreux éloges et a alimenté les débats sur la nouvelle peinture de paysage. Il ne s’agit sans doute pas d’un chef-d’œuvre, notamment parce que De Tivoli n’avait fait qu’apporter des suggestions françaises en Italie, en peignant une vue qui n’est pas sans rappeler celle de Constant Troyon ou de Rosa Bonheur, tout au plus plongée dans la chaude lumière de la campagne toscane. Il s’agit cependant d’une nouveauté qui ouvrira la voie aux peintres de Macchiaioli, qui apprécient les couleurs sobres, les inventions simples et l’exécution heureuse de Serafino De Tivoli. Costa lui-même reconnaît à De Tivoli le mérite d’avoir diffusé les idées françaises en Toscane. Signorini, qui expérimente pour la première fois la nouvelle peinture en 1859, le considère comme le père de la macchia. Il est également reconnu pour sa passion sans limite, comme l’écrira également Cecioni: ainsi, De Tivoli ne s’est peut-être pas distingué “par des tendances accentuées particulières”, mais il s’est certainement distingué “pour avoir aimé sincèrement l’art”.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.