Lorsque Palladio a conçu le Ponte Vecchio à Bassano


Le Ponte Vecchio (vieux pont) de Bassano, symbole de la ville vénitienne, a été détruit à plusieurs reprises par les crues du fleuve Brenta. Après l'une d'entre elles, le plus grand architecte de l'époque, Andrea Palladio, a été appelé pour le reconstruire.

Le 30 octobre 1567, une crue du fleuve Brenta détruisit le pont qui reliait le centre de Bassano au quartier d’Angarano: il s’agissait d’un pont très ancien, attesté pour la première fois en 1209, et en tout cas construit après 1157, d’après ce que l’on sait des documents. Il s’agissait d’un pont couvert en bois, auquel on accédait par une porte, et qui constituait une structure de liaison extrêmement importante pour la ville. Ce n’est pas la première fois que les eaux de la Brenta le détruisent, à tel point qu’en 1525, après une nouvelle inondation, le gouvernement de la ville envisage la construction d’un pont en pierre, pour revenir à l’habituel pont en bois en 1530. Lorsque le pont était détruit ou impraticable, la liaison entre une rive et l’autre était assurée par un véritable service de ferry que les habitants de Bassano ont mis en place en attendant que la ville rétablisse la fonctionnalité du pont. Après l’inondation de 1567, la ville décida toutefois de confier la reconstruction à l’un des plus grands architectes de l’époque, Andrea Palladio (Andrea di Pietro della Gondola ; Padoue, 1508 - Maser, 1580), qui était en quelque sorte un habitué de Bassano. L’histoire a été rappelée et explorée dans l’exposition Palladio, Bassano et le pont. Invention, histoire, mythe (aux musées civiques de Bassano del Grappa du 23 mai au 10 octobre 2021), qui se concentre en partie sur le rôle joué par le grand architecte vénitien dans la reconstruction du pont.

Nous savons que Palladio était en contact étroit, au moins depuis 1548, avec un noble local qui possédait une maison à Vicence, Giacomo Angarano (exactement comme le quartier rattaché au centre de Bassano), de dix-huit ans le cadet de l’architecte, mais un grand ami malgré la différence d’âge. Les rapports entre les deux hommes étaient très étroits: Angarano avança à Palladio une somme de 60 scudi d’or pour la dot de sa fille Zenobia (le contrat de mariage fut signé au Palazzo Angarano), l’architecte rendit hommage à son ami dans les Quattro Libri dell’Architettura (Quatre Livres de l’Architecture), et pour Angarano Palladio travailla sur au moins trois projets, à savoir un palais, une villa et un pont. Le palais ne fut jamais réalisé, tandis que la villa (c’est-à-dire la Villa Angarano Bianchi Michiel à Bassano) et le pont (le pont sur le torrent Cismon, situé à une trentaine de kilomètres au nord de Bassano: il se trouvait sur un terrain appartenant à la famille Angarano, qui avait voulu le construire pour accélérer les liaisons dans la région et percevoir un péage pour le franchir) furent achevés. Palladio était également connu pour son habileté à résoudre les problèmes hydrauliques et, dans son “curriculum vitae”, il se targuait déjà d’une expérience en matière de ponts, tant en bois qu’en maçonnerie, au moins depuis 1544. C’est justement en tant qu’expert en ponts que Palladio se retrouve invité par Angarano en 1566, et il est probable que la décision de la ville de confier à Palladio la reconstruction du pont soit également due à l’intervention de son noble ami.

Un paiement daté du 1er janvier 1568, connu au XVIIIe siècle par Tommaso Temanza, biographe de Palladio, pour lequel 28 lires ont été payées à l’architecte pour avoir proposé un “dessegno del ponte, de mandato de li spectabili sindaci” (un dessin du pont, par mandat des maires), est conservé. L’histoire des reconstructions de cette structure, écrit l’érudite Donata Battilotti dans le catalogue de l’exposition de Bassano, “voit un débat récurrent sur une reconstruction en maçonnerie ou en bois, de sorte que l’hypothèse de Temanza selon laquelle cela s’est également produit à cette époque et que Palladio a d’abord proposé un pont en pierre, poussé et soutenu par une partie de la classe dirigeante locale, semble raisonnable”. D’ailleurs, dans le premier des Quattro Libri, Palladio inclut le projet d’un pont en pierre sans préciser la destination mais en soulignant qu’il était “recherché par quelques gentilshommes” et en faisant comprendre au lecteur que l’œuvre n’a pas été exécutée. Il est néanmoins possible qu’il s’agisse d’un projet pour le pont de Bassano, car les dimensions de la structure correspondent à celles du fleuve Brenta à l’endroit où il le traverse, et “le choix de piliers plus robustes que les piliers ordinaires”.Battilotti explique que la structure est bien adaptée aux caractéristiques du fleuve, “qui est très rapide”, ce qui lui permet de résister “aux pierres et aux bois qui sont entraînés vers le bas par le fleuve”.

Andrea Palladio, Plan, profil et coupe transversale du pont de Bassano, dans
Andrea Palladio, Pianta, profilo e sezione trasversale del ponte di Bassano, in I Quattro Libri dell’Architettura di Andrea Palladio, Venetia, Dominico de’ Franceschi (Venise, 1570 ; volume imprimé, 310 x 215 mm ; Bassano del Grappa Biblioteca Civica, inv. II C 18). Volume ayant appartenu à Antonio Canova

Mais Palladio avait aussi l’expérience des ponts en bois, comme en témoigne l’histoire du pont sur le Cismon, qui était déjà praticable en 1552 (bien qu’il ait été détruit par une inondation une cinquantaine d’années plus tard). Pour le cours d’eau (dont on ne connaît toutefois pas l’emplacement exact), l’architecte a conçu un pont caractérisé par un “schéma structurel limpide”, écrit l’architecte Mario Piana: “sur la chaîne (composée d’un nombre indéterminé de poutres, peut-être trois, reliées entre elles par des consoles en forme de fléchette de Jupiter, comme c’était l’usage) reposent cinq colonnes, trois centrales majeures et deux latérales mineures. Aux extrémités de la charpente, deux jambes de force inclinées convergent vers la contre-chaîne ; six foudres intercalés en alternance entre le pied et le sommet des colonnes complètent le maillage triangulaire”. Les poutres du tablier étaient soutenues par des “harpes” (fers) que Palladio, dans le projet, décrit comme “faites pour passer à travers un trou pratiqué à cet effet dans les têtes desdites poutres, dans la partie qui avance au-delà des poutres qui font les rives”. Il s’agit, explique Piana, d’une “singularité constructive sans précédent”, conçue pour garantir que toutes les parties du pont se soutiennent mutuellement. Le pont sur le Cismon représentait l’un des sommets de la culture architecturale et technique de l’époque et a été pris comme modèle au cours des siècles suivants.

Le grand architecte est ensuite connu non seulement pour les projets qu’il a effectivement réalisés, mais aussi pour quelques idées grandioses qui sont malheureusement restées sur le papier: la plus célèbre d’entre elles est celle du pont du Rialto à Venise, pour lequel Palladio a dessiné deux plans, l’un trouvé sur une feuille de papier au Museo Civico de Vicenza, et l’autre publié dans les Quattro Libri. Mais plus qu’un pont, explique Guido Beltramini, commissaire de l’exposition du musée de Bassano avec Barbara Guidi, Fabrizio Magani et Vincenzo Tiné, il s’agissait pour Palladio d’un projet de réaménagement de toute la zone du Rialto, l’une des plus animées de la ville. D’après le matériel dont nous disposons, écrit Beltramini, il est possible de supposer “que le processus de conception de Palladio a commencé par une première solution de pont à cinq arches, permettant une montée progressive et plus facile”, et après avoir raisonné “sur l’impossibilité de réaliser deux places principales (à moins de démolir une vaste zone existante) mais sans vouloir réduire le nombre de boutiques, Palladio a pensé à les transférer sur le pont lui-même, en augmentant sa largeur, mais en le gardant à cinq arches”. C’est au cours de cette phase que l’artiste étudia des variantes pour les têtes du pont, dont il reste deux dessins, également conservés dans les musées de Vicence. Cependant, la solution à cinq arches rendait impossible la circulation des bateaux, et Palladio a donc dessiné un nouveau projet avec trois arches plus larges.

L’idée était cependant de créer un pont-piazza innovant, une sorte d’île artificielle qui pourrait être fréquentée par les habitants. Selon Beltramini, le projet du Rialto remonte à une rencontre entre Palladio et Giorgio Vasari (Arezzo, 1511 - Florence, 1574), qui eut lieu au printemps 1566: d’après l’érudit, les deux artistes discutèrent du projet, probablement à partir de la description d’un projet pour le Rialto rédigé par Giovanni Giocondo (Vérone, c. 1433 - Rome, 1515), que Vasari mentionne dans l’édition Giuntina des Vies, que l’historiographe d’Arezzo aurait publiée en 1568. Selon Beltramini, les deux hommes auraient discuté du projet de Giovanni Giocondo et cette discussion aurait incité Palladio à s’essayer à un projet personnel pour le pont du Rialto. Ce projet n’a cependant jamais vu le jour, si ce n’est dans le splendide tableau de Canaletto, conservé à la Pilotta de Parme, commandé au XVIIIe siècle par Francesco Algarotti: un capriccio vénitien avec le pont imaginé par Palladio.

Andrea Palladio, Progetto del Ponte sul Cismon, dans
Andrea Palladio, Progetto del Ponte sul Cismon dans I Quattro Libri dell’Architettura di Andrea Palladio, Venetia, Dominico de’ Franceschi (Venise, 1570 ; volume imprimé ; Vicence, musée Palladio). Œuvre non exposée


Andrea Palladio Pont du Rialto à Venise, élévation de l'élévation sur le Grand Canal (1566 ; pointe d'ivoire, plume et encre brune sur papier, 477 x 752 mm ; Vicenza, Museo Civico di Palazzo Chiericati, inv. D25 r)
Andrea Palladio, Pont du Rialto à Venise, élévation de l’élévation sur le Grand Canal (1566 ; pointe d’ivoire, plume et encre brune sur papier, 477 x 752 mm ; Vicenza, Museo Civico di Palazzo Chiericati, inv. D25 r)


Andrea Palladio, Pont du Rialto à Venise. Élévation d'une façade d'entrée (1566 ; pointe d'ivoire, plume et encre brune, rehauts et touches d'aquarelle sur papier, 500 x 425 mm ; Vicenza, Museo Civico di Palazzo Chiericati, inv. D20r)
Andrea Palladio, Pont du Rialto à Venise. Élévation d’une façade d’entrée (1566 ; pointe d’ivoire, plume et encre brune, rehauts et touches d’aquarelle sur papier, 500 x 425 mm ; Vicenza, Museo Civico di Palazzo Chiericati, inv. D20r)


Antonio Canaletto, Capriccio con edifici palladiani (vers 1750 ; huile sur toile, 58 x 82 cm ; Parme, Complesso monumentale della Pilotta, inv. 284)
Antonio Canaletto, Capriccio avec bâtiments palladiens (vers 1750 ; huile sur toile, 58 x 82 cm ; Parme, Complesso monumentale della Pilotta, inv. 284)

Pour en revenir à Bassano, aussi plausible que soit l’hypothèse selon laquelle Palladio aurait lancé l’idée d’un pont de pierre, un débat a dû s’ensuivre qui a donné lieu à d’autres propositions: “l’une d’entre elles”, explique Battilotti, “illustrée par un ingénieur anonyme à un conseil municipal plutôt sceptique, envisageait une audacieuse structure en bois à une seule travée reposant sur quatre échalas sans y être enchaînée, de manière à ne pas être emportée par le courant en cas de crue”. Finalement, le 31 mars 1568, la décision fut prise pour les lieux tels qu’ils étaient: le conseil municipal décréta que “ce pont serait reconstruit et construit de la même manière et dans la même forme que le précédent a été enlevé de la Brenta, avec les adjonctions qui conviendront aux protecteurs et aux ministres qui le construiront”. Il n’y a donc rien de nouveau: le pont suivra le précédent, probablement parce qu’il est moins coûteux et que la technique de construction est déjà largement éprouvée. Palladio se conforma donc à la décision et, en juillet 1569, il fit transporter à Vicence une maquette du pont, qui arriva après une année de travail au cours de laquelle la ville de Bassano s’était procuré les ressources et le bois nécessaires à la construction, pour laquelle fut nommé surintendant le charpentier vicentin Battista Marchesi, qui avait déjà travaillé à Vicence sur la basilique et la coupole du Dôme, et dont le nom avait été préconisé avec certitude par Angarano et peut-être aussi par Palladio.

Après le début des travaux, l’architecte revint au moins une fois à Bassano: sa dernière visite documentée date du 26 octobre 1569, date à laquelle Palladio reçut un paiement de 33 lires et 16 soldats “per el modelo” et pour “veder la fatura del ponte”. En fin de compte, le pont était tout à fait semblable à son prédécesseur: quatre travées d’éperons au-dessus du fleuve et un toit en pente, soutenu par des colonnes toscanes. Le rôle le plus “innovant” de Palladio, explique Battilotti, s’est toutefois exprimé dans l’introduction de nouvelles solutions techniques et structurelles.

Sebastiano Lovison, Ponte Vecchio di Bassano (1826 ; burin, 330 x 430 mm ; Bassano del Grappa, Museo Civico, INC. BASS. 392)
Sebastiano Lovison, Ponte Vecchio di Bassano (1826 ; burin, 330 x 430 mm ; Bassano del Grappa, Museo Civico, INC. BASS. 392)


Sebastiano Lovison, Intérieur du Ponte Vecchio à Bassano (1826 ; burin, 330 x 430 mm ; Bassano del Grappa, Museo Civico, INC. BASS. 393, dédié à Casarotti)
Sebastiano Lovison, Intérieur du Ponte Vecchio di Bassano (1826 ; burin, 330 x 430 mm ; Bassano del Grappa, Museo Civico, INC. BASS. 393, dédié à Casarotti)


Le Ponte Vecchio à Bassano aujourd'hui. Photo de Patrick Denker
Le Ponte Vecchio à Bassano aujourd’hui. Photo de Patrick Denker


Le Ponte Vecchio à Bassano aujourd'hui
Le Ponte Vecchio de Bassano aujourd’hui

Même le pont de Palladio n’a pas survécu à la furie de la Brenta, mais il a tenu bon pendant deux siècles jusqu’à ce que, le 19 août 1748, il soit emporté par une nouvelle crue violente, à laquelle l’érudit vénitien Gasparo Gozzi a également consacré un poème: “Cela fait six jours et plus, que main après main / Je n’ai pas d’autre nouvelle dans la tête. / Dans les montagnes, il y a eu un si grand orage, / Et tant de pluie est tombée sur la plaine, / Qu’elle a détaché le pont de Bassano, / Et l’a emporté comme une corbeille. / J’ai toujours cinquante personnes derrière et devant, / Qui me disent: ha’ tu udito? Qu’est-ce que c’était? / Je leur réponds plein de colère et de dépit / Le pont de Bassano est ruiné / Le pont de Bassano, pauvre chose / Le pont de Bassano est noyé”. Après la catastrophe, seul l’éperon en amont de la deuxième pile est resté debout: tout le reste a été emporté par le fleuve le long des berges. La même histoire se répète: on discute de la reconstruction et, en attendant, d’un service de ferry entre les deux rives. Une fois de plus, on opta pour une reconstruction fidèle, confiée à Bartolomeo Ferracina, d’autant plus que le projet de Palladio était conservé et qu’il fut possible de le suivre à la lettre: le nouveau pont fut inauguré en septembre 1751.

Depuis cette année-là, le pont a été détruit à deux reprises, mais non par l’effet de la nature, mais par la main malheureuse de l’homme: en 1813, en effet, le vice-roi Eugène de Beauharnais a donné l’ordre de l’incendier pendant la guerre austro-française (il a été reconstruit en 1821 par Angelo Casarotti) et, après avoir traversé indemne la Première Guerre mondiale, il a été détruit entre février et avril 1945. D’abord endommagé lors d’une attaque organisée par des partisans sous la direction des Alliés (et au cours de laquelle une femme et un jeune garçon perdirent la vie) pour perturber le retrait des troupes allemandes (qui, en représailles, fusillèrent trois partisans en prison sur ce même pont), il fut ensuite définitivement rasé par les nazis en fuite. Il fut reconstruit immédiatement après la guerre, toujours selon le projet de Palladio: et comme parmi les ouvriers qui le reconstruisirent il y avait aussi beaucoup de ceux qui avaient servi parmi les Alpini pendant la guerre (outre le fait que l’Association nationale des Alpes intervint de manière substantielle pour contribuer à la reconstruction), depuis lors le pont de Bassano est également connu sous le nom de “Ponte degli Alpini” (pont des Alpini). Aujourd’hui, nous pouvons le considérer presque comme un symbole de l’art et de l’ingéniosité humaine qui ne s’arrête pas face à la calamité ou à l’action destructrice et inconsidérée de l’homme.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.