Blu annule ses œuvres bolognaises: le geste fait-il partie de l'œuvre d'art?


Le célèbre artiste de rue Blu a annulé ses travaux à Bologne en raison de la controverse suscitée par l'exposition d'art de rue: un geste qui s'apparente à une œuvre d'art? Nous y réfléchissons.

Au début de l’année, Christian Omodeo, commissaire de la très contestée exposition sur le street art à Bologne qui sera inaugurée le 18 mars au Palazzo Pepoli, a été interviewé par Artribune à propos de la controverse née autour d’une exposition qui, comme le savent ceux qui en ont suivi les événements, a également été alimentée par l’apport de certaines œuvres détachées des murs sur lesquels elles se trouvaient. Omodeo, en défendant son travail (et en tentant ainsi de justifier les déchirures), s’est exprimé sur le fait que les “gens” du street art sont contre la muséalisation des œuvres de cette manière: “sans nous en rendre compte, nous validons des micro-muséalisations de l’espace public, sans vraiment nous demander s’il est judicieux de cristalliser des portions entières de la ville pour sauver un art qui pense désormais l’éphémère plus comme un outil de marketing que comme un porteur de sens”.

Au cours des dernières heures, Blu, l’un des artistes de rue les plus connus au monde, en conflit ouvert avec l’organisation de l’exposition, a retiré ses œuvres des murs de Bologne. La raison de ce geste a été amplement expliquée dans un article de Giap, le blog du collectif Wu Ming auquel, comme le rappelle Michele Smargiassi dans Repubblica, Blu a confié la tâche de divulguer ses intentions: "Face à l’arrogance de propriétaire ou de gouverneur colonial de ceux qui se sentent libres d’enlever même les dessins des murs, il ne reste rien d’autre à faire que de les faire disparaître. Agir par soustraction, rendre l’accumulation impossible. [...] Cet acte est réalisé par ceux qui n’acceptent pas la énième soustraction d’un bien collectif de l’espace public, la énième clôture et le ticket à payer. Il est accompli par ceux qui n’acceptent pas de céder leur emploi aux puissants de toujours en échange d’une place dans le bon salon de la ville. Elle est accomplie par ceux qui font clairement la différence entre ceux qui détiennent l’argent, la fonction et le pouvoir, et ceux qui apportent la créativité et l’ingéniosité à la table. Elle est le fait de ceux qui savent encore distinguer le bon chemin de la facilité.

Face au geste de Blu, nombreux sont ceux qui ont tenté de s’opposer. Il y a ceux qui lui reprochent d’avoir ainsi contribué à rendre service à l’exposition et à ses organisateurs (la société Genus Bononiae, présidée par Fabio Roversi Monaco) en lui faisant de la publicité. D’aucuns lui opposent que ce n’est pas la première tentative de muséalisation d’un art par nature éphémère. Christian Omodeo s’est insurgé contre le fait que Blu ne parle pas des larmes dans ses œuvres. Et certains ont reproché à l’artiste de priver la communauté d’une œuvre d’art que le public pourrait continuer à apprécier.

Attivisti cancellano opera di Blu
Des activistes suppriment l’œuvre de Blu. La photo est tirée de ArtsLife, où l’on peut lire un excellent article du directeur, Paolo Manazza, sur le sujet.

Sans vouloir entrer dans le fond des différents arguments qui ont été soulevés contre l’action de Blu, sur lesquels on pourrait discuter pendant des heures sans parvenir à un terrain d’entente qui puisse rassembler tout le monde, je voudrais me limiter à fournir quelques clés pour évaluer son geste, en partant précisément de la dernière des objections énumérées ci-dessus: parce qu’elle est peut-être la plus controversée et la plus difficile, et parce que c’est surtout de ce point de vue que le geste de Blu peut paraître difficile à digérer par ceux qui ont apprécié ou aimé ses œuvres à Bologne. Il y a quelques semaines, deux des plus grands experts italiens du street art, Fabiola Naldi et Claudio Musso, ont été interviewés, toujours par Artribune, sur le thème “street art et déchirures”. Des propos des deux critiques, on retient qu’"il existe des pratiques artistiques qui naissent avec l’intention précise de ne pas être durables ou qui s’exposent à la périssabilité, et cela ne concerne pas seulement l’art urbain et peut aussi être compris comme l’intention même de l’œuvre: la solution ne peut pas être seulement la conservation a priori. Le street art n’a pas pour vocation de laisser des œuvres à l’admiration de ceux qui viendront après nous (mais aussi de ceux qui sont là maintenant), ni de sortir les quartiers de banlieue de la décrépitude. Bien sûr: un quartier qui s’enorgueillit de posséder un mur sur lequel a été créée une œuvre d’un artiste de renommée internationale ne peut que bénéficier d’une telle présence. Et l’attitude culturelle de la grande majorité des amateurs d’art et des initiés, fortement encline à la préservation, ne peut que nous mettre mal à l’aise face à la perte d’une œuvre dont nous aurions aimé qu’elle continue à orner le mur d’un bâtiment. Mais la valeur esthétique que l’œuvre de street art a pour les observateurs, ou la fonction qu’elle joue dans le destin d’un quartier, ne sont que des conséquences secondaires.

Le street art est un art de la critique sociale et de la dénonciation, c’est un art de la contestation, c’est un art qui se heurte à l’establishment (et le fait qu’il s’accommode souvent de l’establishment ne peut et ne doit pas effacer les origines d’une pratique qui est née pour briser le moule et qui est née, comme son nom l’indique, dans la rue, et non entre les murs confortables des immeubles de la haute société), et c’est un art dans lequel le travail de l’artiste se caractérise par uneextrême liberté. On pourrait dire que l’art de la rue a perdu de son mordant et a été en partie soumis à la logique du système contre lequel il entend s’élever. Mais la liberté de l’artiste consiste aussi à vouloir préserver l’authenticité d’une pratique artistique, contre la privatisation et contre l’entêtement (qui, selon beaucoup, se traduit par de l’arrogance) de ceux qui veulent soumettre encore plus le travail des artistes de rue à la logique de la commercialisation et de l’exploitation intensive de l’art. Par conséquent, l’effacement de l’ œuvre d’art peut être lu comme une partie de l’œuvre d’art elle-même, comme une continuation de son sens, comme une extension du message qu’elle veut adresser au public. Je crois que ceux qui pensent que, désormais, nous ne verrons plus que des murs gris à la place des murs autrefois ornés par les œuvres de Blu ne peuvent pas être exempts de critiques: parce que, désormais, nous verrons des murs qui ont une histoire encore plus longue à raconter, et peut-être tout aussi importante que celle que l’œuvre d’art aurait pu raconter avant d’être enlevée. Nous verrons des murs qui parlent d’un geste douloureux et désespéré (Blu a certainement réfléchi longuement et douloureusement avant de prendre une telle décision), mais néanmoins noble, comme l’a défini l’historien de l’art Fabrizio Federici sur sa page Mo(n)stre, et même romantique, et partagé par la plupart des citoyens des quartiers où se trouvaient les œuvres de Blu. Des citoyens qui se sont armés de grattoirs pour effacer les œuvres, de rouleaux et de peinture pour recouvrir les murs vides de gris mélancoliques.

Certains parlent de dégâts, d’autres de provocation, d’autres encore d’une opération de marketing. Ce qui est certain, c’est que nous sommes face à un geste qui pose plusieurs questions: sur l’opportunité d’institutionnaliser ou non un art qui est né contre les institutions, sur les contradictions d’un système qui d’un côté punit les artistes et de l’autre voudrait les impliquer, sur la faim vorace d’un capitalisme qui voudrait engloutir même les formes d’expression qui s’opposent fortement à sa logique, sur l’assujettissement continu de l’art aux raisons exclusives du profit, sur le rôle que la culture doit assumer dans notre société. Il s’agit là de thèmes centraux dans le débat culturel de notre époque, et Blu nous l’a rappelé avec force par son geste. Le Bologne d’aujourd’hui est-il plus laid, comme beaucoup l’ont dit? Je ne sais pas, tout comme je ne sais pas s’il y aura des figures qui sortiront victorieuses de cette affaire: je peux cependant dire que Bologne, et toute l’Italie, sont à partir d’aujourd’hui peut-être plus conscientes de l’importance que l’art doit jouer pour nous tous.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.