Foule aux Musées du Vatican: épisode isolé (et grave), mais instrumentalisation honteuse


Le rassemblement dans les musées du Vatican était grave, mais il s'agissait d'un incident isolé dû à une erreur humaine, qui sera corrigée. Mais l'instrumentalisation risque de nuire gravement au monde de la culture et du tourisme. Voici pourquoi.

Nous sommes attristés que la “dénonciation” faite par un guide touristique via les médias sociaux à propos de la foule de samedi dernier dans les salles Raphaël des Musées du Vatican ait été utilisée par la presse et la télévision pour des articles scandaleux et apocalyptiques. Un seul rassemblement temporaire dans un musée risque de nuire à l’ensemble du secteur, qui est déjà à genoux. Pour les guides, les musées et les monuments sont leur lieu de travail: de ceux que nous avons la chance d’illustrer quelques fois dans notre vie parce qu’ils sont rarement demandés, à ceux dans lesquels nous entrons et sortons quotidiennement, parfois deux ou même trois fois par jour, comme les Musées du Vatican pendant la haute saison jusqu’en 2019. C’est précisément parce que nous “vivons” les musées que nous sommes en mesure de témoigner par expérience, sur notre propre peau, avec précision, des conditions de chaque musée en Italie, avant et après la période soviétique.

Nous pouvons donc affirmer avec certitude que les musées, au cours des mois qui se sont écoulés entre la première fermeture et la seconde en novembre de l’année dernière, ont été parmi les lieux les plus sûrs d’Italie. Grâce aux règles très strictes établies par les agents de sécurité, ils étaient si sûrs qu’il était difficile d’y entrer, et encore plus d’y travailler. Pendant que les Italiens s’allongeaient sur les plages les uns contre les autres, pendant qu’ils prenaient l’apéritif sur les places de la movida en bavardant et en riant avec leurs visages non masqués à quelques centimètres de distance, pendant qu’ils voyageaient dans les bus et dans le métro, les visiteurs des musées circulaient dans des salles désertes de plusieurs mètres carrés pour chaque individu. Nul ne sait pourquoi, mais la réglementation sur les mètres carrés qui s’applique aux bus ne s’applique pas aux musées, où la surface minimale pour chaque être humain doit être environ cinq fois supérieure à celle autorisée dans les transports. Comme si le fait de parler d’art et d’archéologie contribuait à propager le virus. L’année dernière, certains des musées les plus célèbres du monde ont autorisé des visites guidées pour un maximum de 5 personnes, alors que dans d’autres, les visites n’ont jamais été autorisées depuis le début de la pandémie. En revanche, dans de nombreux musées (ne serait-ce que pour les visiter, sans même parler), nous jouions au Monopoly: dans la salle/boîte 1, vous entrez avec 5 personnes, dans la salle/boîte 2, seules 2 personnes peuvent entrer, puis les 3 autres entrent et se rendent directement dans la salle/boîte 3. Les musées et monuments italiens sont restreints depuis un an: le numéro fermé imposé depuis le début de l’ère post-covide empêche tout rassemblement.

Que s’est-il passé samedi après-midi aux Musées du Vatican ? Il y a eu un rassemblement dans une partie spécifique du complexe (les salles Raphaël, de dimensions modestes), qui a duré environ une demi-heure, selon le témoignage de dizaines de guides présents à des moments différents. Il n’est pas vrai qu’il y ait eu trop de billets vendus, car jusqu’à il y a deux ans, la structure accueillait cinq fois le nombre de personnes présentes le samedi. A tel point que le samedi précédent, aucun problème ne s’était produit. Il s’agit d’une erreur humaine dans la gestion des flux, mais une fois détectée, elle est corrigée. Les erreurs et les foules peuvent se produire (et se sont produites) n’importe où, même au Parlement.

Musées du Vatican, cour octogonale, photo prise le mardi 16 février à 14h30
Musées du Vatican, cour octogonale, photo prise le mardi 16 février à 14h30


Musées du Vatican, cour octogonale, photographie prise le mardi 16 février à 15 heures.
Musées du Vatican, cour octogonale, photo prise le mardi 16 février à 15 heures.

Tout rassemblement est grave en situation de pandémie, qu’il dure 1 minute ou 4 heures. Mais nous trouvons honteux d’instrumentaliser un seul épisode face aux musées vides dans toute l’Italie, aujourd’hui et en 2019. Déjà la décision de les rouvrir seulement du lundi au vendredi, quand presque aucun résident ne peut les visiter, était blessante. Nous avons réclamé, nous mais aussi des personnalités bien plus prestigieuses que nous, notamment d’éminents universitaires et des directeurs de musées importants, l’ouverture des musées le samedi et le dimanche. Les couleurs sombres et les phrases alarmistes utilisées tant par ceux qui ont rapporté le rassemblement aux médias que par les journalistes qui les ont reprises et accentuées, les faisant même rebondir sur la presse étrangère, portent davantage préjudice au monde du patrimoine culturel qu’une fermeture. Ils véhiculent le message que les musées sont des lieux dangereux du point de vue des règles sanitaires, alors que c’est exactement le contraire. Et ils transmettent ce message au public et à l’étranger.

Les musées du Vatican ont le mérite d’être la seule institution, dans cette période, à avoir rouvert un samedi, lors du lockdown de tous les sites “italiens” ; le seul musée où les Romains ont pu se rendre le 13 février, témoignant entre autres de la nécessité et du désir des Italiens de reprendre possession de leur patrimoine culturel. Depuis l’année dernière, lors de sa réouverture, le musée s’est doté de règles précises pour se conformer aux réglementations sanitaires. Et ils font partie des rares institutions (à Rome, seul le parc archéologique du Colisée se distingue) qui ont assuré des niveaux de sécurité sanitaire sans nuire au travail des professionnels du tourisme, tels que les guides.

Ceux qui ont pointé du doigt un seul épisode feraient bien de réfléchir à l’atteinte à l’image que certaines phrases et certains articles causent à l’ensemble du monde de la culture et, surtout, à l’Italie. Au moment où la crise a privé de revenus 25 000 guides et autant d’accompagnateurs, ainsi que des dizaines de milliers de travailleurs du secteur touristique (employés des agences et des tour-opérateurs, hôtels, etc.), publier dans les journaux des photos avec des phrases de fin du monde face à un épisode isolé et facilement résolu est la chose la plus stupide et la plus nuisible que l’on puisse faire à l’encontre du pays tout entier. Il y a des gens qui, depuis un an, consacrent chaque minute de leur vie à l’amélioration du secteur et à la mise en évidence de la sécurité des lieux culturels en général et des lieux italiens en particulier.

Nous tous, en tant que citoyens, et en particulier nous, guides en tant que professionnels de la culture, devons faire de notre mieux pour éviter que des situations à risque ne se produisent ; lorsque c’est le cas, nous devons certainement et immédiatement les signaler aux organes compétents afin qu’elles ne se répètent pas. Cependant, le sensationnalisme et les tons qui ont marqué cette affaire ont pour seule conséquence d’éloigner les citoyens des lieux de culture et de donner à notre pays une image négative que nous porterons avec nous longtemps après la fin de la pandémie.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.