Sur les peintures du Castelvecchio: le gouvernement ne s'intéresse peut-être pas à l'art


Depuis le mois de mai, les œuvres volées au musée Castelvecchio de Vérone sont retenues en Ukraine et attendent d'être restituées. Réflexions sur un chef-d'œuvre d'incompétence diplomatique.

J’ai lu avec une consternation et un dégoût croissants les nouvelles concernant la restitution des tableaux appartenant au musée Castelvecchio de Vérone, volés en novembre de l’année dernière, retrouvés en Ukraine, et qui attendent depuis des mois d’être rendus à l’Italie. Perplexité et dégoût parce que les tableaux ont passé plus de temps entre les mains des institutions ukrainiennes qu’entre celles des voleurs. Consternation et dégoût face aux silences et à l’incapacité des institutions italiennes face à une affaire qui a pris des allures de farce et qui pourrait même prêter à rire, s’il ne s’agissait pas de tableaux parmi les plus importants de notre patrimoine artistique. Désarroi et dégoût parce qu’aujourd’hui encore, presque exactement sept mois après la découverte, nous n’avons toujours pas d’indications précises sur la date à laquelle les œuvres de Castelvecchio pourront regagner leur demeure.

Hier, l’ambassadeur ukrainien en Italie, Yevhen Perelygin, a annoncé lors d’une réunion à Vérone que les œuvres retourneraient en Italie “d’ici la fin du mois de décembre”. Nous avons cependant de bonnes raisons d’accueillir avec réserve l’annonce de l’ambassadeur, étant donné que toutes les annonces faites jusqu’à présent n’ont pas produit les effets escomptés. Dans un premier temps, il semblait que les tableaux devaient retourner à Vérone en juillet. En juillet, cependant, le sous-secrétaire aux affaires étrangères a fait savoir qu’une réunion officielle était en préparation entre le Premier ministre Matteo Renzi et le président ukrainien Petro Porochenko et que les tableaux reviendraient à l’automne. Pour être précis, ils reviendraient en novembre, a assuré Renzi lui-même. En fait, l’intention était (et est toujours) de présenter le retour dans le cadre d’une cérémonie officielle avec une rencontre entre Renzi et Poroshenko. Le problème, semble-t-il, est qu’il est très difficile de trouver une date qui puisse faire coïncider les engagements de Renzi et de Porochenko. De plus, il y a le référendum: il est impossible, nous disent les journaux, que Renzi trouve le temps de penser à la rencontre avec Porochenko et à la restitution des tableaux, pris qu’il est par cette campagne référendaire vide, ennuyeuse, autoréférentielle et irritante qui monopolise l’information depuis des semaines et, semble-t-il, aussi les engagements des personnalités institutionnelles.

Quelques-unes des œuvres volées au musée du Castelvecchio
Quelques-unes des œuvres volées au musée de Castelvecchio. Liste complète avec photos sur ce lien

Et ne parlons pas de la figure évanescente de Dario Franceschini, ministre des Biens culturels (l’un des pires de l’histoire) qui ne s’est jamais engagé sérieusement à restituer les tableaux à l’Italie. Au contraire, il n’a pas prononcé un seul mot dans les jours qui ont suivi le vol et a donc été sévèrement critiqué. Mais Franceschini ne semble pas du tout affecté par les critiques: au contraire, son comportement est toujours voué à l’absence (une absence qui pèse lourd, étant donné que c’est censé être le tour du ministre compétent de s’occuper personnellement d’une affaire concernant des œuvres volées), et au désintérêt total, à l’exception de quelques timides et sporadiques déclarations rituelles, comme les habituels remerciements circonstanciels aux autorités après la découverte. Et l’on se demande quelle devrait être la priorité d’un ministre des biens culturels si ce n’est la restitution de pas moins de dix-sept tableaux volés dans l’un des musées les plus importants d’Italie: il s’agit d’œuvres de Pisanello, Mantegna, Tintoret. Et que dire du maire de Vérone, Flavio Tosi, qui a même accordé de façon grotesque la citoyenneté honoraire à Porochenko? La gestion de l’affaire par les autorités italiennes a été pour le moins incohérente et maladroite, avec pour conséquence que l’image de l’Italie en a souffert, puisque nos institutions sont apparues, dès le début, à la merci des événements, confuses, sans pouls, incapables de prendre des mesures diplomatiques incisives pour accélérer le processus de restitution. Et dire qu’en juillet, l’affaire avait déjà été qualifiée de"gâchis international": à l’époque, deux mois seulement s’étaient écoulés depuis la découverte, alors maintenant que sept mois se sont écoulés, quel terme devrions-nous adopter pour définir cette situation honteuse? Un faux pas historique? Un délire colossal? Une démonstration évidente d’incompétence diplomatique absolue? Une déclaration manifeste de désintérêt pour l’art?

Le fait est qu’il a fallu que les citoyens maintiennent l’attention à un niveau élevé. À Vérone, bien sûr, la question est très présente et il faut dire que l’amour que les Véronais portent à leurs œuvres est exemplaire. Un appel signé par un millier de personnes a été envoyé au ministre des biens culturels et à l’ambassadeur d’Italie en Ukraine. Il y a eu un avocat véronais qui a porté plainte contre Porochenko pour détournement de fonds et recel (une plainte à peine plus que symbolique mais qui a eu le mérite de faire parler d’elle). Certains, dans les médias et sur les réseaux sociaux, ont tout fait pour informer et consacrer de l’espace à l’incident afin de ne pas baisser la garde et de maintenir la pression pour une résolution rapide.

Mais au-delà de tout cela, nous avons des raisons de craindre que l’échéance de fin décembre à nouveau fixée dans ces heures ne soit qu’une annonce de plus à prendre avec des pincettes: s’il est vrai que la restitution des œuvres a été subordonnée (de manière totalement improvisée, à mon avis) à l’agenda de Matteo Renzi et à une future réunion qui ne peut désormais qu’apparaître, pour nous citoyens, hypocrite et moqueuse, il y a le risque d’attendre encore longtemps, puisque le Premier ministre ne semble pas avoir inclus les œuvres de Castelvecchio parmi ses priorités. Ce n’est pas surprenant si l’on pense que le gouvernement Renzi, avec sa réforme du ministère des Biens culturels, restera dans l’histoire du secteur comme celui qui a porté les coups les plus durs à la protection, à la conservation et aussi à la valorisation du patrimoine. Et le fait que ce gouvernement, son premier ministre et son ministre du patrimoine culturel ne se soucient guère de l’art n’est qu’un symbole clair de l’effondrement vers lequel le secteur du patrimoine culturel semble se diriger.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.