Ministre Bonisoli : "la manœuvre populaire augmente l'investissement dans la culture".


Déclarations du ministre des Biens culturels, Alberto Bonisoli, au lendemain de l'approbation de la manœuvre au Sénat.

’La manœuvre du peuple ne pouvait passer que par des augmentations et des investissements dans la culture’. C’est ce qu’affirme le ministre du Patrimoine culturel, Alberto Bonisoli, dans un post publié hier sur sa page Facebook, quelques heures après l’approbation du projet de loi de finances 2019 au Sénat(ici étude approfondie avec liste de toutes les mesures concernant la culture).

“La culture, explique Bonisoli, nous fait grandir et nous rend libres et indépendants, c’est-à-dire qu’elle nous fait penser par nous-mêmes. La culture génère également de l’argent et investir dans ce secteur devient stratégique pour notre pays en raison de tout ce qui l’entoure. Nous n’en sommes qu’au début, mais les investissements dans ce secteur sont destinés à croître davantage dans les années à venir”. Sur le travail des six premiers mois de gouvernement, le ministre précise : “Je pourrais vous dire ce que nous avons fait dans les six premiers mois de travail, et je me limiterai à mentionner les billets à deux euros pour les jeunes de 18 à 25 ans et l’augmentation des journées gratuites dans les musées et les sites archéologiques, ou le début de la procédure pour le musée de la mode et du design, mais aujourd’hui je veux vous dire combien d’autres bonnes choses nous avons incluses dans la loi de finances en faveur de la culture”. Voici donc les aspects positifs de la manœuvre, dans le domaine de la culture, selon Bonisoli : "Nous avions des urgences à gérer, qui nous ont été léguées par nos prédécesseurs. Tout d’abord, le recrutement. Trop de nos employés sont partis à la retraite ces dernières années sans être remplacés, si bien que sans un plan spécifique, nous aurions été contraints de fermer nombre de nos excellences. Ainsi, 1 000 nouveaux emplois seront créés d’ici 2021, et 100 autres le seront par la reconduction d’une ancienne liste de classement. Un prochain décret prévoira toutefois d’autres recrutements dans le cadre de la rotation, c’est-à-dire pour remplacer les départs à la retraite. Une autre priorité pour moi est la sécurisation des sites, pour laquelle la manœuvre prévoit l’investissement le plus important jamais consenti par ce ministère en matière de lutte contre les incendies. Il s’agit de 109 millions d’euros.

Viennent ensuite des considérations sur les problèmes que le ministre considère comme prioritaires : “Au cours des six premiers mois de mon travail au sein de ce ministère, j’ai cherché à comprendre quels étaient les problèmes critiques auxquels il fallait s’attaquer. En bref, où il fallait que l’État fasse un effort pour faire croître un secteur particulier ou pour l’empêcher de mourir. Nous avons investi dans certaines réalités, mais soyez assurés que notre travail ne s’arrête pas là et que, dans les années à venir, nous interviendrons avec d’autres investissements. Tout d’abord, je me suis rendu compte que le fonds unique pour les arts du spectacle risquait de s’effondrer, et nous l’avons donc augmenté de 8 millions d’euros. Les fondations lyriques et symphoniques, auxquelles nous avons alloué 12,5 millions pour commencer à rembourser les dettes, sont encore plus mal en point. Mais nous leur avons aussi demandé ce que l’on appelle dans le jargon un business plan pour sortir de l’endettement. Par ailleurs, 4 millions seront consacrés à l’ensemble du système audiovisuel”.

Quant aux autres investissements, “nous avons également alloué, précise le ministre, deux millions d’euros à la ville de Matera, qui sera, avec Plovdiv, en Bulgarie, la capitale européenne de la culture en 2019. Nous avons confirmé la prime à la culture pour tous ceux qui sont nés en 2001. Nous avons affecté 4 millions d’euros à la numérisation, un domaine important à notre époque, pour permettre à tous les chercheurs d’admirer nos œuvres d’art en détail. Nous avons également prévu 3 millions pour la promotion de l’art contemporain à l’étranger, qui sera gérée directement par la Mibac. Nous avons prévu un million pour l’Aquila, afin de l’aider à se remettre sur pied grâce à des initiatives culturelles, et deux millions pour les autres régions touchées par le tremblement de terre de ces dernières années. Un autre million est destiné à des projets axés sur la tradition des chorales et des orchestres dans notre région. Enfin, 3,5 millions seront consacrés à la valorisation et à la promotion des arts appliqués, notamment dans le domaine de la mode et du design”, a-t-il précisé.

Enfin, avant de remercier les parlementaires du Mouvement 5 étoiles “pour leur grand travail”, le ministre a conclu en disant que “la manœuvre populaire ne pouvait pas oublier ceux qui se sentent souvent moins considérés. Les habitants des banlieues ont trop souvent été oubliés. Nous, au contraire, nous avons voulu valoriser leur expérience. Mon ministère consacrera 2 millions d’euros pour soutenir des interventions en faveur du réaménagement et de la réhabilitation des banlieues urbaines, y compris par le biais de projets d’art contemporain”.

Sur la photo : Alberto Bonisoli

Ministre Bonisoli :
Ministre Bonisoli : "la manœuvre populaire augmente l'investissement dans la culture".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.