Comme dans une peinture du XVe siècle : Cetona, le village aimé de Berenson


Le grand Bernard Berenson disait qu'il n'y a que deux endroits en Italie qui ont conservé l'esprit du XVe siècle : Asolo en Vénétie et Cetona en Toscane. Cetona, en particulier, se trouve dans une région qui a peu changé au fil du temps. Il en va de même pour le village.

Bernard Berenson, le grand historien de l’art, a dit qu’il n’y a que deux endroits en Italie qui ont conservé intact l’esprit du XVe siècle. L’un est Asolo, en Vénétie. L’autre est Cetona, en Toscane. Cependant, les choses ont beaucoup changé à Asolo au cours des dernières décennies, et l’industrialisation a en partie modifié le paysage entourant la ville où Bembo a situé son Asolani. Cetona, en revanche, s’est un peu mieux préservé, et il n’est donc pas compliqué d’en tirer les conséquences. Il n’est pas non plus difficile de comprendre pourquoi Berenson aimait le paysage de Cetona, encore relativement intact et épargné par le tourisme de masse : à Cetona, il n’y a pas les Américains et les Japonais qui, par beau temps, affluent dans les rues de Sienne, de Pienza et de Montepulciano, ou font le tour de toutes les caves du Chianti possibles et imaginables. Tout au plus y trouve-t-on quelques acteurs célèbres : dans les années 1970, Cetona a été surnommée “Little Hollywood”, compte tenu du nombre de personnes qui la fréquentaient. Et son centre historique n’a pas été dénaturé ou défiguré. Au contraire : dans de nombreuses rues étroites du centre, on a presque l’impression que la modernité n’est jamais arrivée ici.

Le long des côtes, les rues pavées appelées ainsi parce qu’elles montent vers le sommet de la colline sur laquelle se trouve Cetona, les maisons basses en pierre du rione delle Monache, le quartier au pied de la Rocca, sont restées ainsi pendant des siècles. Et à l’approche de la place principale, le grand élargissement construit au XVIe siècle par le marquis Gian Luigi Vitelli, les maisons de pierre cèdent la place aux élégantes façades des palais de la Renaissance, avec leurs pierres de taille régulières, leurs pierres d’angle et leurs portails décorés. La grande place, dédiée à Garibaldi, semble presque une présence étrangère, étant donné sa taille : elle est énorme par rapport au village, mais, à l’époque, le marquis voulait transformer l’ancien bourg en lui donnant une grande entrée à l’aspect imposant et monumental. Et c’est autour de la Piazza Garibaldi que se concentre aujourd’hui la vie du village. Elle est si grande que deux églises s’y dressent, ce qui est inhabituel pour un village de deux mille habitants. L’une des deux églises est celle de San Michele Arcangelo, la plus ancienne du village, située dans un coin caché de la place : l’année de sa fondation est 1155, bien qu’aujourd’hui elle se présente au voyageur sous sa forme du XVIIe siècle. Elle date, en somme, de l’époque où l’on trouve les premières attestations du village.

Le paysage de Cetona. Ph. Crédit Office de tourisme de Cetona
Le paysage de Cetona. Ph. Crédit Office du tourisme de Cetona


Le Mont Cetona en hiver
Le mont Cetona en hiver. Ph. Crédit


Le paysage de Cetona. Ph. Crédit Office de tourisme de Cetona. Ph. Crédit Ketil
Le paysage de Cetona. Ph. Crédit Office du tourisme de Cetona. Ph. Crédit Ketil


Vue de Cetona
Vue de Cetona. Ph. Crédit


Piazza Garibaldi. Ph. Crédit Office du tourisme de Cetona
Piazza Garibaldi. Ph. Crédit Office du tourisme de Cetona

La première mention dans un document remonte à 1207, lorsque Cetona est mentionné comme un château sous la domination du comte Ildobrandino. Longtemps disputée entre Orvieto et Sienne, Cetona fut conquise par Braccio di Montone, seigneur de Pérouse et capitaine de fortune à la solde des Siennois : elle passa ainsi définitivement sous la République de Sienne et suivit son destin, même lorsque Sienne fut conquise par les Florentins en 1556.

Après le passage au duché de Toscane, Cosimo I de’ Medici concéda le fief de Cetona aux marquis Vitelli, et c’est sous eux que la ville connut ses plus grandes transformations : les Vitelli eux-mêmes, sur la place que Gian Luigi avait ouverte, construisirent leur résidence, le Palazzo Vitelli, aujourd’hui résidence privée. C’est à la même époque que fut construite la deuxième église de la place, l’église de l’Annunziata, incorporée au fil des siècles par les habitations qui se sont développées autour d’elle, mais avec une physionomie encore clairement reconnaissable, et aujourd’hui déconsacrée : elle est le lieu d’expositions et d’événements. Les travaux promus par Vitelli ont également touché les anciennes fortifications : la Rocca a été transformée en une somptueuse résidence, et les mêmes murs qui entouraient le village n’avaient plus de raison d’être, si bien qu’il n’en subsiste aujourd’hui que quelques parties. La seule exception est la tour Rivellino, qui est encore visible : c’est la seule fortification de la troisième muraille de Cetona à avoir survécu.

Mais les surprises ne s’arrêtent pas là. À mi-chemin de la Via Roma, nous tombons sur l’imposant Palazzo Minutelli du XVIIe siècle, siège de la mairie et du musée municipal de la préhistoire du mont Cetona, qui rassemble des objets provenant des très anciens établissements de la région : l’homme a habité ces terres depuis le paléolithique. Quelques pas plus loin se trouve l’église de la Sainte-Trinité, d’origine XIIIe siècle mais remaniée au XVIe siècle : l’intérieur contient des fresques de l’école de Pinturicchio et des peintures du XVIIIe siècle. En revenant sur la Piazza Garibaldi, contournez-la pour visiter ce que l’on appelle le “quartier du XVIIIe siècle”, une intéressante opération d’urbanisme de ce siècle, commandée par le noble Salustio Terrosi, qui a “réaménagé”, naturellement selon la conception de l’époque (lisez : il a démoli plusieurs bâtiments médiévaux) : il démolit plusieurs masures médiévales) le quartier qu’il avait choisi pour construire sa résidence, en l’entourant d’un vaste parc et de bâtiments de service, le tout greffé sur le tissu urbain du village dans le but d’en préserver l’harmonie. La villa (curieusement appelée “la Vagnola”, car Maria Antonietta Vagnoli était l’épouse de Salustio Terrosi : elle appartient aujourd’hui au couturier Valentino) est entourée d’un parc que l’on peut visiter partiellement.

En sortant du village, on peut s’arrêter pour visiter le couvent de San Francesco, datant du XIIIe siècle, avant de s’enfoncer dans un paysage de falaises abruptes et de douces collines, de cyprès et de chênes verts, d’églises paroissiales médiévales et de petits villages fortifiés, d’ermitages et de châteaux. Un paysage qui aurait sa place dans un tableau du XVe siècle. C’est pourquoi Berenson aimait tant le paysage de Cetona.

Palazzo Vitelli. Ph. Crédit Terra di Siena sas
Palais Vitelli. Ph. Crédit Terra di Siena sas


L'église Saint-Michel-Archange.
L’église de San Michele Arcangelo. Ph. Crédit


L'église de la Sainte-Trinité
L’église de la Sainte Trinité. Ph. Crédit


Villa La Vagnola. Ph. Crédit Christie's Real Estate
Villa La Vagnola. Ph. Crédit Christie’s Real Estate

Article rédigé par la rédaction de Finestre sull’Arte pour la campagne “Toscana da scoprire” d’UnicoopFirenze.

Comme dans une peinture du XVe siècle : Cetona, le village aimé de Berenson
Comme dans une peinture du XVe siècle : Cetona, le village aimé de Berenson


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.