Dix villages à visiter dans les Marches


Au cœur de l'Italie pour visiter les Marches à la recherche de dix beaux villages, dans une nouvelle étape de notre voyage.
Dix villages à visiter dans les Marches

1. Lorette

C’est l’une des principales destinations de pèlerinage du monde catholique, car elle abrite la Basilique de la Santa Casa, l’imposante église construite autour de ce qui aurait été la maison de la Vierge Marie : selon la légende, elle aurait été transportée par des anges de Nazareth à Loreto. En réalité, nous ne savons pas comment cette maison est arrivée ici : il s’agit probablement d’une véritable maison palestinienne qui a été démontée puis transportée dans la région, mais nous ne savons pas avec certitude qui l’a amenée là. La construction de la basilique remonte à 1468, pour être achevée au XVIIe siècle et complétée par le clocher (conçu par Luigi Vanvitelli) en 1755. De grands architectes (Bramante, Giuliano da Sangallo, Antonio da Sangallo le Jeune, Andrea Sansovino) et artistes ont travaillé sur la basilique (Melozzo da Forlì, Luca Signorelli, Federico Zuccari, Cristoforo Roncalli), tandis que le Palais Apostolique abrite le Musée du Sanctuaire, avec des œuvres de grands artistes (il y a aussi des chefs-d’œuvre de Lorenzo Lotto: Loreto est, dans la région des Marches, la ville avec le plus grand nombre d’œuvres du peintre vénitien). Au centre de la place de la basilique se trouve la Fontana Maggiore, un chef-d’œuvre de Carlo Maderno, tandis que non loin de là se trouve le monument au pape Sixte Quint. D’autres monuments importants sont le Palazzo Municipale de l’époque de la Renaissance, l’Acquedotto degli Archi commandé par le pape Paul V et les imposants remparts de la ville, qui sont parmi les mieux conservés de la région.

Vue de Loreto
Vue de Loreto

2. Jesi

C’est une ville moderne de quarante mille habitants, non loin de la capitale Ancône, avec une tradition industrielle séculaire, mais son centre historique est une ville aux origines très anciennes, connue surtout pour avoir été le lieu de naissance de Frédéric II. Habitée peut-être déjà par les Ombriens, elle fut l’Aesis romaine : elle fut ensuite occupée par les Ostrogoths, puis par les Lombards, et fit ensuite partie des États pontificaux, auxquels elle resta liée jusqu’à l’unification de l’Italie. Le Palazzo della Signoria était le siège de la magistrature de la ville, tandis que la vie religieuse se déroulait autour du Duomo, que nous voyons aujourd’hui dans son aspect du XVIIIe siècle, inspiré du Sanctuaire de la Sainte Maison de Lorette. L’église gothique de San Marco conserve des fresques du XIVe siècle, tandis que l’édifice religieux le plus ancien de Jesi est l’église de San Nicolò, attestée depuis le XIIe siècle. Les murs de la ville, parmi les mieux conservés de la région, et les musées méritent également d’être visités : la Pinacoteca Civica abrite de nombreuses œuvres de grands artistes, dont cinq chefs-d’œuvre fondamentaux de Lorenzo Lotto. D’autres institutions sont le musée archéologique civique, le musée diocésain et le musée Federico II.

Jesi, la place centrale Federico II vue d'en haut
Jesi, la place centrale Federico II vue d’en haut

3. Gradara

La ville de Gradara évoque le charme de la Renaissance, car elle fut au centre des querelles entre les Malatesta et les Montefeltro : sa position stratégique, d’où l’on pouvait contrôler la mer et les collines environnantes, en faisait un lieu particulièrement ancien. Gradara s’est développée autour de son célèbre château, construit par la famille De Griffo au XIIe siècle et agrandi par les Malatesta. C’est là que s’est déroulée l’histoire de Paolo et Francesca, racontée par Dante Alighieri dans sa Commedia. Gradara a conservé son aspect de village médiéval fortifié, ce qui explique qu’elle attire de nombreux voyageurs qui quittent la côte romagnole pour arriver ici, dans l’une des premières communes de la région des Marches que l’on rencontre en descendant de la Romagne.

Vue de Gradara
Vue de Gradara

4. Sassoferrato

Situé dans les Apennins, sur les pentes du mont Strega, il a été fondé au Moyen Âge par les comtes Atti : dans les documents, il est cité comme Saxum Ferratum, probablement en référence à la puissance de leur fortification. Le village est dominé par l’imposante forteresse d’Albornoz, érigée en 1365 par le légat du pape Egidio Albornoz, avec l’argent de la vente des biens confisqués à la famille Atti. Les autres lieux d’intérêt sont l’église de San Pietro, d’aspect baroque tardif, qui abrite des œuvres du plus grand artiste de la ville, Giovanni Battista Salvi dit “il Sassoferrato”, l’église romano-gothique de San Francesco (avec des fresques des XIVe et XVe siècles), le palais des Prieurs du XIVe siècle, qui abrite le musée archéologique municipal et la collection Perottiana, et l’église, le sanctuaire et le couvent de Santa Chiara, où sont conservées d’autres œuvres de Sassoferrato.

Vue de Sassoferrato
Vue de Sassoferrato

5. Offida

Nous ne connaissons pas les origines de ce village de la province d’Ascoli Piceno : les premiers documents historiques remontent au XIe siècle, mais Offida a probablement été fondée bien avant. Elle est connue comme la ville de la dentelle, l’activité caractéristique de la ville. La visite du centre historique, enfermé dans les murs du XVe siècle, peut commencer par la centrale et très ordonnée Piazza del Popolo, où se trouve le Palais Communal, construit entre le XIIIe et le XIVe siècle, qui abrite actuellement la Pinacothèque Civique et les Archives Municipales, où est conservée une collection de parchemins du XIVe siècle. L’église de Santa Maria della Rocca, l’église principale du village, date également du XIVe siècle, tout comme le sanctuaire de Sant’Agostino. En revanche, l’imposante collégiale, construite sur un projet de l’architecte tessinois Pietro Maggi, date du XVIIIe siècle. Offida est également connue pour son carnaval, qui commence chaque année le 17 janvier et se termine le mercredi des Cendres : le carnaval d’Offida est caractérisé par la chasse au “Lu bov fint” (“le faux bœuf”), un faux bœuf que l’on fait défiler dans la ville et que l’on tue ensuite symboliquement, et par le défilé des “vlurd” (poutres enflammées) que l’on fait défiler dans la ville le jour du mardi gras.

Offida, Piazza del Popolo
Offida, Piazza del Popolo

6. Grottammare

La région de Grottammare est habitée depuis la préhistoire, mais la ville ne s’est développée qu’au Moyen Âge, tandis que les murs fortifiés datent du XVIe siècle, nécessaires pour protéger la ville balnéaire des attaques de pirates (en 1525, Grottammare avait subi une forte attaque). Lieu de naissance du pape Sixte V, né à Grottammare en 1521, Grottammare se développe autour de la Piazza Peretti, dédiée précisément au pontife, né Felice Peretti : c’est là que se trouvent quelques-uns des édifices les plus importants de la ville, comme l’église San Giovanni Battista (à l’intérieur se trouve le Museo Sistino, qui raconte l’histoire du pape), le Palazzo dei Priori et le Teatro dell’Arancio du XVIIIe siècle, tandis que non loin se trouvent les ruines du château médiéval et l’église Santa Lucia, construite sur l’ordre de Sixte V. Le centre historique ne donne pas sur la mer, mais l’Adriatique est à courte distance : à l’époque moderne, Grottammare s’est toutefois développée sur la côte et son port de plaisance est aujourd’hui une station balnéaire animée.

Vue de Grottammare
Vue de Grottammare

7. Pergola

Les origines de Pergola sont controversées, certains pensent qu’elle est née en 1234 (c’est la première attestation certaine), d’autres pensent qu’elle a des origines très anciennes. Dans l’Antiquité, elle dépendait du duché d’Urbino et a été annexée aux États pontificaux lorsque, en 1631, Urbino a également fait partie des territoires pontificaux. Pergola est universellement connue pour les bronzes dorés (à tel point qu’on l’appelle aussi “la ville des bronzes dorés”), un groupe de statues en bronze de l’époque romaine trouvées en 1946 près du village par deux paysans. Il s’agit de statues rares et relativement bien conservées, autour desquelles a été construit le musée des Bronzes dorés (dont l’aménagement a été rénové en 2019). Mais ce ne sont pas les seules merveilles du village : voir le Duomo, qui présente aujourd’hui une façade néoclassique, un intérieur baroque et un clocher romano-gothique, l’ancienne église de San Giacomo du XIIe siècle, l’église de San Francesco du XIIIe siècle, les églises baroques des Rois Mages, de Santa Maria delle Tinte et de San Biagio, la Rocca, et le Palazzo Comunale.

Vue de la pergola
Vue de la Pergola. Ph. Crédit

8. Cingoli

Village situé au sommet du mont Circe, il est surnommé “le balcon des Marches” pour sa belle position panoramique dans les collines de la province d’Ancône. D’origine romaine (il s’agit de l’ancien Cingulum), il était une commune libre avant de faire partie de l’État pontifical. L’église locale de San Domenico abrite l’un des chefs-d’œuvre de Lorenzo Lotto, l’imposante Madonna del Rosario, tandis que le principal édifice de culte est la collégiale de Sant’Esuperanzio, datant du XIIIe siècle : à l’intérieur se trouvent des fresques datant de différentes périodes entre le XIVe et le XVIe siècle et peintes, entre autres, par Antonio Solario et Arcangelo di Cola. L’église de San Filippo Neri est l’une des plus belles de la région, grâce à son intérieur somptueusement décoré par Pier Simone Fanelli au XVIIe siècle. Le “tour” des monuments s’achève avec le Palazzo Comunale, un bel édifice de la Renaissance, tandis que le Museo Archeologico Statale et la Pinacoteca Comunale témoignent de l’histoire plus ancienne de Cingoli.

Vue de Cingoli
Vue de Cingoli

9. Montefabbri

Ce petit village fortifié de 40 habitants fait partie de la commune de Vallefoglia. Son histoire remonte au Moyen Âge et le château de Montefabbri est mentionné pour la première fois en 1216. Il fut longtemps un fief de la famille Montefeltro et passa ensuite à ses héritiers, les Della Rovere, puis à la famille Paciotti, qui le reçut des Della Rovere en 1578. Montefabbri passa ensuite sous la domination directe de l’État pontifical en 1744. L’ancienne forteresse a disparu, mais les murs qui entourent le village ont été conservés. Ce dernier se rassemble autour de l’église paroissiale de San Gaudenzio, l’une des plus anciennes de la région (datant du XIe siècle : les restes de Sainte Marcelline y sont conservés). La porte de la ville était l’ancienne entrée du château médiéval, auquel on accédait par un pont-levis (l’une des façades est surmontée des armoiries de Francesco Paciotti, l’architecte qui acquit le fief de la famille Della Rovere et fut le premier comte de Montefabbri).

Vue de Montefabbri
Vue de Montefabbri

10. San Ginesio

San Ginesio, situé dans les monts Sibillini, non loin de la frontière ombrienne, a des origines romaines, mais le village ne s’est développé qu’au Moyen Âge lorsque, entre le treizième et le quatorzième siècle, le village fortifié a été construit et faisait partie des possessions de la famille Da Varano, les seigneurs de Camerino. À la chute de ces derniers, le village passa à l’État pontifical. Le village se rassemble autour de la place centrale Piazza Gentili, sur laquelle se dresse la singulière collégiale Santa Maria Assunta, avec sa façade de style gothique tardif du XVe siècle, la seule de la région des Marches. Les murs en grès, encore dotés de tours, sont médiévaux (à partir du XIVe siècle) et l’hôpital dei Pellegrini, dont les origines remontent à 1295, est plus ancien. L’église de Santa Maria in Vepretis date du XVIIe siècle. La galerie d’art Gentili abrite d’importantes œuvres d’art de l’école des Marches, y compris des peintures d’artistes locaux intéressants tels que Vincenzo Pagani et Simone De Magistris.

San Ginesio, Piazza Gentili. Ph. Crédit : Alessandro Vecchi
San Ginesio, Piazza Gentili. Ph. Crédit Alessandro Vecchi

Dix villages à visiter dans les Marches
Dix villages à visiter dans les Marches


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.