Dix villages à visiter en Toscane


Le voyage en Italie se poursuit et l'étape d'aujourd'hui est la Toscane : voici dix villages à visiter dans la région.

1. Fosdinovo

L’existence du village de Fosdinovo est connue depuis le XIe siècle, mais la première attestation du toponyme actuel remonte au XIVe siècle (à l’origine, le village était connu sous le nom de “Faucenova”). Fosdinovo a été pendant de nombreux siècles un fief de la famille Malaspina, ducs de Massa et de Carrara, et est retourné à l’ancien état après la Restauration, et a suivi son destin (même en 1829, lorsqu’il est devenu une partie du duché de Modène et de Reggio). Son symbole est le château Malaspina du XIVe siècle, construit en 1340 par Spinetta Malaspina la grande : c’est l’un des châteaux les plus célèbres de la Lunigiana, et il est toujours la propriété de la famille Malaspina. Les autres monuments importants sont l’ancienne église de San Remigio (aujourd’hui dans sa forme du XVIe siècle), qui contient d’importantes sculptures de Giovanni Baratta, l’oratoire des Blancs, l’oratoire des Rouges, le théâtre Malaspina et, à l’extérieur du village, dans la plaine, la Villa Malaspina di Caniparola. Fosdinovo abrite également le Musée audiovisuel de la Résistance, l’un des plus importants de Toscane en la matière, notamment en raison des manifestations que les Archives de la Résistance, qui gèrent le musée, organisent habituellement.

Vue de Fosdinovo
Vue de Fosdinovo

2. Seravezza

C’est l’une des communes de la Versilia historique (avec Forte dei Marmi, Stazzema et Pietrasanta), l’une des deux (l’autre étant Stazzema) à être enclavée. L’origine du village remonte au Moyen Âge, mais il s’est surtout développé à l’époque des Médicis, lorsque les carrières de marbre locales ont été intensivement exploitées. La visite du village montre à quel point son histoire est liée à celle des Médicis : le monument principal, la Villa Medicea di Seravezza, précédée d’un grand jardin, est aujourd’hui un centre d’exposition (d’importantes expositions y sont organisées), ainsi que le siège du musée local du travail et des traditions populaires de la Versilia historique. L’église des Saints Laurent et Barbara, dont l’aspect date du XVIe siècle, abrite des œuvres des XVIIe et XVIIIe siècles. L’imposant oratoire de la Santissima Annunziata, quant à lui, présente un aspect du XIXe siècle : il a en effet été reconstruit en 1885 après qu’une crue de la Versilia l’ait fortement endommagé.

La villa médicéenne de Seravezza
La villa médicéenne de Seravezza

3. Montelupo Fiorentino

Village baigné par l’Arno, il est universellement connu pour sa production de céramiques : ancienne possession de la famille Alberti, il fut conquis par les Florentins au XIIIe siècle et depuis lors s’est développée l’histoire de sa production la plus célèbre, produite en grande quantité car Montelupo approvisionnait la capitale. La céramique s’est surtout épanouie pendant la Renaissance et, au cours des époques, son style a changé plusieurs fois, suivant également les changements de goût : aujourd’hui encore, les céramiques de Montelupo (toujours produites dans les styles historiques, ainsi que selon les styles contemporains) sont très appréciées. Pour en connaître l’histoire, visitez le musée de la céramique, récemment rénové : ne manquez pas le Rosso di Montelupo, le chef-d’œuvre du musée. Toujours à Montelupo, il faut visiter le Musée archéologique, qui expose une importante collection de plus de mille pièces provenant de tout le Valdarno et de différentes périodes, de la préhistoire au Moyen-Âge : c’est l’un des musées archéologiques les plus riches de Toscane. Dans le centre, il faut également visiter le Palazzo Podestarile (aujourd’hui centre d’exposition), l’église de San Lorenzo (avec des restes de fresques du XIIIe siècle) et l’église de San Giovanni Evangelista, qui abrite un panneau provenant de l’atelier de Botticelli. À l’extérieur du centre se trouve l’une des villas des Médicis, celle de l’Ambrogiana.

Vue de Montelupo Fiorentino
Vue de Montelupo Fiorentino. Ph. Crédit

4. Barga

C’est l’un des principaux centres de la Garfagnana et, après avoir été une commune libre, elle a été rattachée à l’État florentin en 1341 et en a fait partie jusqu’à l’unification de l’Italie. Aujourd’hui, c’est une ville moderne, mais le village conserve de nombreux témoignages historiques, à commencer par la cathédrale de San Cristoforo, qui date d’avant l’an 1000 et conserve des œuvres médiévales (dont la statue en bois de San Cristoforo) : ses cloches ont d’ailleurs inspiré Giovanni Pascoli (qui a longtemps vécu à Garfagnana) à écrire le poème L’ora di Barga. À propos de Pascoli, dans le hameau de Castelvecchio Pascoli, il est possible de visiter le musée de la maison Pascoli, qui retrace la vie et l’œuvre du poète. Toujours dans le hameau, le centre de la vie publique de l’Antiquité était l’Arringo, le pré situé entre la cathédrale et le palais Pretorio, où se tenaient les réunions. Les églises (comme la Santissima Annunziata et San Francesco) et les nombreux palais nobiliaires de l’Antiquité constituent un autre voyage dans l’histoire. Le musée de la maison Magri, dédié à Alberto Magri, peintre important du début du XXe siècle et originaire de Barga, mérite également une visite.

Vue de Barga
Vue de Barga

5. Porto Ercole

Porto Ercole est situé sur le Monte Argentario, un promontoire du sud de la Toscane, dans la province de Grosseto. Il y avait des colonies étrusques dans la région, mais le village a commencé à se développer au Moyen Âge, lorsqu’il était d’abord un fief des Aldobrandeschi, puis des Orsini. Il est devenu un port de la République de Sienne au XVe siècle et a connu un développement rapide à cette époque, puisqu’il a été fortifié (les anciens murs sont partiellement conservés) et, au XVIe siècle, après la défaite finale de Sienne face à Florence, Porto Ercole a fait partie de l’État des Presidi. Et c’est précisément dans l’un des principaux centres de l’État des Presidi qu’en 1610, le Caravage débarqua et mourut probablement de la fièvre paludéenne. Le village conserve en partie son aspect de forteresse militaire avec des monuments tels que le Forte Filippo du XVIe siècle, le Forte Santa Caterina du XVIIIe siècle et la Tour Mulinaccio. À l’intérieur du hameau se trouvent le Palais des Gouverneurs (construit au début du XVIe siècle), l’église Sant’Erasmo, la Rocca Aldobrandesca (également connue sous le nom de “Rocca Spagnola”, car l’État des Presidi dépendait de l’Espagne).

Vue de Porto Ercole
Vue de Porto Ercole

6. Pitigliano

Le village de Pitigliano est connu sous le nom de “Petite Jérusalem”, car il abrite depuis des siècles une communauté juive historique. Il se dresse sur un rocher de tuf, à la frontière du Latium, non loin des villes de Farnese et de Valentano : la Selva del Lamone le sépare de ces localités. Ancien fief de la famille Aldobrandeschi, il a ensuite appartenu à la famille Orsini, qui l’a cédé aux Médicis en 1574. Depuis lors, il fait partie du Grand-Duché de Toscane, dont il a suivi le destin. Son monument le plus important est la cathédrale des Saints Pierre et Paul, qui se distingue par son étonnante façade de style baroque tardif. Le centre de la religiosité juive est plutôt la synagogue de Pitigliano, datant du XVIe siècle, tandis que l’histoire de ceux qui ont gouverné la ville est rappelée par l’imposant palais Orsini, qui fut d’abord une forteresse construite par la famille Aldobrandeschi : aujourd’hui, nous le voyons dans l’apparence qui lui a été donnée entre les XVIIIe et XIXe siècles. Les murs, construits par les Aldobrandeschi, sont encore conservés, mais l’aspect actuel est dû aux travaux de reconstruction d’Antonio da Sangallo le Jeune. Plusieurs nécropoles étrusques se trouvent dans les environs.

Vue de Pitigliano
Vue de Pitigliano

7. San Quirico d’Orcia

Lorsque l’on évoque les paysages toscans, on pense généralement aux collines ondulantes, aux routes blanches et aux cyprès du Val d’Orcia, dont San Quirico d’Orcia est l’un des principaux centres. Ancienne localité située sur la Via Francigena, elle s’est surtout développée au Moyen Âge et certains de ses principaux monuments datent de cette époque, à commencer par l’église des saints Quirico et Giulitta, d’allure romane (l’intérieur est toutefois baroque) : à l’intérieur se trouve un extraordinaire chœur en bois qui a convaincu Federico Zeri de devenir historien de l’art. Le palais baroque Chigi Zondadari est l’édifice le plus connu de la ville et le lieu où se déroulent les événements. Il ne faut pas manquer de visiter les Horti Leonini, un merveilleux jardin à l’italienne créé dans les années 1680 par Diomede Leoni, élève de Michel-Ange, à qui le grand-duc François Ier de Médicis avait fait don d’un terrain dans la région : l’artiste décida donc d’y créer son luxuriant jardin. Près de San Quirico d’Orcia se trouve le pittoresque hameau de Bagno Vignoni, connu parce que sa place principale, datant du XVIe siècle, est en fait... une piscine d’eau thermale.

Centre de San Quirico d'Orcia, église collégiale des Saints Quirico et Giulitta
Au centre de San Quirico d’Orcia, l’église collégiale des Saints Quirico et Giulitta

8. Bolgheri

Bolgheri, rendu célèbre par les cyprès dans le fameux poème de Giosuè Carducci Davanti San Guido (la belle Viale dei Cipressi part de l’Oratoire de San Guido et continue tout droit pendant cinq kilomètres jusqu’au petit village), est un hameau de Castagneto Carducci d’un peu plus d’une centaine d’habitants, situé au milieu de la Maremme de Livourne. La tradition veut que le nom dérive du fait que des troupes bulgares, arrivées en Italie avec les Lombards, y ont établi une colonie militaire. Le village s’est développé autour de son château (qui existe encore aujourd’hui, bien qu’il ait été remanié au fil du temps : il présente aujourd’hui un aspect néogothique grâce à des travaux effectués à la fin du XIXe siècle) et a été pendant des siècles un fief de la famille Della Gherardesca, qui possède encore le château : c’est le premier monument que les visiteurs voient en arrivant, et il ferme de manière pittoresque le Viale dei Cipressi. À voir : l’ancienne église des Saints Jacques et Christophe (même si elle a été remaniée plusieurs fois au cours des siècles), l’oratoire de San Guido et la place centrale, où Carducci a passé son enfance et où l’on peut voir une statue dédiée à Lucia Galleni, la grand-mère du poète. Dans le village, on peut encore voir la maison où Carducci a vécu pendant un certain temps.

Le château de Bolgheri
Le château de Bolgheri

9. San Miniato

Le village historique se trouve au sommet d’une colline qui domine la vallée environnante. Il a été fondé au VIIIe siècle par les Lombards (c’est pourquoi, dans l’Antiquité, le village était également connu sous le nom de San Miniato al Tedesco). Au XIVe siècle, il a été soumis à Florence. San Miniato est connu partout pour sa gastronomie (les truffes en particulier), mais il y a de nombreux monuments uniques à visiter dans cette ville, à commencer par la cathédrale Santa Maria Assunta et San Genesio, qui se trouve dans la partie la plus élevée du village, surplombée uniquement par la Rocca. L’intérieur, reconstruit au XIXe siècle, abrite d’importantes œuvres d’artistes toscans du XVIIe siècle. Près de l’église se trouvent les anciens centres du pouvoir religieux et séculier, à savoir le palais épiscopal et le palais des vicaires impériaux, tandis que non loin de là, plus bas dans la vallée, le pittoresque palais du séminaire épiscopal du XVIIe siècle présente une longue façade décorée qui ferme la place. Le Palazzo Comunale du XIVe siècle (qui abrite plusieurs fresques anciennes) et l’église du Crucifix du XVIIIe siècle, qui s’élève au-dessus d’une haute volée de marches, méritent également d’être vus.

San Miniato, le palais du séminaire de l'évêque
San Miniato, le palais du séminaire de l’évêque

10. Castiglion Fiorentino

Castiglion Fiorentino est l’une des principales villes de la Valdichiana et, bien qu’elle tire ses origines d’un établissement remontant à l’époque étrusque, elle s’est surtout développée en tant que place forte florentine, comme son nom l’indique : les Florentins l’ont en effet conquise en 1289 après avoir vaincu les Arétins lors de la bataille de Campaldino. Reconquise par les Arétins en 1303, elle fut à nouveau disputée tout au long du XIVe siècle jusqu’à ce que, en 1384, elle devienne définitivement florentine et prenne son nom actuel. Le “castiglione” est l’ancien sommet de la colline, dont il ne reste aujourd’hui que la tour Cassero. Les palais médiévaux (le Palazzo Comunale et le Palazzo Pretorio : Ce dernier abrite le musée archéologique local), la Pinacoteca Comunale (Pinacothèque municipale), qui conserve de précieuses peintures d’importants artistes toscans de toutes les époques, l’église San Francesco du XIIIe siècle, où l’on peut admirer un San Francesco de Margaritone d’Arezzo, l’église collégiale de San Giuliano, qui abrite des peintures et des sculptures de la Renaissance, et les célèbres Loggias de Vasari (qui datent en réalité de 1513 et n’ont été que partiellement remodelées par le grand historiographe d’Arezzo), qui ferment un côté de la place de l’hôtel de ville et offrent une vue splendide sur la vallée environnante.

Vue de Castiglion Fiorentino
Vue de Castiglion Fiorentino

Dix villages à visiter en Toscane
Dix villages à visiter en Toscane


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.