Lac Trasimène, à voir : 10 lieux d'art


Que voir sur le lac Trasimène parmi les villages, les palais ornés de fresques, les églises anciennes, les musées : 10 lieux à ne pas manquer.

Situé dans les collines ondulantes de l’Ombrie, le lac Trasimène est une merveille naturelle au cœur de l’Italie centrale. Carrefour de pèlerins et de voyageurs depuis toujours, le lac Trasimène est l’une des destinations les plus recherchées par ceux qui viennent dans cette partie de l’Italie pour visiter les nombreuses villes d’art des environs : de Pérouse à Orvieto, puis Città della Pieve, Todi et Assise, mais aussi Cortona, Arezzo et même Florence, qui se trouve à un peu plus d’une heure de route. Mais le lac Trasimène n’est pas seulement un lieu de villégiature réputé, fréquenté chaque année par de nombreux touristes qui apprécient l’hospitalité incomparable de villages caractéristiques comme Castiglione del Lago, Magione ou Passignano, c’est aussi un coffre aux trésors qui conserve une histoire aussi riche qu’ancienne, dont les racines remontent à la préhistoire. Voici 10 sites à ne pas manquer lors de votre voyage au lac Trasimène.

1. Le palais della Corgna à Castiglione del Lago

Un palais au cœur de l’un des lieux emblématiques du lac Trasimène. Datant de la fin du XVIe siècle, lorsque Castiglione del Lago était la capitale d’un petit marquisat qui a existé de 1550 à 1647, le Palazzo della Corgna a été conçu comme une maison de loisirs pour la famille qui régnait sur ces terres à l’époque (Ascanio Della Corgna fut le premier marquis de Castiglione del Lago), et est rapidement devenu sa résidence officielle. Avec ses nombreuses salles remplies de fresques peintes entre 1574 et 1590 par une équipe de peintres dirigée par Niccolò Circignani dit il Pomarancio, le Palazzo della Corgna permet au visiteur de s’immerger complètement dans l’atmosphère de cette époque et de retracer l’histoire de ces lieux à travers les exploits de ses anciens seigneurs et en particulier ceux du marquis Ascanio, qui sont combinés à divers thèmes mythologiques et historiques qui, ce n’est pas un hasard, donnent leur nom à chaque salle de ce riche parcours muséal.

Palazzo della Corgna à Castiglione del Lago
Palais de la Corgne à Castiglione del Lago

2. La forteresse de Castiglione del Lago

Après avoir visité les merveilles du Palazzo della Corgna, une visite à la Rocca del Leone, qui fait partie du même complexe muséal, s’impose. Cette splendide forteresse médiévale a une forme pentagonale particulière et se dresse sur les vestiges d’une acropole étrusque, dont un pan de mur est encore visible. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, cette forteresse a joué un rôle militaire très important pour la commune de Pérouse, car elle lui permettait de contrôler toute la zone du lac Trasimène. Aujourd’hui, on accède à la Rocca directement depuis le Palazzo della Corgna, et à l’intérieur on peut admirer les ruines d’une église d’origine probablement byzantine, dédiée aux saints Philippe et Jacques, probablement construite sur les vestiges d’un temple étrusque. La partie la plus suggestive de la visite, cependant, est sans aucun doute la promenade le long des anciens murs, d’où l’on peut jouir d’une vue à couper le souffle.

La forteresse de Castiglione del Lago
La forteresse de Castiglione del Lago. Photo de Wolfgang Sauber

3. La Rocca et le village de Passignano sul Trasimeno

Parfois, il n’est pas nécessaire d’avoir une DeLorean pour faire un voyage dans le temps, et si vous voulez ressentir l’émotion d’un voyage au Moyen Âge, il vous suffit de vous promener dans les rues étroites de Passignano sul Trasimeno. À l’intérieur des murs de cette ville située sur les rives du lac, on a presque l’impression de respirer l’atmosphère des temps anciens et l’on finit inévitablement par se perdre dans les ruelles et les petites places. L’aspect le plus frappant du village est sans aucun doute son imposante forteresse qui se dresse à l’intérieur du village, bien qu’en position légèrement surélevée. Aujourd’hui, il ne reste de la Rocca di Passignano sul Trasimeno que les ruines de la construction d’origine : les murs carrés, un donjon à moitié détruit et la partie nord du château médiéval, avec sa tour triangulaire.

La Rocca di Passignano sul Trasimeno. Photo Lux P
La Rocca di Passignano sul Trasimeno. Photo Lux P

4. La promenade lacustre de Passignano sul Trasimeno

Après avoir apprécié la beauté austère de la cité médiévale et s’être imaginé la parcourir à cheval, crête au vent, une halte s’impose sur la charmante promenade lacustre de Passignano sul Trasimeno. Cet ancien village de pêcheurs offre certaines des vues les plus évocatrices de toute la région. Entre les cafés en plein air et les jardins bien entretenus, où que l’on regarde, on ne peut s’empêcher de se perdre à l’infini et d’être enchanté par la beauté de la nature qui se marie parfaitement à l’architecture du village et à sa splendeur silencieuse.

Vue de Passignano sul Trasimeno
Vue de Passignano sul Trasimeno

5. Le musée Hannibal à Tuoro sul Trasimeno

En 217 avant J.-C., Tuoro fut le théâtre de ce qui restera dans l’histoire comme la bataille de Trasimène, la première grande défaite de l’armée romaine face aux armées carthaginoises dirigées par Hannibal. De nombreuses manifestations et reconstitutions théâtrales sont organisées chaque année à Tuoro pour commémorer cet événement important. Dans le village, on peut également apprécier un parcours divisé en 12 étapes qui retrace pas à pas les différents moments de la célèbre bataille, tandis qu’à l’intérieur du Palazzo del Capra se trouve le centre de diffusion qui reconstitue de manière rigoureuse ce qui s’est passé. On y trouve, entre autres, une bibliothèque spécialisée, une salle entièrement consacrée à la deuxième guerre punique et à la bataille de Trasimène, ainsi qu’un petit musée archéologique.

Le musée Hannibal à Tuoro sul Trasimeno
Musée Hannibal à Tuoro sul Trasimeno

6. L’île Maggiore

La Grande île est l’une des trois seules îles au centre du lac Trasimène, accessible par ferry depuis Tuoro, Passignano et Castiglione del Lago. Sur ses 24 hectares, ce paradis naturel offre une multitude de possibilités, tant pour les amateurs de plein air que pour ceux qui recherchent un divertissement plus culturel. Un riche réseau de sentiers serpente sur toute la largeur de l’île, qui s’élève à environ 50 mètres du niveau de l’eau, pénétrant dans la luxuriante macchia composée principalement d’oliviers, de chênes verts, de pins et de peupliers. Aujourd’hui, l’Isola Maggiore ne compte qu’une quinzaine d’habitants, mais elle peut s’enorgueillir de nombreuses traces d’une histoire bien plus importante, comme les ruines d’une ancienne tour romaine, le château du marquis Giacinto Guglielmi, plusieurs églises, dont la plus ancienne, celle de San Salvatore, ou l’église de San Michele Arcangelo, au sommet de l’île, qui abrite un beau crucifix de Bartolomeo Caporali, un couvent franciscain et bien d’autres choses encore.

La Grande île
La Grande île

7. Palazzo della Corgna à Città della Pieve

Le joyau du centre historique de Città della Pieve se trouve juste en face de la cathédrale et témoigne de la fortune de la famille. La façade est décorée d’éléments en relief en pietra serena, tandis qu’à l’intérieur, les protagonistes sont les riches couleurs des nombreuses fresques qui ornent les voûtes des salles et des escaliers. Au premier étage, où se trouvaient les appartements du gouverneur, les plafonds sont ornés de fresques de Niccolò Circignani, dit il Pomarancio, représentant le Concert des Muses. Le rez-de-chaussée, quant à lui, était destiné à être un lieu de récréation et un Convitto degli Dèi y est peint, que beaucoup attribuent à Salvio Savini. Aujourd’hui, le palais fait partie, avec l’oratoire de Santa Maria dei Bianchi, l’église de San Pietro et l’église de Santa Maria dei Servi, du circuit ouvert des musées de la ville et abrite la bibliothèque municipale.

Palazzo della Corgna à Città della Pieve
Palais de la Corgne à Città della Pieve

8. La co-cathédrale de Città della Pieve

Dédiée aux saints Gervasius et Protasius, la cathédrale de Città della Pieve est certainement l’un des symboles les plus connus et les plus visités de la région. L’église a une histoire très ancienne qui remonte aux IVe et Ve siècles après J.-C. De nombreuses interventions ont eu lieu au cours de l’histoire. De nombreuses interventions ont eu lieu au cours des siècles, qui ont complètement changé le visage de ce lieu de culte et dont il ne reste aujourd’hui que quelques traces. L’église actuelle date des XVIe et XVIIe siècles, tout comme les chapelles latérales et le majestueux clocher. La crypte située sous le maître-autel a quant à elle été construite sur des bâtiments datant de l’époque étrusque-romaine et remonte à l’époque gothique. À l’intérieur de la cathédrale de Città della Pieve, on peut admirer de nombreuses œuvres de grande valeur, datant notamment des XVIe et XVIIe siècles. Il s’agit notamment du Baptême du Christ et de la Madone entre les saints Gervasius, Protasius, Pierre et Paul de Pietro Vannucci dit Pérugin, un grand artiste qui a travaillé entre le XVe et le XVIe siècle, maître de Raphaël, originaire de Città della Pieve et véritable genius loci de ces terres.

La co-cathédrale de Città della Pieve. Photo BeWeb
La co-cathédrale de Città della Pieve. Photo BeWeb

9. L’oratoire de Santa Maria dei Bianchi à Città della Pieve

Abritant la magnifique fresque de l’Adoration des Mages peinte par le Pérugin en 1504, l’oratoire de Santa Maria dei Bianchi est un joyau architectural qui a été préservé au fil des siècles et dont les éléments classiques ont été soigneusement dosés. À l’intérieur, l’espace s’organise en une grande salle rectangulaire couverte de voûtes d’arêtes où domine la couleur blanche, ce qui a pour effet de mettre encore plus en valeur le chef-d’œuvre du Pérugin. De chaque côté de l’autel, deux petits passages mènent directement à l’église adjacente du XVIIe siècle, composée d’une seule salle avec une abside carrée.

Photos Région Ombrie
Photo Région Ombrie

10. Le château de Magione

Histoire, nature et bon vin. À Magione, vous trouverez tout cela en un seul endroit : ancien refuge pour les pèlerins, le château de Magione a été construit par les Chevaliers Hierosolimitani, ou Chevaliers de Malte, et nommé d’après Saint-Jean-Baptiste, bien que pour les locaux, il s’agisse plus simplement de la Badia. Depuis 1200, le château a subi de nombreuses modifications qui ont radicalement changé son apparence, mais il est toujours resté le centre de la vie culturelle de la ville. Aujourd’hui, le bâtiment est le cœur d’une grande exploitation agricole, mais il est possible de visiter certaines pièces du château sur rendez-vous et la chapelle accueille également des spectacles et des concerts.

Le château de Magione. Photo Strada del Vino del Trasimeno
Le château de Magione. Photo Strada del Vino del Trasimeno

Lac Trasimène, à voir : 10 lieux d'art
Lac Trasimène, à voir : 10 lieux d'art


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.